The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez | 

 Retrouvailles improvisées au clair de lune [Feat Riley Keenan]

Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 611
Points RP : 754
Date d'inscription : 02/05/2017

La lune, déjà haute dans le ciel, éclairait les environs de sa douce lumière blanche bleutée. Les ruines de la ville de Dublin étaient très belles vues comme ça, à l'état naturel, en pleine nuit. La nature semblait vouloir y reprendre ses droits par touches plus ou moins régulières, la végétation envahissant et entourant çà et là quelques blocs de pierre et de béton décharné, dans cette ville laisser pratiquement à l’abandon par ses habitants. 

Tamara marchait tranquillement en direction du retour vers son territoire, son chien marchant à ses côtés. Cette nuit était son jour de repos. Enfin, c'était censé l'être. Mais l’hôpital l'avait appelé en urgence : ils avaient eu besoin de renforts, ce n'était pas prévu, mais c'était comme ça. Alors elle était allée au château, et avait commencer son boulot. Très rapidement, un appel était parvenu à l’hôpital : quelqu'un avait été blessé dans la capitale du Purgatoire. Bien évidemment, trop trouillards pour se risquer dans cette zone que l'on définissait de dangereuse, de risquer, certains collègues de la brune avaient trouvés amusant de jouer à la courte paille avec elle sans lui dire de quoi il en retournait exactement. Par manque de chance, elle avait perdu la partie, tout en gagnant le droit de se rendre à Dublin pour soigner l'andouille qui s'y était aventurée. Ba voyons, c'est vrai que la folle dingue n'avait rien de mieux à faire que se rendre dans la zone la plus dangereuse de l’île pour aider un idiot inconscient !

Elle s'était quand même rendue sur les lieux en quatrième vitesse, parce que bon, au-delà du fait qu'elle se fichait totalement de ce qu'elle pourrait trouver là-bas, si on avait appelé l’hôpital pour un blessé, il fallait bien que quelqu'un y aille. Si besoin, elle se défendrait comme elle pourrait et puis basta. Mais de toute façon, qu'est ce qu'elle craignait réellement ? Grâce à la coalition, elle pouvait espérer une chance de s'en sortir, même si elle savait que certains s'en battait royalement l'entre-jambe avec une carcasse de poulet. Au final, elle avait trouvé le blessée et la personne qui avait appelé le château de Belfast à la rescousse. Deux vampires, comme elle, qui avaient voulut visiter la zone, voulant sûrement savoir ce que tout le monde y trouvait de si effrayant. En soit rien de bien méchant, juste un peu de curiosité mal placé, ce que certaines créatures avaient visiblement mal prit. Ou alors, ils étaient simplement tombés sur certains affamés qui n'étaient pas trop regardant sur les casse-croûtes qui leur tombaient sous la main. Les deux kaïnites avaient alors expliqué à Tamara que, n'ayant pas souhaité se battre pour une idée aussi débile, avait simplement cherché à fuir leurs adversaires à priori pas très contents de leur venue. Ça avait quand même coûté une jambe au plus jeune, pas de perte, mais une belle entaille qui lui avait fait perdre beaucoup de sang et l'empêchait de marcher. La brune l'avait soigné comme elle avait pus, et les deux zigotos étaient partis en direction du château en prenant le chemin le plus court, le plus âgé portant son ami pour l'y emmener faire des soins plus approfondis.

Sans trop savoir pourquoi, Tamara avait eu envie de faire le tour de la zone, histoire de voir s'il n'y avait pas d'autres idiots souhaitant eux aussi voir à quoi ressemblait cet endroit pleins de mystère et si dangereux selon la rumeur. Savait-on jamais, des fois qu'elle trouve d'autres blessés. Mais rien. Alors elle avait décidé de rentrer à Belfast, tout simplement. Elle aurait dû quitter l'endroit une fois sa mission finie, mais il faut croire que depuis qu'elle était devenue infirmière, elle se sentait la responsabilité de soigner le maximum de personne qui pourrait en avoir besoin.

Le chemin de retour vers sa zone serait long, mais comme elle avait du temps elle n'était pas pressé et pouvait prendre son temps. Du moins jusqu'au levé du soleil. Regardant sa montre, la brune y lisait une heure du matin. C'était largement suffisant pour rentrer sans qu'elle ne se presse de trop. Circulant tranquillement entre les décombres, elle veillait à ne pas tomber sur l'une des créatures vivant dans le coin. Pas qu'elle en avait peur, mais elle savait que certains profiteraient certainement de l'occasion pour faire d'elle et de son clebs leur repas nocturne. C'était principalement sur ceux-là qu'elle ne voulait pas tomber.

Puis, arrivant non loin de la sortie de la ville, elle avait entendue les aboiements de Romio un peu plus loin, l'animal semblant intriguer par quelque chose qui avait attiré son regard furtif. Tournant la tête, elle avait juste eu le temps de voir le molosse courir dans une direction avant de tourner dans un coin de rue, derrière une maison délabré.

« Bordel, Romio ! Reviens ici ! »

Mais pas le temps de réfléchir plus longtemps que Tamara se lançait déjà à la poursuite du canidé, non seulement pour le rattraper, mais aussi pour essayer de lui empêcher un malheur ou une mauvaise rencontre. Déjà qu'elle aurait préféré évité de traîner plus longtemps ici, voilà qu'elle se trouvait à courir derrière son animal de compagnie, dont la curiosité parfois un peu trop aiguisée l’entraînait rapidement dans des situations qui pouvaient être dangereuses.

Elle l'avait finalement retrouvée au bout de quelques minutes, dans un vieux bâtiment en ruine, aux pieds d'une jolie demoiselle aux cheveux de feu. C'était probablement elle qu'il avait aperçut, et avait dû trouver attrayante l’idée de la suivre pour savoir où elle se rendait.

« Enfin, je te retrouve ! Allez viens là, n'embête pas la dame. »

Laissait l'animal revenir vers elle, avant de l'attraper par le collier pour qu'il ne s'enfuît pas de nouveaux, elle s'était adressée à la jeune femme qui se trouvait en face d'elle.

« Je suis désolé s'il a dérangé, il est parfois un peu trop curieux. »


Les démons de mon passé ont fait de moi ce que je suis.© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Goule ☠ Administratrice
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 329
Points RP : 654
Date d'inscription : 20/08/2017

Retrouvailles improvisées au clair de lune ft. Tamara



Cela pouvait paraitre étrange que la goule souhaite se promener dans les ruines de Dublin. L’endroit était réputé pour être le repaire de créatures dangereuses, sanguinaires. Ne rêvant que de chairs fraîches ou en décomposition, le lieu était tout trouvé si vous désiriez perdre la vie en une fraction de seconde. Alors avec sa frêle apparence humaine, l’on aurait pu penser que la demoiselle aurait préféré demeurer parmi les êtres qu’elle semblait vouloir copier. Elle aimait le changement. Evoluer trop longtemps au milieu des êtres vivants avaient tendance à lui conférer des réactions… Humaine. Voir des amoureux se tenir la main, une mère et sa fille partager un moment de joie la rendait nostalgique. Ou alors était-ce depuis sa discussion passionnée avec la jolie blondinette rencontrée dans l’ancienne bibliothèque. Un soupir échappa ses lèvres à peine rosée.

Comme souhaitant renouer avec ce qu’elle était réellement, elle profitait de son jour de repos pour retourner dans la ville des enfants d’Eve. Elle se délectait des odeurs nauséabondes pour un nez non entrainé. Un sourire carnassier était accroché sur ses lèvres depuis qu’elle avait commencé à déambuler entre les immeubles en ruines. Elle n’avait pas vraiment eu l’occasion de se promener ici lorsqu’elle avait été sauvée par la Léviathan. Pourtant, bon nombre de ces créatures avaient appris à la connaitre. Ils s’étaient bien rendu compte qu’elle n’avait rien d’une frêle demoiselle en détresse. Sans même attendre que ses forces ne lui reviennent totalement, elle s’en était prise à quelques malins qui avaient voulu essayer de la croquer.

Tout était calme autour d’elle. C’était à peine si l’on percevait le vent qui soufflait dans les quelques branches encore attachées aux troncs abîmés. Même les cafards et les rats hésitaient à quitter leur cachettes. Seuls résonnaient bruyamment les talons de la goule qui claquaient sur les pavés de l’ancienne capitale irlandaise. Rien qu’à leurs échos l’on comprenait l’apaisement qu’il y avait dans le coeur et la tête de leur propriétaire. La tête haute, le regard droit, un fin sourire sur les lèvres, elle était pareille à un fantasme sorti tout droit d’un rêve, ou d’un cauchemar. Vêtue d’une robe blanche, longue, inopportune pour l’endroit. Ses longs cheveux étaient noués mais flamboyaient sous la lune à quelques minutes de son zénith. Même son maquillage était épuré, en total contradiction avec ce qu’elle faisait habituellement. Elle était bien éloignée de son usuel look de femme fatale, provocante même. Malgré cela, elle savait que personne n’oserait venir l’importuner. Pourtant dans l’ombre, on l’observait. Du coin de l’oeil, elle distinguait quelques mouvements, captait quelques regards. Quand elle les croisait, elle souriait d’avantage, toujours plus provocante. A la voir agir ainsi, on aurait pu croire qu’elle avait décidé que ce soir serait son dernier. C’était tout le contraire. Elle vivait depuis si longtemps, elle avait tellement souffert ces dernières années, qu’elle avait décidé que chaque jour serait le dernier. Elle n’avait plus rien à perdre et si peu de choses à gagner. C’était ce que la rendait si charismatique certainement.

Elle finit par entrer dans un bâtiment au hasard où la nature avait commencé à reprendre ses droits. Elle s’y engouffra de quelques pas et s’installa sur un énorme morceau de béton qui devait autrefois être un mur ou le toit de l’immeuble. Un pan de sa robe pendait le long de l’aggloméré. Elle avait retiré ses talons et sentait une mauvaise herbe sous ses orteils. Les mains posées en arrière, ses prunelles sombres s’étaient levées pour observer le tracé de la lune et les étoiles qui l’entouraient au travers de l’ouverture béante au-dessus d’elle. Il n’y avait pas un nuage dans le ciel. Toute cette tranquillité lui faisait du bien. Peu lui importait les bruissements qu’elle entendait autour d’elle. Evidemment, elle demeurait  sur ces gardes. Le ressourcement n’était pas excuse à se faire croquer bêtement. Ce fut ainsi qu’elle perçut les aboiements et les pattes qui se rapprochaient d’elle. Elle remit ses chaussures et se leva doucement pour faire face à l’animal qui arrivait droit vers elle. La langue pendante sur le côté, les oreilles vers l’arrière, Riley pencha la tête sur le côté. Elle était étonnée que l’animal soit parvenu à demeurer en vie ici. A moins qu’il ne fut pas seul. Il n’y avait rien pour le moment et elle s’accroupit pour frotter énergiquement la tête du canidé.

« Que fais-tu par ici mon jeune ami ? »

Elle avait prononcé ces derniers mots dans sa langue natale. Même si le chien ne comprenait pas, il pouvait en deviner la signification. Elle avait un sourire des plus innocents, des plus doux. L’on aurait pu la prendre pour une enfant. Keenan avait toujours eu un bon feeling avec les bêtes, plus qu’avec les êtres humains. Ils avaient cette pureté d’âme que les autres n’avaient pas. Aucune méchanceté. Et une fidélité sans faille. Elle soupira doucement.

« Si les humains étaient aussi comme ça… Quoi que non, je finirais par m’ennuyer. »

Elle se retint d’échapper un léger rire et perçut l’appel de la maitresse de l’animal. Celle-ci arriva près d’elle rapidement. Le chien la reconnut et abandonna la rouquine qui tentait de reconnaitre les traits qu’elle avait en face d’elle. L’inconnue parla de nouveau et cette fois, ça ne faisait plus aucun doute. Elle connaissait cette voix. Elle fit un pas en avant, prudemment, ne voulait pas l’effrayer.

« Tamara ? C’est bien toi ? »

Elle plissa doucement les yeux, son cerveau confirmant peu à peu qu’elle ne se trompait pas. Jamais elle n’aurait pensé recroiser la jeune femme ici et maintenant. Nul doute sur ce qu’elle était devenue à présent. Une vampire... Il fallait maintenant se remémorer quel nom elle portait à cette époque. Car bien que la Goule reconnaissait sans peine l'ancienne humaine,cette dernière aurait bien plus de mal. En effet, Tamara n'avait pas connu la créature sous cette apparence. D'ailleurs, le médecin comprenait que la vampire cherchait qui pouvait bien l'appeler par son prénom.

« C'est Scarlet.... Scarlet Sharpe.
Enfin, c'était ainsi que tu m'appelais à l'époque.
 »
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 611
Points RP : 754
Date d'inscription : 02/05/2017

Retrouvailles improvisées au clair de lune.  Riley & TamaraLe molosse s'était laissé caresser sans broncher, ne semblant même pas se dire que la personne qu'il venait de suivre aurait pu lui vouloir du mal. Il était un peu comme sa propriétaire, instinctif, agissant souvent avant de réfléchir aux conséquences. On fait d'abord et on voit après. Finalement, il semblait ne pas s’être trompé, du moins la jeune femme n'avait pas l'air de vouloir lui faire de mal. Il s'était assis à ses pieds, et n'avait pas bougé jusqu'à l'arrivée de Tamara.

Ses vieilles rangers noires raisonnants sur le sol au rythme de son allure, la jeune vampire n'avait pas tardé à faire son entrée. Les cheveux en pagaille à cause de sa course, elle avait sali de poussière son jean slim bleu pétant, son tee-shirt blanc déjà taché de quelques gouttes de sang dû à son intervention de tout à l'heure. Seule la veste en cuir qu'elle portait sur ses épaules semblait ne pas avoir trop subi les dégâts de la nuit et du temps. Alors qu'elle arrivait dans l’embrasure de la porte d'entrée de la ruine, la demoiselle en avait profité pour observer l'état du lieu, qui semblait encore plutôt bien avoir tenu malgré la dégradation évidente causée par le temps. La vampire n'aurait su dire dans quelle espèce de bâtiment s'était engagé l'animal pour suivre la belle inconnue. Une résidence, un ancien immeuble sans doute. La délimitation que l'on pouvait deviner des ruines semblait bien s'y prêter. Le trou béant de la toiture laissait filtrer les rayons de la lune qui éclairait l'intérieur de l'ancienne habitation aux murs rongés de végétation et de fissures.

Une fois son chien revenu à ses pieds, Tamara n'avait pas lâché la jeune femme du regard, attendant de voir l'évolution de la situation. Déjà, elle n'avait pas bouffé Romio, ce qui, en soit, était un début de bonne nouvelle. Parmi toutes les créatures qui vivaient dans le coin, elle ne faisait, à priori, pas partis des affamés qui aurait pu l'attaquer pour se nourrir. Qui sait ce qui aurait pu arriver si le chien était tombé sur une créature plus virulente ? D'ailleurs, la rouquine faisait elle vraiment parti de ceux qui vivaient au purgatoire, ou était elle, elle aussi, venu en ces lieux pour une tout autre raison ? Tamara n'avait aucun moyen de le savoir, du moins pas jusqu'à ce que la personne en face d'elle ne décide de le lui apprendre.

Puis, la voix de la demoiselle, qu'elle était persuadée de ne connaître ni d'Eve ni d'Adam, avait résonné à ses oreilles pour prononcer son prénom, lui demandant s'il s'agissait bien d'elle. La brune s'était figé sur le coup, arquant un sourcil d'incompréhension, ne comprenant pas ce que ça voulait dire. Comment pouvait-elle connaître son nom ? Son visage ne disait rien à Tamara qui cherchait par tous les moyens à savoir où et quand elles avaient pus se rencontrer. À moins qu'elle ne fasse partit de ses gens que la brune n'avait rencontrer qu'une fois dans sa vie, il lui semblait ne l'avoir jamais vu. Pourtant, elle était persuadée qu'elle n'aurait jamais oublié aussi facilement le joli minois de la demoiselle si elle l'avait déjà vu.

« Comment tu connais mon prénom ? » Avait-elle demandée à la rouquine, avec une certaine once de méfiance dans la voix.

La réponse ne s'était pas fait attendre pour que la demoiselle lui révèle son identité. Enfin, du moins l'identité sous laquelle Tamara l'avait connu à l'époque, selon ses dires. Et d'un coup, la jeune femme s'était détendu, reconnaissant le nom qu'elle lui avait donné. Un nom qu'elle n'avait pas entendu depuis près d'un siècle au moins, mais qu'elle n'avait pas oublié. La surprise pouvait se lire sur ses traits, chose qu'elle ne cherchait pas vraiment à cacher non plus.

« Scarlet ? Comme ma Scarlet, celle de Winchester, qui m'a hébergé alors que j'avais peur de retourner chez moi ?»

Un sourire avait pris place sur ses lèvres, découvrant ses jolies canines blanches aiguisées comme des lames de rasoir, alors qu'elle réalisait petit à petit qu'elle venait sans doute de retrouver une personne qui l'avait grandement aidé par le passé, une lueur d'espoir dans le regard. Une personne qui l'avait aidé à une époque où elle cherchait à fuir au maximum le domicile familial, lieu de cauchemars et de tristesse pour elle. Elle se souvenait bien de Scarlet Sharpe. Elle l'avait hébergé quelque temps lorsqu'elle était de passage en Angleterre, Tamara n'avait même pas encore 18 ans à l'époque. Elles s'étaient rencontré dans une taverne, dont le gérant n'étant pas vraiment regardant sur l'âge de ses clients, et s'étaient plutôt bien entendue. Puis Scarlet avait dû partir, l'année des 18 ans de Tamara.

Mais comment était ce possible ? Elle ne ressemblait pas à ça la dernière fois qu'elle l'avait vu. Évidemment, Tamara se doutait bien que la jeune femme n'avait pas pu survivre aussi longtemps si elle avait été humaine, c'est donc qu'elle était forcement autre chose. Et une chose qui pouvait visiblement changer d'apparence. Mais ce n'était pas sa préoccupation première pour le moment, elle voulait d'abord être bien sûre de se remémorer la personne qu'elle avait autrefois connu.
© YOU_COMPLETE_MESS


Les démons de mon passé ont fait de moi ce que je suis.© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Goule ☠ Administratrice
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 329
Points RP : 654
Date d'inscription : 20/08/2017

Retrouvailles improvisées au clair de lune ft. Tamara



Scarlett Sharpe avait été l’un des alias de Riley. Le tout premier. Elle avait abandonné son nom de baptême en quittant sa terre natale. Adieu la France et bonjour l’Angleterre. Elle était partie au moment de la grande Terreur. Beaucoup de têtes tombèrent et celles qui souhaitaient y échapper avaient suivi son exemple. Elle était restée dans le pays presque une dizaine d'années. Le Nouveau Monde avait fini par l'appeler et elle n'avait pas résisté à la promesse d’un nouveau départ prometteur. Toutefois, dans ce laps de temps, elle avait fait la rencontre de Tamara. Une jeune humaine que la vie n’épargnait pas. Elles s’étaient rencontrées dans un pub que Scarlett n’aurait pas du côtoyer au vue de sa nouvelle richesse empruntée. Mais la goule n’était plus une docile petite créature. Elle s’était donc pris d’affection pour la jeune femme et l’avait hébergée plus d’une fois. Sa porte avait toujours été ouverte pour elle, jusqu’à ce qu’elle quitte le vieux continent. En partant, elle avait laissé un mot à l’attention de la jeune demoiselle.

Ma douce Tamara,

Pardonne-moi de te quitter ainsi mais il est temps que je m'en aille. Je doute fort que nos chemins se croisent de nouveau un jour, mais sache que tu demeureras à jamais dans mes pensées et dans mon coeur. 

Ta Scarlett.

Les mots qu’elle avait calligraphiés lui revinrent en mémoire et un doux sourire apparut au coin de ses lèvres. Un sourire à la fois nostalgique et moqueur. Elle ne se souvenait pas avoir été aussi douce avec quelqu’un en dehors de l’enfant qu’elle avait fini par abandonner. La jeune femme s’enquit de demander si elle était bien la Scarlett de ses souvenirs et Riley acquiesça franchement. Le sourire s’élargit et elle approcha de nouveau, prenant les mains de son amie tendrement comme elle le faisait autrefois. A son contact, elle comprit immédiatement ce qui lui était arrivée. Elle était vampire. Elle avait été embrassée par l’éternité et permettait ainsi qu’elles puissent se retrouver. Le canidé observait le spectacle sans broncher, ne comprenant absolument pas ce qu’il se passait. La lumière lunaire continuait de s’insinuer dans l’immeuble là où autrefois il y avait un toit.

Keenan finit par lâcher les mains de son amie et posa un regard sur la tenue qu’elle portait. Elle était loin de l’image qu’elle donnait habituellement et loin de ce dont Tamara se souvenait. Elle continuait de sourire. Scarlett était brune avec de longs cheveux bouclés et souvent noués dans un chignon élégant. Ses courbes étaient généreuses comme l’imposait les codes de beauté de l’époque. Ses tenues étaient déjà extravagantes, colorées, symbole de sa nouvelle fortune. A l’époque, elle avait fait de son mieux pour coller au caractère de la vraie Scarlett selon les souvenirs qu’elle en avait. Une jeune femme distinguée, douce qui ne disait jamais un mot plus haut que l’autre. La vraie Riley était différente et elle avait pu montrer cette facette de sa personnalité à la vampire. L’une des seules encore vivante de son passé qui pouvait s'en vanter.

« Tu dois te poser bien des questions à mon sujet, » lui dit-elle. « Je peux déjà t’assurer que je ne suis pas une vampire. »

Si ça avait été le cas, la jeune immortelle aurait pu reconnaitre ses traits. Ceux de la britannique étaient plus marqués. Ses mâchoires étaient plus carrées, ses épaules plus droites. Elle avait de grands yeux clairs très expressifs, de longs doigts fins de pianiste. Même un bon chirurgien esthétique n’aurait pu la transformer à ce point. Sans parler de son âge. Le médecin légiste continuait de sourire.

« Je suis une goule, une créature d’Eve, » finit-elle par répondre à la question que Tamara n’avait pas encore posée. « Tu te doutes bien que je n’aurais pas pu t’avouer une telle chose à l’époque, tu n’aurais pas compris et tu te serais certainement détournée de moi. »

Ou pire. Elle aurait pu tenter de révéler son secret et Riley aurait été obligée de commettre l’irréparable. Faire en sorte qu’elle garde le silence et ne divulgue pas les secrets de la Goule. Si cette dernière avait eu le courage de dire adieu à son propre sang, par deux fois, elle n’aurait eu aucun scrupule à faire une telle chose à une personne qu’elle pouvait considérer comme une amie. Ca pouvait être difficile à concevoir pour bon nombre de personnes, mais il fallait être prêt à tout pour se préserver.
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 611
Points RP : 754
Date d'inscription : 02/05/2017

Retrouvailles improvisées au clair de lune. Riley & TamaraL'Anglaise se souvenait encore de ce qu'elle avait ressentit ce jour-là, en lisant le message que Scarlett lui avait laissé après son départ. Elle avait été très triste, si ce n'était pas carrément dévasté. Elle s'était beaucoup attaché à cette femme qui avait prit soin d'elle lorsqu'elle n'allait pas bien, qui l'avait prise sous son aile et hébergé plusieurs fois alors qu'elle n'y était pas obligée. Scarlett était devenue comme une mère bienveillante pour elle, pour changer de sa vraie mère qui s'en battait royalement les steaks, en laissant sa fille se faire violenter par un père qui ne savait exprimer sa haine envers ses parents qu'en levant la main sur ce qu'il considérait comme « la cause » du problème. Tamara avait toujours été très reconnaissante envers Scarlett, et avait ressentit une certaine frustration, considérant n'avoir pas eu le temps de la remercier comme il le fallait.

Mais elle ne lui en avait pas voulu, à aucun moment, parce que c'était la vie que d'aller et venir pour suivre son destin. Même elle avait prévue de partir de chez elle quand l'occasion se présenterait. Mais pour ce qu'elle voulait faire, ça prenait du temps, et elle n'avait pas le choix que de rester plus de temps qu'elle ne l'aurait voulu. Ça lui faisait drôle de se retrouver de nouveau en face de cette femme qui avait tant compté dans sa vie d'adolescente, elle qui n'espérait pas la revoir un jour, encore moins dans de telles circonstances. Mais elle n'allait pas s'en plaindre, au contraire, elle était bien trop heureuse pour ça. 

Une larme de sang avait coulé sur la joue de la brune sous le coup de l'émotion, alors que la jeune femme en face d'elle lui confirmait être bien la personne de ses souvenirs. Une larme de joie qu'elle avait bien vite fait d'effacer du revers de la main alors que la rouquine s'avançait vers elle, laissant sans doute une légère trace du liquide rouge sur sa joue. Il en était ainsi de la condition vampirique, leurs larmes autrefois transparentes de leur temps d'humain étaient devenues rouge vif après la transformation. Lorsque son interlocutrice prit ses mains dans les siennes, Tamara avait eu l'impression de revenir en arrière, à cette époque sombre de sa vie qu'elle tentait par beaucoup de moyens d'occulter de sa mémoire. Mais il y avait des choses que son cerveau refusait d'oublier, et que Tamara elle-même refusait volontairement d'oublier, comme les souvenirs qu'elle avait de Scarlett et ce qui s'y rattachait. La façon dont elle prenait ses mains, la façon dont elle lui parlait, et tant d'autres choses...

La peau froide, ascendante glaciale, de Tamara contrastait avec celle de la rouquine, qui devait sans doute avoir compris depuis un moment le pourquoi du fait qu'elle soit encore vivante, et paraissait encore si jeune, malgré le passage des années. Tamara se mettait à comprendre de la même façon qu'avec tout les indices qu'elle recevait depuis quelques minutes, la Scarlett qu'elle avait connu n'était ni humaine, ni vampire. Du peu qu'elle en savait, deux hypothèses s'imposaient à elle : la jeune femme pouvait être soit une goule, soit une polymorphe. Mis à part leur régime alimentaire et bien d'autres choses, ces deux créatures avaient pour capacités communes une longue vie et la capacité de changer d'apparence, tout en gardant la chaleur corporelle d'un humain. Tamara en avait déjà croisé un ou deux à Belfast, venant se faire soigner pour diverses raisons, et il avait bien fallu qu'elle apprenne comment les soigner au mieux.

"Tu m'as manqué, tu sais. Je suis heureuse de te revoir. Je n'ai jamais eu l'occasion de te remercier de tout ce que tu as fait pour moi. Alors merci. Si jamais il y a quelque chose que je peux faire..."

Le molosse avait penché la tête d'incompréhension, ne sachant quoi penser de ce qui se passait sous ses yeux. Assit aux pieds de sa maîtresse, il laissa faire les choses dans l'attente d'une quelconque avancée. Alors que la belle rousse se reculait, Tamara prit le temps de l'observer, de la détailler de haut en bas. Sans en ressentir aucune gène. Il n'y avait rien de commun entre ce corps et celui que Tamara avait connu à Scarlett. D'un autre côté, elle aussi avait changé, même si c'était bien moins flagrant. La dernière fois que Scarlett l'avait vu, Tamara avait 18 ans, et encore les cheveux longs. Cheveux qu'elle avait coupé peu après avoir assassiné son père. Elle ne savait pas si on pouvait dire que son visage avait changé, en trois ans ça n'avait pas dû avoir un grand impact. Mais son caractère, lui, était devenu différent. Depuis qu'elle était vampire, qu'elle s'était débarrassée de son bourreau de l'époque, elle avait pris bien plus confiance en elle, et quelques autres petites choses que son interlocutrice découvrirait sans doute au fur et à mesure, maintenant qu'elles s'étaient retrouvés et qu'elles avaient le temps.

Elle l'avait laissé prendre la parole, alors que Scarlett lui annonçait ne pas être un vampire.

"Je m'en suis un peu douté. Si ça avait été le cas, tu n'aurais jamais pu changer de forme comme ça tout en vivant aussi longtemps. Et ta peau ne serait pas aussi chaude."

Ce n'était que des constatations, que Scarlett approuverait ou infirmerait comme elle le sentirait, mais c'étaient les siennes. Elle allait pour poser une question, mais Scarlett y répondit avant même qu'elle ne pus dire quoi que ce soit. Une goule donc. La brune avait eu un rictus à la dernière phrase, comprenant parfaitement le point de vue de celle qui avait été comme la mère qu'elle aurait voulut avoir.

"Oui, je comprends ce que tu veux dire. C'est légitime, tu voulais te protéger. Moi-même, je ne sais pas comment j'aurais réagi à l'époque. J'étais jeune, je n'étais pas au top de ma forme, et je n'avais peut-être pas le même recul que maintenant. Je n'en sais rien." Elle avait laissé passer un bref silence, avant d'ajouter. "Nouveau corps, nouvelle identité, je suppose. Sous quel nom te connaît-on maintenant ?"

Si Tamara n'avait rien changé à son identité (mis à part son nom de famille qu'elle avait prit à son beau-père), elle se doutait bien que Scarlett n'eût pas gardé le nom qu'elle lui avait donné un siècle plus tôt. Elle avait fort à parier que sa théorie soit la bonne, pour se protéger, il fallait être capable de tout.
© YOU_COMPLETE_MESS


Les démons de mon passé ont fait de moi ce que je suis.© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Goule ☠ Administratrice
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 329
Points RP : 654
Date d'inscription : 20/08/2017

Retrouvailles improvisées au clair de lune ft. Tamara



Il était inutile de posséder un quelconque pouvoir de télépathie pour savoir ce qu’il y avait dans la tête de Tamara à cet instant. Riley lisait ses divers sentiments dans son regard. La brune ramenait avec elle des souvenirs apaisants, insouciants. C’était le souvenir d’une époque bénie où Scarlett n’avait à se soucier que d’elle et de ses envies. Elle avait quitté son père depuis suffisamment longtemps pour ne plus penser à lui. Elle n’avait ni amis ni famille dont elle pouvait se soucier. Même ceux qui la prenait pour la véritable Scarlett n’avait aucune importance. Personne ne l’intéressait réellement. Personne jusqu’à ce qu’elle fasse la rencontre de la jeune Tamara. L’adolescente avait su attendrir la Goule d’une façon qui étonnait cette dernière. Mais elle s’était laissée faire, sachant pertinemment que ça ne durerait qu’un temps, qu’ensuite elles ne se reverraient plus. Alors elle avait fait de cette jeune demoiselle une amie, une protégée, peut-être même une fille adoptive, sans pour autant se considérer comme sa mère. Ce n’était qu’une rencontre éphémère qui ne deviendrait avec le temps qu’une image fugace dont on ne se rappellerait jamais les détails. Mais là, en face de la jeune vampire, tout lui était revenu en mémoire. Riley souriait toujours, sincèrement.

Le docteur Keenan n’avait pas loupé la trace de sang qui avait perlé sur la joue de la vampire. Elle ne doutait pas de la joie que pouvait ressentir l’immortelle à retrouver son ancienne amie. Toutes les deux avaient du tirer un trait sur la possibilité de revoir l’autre un jour. Pourtant les voilà plusieurs siècles plus tard, de nouveau réunies. Si Riley avait su comment pleurer peut-être aurait-elle verser une larme également. Cette pensée la fit doucement secouer la tête. Cette idée était des plus ridicules.

Elle eut un léger pincement au coeur d’entendre qu’elle avait manqué à Tamara. Elle aurait pu lui répondre qu’elle aussi mais ça aurait été un mensonge. En quittant l’Angleterre, elle était tout simplement passée à autre chose. Elle agissait ainsi comme si les personnes qu’elle avait rencontrées n’étaient que les personnages d’un roman. Elle passait d’agréables moments en leur compagnie, apprenait d’eux autant qu’ils pourraient apprendre d’elle. Puis une fois que l’histoire touchait à sa fin, une fois qu’elle avait lu le dernier chapitre, elle refermait le livre, le reposait dans la bibliothèque de son esprit et en prenait un nouveau, différent. Les personnages se rappelleraient à elle de temps à autre sans pour autant n’être plus qu’un simple murmure dans l’obscurité. Un simple bruit de fond, un souffle à peine audible. Elle recommencerait l’exercice indéfiniment sans jamais s’en lasser.

« Tu n’avais pas à me remercier. Je ne l’aurais pas fait si je ne l’avais pas voulu, » répondit-elle d’un clin d’oeil presque aguicheur.

Puis la créature d’Eve secoua doucement la tête. L’ancienne humaine ne devait rien à la Goule. Comme elle venait de le préciser, cette dernière ne se serait pas encombrée d’une adolescente en perdition si elle ne l’avait pas souhaité. Pour continuer à renouer avec ce fantôme du passé, la Goule avoua sans honte sa réelle nature, faisant bien comprendre à la jeune femme qu’elle n’aurait pas pu être aussi honnête lorsqu’elles se voyaient. Elle tut bien évidemment ce que ça lui aurait coûté si elle avait échappé une telle information. Tout naturellement, Tamara comprenait et un drôle de sentiment humain commençait à envahir le coeur de la Goule. Comme un soupçon de tendresse et de mélancolie. Elle n’avait pas ressenti cela depuis sa conversation avec la ravissante Lahja Vehviläinen.

Surprise bien qu’amusée, la jeune vampire supposait que la Goule avait changé d’identité avec sa nouvelle apparence. Riley sourit d’avantage et fit quelques pas de recul pour s’installer de nouveau sur le béton où elle s’était assise quelques minutes plus tôt. Elle croisa une jambe sur l’autre, le dos bien droit. Son regard fit quelques aller retour entre le canidé et sa maitresse. L’animal demeurait sage, ne comprenait rien de la conversation et des retrouvailles qui se jouaient devant lui. Il ne comprenait certainement pas qui elles étaient l’une pour l’autre.

« Tu supposes bien… Je suis le Dr Riley Keenan maintenant… Et oui, je suis docteur, » souriait-elle toujours avant de continuer, « Je suis médecin légiste. Et toi, que fais-tu maintenant ? »

Elle avait légèrement bombé la poitrine en énonçant le métier qu’elle exerçait aujourd’hui. Cela la changeait de la riche héritière qui n’avait jamais rien fait de ses dix doigts après avoir été une prostituée plus que prolifique. Elle avait toujours fait quelque chose qu’elle aimait et qu’elle avait choisi de faire, mais le métier qu’elle exerçait à présent relevait d’une véritable passion. Elle avait toujours voulu savoir ce qui se cachait sous la surface. Elle avait voulu la preuve que tous les êtres humains étaient identiques à l’intérieur. Elle voulait constater de ses propres yeux qu’ils étaient bien plus vulnérables qu’ils ne le croyaient. Elle voulait pouvoir jouir d’une position à la fois prestigieuse et incomprise. Car être médecin était une chose des plus louables. A l’inverse, plonger ses mains dans un cadavre l’était beaucoup moins bien que ça finissait par servir autant.

Ne quittant pas son amie des yeux, elle tapota doucement l’espace à côté d’elle, l’invitant ainsi à la rejoindre. Il était tout de même plus agréable de discuter bien installer. Elle attendit qu’elle fut posée puis passa tendrement une main dans les cheveux courts de la jeune immortelle, le regard brillant.

« Quel dommage que tu aies coupé tes magnifiques cheveux…, » son geste était des plus affectueux, « Allez, racontes-moi ce qu’il t’ait arrivé après mon départ. »
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 611
Points RP : 754
Date d'inscription : 02/05/2017

Retrouvailles improvisées au clair de lune. x Riley & TamaraLes sentiments étaient une chose bien complexes, et la jeune femme avait parfois bien du mal à contrôler les siens. Enfin, parfois... Plutôt souvent même. Elle pouvait passer du rire aux larmes en une fraction de seconde, de la colère à la joie, de la folie au calme le plus plat. Elle n'avait jamais vraiment eu de modèle stable à qui se fier dans cette matière, s'entourant majoritairement d’extrême, d’excès, de toute sorte que ce soit. Des fous comme elle. Mais elle se sentait en partie chanceuse de cela, car en sombrant dans les noirceurs les plus profondes du monde, elle n'en avait plus peur. Elle savait qu'elle n'avait pas encore tout vu, mais ça ne l'effrayait pas. Elle se disait qu'en découvrant et en affrontant ses peurs, en voyant ce qui en découlait, elle s'immunisait doucement. Vivre dans un cauchemar perpétuel ne l'avait pas affaiblit, mais lui avait permis de ne plus être effrayée de peu. Bien sûr qu'il lui arrivait encore d'avoir peur, parfois, mais ce n'était pas la même peur que bien d'autres pouvaient ressentir. 

Alors oui, c'est sans honte qu'elle avait avoué à la femme en face d'elle qu'elle lui avait manqué. De toute façon ça se voyait sûrement sur son visage, un moment de bonheur pur qu'elle ne pouvait dissimuler de l'avoir retrouvée. Beaucoup étaient les gens pour qui mettre autant ses sentiments à nus paraissait dangereux, mais pas pour Tamara. Elle ne voulait plus avoir peur, pas pour avoir été honnête et sincère le temps qu'elle décidait de l'être. Car elle n'avait aucune honte à user de quelques ruses et manipulations pour amadouer son interlocuteur quand ça arrangeait ses affaires. Mais là, elle n'en avait aucune envie ni aucun intérêt. Pas avec Scarlett. Pas avec une personne qui avait tant compté pour elle et qui l'avait aidé quand elle était au plus mal.

Son clin d’œil presque aguicheur avait inscrit un sourire amusé sur les lèvres de la jeune vampire, qui ne l'avait pas quitté des yeux.

« Certes, tu aurais pu ne pas le faire. Mais tu m'as quand même aidé dans une période où je n'étais pas au mieux de moi-même, et où je pensais que j'étais condamné à ne pas recevoir de meilleur sort. Alors je te dois bien ça, de te remercier de m'avoir aidé alors que rien ne t'y obligeait. »

Sa rencontre avec Scarlett avait fait partie de ses moments de lumière, dans une époque où elle pensait ne pas pouvoir tomber plus bas. Elle était jeune, encore trop inculte malgré cette lueur d'intelligence qui était en elle, et semblable à un gouffre émotionnel multipliant par dix le peu d'affection et d'attention qu'elle pouvait recevoir. Oui, elle en savait des choses à cette époque, elle était une personne intelligente, mais elle n'était sans doute pas encore prête à connaître la vraie réalité du monde qui l'entourait. Les vampires, les goules, les léviathans... Toutes ces créatures avec qui elle cohabitait sur la même terre sans le savoir. Mais maintenant elle était en mesure de comprendre, de tout savoir. De toute façon, maintenant ce n'était même plus une question de savoir si elle était d'accord ou pas, elle était bien obligé de constater qu'elle n'avait pas le choix que d'accepter cette réalité. Elle faisait partie de ce monde elle aussi, depuis presque un siècle, dans deux ans plus exactement. Alors oui, elle comprenait.

À sa question sur sa nouvelle identité, Tamara avait laissé Scarlett se reculer pour aller s'installer sur le bloc de béton qu'elle avait occupé avant son arrivée. La brune l'avait observé un peu plus précisément pendant ce laps de temps, constatant que si elle avait changé d'apparence, elle restait tout aussi belle. Riley Keenan, une médecin légiste donc. C'était assez comique sachant qu'elle travaillait dans la même branche. Se rapprochant un peu du bloc de béton à son tour, elle avait répondu à la question qu'elle lui posait sur sa situation à elle.

« C'est assez drôle comme nouvelle, je travaille aussi dans le médical. Mais moi... Je suis juste infirmière. C'est sympa comme métier, mais j'avoue que je commence un peu à me lasser. J'aime bien le changement. »

Tamara avait effectué divers métiers durant sa vie pour pouvoir vivre, s'acheter le minimum syndical et voyager comme elle le voulait. Il y en avait notamment quelques-uns qu'elle avait pas mal apprécié, qu'elle avait dut faire pendant un petit temps pour se remplir un peu les poches, comme gardien de musée par exemple. Ça n'avait rien eu à voir avec le diplôme qu'elle avait passé à la base, mais elle avait beaucoup aimé l'expérience. Puis ça faisait toujours jolie sur le CV. Mais même dans les périodes difficiles, elle avait toujours trouvé un moyen pour s'en sortir, comme faire du stop avec son frère quand ils devaient se rendre dans un patelin assez éloigné et qu'ils n'avaient pas de véhicule ou assez d'argent pour payer le transport. Ouais, le changement, c'était sympa, surtout depuis qu'elle avait le temps.

Alors que Riley tapotait la place à côté d'elle, Tamara y avait pris place. Son molosse s'était également approché, s'asseyant auprès des deux femmes en posant sa grosse tête sur les genoux de sa maîtresse qui lui offrait quelques caresses entre les oreilles. La main de la rousse dans ses cheveux courts avait arraché un nouveau sourire à Tamara, qui se rappelait encore qu'elle les avait longs à l'époque où elle l'avait connu. La demande de Riley la força à remonter un peu dans sa mémoire, mais ça ne la dérangeait pas de lui raconter ce qu'il s'était passé de son côté après qu'elle soit partit.

« Il s'est passé tant de choses depuis ce moment... En gros, je suis resté encore un peu sous le courroux de mon père après ton départ. Environ deux ans et demi voir trois, pas plus. Et le soir de mon vingt-et-unième anniversaire, j'ai rencontré quelqu'un dans une taverne, la personne qui a changé ma vie. Il s’appelle Marvin Hofstadter, et dés que je l'ai vu, je l'ai d'abord trouvé très beau, puis j'ai sentie qu'il y avait quelque chose avec lui. J’étais avec des amis, il est venu nous voir et on a bien discuté. Puis il m'a emmené dans son appartement où on a continué à parlé. Au début, je ne savais pas ce qu'il était, jusqu'à ce qu'il me le dise. Un vampire. C'est lui qui m'a transformé, ce soir-là. Et je lui en suis reconnaissante, grâce à lui, j'ai vraiment l'impression d'avoir commencé ma vie. La transformation était horrible, mais ça à été comme une seconde naissance pour moi, et Marvin m'a beaucoup soutenu. La nuit même, quand je suis rentrée chez moi, j'ai fait ce que je n'aurais jamais pensé pouvoir faire un jour : j'ai torturé et assassiné mon père en le vidant de son sang. Il a été mon premier repas en quelque sorte. Ça a sans doute été l'un des plus beaux jours de ma vie. C'est là que j'ai décidé de couper mes cheveux, comme un symbole si tu veux... »

La brune avait continué à lui raconter son aventure : le remariage de sa mère quelques années après avec Harold Bergson (son beau-père, un homme gentil et bienveillant avec elle et son frère Warren, dont elle avait reprit le nom de famille et qu'elle considérait comme son père, qui l'avait accepté comme elle était), l'obtention de son diplôme de vétérinaire, l’assassinat de sa mère quelques années après (qu'elle avait tué elle-même et où son beau-père n'avait rien dit), la transformation de son frère et de son beau-père par Marvin, son voyage avec son frère à travers toute l'Angleterre, leurs six années en France puis leurs six années en Italie (où Warren était resté), puis le retour de Tamara en Angleterre chez son beau-père pendant quelques années (où elle avait appris le métier de tatoueuse avec son Sire) avant son déménagement en Irlande, à River Crow.

« Je suis donc arrivée en Irlande il y a, environ, un peu plus de trois ans. Marvin avait un contact dans la ville de River Crow, il l'a appelé et le gars a accepté de me loger le temps que j'aurais besoin. J'ai donc créché dans la maison close dont le gars était propriétaire. Il s'appelait Lucan, on a fait connaissance quelques jours après mon arrivée et on s'est très bien entendu, on est devenus super potes. Puis c'est à River Crow que j'ai eu mon propre commerce, mon salon de tatouages. J'aimais bien ce métier, c'était vraiment top. Puis il y a eu les bombardements il y a deux ans. Comme tout le monde, j'ai dû fuir en quatrième vitesse, avec mon sac de survie sur le dos. J'ai couru dans les couloirs de la maison close pour faire sortir le plus de monde possible, et permettre au maximum de gens qui y était de fuir la ville. On m'y avait accueilli, et je ne pouvais simplement pas partir comme ça, comme une voleuse. Avec Lucan, et d'autres personnes qui étaient avec nous, on a fait une longue course pour s'enfuir le plus loin possible et se protéger des bombardements. Mais sur le chemin, on s'est fait propulser par une bombe derrière nous qui nous a séparés. J'ai entendu Lucan me dire de continuer à courir, et c'est ce que j'ai fait, sans regarder derrière moi, pensant bêtement qu'il me suivait. Mais quand j'ai trouvé un abri, et que j'ai voulu lui parler une fois les bombardements terminés, j'ai fini par me rendre compte qu'en fait, il ne me suivait plus depuis la bombe. Je n'ai trouvé aucune trace de lui en revenant sur mes pas. Je n'ai jamais su ce qu'il s'était passé, si la bombe l'avait finalement tué ou s'il était parti dans une autre direction en pensant que c'était moi qui le suivais. Encore, aujourd'hui, je ne sais pas. Au final, j'ai erré quelque temps avec d'autres vampires, jusqu'à la signature de la coalition où on a rejoint notre zone. Là-bas, j'y ai retrouvé trois personnes chères à mes yeux : mon petit frère, mon Sir et mon père. Et depuis, on habite tous les quatre dans une baraque pas loin du château de Belfast où on travaille. »

Le regard de la brune s'était doucement penché sur Romio, un sourire s'étirant sur son visage en se souvenant de sa rencontre avec l'animal.

« Et lui, on l'a trouvé avec mon frère le jour où on a trouvé la maison, le petit gars était coincé sous des décombres. On l'a sortit de là, je me suis occupé de lui et il ne me quitte plus depuis ce jour, toujours fourré dans mes pattes ou avec un des gars quand je ne peux pas m'en occuper. »

Relevant la tête vers Riley, elle lui avait offert un sourire amusé en espérant ne pas l'avoir perdue dans son récit.

« Voilà, tu sais tout. Et toi alors, qu'est ce qui s'est passé de ton côté ? »
© YOU_COMPLETE_MESS


Les démons de mon passé ont fait de moi ce que je suis.© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Goule ☠ Administratrice
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 329
Points RP : 654
Date d'inscription : 20/08/2017

Retrouvailles improvisées au clair de lune ft. Tamara


Tamara insistait pour remercier son ancienne amie et mère de substitution. Celle-ci, attendrie bien qu’elle le niait un peu, passa une main amicale dans la courte chevelure de la vampire plantant ses prunelles dans celle de l’immortelle.

Riley donna sa nouvelle identité sans la moindre hésitation, la poitrine bombée en avant. Cette fierté pour le métier qu’elle exerçait était venue avec le premier cadavre qu’elle avait disséquer. Il y avait plus que l’odeur métallique, de la possibilité d’en apprendre d’avantage sur le corps humain et son intérieur, que de devoir plonger ses mains gantées dans des plaies béantes. Il y avait aussi le fait qu’elle pouvait se servir à volonté. Si c’était bien fait, personne ne pouvait la prendre sur le fait. C’était de la nourriture fraiche gratuite et en excellent état. Car elle avait le choix, étant aux premières loges. Tam pouvait bien comprendre son point de vue.

« Une vampire infirmière, » avait-elle soufflé, le sourire aux lèvres. « Si tu parviens à changer malgré les conditions de… vie, fais-le. » continua-t-elle.

Tamara s’était installée à ses côtés, laissant la Goule passer de nouveau sa main dans sa chevelure de jais. Elle se remémorait les fois où elle coiffait l’adolescente tout en l’écoutant vider son sac sur ce qu’il se passait chez elle. Ou alors elle parlait de ses rêves que Riley à l’époque avait espéré se voir réaliser. Cette dernière lui avait même appris à se poudrer à la mode française sans jamais avouer qu’elle était originaire de là-bas. Tout, elle avait joué mystère sur mystère. Elle ne donnait jamais trop de détails, rien qu’il était possible de prouver. Elle se basait sur des faits, sur ce qu’elle avait après de le vraie Scarlett. Un fin sourire sur les lèvres, elle écoutait Tamara lui racontait ses aventures. Elle espérait toujours en silence que ses rêves s’étaient réalisés. Elle aurait pu faire du mal au père de la vampire si elle l’avait voulu. Elle aurait pu épargné à la jeune femme d’autres années de souffrance. Mais que lui serait-il arrivé après ? Aurait-elle eu le courage de prendre la demoiselle sous son aile. De l’entrainer avec elle dans des aventures qu’elle ne gérait que grâce à sa facilité à disparaitre ? Comment aurait-elle résolu le soucis de sa mortalité ? Il y aurait trop de choix difficiles à faire. Des choix qu’à l’époque, elle n’aurait pas eu la patience et la sagesse de faire. Elle acquiesça en entendant que la coupe de cheveux était un symbole. Elle avait eu raison de le faire si elle en avait ressenti le besoin. Tamara était une belle femme. Elle ne répondait peut-être pas aux critères que certaines donnaient. Elle n’avait pas de longs cheveux ondulés. Elle n’avait de formes généreuses et voluptueuses. Elle n’avait pas une peau de pêche. Mais elle demeurait ravissante. La tête légèrement penchée sur le côté, Riley observait les traits de son visage tout en l’écoutant.

« Avec tout ce qu’il s’est passé, tu as réussi à retrouver ta famille ? » demanda-t-elle sans cacher sa surprise. « C’est une chance. Je suis vraiment très heureuse pour toi. »

Elle déposa une main sur la cuisse de la jeune vampire pendant qu’elle regardait l’animal à ses pieds. La française suivit son regard et s’attarda longuement sur le canidé en entendant l’histoire de leur rencontre. Il y avait toujours un sourire sur lèvres.

« Et quel est son nom ? »

Elle quitta la cuisse pour poser sa main sur la tête de l’animal qui se laissa faire. Même en étant une créature surnaturelle, l’animal sentait qu’elle n’avait aucune mauvaise intention à son attention. Si cela n’était pas une preuve que les êtres humains étaient les animaux les plus cruels de cette planète. Naturellement, la question qu’elle avait posé fut retournée à son égard. Elle retira sa main de l’animal et s’alluma une cigarette. Les mains posées derrière elle, elle se remit à fixer le ciel dégagé. C’était si rare sur l’île qu’elle aimait en profiter. Elle expira la fumée et la regarda monter et se dissiper dans l’atmosphère.

« J’ai quitté l’Angleterre pour le Nouveau Monde. J’ai failli me marier à un propriétaire d’une cotonnerie. Malheureusement ce crétin a trouvé mieux dans les bras d’une de ses esclaves. Donc je suis partie avec son argent et ait encore changé d’identité. »

Elle omettait volontairement les passages les plus sanglants. Tamara devait encore avoir un souvenir doux et apaisant de sa Scarlett et celle-ci ne souhaitait pas particulièrement tout faire voler en éclat. Pourtant la réalité de ses actes pouvait presque se lire dans ses prunelles. Elle prit une autre taffe avant de continuer.

« J’ai pris part à la guerre de Sécession, sur le champ de bataille. C’était intense mais bien moins que la Première Guerre Mondiale. Je ne suis jamais restée au même endroit plus de 10 ans. J’aurais fini par attirer l’attention sur mon immortalité. Tu t’en doutes, j’ai souvent changé d’apparence et de nom. »

Elle avoua enfin qu’elle était originaire de France et qu’elle y était retournée à plusieurs reprises pour tenter de retrouver son père. Puis elle détailla longuement son voyage en Inde qui demeurait imprimé dans son esprit. Jamais elle n’avait gardé aussi longtemps l’apparence d’un homme. Jamais elle n’avait été aussi proche d’un homme si influent. Elle avait pensé à lui longuement pendant sa détention dans la tour des Tullamore. Sa grève de la faim l’avait inspiré.

« Après le décès de Gandhi, je me suis enfermée loin des Hommes et de leur violence. Plus de dix loin de toute civilisation le retour m’a fait un choc. Je suis rentrée directement aux Etats-Unis, en plein milieu de la ségrégation. C’est à cette période que je me suis dirigée vers la médecine et plus précisément vers la médecine légale. »

Le médecin lui raconta alors sa rencontre avec un brillant mentor qui lui avait appris la base et avait attisé cette passion naissante. Elle continua sur sa rencontre avec Edwin, leur relation passionnelle et passionnée. Enfin, elle conclut sur la brutale disparition du vampire et son emprisonnement forcée.

« Ils m’ont relâché il y a deux ans maintenant et je fais mon petit bout de chemin le plus discrètement possible, sans pour autant me laisser marcher sur les pieds. J’ai accepté d’être médecin légiste et en échange, on me laisse piocher dans les corps. »

Elle termina sa cigarette et la jeta plus loin. Elle se redressa et regarda tendrement la demoiselle assise à ses côtés. Elle passa une main dans sa propre chevelure, plaçant une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille.

« Et puis entre deux services, je tente de retrouver mon père. J’ai entendu qu’il était aussi sur cette île, mais pour le moment, j’ignore où. On s’est séparé assez violemment et avec le recul, je crois que je lui dois des excuses et lui une explication. »

Un tendre sourire illumina son visage d’une douce nostalgie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Retrouvailles improvisées au clair de lune [Feat Riley Keenan]
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned ::  :: Dublin :: les ruines de Dublin-
Sauter vers: