The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

[PV Jax] Paumer pour paumer, autant y aller !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Leviathan ☠ Progéniture d'Ève
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 9
Points RP : 5
Date d'inscription : 12/08/2017

De la main de Allegria Malerba signé le Ven 10 Nov - 22:02
La bleuté est posé sur le sol grisonnant qui fait face. Elle s’essuya d’un revers de manche, alors que le sang se déposa sur le tissu. Le repas était fini et pour tout gisant, l’homme aurait l’estomac de la diabolique créature, les restes ne seraient pas consommer, mais toujours utile pour la mauvaise herbe. Elle fouilla dans les vêtements masculins, pour en sortir armes et tout autre objets, utile ou non, dans cette misérable île, tout était un plus, la moindre pièce, la moindre lame et le moindre lien. Jamais, elle ne, c’était sentie plus misérable, même en temps que putain, elle avait eu plus de richesses. Le refuge où la créature avait établi son repère était assez confortable. Certes, il s’agissait d’une ruine, mais tout de même. L’entrepôt n’était pas de toute première jeunesse et relié directement aux canalisations d’eau, pour le plus grand bonheur de la jeune femme. L’endroit à été dévasté, mais elle à réussie à récupérer quelques vestiges et à clore une pièce pour éviter le froid et dormir, trous comblés avec du tissu et bourrés de gravats et papier, pour éviter que la température fraîche ne s’invite à l’intérieur, une couche sommaire, mais d’aspect confortable, malgré les arrangements l’endroit reste poussiéreux et assez triste. Les doigts glissent dans les mèches sombres et elle arrange le tout, ainsi que sa tenue, avant de prendre veste et armes, pour sortir. Marcher l’aide à réfléchir et il lui faut réfléchir pour trouver un moyen de fuir cet enfer, cette prison, où tout est surveillé. 

En sortant, elle met le pied dans une flaque, rien à faire. Même les cours d’eau, ne lui semble pas une bonne solution, une fois dedans, il lui faudrait s’éloigner de l’île et rien ne lui dit, que les Tullamore n’ont pas prévu qu’elle aurait pu s’échapper par là. De toute façon, ils surveillent, ils savent tout, n’est-ce pas ? La mauvaise herbe secoue la tête et continue sa route, observant les traces au sol, plutôt que levant les yeux. Ici, un animal, ici, une herbe, ici, de la boue vierge, qui se retrouve écrasé par la botte. Rebelote, ici, un animal, ici une herbe, ici de la boue. Vierge ? Non. Celle-ci ne l’est pas et interpelle la Créature. L’œil se lève pour regarder les alentours, avant de se remettre sur la trace. Cette trace, c’est ce qu’elle recherche, une présence, quelqu’un. C’est une empreinte de chaussure, à demie-effacé, mais c’est bien une semelle, imprimée, là, dans cette boue. Chasseur se réveille, pour renifler, pour essayer de détecter et de trouver la proie… Elle flaire l’air, semblable presque à un animal qui s’éveille, mais déjà, elle songe à la chaire délicieuse, qui pourrait se glisser sous sa dent et se couper comme du beurre elle songe à la délectation qu’elle aurait à tuer, à montrer que la putain, est toute-puissante. D’une voix, qu’elle espère doucereuse, elle appel alors la proie. 


« - Y a quelqu’un dans le coin ? » 

Rien d’agressif, rien qui ne présage ses pensées. Ce qu’elle veut, c’est voir en premier à quoi elle a affaire. Les Tullamore lui ont clairement dit qu’il exister d’autres créatures qu’elle et qui sait ce dont elles sont capable. La mauvaise herbe se méfie comme de la peste : et s'il s’agit d’un piège des Tullamore ? Soudainement, l’enthousiasme se calme, pour laisser le cœur battant le sang noir jusque dans les tempes, inquiet. Ils l’ont déjà piégée, ils l’ont enfermée, elle était libre, elle ne voulait que paraître normale, que vivre sa vie et elle s'est retrouvée en moins de temps qu’il n’en fallait, cloîtré et démunie face à ces vulgaires humains. D’une poche, elle sort un canif sombre et le déplie, sèchement avant de le maintenir fermement dans sa main, prête à bondir sur ses gardes. Le pas se fait lent, alors qu’elle continue d’avancer dans cette boue. 

« - Sortez. » 

C’est une injonction sèche, l’ordre est donné, il va falloir l’exécuter, car pour l’instant, les bleutés qui se posent sur le décor qui l’entoure sont inquiètent.
Revenir en haut Aller en bas

[PV Jax] Paumer pour paumer, autant y aller !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'île du Levant...
» Pour aller se promener en Lorraine
» [résolu]Pour aller au Mont argent.
» (f) pietra capone ◮ l'amour est ivresse et il est temps pour nous d'aller vomir
» Pour pourfendre une veille bedaine, et lui vider ses pleines gibernes. [PV]

The Island Of the Damned ::  :: Dublin :: l'ancien port-