The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Retrouvailles improvisées au clair de lune [Feat Riley Keenan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
♠ Vampire ♠ Administrateur
♠ Vampire ♠ Administrateur
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 327
Points RP : 455
Date d'inscription : 02/05/2017

De la main de Tamara Bergson signé le Sam 10 Fév - 18:40
La lune, déjà haute dans le ciel, éclairait les environs de sa douce lumière blanche bleutée. Les ruines de la ville de Dublin étaient très belles vues comme ça, à l'état naturel, en pleine nuit. La nature semblait vouloir y reprendre ses droits par touches plus ou moins régulières, la végétation envahissant et entourant çà et là quelques blocs de pierre et de béton décharné, dans cette ville laisser pratiquement à l’abandon par ses habitants. 

Tamara marchait tranquillement en direction du retour vers son territoire, son chien marchant à ses côtés. Cette nuit était son jour de repos. Enfin, c'était censé l'être. Mais l’hôpital l'avait appelé en urgence : ils avaient eu besoin de renforts, ce n'était pas prévu, mais c'était comme ça. Alors elle était allée au château, et avait commencer son boulot. Très rapidement, un appel était parvenu à l’hôpital : quelqu'un avait été blessé dans la capitale du Purgatoire. Bien évidemment, trop trouillards pour se risquer dans cette zone que l'on définissait de dangereuse, de risquer, certains collègues de la brune avaient trouvés amusant de jouer à la courte paille avec elle sans lui dire de quoi il en retournait exactement. Par manque de chance, elle avait perdu la partie, tout en gagnant le droit de se rendre à Dublin pour soigner l'andouille qui s'y était aventurée. Ba voyons, c'est vrai que la folle dingue n'avait rien de mieux à faire que se rendre dans la zone la plus dangereuse de l’île pour aider un idiot inconscient !

Elle s'était quand même rendue sur les lieux en quatrième vitesse, parce que bon, au-delà du fait qu'elle se fichait totalement de ce qu'elle pourrait trouver là-bas, si on avait appelé l’hôpital pour un blessé, il fallait bien que quelqu'un y aille. Si besoin, elle se défendrait comme elle pourrait et puis basta. Mais de toute façon, qu'est ce qu'elle craignait réellement ? Grâce à la coalition, elle pouvait espérer une chance de s'en sortir, même si elle savait que certains s'en battait royalement l'entre-jambe avec une carcasse de poulet. Au final, elle avait trouvé le blessée et la personne qui avait appelé le château de Belfast à la rescousse. Deux vampires, comme elle, qui avaient voulut visiter la zone, voulant sûrement savoir ce que tout le monde y trouvait de si effrayant. En soit rien de bien méchant, juste un peu de curiosité mal placé, ce que certaines créatures avaient visiblement mal prit. Ou alors, ils étaient simplement tombés sur certains affamés qui n'étaient pas trop regardant sur les casse-croûtes qui leur tombaient sous la main. Les deux kaïnites avaient alors expliqué à Tamara que, n'ayant pas souhaité se battre pour une idée aussi débile, avait simplement cherché à fuir leurs adversaires à priori pas très contents de leur venue. Ça avait quand même coûté une jambe au plus jeune, pas de perte, mais une belle entaille qui lui avait fait perdre beaucoup de sang et l'empêchait de marcher. La brune l'avait soigné comme elle avait pus, et les deux zigotos étaient partis en direction du château en prenant le chemin le plus court, le plus âgé portant son ami pour l'y emmener faire des soins plus approfondis.

Sans trop savoir pourquoi, Tamara avait eu envie de faire le tour de la zone, histoire de voir s'il n'y avait pas d'autres idiots souhaitant eux aussi voir à quoi ressemblait cet endroit pleins de mystère et si dangereux selon la rumeur. Savait-on jamais, des fois qu'elle trouve d'autres blessés. Mais rien. Alors elle avait décidé de rentrer à Belfast, tout simplement. Elle aurait dû quitter l'endroit une fois sa mission finie, mais il faut croire que depuis qu'elle était devenue infirmière, elle se sentait la responsabilité de soigner le maximum de personne qui pourrait en avoir besoin.

Le chemin de retour vers sa zone serait long, mais comme elle avait du temps elle n'était pas pressé et pouvait prendre son temps. Du moins jusqu'au levé du soleil. Regardant sa montre, la brune y lisait une heure du matin. C'était largement suffisant pour rentrer sans qu'elle ne se presse de trop. Circulant tranquillement entre les décombres, elle veillait à ne pas tomber sur l'une des créatures vivant dans le coin. Pas qu'elle en avait peur, mais elle savait que certains profiteraient certainement de l'occasion pour faire d'elle et de son clebs leur repas nocturne. C'était principalement sur ceux-là qu'elle ne voulait pas tomber.

Puis, arrivant non loin de la sortie de la ville, elle avait entendue les aboiements de Romio un peu plus loin, l'animal semblant intriguer par quelque chose qui avait attiré son regard furtif. Tournant la tête, elle avait juste eu le temps de voir le molosse courir dans une direction avant de tourner dans un coin de rue, derrière une maison délabré.

« Bordel, Romio ! Reviens ici ! »

Mais pas le temps de réfléchir plus longtemps que Tamara se lançait déjà à la poursuite du canidé, non seulement pour le rattraper, mais aussi pour essayer de lui empêcher un malheur ou une mauvaise rencontre. Déjà qu'elle aurait préféré évité de traîner plus longtemps ici, voilà qu'elle se trouvait à courir derrière son animal de compagnie, dont la curiosité parfois un peu trop aiguisée l’entraînait rapidement dans des situations qui pouvaient être dangereuses.

Elle l'avait finalement retrouvée au bout de quelques minutes, dans un vieux bâtiment en ruine, aux pieds d'une jolie demoiselle aux cheveux de feu. C'était probablement elle qu'il avait aperçut, et avait dû trouver attrayante l’idée de la suivre pour savoir où elle se rendait.

« Enfin, je te retrouve ! Allez viens là, n'embête pas la dame. »

Laissait l'animal revenir vers elle, avant de l'attraper par le collier pour qu'il ne s'enfuît pas de nouveaux, elle s'était adressée à la jeune femme qui se trouvait en face d'elle.

« Je suis désolé s'il a dérangé, il est parfois un peu trop curieux. »





"Si je t'envoie une seringue dans la gueule, c'est probablement que je t'aime bien. Ou que tu l'as mérité."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Goule ☠ Progéniture d'Ève
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 235
Points RP : 478
Date d'inscription : 20/08/2017

De la main de Riley Keenan signé le Dim 11 Fév - 19:49
Retrouvailles improvisées au clair de lune ft. Tamara



Cela pouvait paraitre étrange que la goule souhaite se promener dans les ruines de Dublin. L’endroit était réputé pour être le repaire de créatures dangereuses, sanguinaires. Ne rêvant que de chairs fraîches ou en décomposition, le lieu était tout trouvé si vous désiriez perdre la vie en une fraction de seconde. Alors avec sa frêle apparence humaine, l’on aurait pu penser que la demoiselle aurait préféré demeurer parmi les êtres qu’elle semblait vouloir copier. Elle aimait le changement. Evoluer trop longtemps au milieu des êtres vivants avaient tendance à lui conférer des réactions… Humaine. Voir des amoureux se tenir la main, une mère et sa fille partager un moment de joie la rendait nostalgique. Ou alors était-ce depuis sa discussion passionnée avec la jolie blondinette rencontrée dans l’ancienne bibliothèque. Un soupir échappa ses lèvres à peine rosée.

Comme souhaitant renouer avec ce qu’elle était réellement, elle profitait de son jour de repos pour retourner dans la ville des enfants d’Eve. Elle se délectait des odeurs nauséabondes pour un nez non entrainé. Un sourire carnassier était accroché sur ses lèvres depuis qu’elle avait commencé à déambuler entre les immeubles en ruines. Elle n’avait pas vraiment eu l’occasion de se promener ici lorsqu’elle avait été sauvée par la Léviathan. Pourtant, bon nombre de ces créatures avaient appris à la connaitre. Ils s’étaient bien rendu compte qu’elle n’avait rien d’une frêle demoiselle en détresse. Sans même attendre que ses forces ne lui reviennent totalement, elle s’en était prise à quelques malins qui avaient voulu essayer de la croquer.

Tout était calme autour d’elle. C’était à peine si l’on percevait le vent qui soufflait dans les quelques branches encore attachées aux troncs abîmés. Même les cafards et les rats hésitaient à quitter leur cachettes. Seuls résonnaient bruyamment les talons de la goule qui claquaient sur les pavés de l’ancienne capitale irlandaise. Rien qu’à leurs échos l’on comprenait l’apaisement qu’il y avait dans le coeur et la tête de leur propriétaire. La tête haute, le regard droit, un fin sourire sur les lèvres, elle était pareille à un fantasme sorti tout droit d’un rêve, ou d’un cauchemar. Vêtue d’une robe blanche, longue, inopportune pour l’endroit. Ses longs cheveux étaient noués mais flamboyaient sous la lune à quelques minutes de son zénith. Même son maquillage était épuré, en total contradiction avec ce qu’elle faisait habituellement. Elle était bien éloignée de son usuel look de femme fatale, provocante même. Malgré cela, elle savait que personne n’oserait venir l’importuner. Pourtant dans l’ombre, on l’observait. Du coin de l’oeil, elle distinguait quelques mouvements, captait quelques regards. Quand elle les croisait, elle souriait d’avantage, toujours plus provocante. A la voir agir ainsi, on aurait pu croire qu’elle avait décidé que ce soir serait son dernier. C’était tout le contraire. Elle vivait depuis si longtemps, elle avait tellement souffert ces dernières années, qu’elle avait décidé que chaque jour serait le dernier. Elle n’avait plus rien à perdre et si peu de choses à gagner. C’était ce que la rendait si charismatique certainement.

Elle finit par entrer dans un bâtiment au hasard où la nature avait commencé à reprendre ses droits. Elle s’y engouffra de quelques pas et s’installa sur un énorme morceau de béton qui devait autrefois être un mur ou le toit de l’immeuble. Un pan de sa robe pendait le long de l’aggloméré. Elle avait retiré ses talons et sentait une mauvaise herbe sous ses orteils. Les mains posées en arrière, ses prunelles sombres s’étaient levées pour observer le tracé de la lune et les étoiles qui l’entouraient au travers de l’ouverture béante au-dessus d’elle. Il n’y avait pas un nuage dans le ciel. Toute cette tranquillité lui faisait du bien. Peu lui importait les bruissements qu’elle entendait autour d’elle. Evidemment, elle demeurait  sur ces gardes. Le ressourcement n’était pas excuse à se faire croquer bêtement. Ce fut ainsi qu’elle perçut les aboiements et les pattes qui se rapprochaient d’elle. Elle remit ses chaussures et se leva doucement pour faire face à l’animal qui arrivait droit vers elle. La langue pendante sur le côté, les oreilles vers l’arrière, Riley pencha la tête sur le côté. Elle était étonnée que l’animal soit parvenu à demeurer en vie ici. A moins qu’il ne fut pas seul. Il n’y avait rien pour le moment et elle s’accroupit pour frotter énergiquement la tête du canidé.

« Que fais-tu par ici mon jeune ami ? »

Elle avait prononcé ces derniers mots dans sa langue natale. Même si le chien ne comprenait pas, il pouvait en deviner la signification. Elle avait un sourire des plus innocents, des plus doux. L’on aurait pu la prendre pour une enfant. Keenan avait toujours eu un bon feeling avec les bêtes, plus qu’avec les êtres humains. Ils avaient cette pureté d’âme que les autres n’avaient pas. Aucune méchanceté. Et une fidélité sans faille. Elle soupira doucement.

« Si les humains étaient aussi comme ça… Quoi que non, je finirais par m’ennuyer. »

Elle se retint d’échapper un léger rire et perçut l’appel de la maitresse de l’animal. Celle-ci arriva près d’elle rapidement. Le chien la reconnut et abandonna la rouquine qui tentait de reconnaitre les traits qu’elle avait en face d’elle. L’inconnue parla de nouveau et cette fois, ça ne faisait plus aucun doute. Elle connaissait cette voix. Elle fit un pas en avant, prudemment, ne voulait pas l’effrayer.

« Tamara ? C’est bien toi ? »

Elle plissa doucement les yeux, son cerveau confirmant peu à peu qu’elle ne se trompait pas. Jamais elle n’aurait pensé recroiser la jeune femme ici et maintenant. Nul doute sur ce qu’elle était devenue à présent. Une vampire... Il fallait maintenant se remémorer quel nom elle portait à cette époque. Car bien que la Goule reconnaissait sans peine l'ancienne humaine,cette dernière aurait bien plus de mal. En effet, Tamara n'avait pas connu la créature sous cette apparence. D'ailleurs, le médecin comprenait que la vampire cherchait qui pouvait bien l'appeler par son prénom.

« C'est Scarlet.... Scarlet Sharpe.
Enfin, c'était ainsi que tu m'appelais à l'époque.
 »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♠ Vampire ♠ Administrateur
♠ Vampire ♠ Administrateur
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 327
Points RP : 455
Date d'inscription : 02/05/2017

De la main de Tamara Bergson signé le Mer 14 Fév - 20:11
Retrouvailles improvisées au clair de lune.  Riley & TamaraLe molosse s'était laissé caresser sans broncher, ne semblant même pas se dire que la personne qu'il venait de suivre aurait pu lui vouloir du mal. Il était un peu comme sa propriétaire, instinctif, agissant souvent avant de réfléchir aux conséquences. On fait d'abord et on voit après. Finalement, il semblait ne pas s’être trompé, du moins la jeune femme n'avait pas l'air de vouloir lui faire de mal. Il s'était assis à ses pieds, et n'avait pas bougé jusqu'à l'arrivée de Tamara.

Ses vieilles rangers noires raisonnants sur le sol au rythme de son allure, la jeune vampire n'avait pas tardé à faire son entrée. Les cheveux en pagaille à cause de sa course, elle avait sali de poussière son jean slim bleu pétant, son tee-shirt blanc déjà taché de quelques gouttes de sang dû à son intervention de tout à l'heure. Seule la veste en cuir qu'elle portait sur ses épaules semblait ne pas avoir trop subi les dégâts de la nuit et du temps. Alors qu'elle arrivait dans l’embrasure de la porte d'entrée de la ruine, la demoiselle en avait profité pour observer l'état du lieu, qui semblait encore plutôt bien avoir tenu malgré la dégradation évidente causée par le temps. La vampire n'aurait su dire dans quelle espèce de bâtiment s'était engagé l'animal pour suivre la belle inconnue. Une résidence, un ancien immeuble sans doute. La délimitation que l'on pouvait deviner des ruines semblait bien s'y prêter. Le trou béant de la toiture laissait filtrer les rayons de la lune qui éclairait l'intérieur de l'ancienne habitation aux murs rongés de végétation et de fissures.

Une fois son chien revenu à ses pieds, Tamara n'avait pas lâché la jeune femme du regard, attendant de voir l'évolution de la situation. Déjà, elle n'avait pas bouffé Romio, ce qui, en soit, était un début de bonne nouvelle. Parmi toutes les créatures qui vivaient dans le coin, elle ne faisait, à priori, pas partis des affamés qui aurait pu l'attaquer pour se nourrir. Qui sait ce qui aurait pu arriver si le chien était tombé sur une créature plus virulente ? D'ailleurs, la rouquine faisait elle vraiment parti de ceux qui vivaient au purgatoire, ou était elle, elle aussi, venu en ces lieux pour une tout autre raison ? Tamara n'avait aucun moyen de le savoir, du moins pas jusqu'à ce que la personne en face d'elle ne décide de le lui apprendre.

Puis, la voix de la demoiselle, qu'elle était persuadée de ne connaître ni d'Eve ni d'Adam, avait résonné à ses oreilles pour prononcer son prénom, lui demandant s'il s'agissait bien d'elle. La brune s'était figé sur le coup, arquant un sourcil d'incompréhension, ne comprenant pas ce que ça voulait dire. Comment pouvait-elle connaître son nom ? Son visage ne disait rien à Tamara qui cherchait par tous les moyens à savoir où et quand elles avaient pus se rencontrer. À moins qu'elle ne fasse partit de ses gens que la brune n'avait rencontrer qu'une fois dans sa vie, il lui semblait ne l'avoir jamais vu. Pourtant, elle était persuadée qu'elle n'aurait jamais oublié aussi facilement le joli minois de la demoiselle si elle l'avait déjà vu.

« Comment tu connais mon prénom ? » Avait-elle demandée à la rouquine, avec une certaine once de méfiance dans la voix.

La réponse ne s'était pas fait attendre pour que la demoiselle lui révèle son identité. Enfin, du moins l'identité sous laquelle Tamara l'avait connu à l'époque, selon ses dires. Et d'un coup, la jeune femme s'était détendu, reconnaissant le nom qu'elle lui avait donné. Un nom qu'elle n'avait pas entendu depuis près d'un siècle au moins, mais qu'elle n'avait pas oublié. La surprise pouvait se lire sur ses traits, chose qu'elle ne cherchait pas vraiment à cacher non plus.

« Scarlet ? Comme ma Scarlet, celle de Winchester, qui m'a hébergé alors que j'avais peur de retourner chez moi ?»

Un sourire avait pris place sur ses lèvres, découvrant ses jolies canines blanches aiguisées comme des lames de rasoir, alors qu'elle réalisait petit à petit qu'elle venait sans doute de retrouver une personne qui l'avait grandement aidé par le passé, une lueur d'espoir dans le regard. Une personne qui l'avait aidé à une époque où elle cherchait à fuir au maximum le domicile familial, lieu de cauchemars et de tristesse pour elle. Elle se souvenait bien de Scarlet Sharpe. Elle l'avait hébergé quelque temps lorsqu'elle était de passage en Angleterre, Tamara n'avait même pas encore 18 ans à l'époque. Elles s'étaient rencontré dans une taverne, dont le gérant n'étant pas vraiment regardant sur l'âge de ses clients, et s'étaient plutôt bien entendue. Puis Scarlet avait dû partir, l'année des 18 ans de Tamara.

Mais comment était ce possible ? Elle ne ressemblait pas à ça la dernière fois qu'elle l'avait vu. Évidemment, Tamara se doutait bien que la jeune femme n'avait pas pu survivre aussi longtemps si elle avait été humaine, c'est donc qu'elle était forcement autre chose. Et une chose qui pouvait visiblement changer d'apparence. Mais ce n'était pas sa préoccupation première pour le moment, elle voulait d'abord être bien sûre de se remémorer la personne qu'elle avait autrefois connu.
© YOU_COMPLETE_MESS





"Si je t'envoie une seringue dans la gueule, c'est probablement que je t'aime bien. Ou que tu l'as mérité."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Goule ☠ Progéniture d'Ève
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 235
Points RP : 478
Date d'inscription : 20/08/2017

De la main de Riley Keenan signé le Ven 16 Fév - 12:07
Retrouvailles improvisées au clair de lune ft. Tamara



Scarlett Sharpe avait été l’un des alias de Riley. Le tout premier. Elle avait abandonné son nom de baptême en quittant sa terre natale. Adieu la France et bonjour l’Angleterre. Elle était partie au moment de la grande Terreur. Beaucoup de têtes tombèrent et celles qui souhaitaient y échapper avaient suivi son exemple. Elle était restée dans le pays presque une dizaine d'années. Le Nouveau Monde avait fini par l'appeler et elle n'avait pas résisté à la promesse d’un nouveau départ prometteur. Toutefois, dans ce laps de temps, elle avait fait la rencontre de Tamara. Une jeune humaine que la vie n’épargnait pas. Elles s’étaient rencontrées dans un pub que Scarlett n’aurait pas du côtoyer au vue de sa nouvelle richesse empruntée. Mais la goule n’était plus une docile petite créature. Elle s’était donc pris d’affection pour la jeune femme et l’avait hébergée plus d’une fois. Sa porte avait toujours été ouverte pour elle, jusqu’à ce qu’elle quitte le vieux continent. En partant, elle avait laissé un mot à l’attention de la jeune demoiselle.

Ma douce Tamara,

Pardonne-moi de te quitter ainsi mais il est temps que je m'en aille. Je doute fort que nos chemins se croisent de nouveau un jour, mais sache que tu demeureras à jamais dans mes pensées et dans mon coeur. 

Ta Scarlett.

Les mots qu’elle avait calligraphiés lui revinrent en mémoire et un doux sourire apparut au coin de ses lèvres. Un sourire à la fois nostalgique et moqueur. Elle ne se souvenait pas avoir été aussi douce avec quelqu’un en dehors de l’enfant qu’elle avait fini par abandonner. La jeune femme s’enquit de demander si elle était bien la Scarlett de ses souvenirs et Riley acquiesça franchement. Le sourire s’élargit et elle approcha de nouveau, prenant les mains de son amie tendrement comme elle le faisait autrefois. A son contact, elle comprit immédiatement ce qui lui était arrivée. Elle était vampire. Elle avait été embrassée par l’éternité et permettait ainsi qu’elles puissent se retrouver. Le canidé observait le spectacle sans broncher, ne comprenant absolument pas ce qu’il se passait. La lumière lunaire continuait de s’insinuer dans l’immeuble là où autrefois il y avait un toit.

Keenan finit par lâcher les mains de son amie et posa un regard sur la tenue qu’elle portait. Elle était loin de l’image qu’elle donnait habituellement et loin de ce dont Tamara se souvenait. Elle continuait de sourire. Scarlett était brune avec de longs cheveux bouclés et souvent noués dans un chignon élégant. Ses courbes étaient généreuses comme l’imposait les codes de beauté de l’époque. Ses tenues étaient déjà extravagantes, colorées, symbole de sa nouvelle fortune. A l’époque, elle avait fait de son mieux pour coller au caractère de la vraie Scarlett selon les souvenirs qu’elle en avait. Une jeune femme distinguée, douce qui ne disait jamais un mot plus haut que l’autre. La vraie Riley était différente et elle avait pu montrer cette facette de sa personnalité à la vampire. L’une des seules encore vivante de son passé qui pouvait s'en vanter.

« Tu dois te poser bien des questions à mon sujet, » lui dit-elle. « Je peux déjà t’assurer que je ne suis pas une vampire. »

Si ça avait été le cas, la jeune immortelle aurait pu reconnaitre ses traits. Ceux de la britannique étaient plus marqués. Ses mâchoires étaient plus carrées, ses épaules plus droites. Elle avait de grands yeux clairs très expressifs, de longs doigts fins de pianiste. Même un bon chirurgien esthétique n’aurait pu la transformer à ce point. Sans parler de son âge. Le médecin légiste continuait de sourire.

« Je suis une goule, une créature d’Eve, » finit-elle par répondre à la question que Tamara n’avait pas encore posée. « Tu te doutes bien que je n’aurais pas pu t’avouer une telle chose à l’époque, tu n’aurais pas compris et tu te serais certainement détournée de moi. »

Ou pire. Elle aurait pu tenter de révéler son secret et Riley aurait été obligée de commettre l’irréparable. Faire en sorte qu’elle garde le silence et ne divulgue pas les secrets de la Goule. Si cette dernière avait eu le courage de dire adieu à son propre sang, par deux fois, elle n’aurait eu aucun scrupule à faire une telle chose à une personne qu’elle pouvait considérer comme une amie. Ca pouvait être difficile à concevoir pour bon nombre de personnes, mais il fallait être prêt à tout pour se préserver.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


De la main de Contenu sponsorisé signé le
Revenir en haut Aller en bas

Retrouvailles improvisées au clair de lune [Feat Riley Keenan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]

The Island Of the Damned ::  :: Dublin :: les ruines de Dublin-