The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez | 

 What the water gave me | Heikki

♣ Elementaire ♣ Administratrice
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 909
Points RP : 1697
Date d'inscription : 22/09/2017


What the water gave me
Heikki & Lahja

« And oh, poor Atlas. The world’s a beast of a burden. You’ve been holding on a long time and all this longing, and the ships are left to rust. That’s what the water gave us. »
Lahja s'accrochait à des rêves, aux vestiges de terres qu'on l'avait forcé à quitter. Elle oubliait la lourdeur de toutes les larmes qu'elle refusait de laisser s'échapper à nouveau en dépassant les frontières concrètes qui se riaient de la faire prisonnière, elle et sa magie aqueuse. Si son cœur brisé s'atrophiait à force de s'étrangler de méfiance, ses émotions, elles, n'avaient jamais cessé d'être fluides. Aussi limpides que ces rivières protégées par la grandeur sublime des arbres sous lesquels elle aimait se réfugier. Sur les terres qu'elle foulait lors de ses longues perditions en forêt, elle ne craignait rien, ni les monstres ni les hommes car elle avait une confiance extrême envers la nature, seule divinité réelle et louable pour elle. Seule consolation dans un monde où les autres se déchiraient, se perdaient pour dominer. Conquérir et simplement anéantir. Desseins grotesques qu'elle condamnait sans merci. Desseins qu'elle méprisait et qu'elle espérait un jour pouvoir métamorphoser. La seule chose qui permet au mal de triompher est l'inaction des hommes de bien, lui disait son père. Des hommes de bien... Combien en restait-il ? Sur qui pouvait-elle réellement compter si ce n'est qu'elle-même et son petit frère ? Parfois les soupirs de Lahja parsemaient ses nuits de doutes, la secouant ainsi de cauchemars toujours peints de cette voix qui lui glaçait le sang, celle d'un homme qui avait bien failli lui arracher ses lueurs et cet amour inconditionnel qui la traversait pour chaque chose dotée de cette puissance naturelle qu'est la vie. Il n'avait pourtant pas réussi. L'élémentaire courait toujours à contre-sens, transperçant les ombres sans jamais douter, sans jamais vouloir sombrer. Elle n'était pas guerrière, refusait de prendre les armes, de blesser. Elle ne voulait pas chuter, encore une fois. Ce n'était pas digne de ses parents, ce n'était pas digne de ce que son frère avait sacrifié pour elle. Lahja n'avait pas le droit de se laisser tenter, de s'égarer. Elle restait fidèle aux palpitations hasardeuses de son cœur qui, bien que terrorisé, battait toujours avec la même force. La sorcière blanche sentait glisser trop de larmes sur son âme. Celles de femmes, d'enfants et d'hommes qui n'avaient commis ni crimes ni pêchés. L'eau lui contait la douleur de ceux qu'elle s'efforçait de protéger, elle lui révélait des secrets qu'aucun mot humain ne pourrait décrire et Lahja écoutait, jour et nuit, elle ne faisait que ça, pressentant déjà la sécheresse du cœur et de la bonté, créant en ces esprits fracturés les fissures de la rancœur et de la haine.

Si seulement ils pouvaient tous voir ce qu'elle voit, entendre ce qu'elle entend... Si seulement ils pouvaient comprendre que la noirceur ne peut qu'engendrer des ombres et qu'elle a besoin de lumière pour saisir son importance... Si seulement Lahja était capable de décrire tout cela... Peut-être alors que quelqu'un, quelque part pourrait l'entendre elle aussi et la comprendre. Sa mélancolie n'avait pourtant pas d'égal à ce que supportait les terres désolées de l'Irlande. Au-delà de ce mur de vingt-cinq mètres de haut, la finlandaise sentait les grognements sourds de l'océan. Ses maelstroms secouaient ses poumons, accélérant simultanément ses battements cardiaques. Elle était l'auditrice anonyme des furies que le ventre de l'eau contenait et ça aurait été mentir que de dire qu'elle n'avait jamais participé aux soulèvements de ses vagues, se fracassant toujours de plus en plus fort contre les rochers abrupts qui les maintenaient tous prisonniers. C'est au sein de cette mer atroce que Lahja avait déversé sa haine, gardienne sacrée de tous ses maux et de toutes ses envies de vengeance. Elle avait sacrifié sa fierté pour quelque chose de plus grand, bien plus puissant que n'importe quel homme ou n'importe quelle créature. Á jamais disciple de son élément, Lahja savait qu'un jour l'eau la récompensera de son endurance. Elle le savait car sa clarté translucide ne lui avait jamais menti. Il n'a jamais été question de douleurs échangées, de guerres ou même de vengeances car tout ne se résume qu'à cet équilibre impassible qui l'avait toujours régi et il était stupide de croire qu'il ne finirait pas par reprendre son dû. Au-delà du monde, au-delà des lois et de la politique qui crucifiaient les hommes, parfois sans raison, persiste un cosmos insaisissable qui n'avait ni maître ni esclave. Il se contentait simplement d'exister et Lahja ne faisait que suivre son exemple. Alors dans ces bois, en plein cœur du territoire des loups, elle ne craignait rien. Portée par la terre qui ne faisait que lui rappeler son frère et touchée par les brises descendues de ce nord qui lui manquait tant, elle était en sécurité. Les échos des houles marines se perdant incessamment en elle lorsque sa douleur se faisait trop présente. Pour la guérir, la consoler et lui promettre que tout ira mieux, bientôt.

Elle n'était pas venue avec son équipe de cueilleurs, aujourd'hui. Lahja nécessitait de ces instants de solitude, répétitifs et quotidiens. Son âme tourmentée en avait besoin. Plus à l'abri sous les murmures des oiseaux qu'au cœur de bavardages futiles et lassants. Les autres la fatiguaient plus qu'ils ne la renforçaient. Pourtant elle ne pouvait se résoudre à les abandonner, à ne pas agir pour les apaiser et ne cessait jamais de travailler, s'activant bien plus que de raison, au point parfois d'en oublier qu'une vie sans tout cet acharnement avait un jour exister. Cette existence avait disparu comme la tendresse de sa mère et la force de son père. Seul Heikki lui rappelait que la vie ne s'était pas arrêtée. Seul Heikki lui avait rappelé qu'ensemble, ils pouvaient se relever. Sans lui, elle n'aurait pas su tenir debout. Elle n'aurait pas non plus voulu renouer avec la magie qui rugissait en elle. Lahja n'aurait été que le spectre fade et morne que Viggo avait réussi à faire d'elle. Son petit frère l'avait sauvé, avec compréhension et patience. Elle lui devait son courage et son envie d'être meilleure. En retournant au château, elle se demandait si le blond allait bien, s'il avait mangé quelque chose, prit une pause... Ce genre de choses que leur mère n'était plus apte à faire à présent. Elle ne traîna donc pas sur la route, accélérant même la vitesse à laquelle elle roulait pour le rejoindre un peu plus tôt que prévu. Fusionnelle avec le jeune élémentaire, elle ne pouvait se résoudre à rester éloignée de lui trop longtemps. Une fois au château, elle saluait quelques personnes avec un sourire sincère. À force de les croiser, elle en était presque à l'aise. Presque car oui, Lahja, comme son élément restait envers et contre tout, insaisissable. Elle frappa quelques coups à la porte d'un des bureaux dans lesquels exerçait son frère avant d'entrer, déposant déjà les paniers pleins qu'elle avait ramené de Galway. Lahja s'était rapprochée de son frère, laissant un baiser sur sa joue avant de prendre place non loin de lui pour profiter d'un moment en sa compagnie. « J'espère que ce que j'ai ramené nous aidera à tenir un moment... Mais tu sais aussi bien que moi que l'hiver n'a jamais été très clément. » Les plantes poussaient moins bien, le froid n'étant pas vraiment propice à l'éclosion. « As-tu mangé quelque chose ? » demanda-t-elle, concernée. Évidemment et comme toujours, elle s'adressait à son frère dans leur langue maternelle. Comme pour se rappeler de ce qu'ils étaient, à quelle famille ils appartenaient. Il allait bientôt être 21h00 et la journée lui avait encore filé entre les doigts.
(c) DΛNDELION


Revenir en haut Aller en bas
What the water gave me | Heikki
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shark in the water
» Personnages tournant souvent dans le monde du Water Boy...
» Je pars... Je ne reviendrais jamais... [Pink Water, Indochine]
» ♪ Baby there's a Shark in the water ♪ [Nat' PV Ethan]|| END||
» In the water, we can fly ♥ [PV: Zachary]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned ::  :: The souvenir's box :: Archives RP-
Sauter vers: