The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez | 

 Il faut sauver le soldat Avery !

Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 879
Points RP : 967
Date d'inscription : 02/05/2017

Il faut sauver le soldat Avery !Avery & TamaraNouvelle nuit. Nouvelle mission. Nouvelle zone.

Tamara s'était levée avec l'impression bizarre qu'elle allait de nouveau sortir de sa zone de confort. De quelle façon, elle ne le savait pas encore, mais elle pressentait que quelque chose allait donner du piment à cette nouvelle nuit de travail. Il y avait des jours, comme ça, où l'on avait ce genre d'impression, sans vraiment que l'on sache pourquoi. En soit, elle s'en fichait bien, elle s'adaptait facilement aux situations nouvelles, et la routine avait tendance à facilement l'ennuyer. La demoiselle avait l'immortalité devant elle, et avait donc besoin d'occupation pour ne pas trouver son existence trop longue.

Il était aux alentours de 22h30 lorsqu'elle avait décollé de chez elle en compagnie de ses acolytes. Le jour avait fait place à la nuit depuis une demi-heure environ, mais la petite famille savait qu'en ce début d'été, avait le raccourcissement des nuits, il valait mieux éviter de trop traîner pour aller bosser au château. Ça faisait d'ailleurs râler son frère Warren, qui aimait bien prendre son temps pour boire son café, mais pour sa grande sœur, il faisait l'effort de se bouger le derrière afin d'être à l'heure. 

À peine arrivée au château de Belfast qu'Harold, réceptionniste de l’hôpital, avait reçu un appel venant de la zone des lycans. Tamara, n'ayant pas encore pris son poste, avait entendu l'appel et avait tiré une grimace mêlant incompréhension et dépitement. De ce qu'elle avait comprit, un groupe de petits malins avaient trouvés très drôle d'aller visiter le territoire des loups, et ils s'étaient fait attaquer. Chouette idée les gars, vraiment. C'était pourtant connu qu'à moins d'une raison valable, il était conseillé de rester dans sa zone. Alors oui, les autres zones, c'était attrayant, parce que c'était le mystère, l'envie de découverte. Mais bordel non, s'il n'y a pas d'office de tourisme, c'est bien pour une raison ! Et la coalition n'avait pas séparé le territoire pour rien. Tamara ne savait pas qui ni quoi faisait partit de se petit groupe, mais de toute évidence, ils connaissaient le numéro du château pour pouvoir appeler en cas d'urgence. Dans tous les cas, Tamara se disait qu'il devait leur manquer des cases pour s'être rendue en zone inconnue. C'était pourtant connu que chaque peuple n'appréciait pas particulièrement qu'on se trouve sur son territoire, encore une fois sans raison valable. 

Forcement, Tamara étant avec lui, Harold lui avait demandé d'y aller, ne serait ce que pour vérifier la véracité de l'affaire. Parce que oui, même si généralement les infos donner était vrai, il était déjà arrivé qu'un ou deux appels soit des faux, soit que le probleme c'était réglé entre temps. Dépité par autant de connerie d'un petit groupe de curieux, l'Anglaise avait soufflé d'ennui avant de se résigner à se rendre dans la zone lycan. La seconde chose qui la dérangeait n'était pas tant de s'y rendre ou de soigner des inconscients, c'était surtout que par rapport à la zone vampire, celle des lycans n'était pas la porte à côté. Il fallait déjà traverser les limbes avant de pouvoir y parvenir. 

« Padre, j'veux bien y aller moi, mais c'est grave loin ton truc-là ! Regarde le purgatoire la dernière fois, j'ai fait Belfast-Dublin à pied, j'ai mis presque trois heures rien que pour l'aller, et encore en courant vite. Mais là si je fais la même, je vais mourir avant de revenir, à moins de dormir sur place. Et comme je ne suis pas suicidaire non plus, là, désolé, vu la distance, il me faut un véhicule. » Sans trop de discussion, elle avait eu gain de cause. Depuis Tullamore, les véhicules étaient peu utilisés à cause des réserves d'essence qu'il fallait économiser. Ici, il fallait reconnaître que la brune n'avait pas trop le choix, rien que pour gagner du temps pour le trajet. Afin de ne pas gaspiller trop d'essence tout en pouvant faire le trajet rapidement, Tamara héritait de la moto qu'elle partageait avec son sire. Ils en avait tout deux un double des clés, et s'en servait seulement en cas de nécessité. 

Son casque sur la tête, enfournant la Yamaha de couleur rouge, la vampire avait rapidement pu arriver sur le territoire des loups. Un territoire où la nature prédominait, et semblait avoir repris la quasi-totalité de ses droits. Elle avait bien trouvé le petit groupe qui avait appelé le château, et, après avoir retiré son casque de protection, s'était occupé d'eux. Apparemment, ils étaient venus pour passer un accord avec quelques membres de l'une des meutes du territoire, ce que ces derniers ne semblaient pas avoir bien pris. On ne pouvait pas leur reprocher d'avoir essayé, même si l'Anglaise se demandait comment ils avaient fait leur compte pour les énerver. Quoique, si les loups étaient du genre impulsifs, un peu comme elle, ou même simplement de mauvaise humeur, ça pouvait expliquer beaucoup de choses. Après avoir pansé leurs blessures, elle les avait laissé quitter la zone pour se rendre là où ils recevraient des soins plus approfondie.

La jeune femme s’apprêtait à remonter sur la moto pour prendre le chemin du retour, mais son regard avait subitement été attiré par une forme un peu plus loin. De sa place, elle parvenait à distinguer un corps, avec une jolie chevelure de feu, mais elle n'en voyait pas les détails. Dans le doute que ce soit une nouvelle personne blessé, Tamara préférait se rapprocher pour s'en assurer. Prenant le guidon du véhicule entre ses mains, la demoiselle s'était mise en marche en direction de la silhouette au loin, poussant la moto qui avançait à ses côtés. Arrivée au niveau de ce qui semblait être une jeune femme, l'Anglaise avait lâchée le guidon de la Yamaha pour s'approcher de la demoiselle dans le dos de qui elle se trouvait, ce qui ne permettait pas à Tamara de voir si elle était ou non blessée.

« Bonsoir, tout va bien ? » avait elle alors demandé, d'abord sur ses gardes, attendant la réponse de la personne aux cheveux de feu.  
© YOU_COMPLETE_MESS


Les démons de mon passé ont fait de moi ce que je suis.© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 136
Points RP : 146
Date d'inscription : 23/09/2017

Il faut sauver le soldat Avery !Je n'appartiens à rien ni à personne, plus je serais à bonne distance de la meute et mieux je me porterais. Franchement, pourquoi Lahja m'a-t-elle dit que cette meute me conviendrait alors, qu'à la première occasion, ce sont des paroles blessantes et des regards méfiants qui me visent. Honnêtement, j'ignore si je pourrais accepter la situation plus longtemps. L'indépendance et la liberté me manquent, ici, je n'ai ni l'un ni l'autre. J'envoie même bouler ceux qui désirent d'approcher de moi, la confiance n'étant pas présente, je préfère rester loin des faux-semblants et des hypocrites. Ma vie était déjà un bien joli bordel avant tout ça, mais là, je ne sais pas si je vais pouvoir garder un contrôle sur moi plus longtemps. Quand je suis partie de chez moi, abandonnant absolument tout, c'était pour me forger une force mentale et physique afin que je ne puisse jamais dévier. Mon mentor m'a surtout appris à chasser, traquer, contrôler ma louve et me battre et non pas comment est la vie en meute et l'attitude à avoir. Cela ne m'a jamais intéressé, parce que je ne me vois pas dans ce genre d'atmosphère. Ma vie se résumait depuis mon enfance à ma mère et moi-même. Mon géniteur n'était qu'un être de passage, juste bon à faire acte de présence pour s'amuser avec ma mère et à me regarder avec un œil critique. Quand, je fus assez grande, je fuyais le foyer pour me plonger en pleine nature ou bien pour dormir chez mon meilleur ami pour que je n'ai plus à avoir cette horrible sensation de n'être qu'un objet et un sujet à dispute parce que j'agissais plus en garçon qu'en jeune femme digne de ce nom.

Si j'avais su que ma vie deviendrait ainsi, alors, je n'aurais jamais souhaité être louve. Peut-être aurais-je eu une vie simple à réaliser ma carrière comme je le souhaitais sans quitter des yeux ma mère et sa stupide faiblesse à retourner vers un homme qui la prend pour une maîtresse de plus dans son tableau de chasse. Pourquoi faut-il toujours qu'elle se soumette au lieu de prendre conscience de son ridicule. Je m'en veux, mais j'ai autant honte de ma mère par moment que je hais le sang qui coule dans mes veines. Plus les jours défilent et plus je me rends compte que j'ai les défauts de mon géniteur. Je sais très bien qu'il suffisait d'un rien pour que je m'emporte et devienne autant blessante oralement que physiquement. J'ai peur que dans peu de temps, je ne répondrais plus de rien. On m'écrase et on me réduit à ce que j'ai toujours été tout au long de ma vie. A rien.

Je souffre et je suis terrorisée par cette situation, mais je me refuse de faiblir, même si pour ça, on doit me détester. On refuse de vouloir me connaître, la meute est pour moi, en cet instant, bonne à critiquer, mais pas à me montrer la voie. Alors, je ne devrais peut-être plus lui apporter l'importance qu'elle peut avoir par rapport aux autres. Aindreas est soit disant, l'alpha de toutes les meutes, mais franchement, je ne sais même pas ce que c'est un alpha. Le seul que j'ai croisé avant lui, est celui de mon géniteur. Il a été sympa, mais déjà à cette époque, je préférais rester loin d'eux et de mon père. Je haïssais son environnement, et même si c'était dangereux de le dire à l'alpha, ce dernier n'avait pas répliqué, se disant peut-être que je n'ai pas eu le meilleur des représentants devant moi au cours de ces dernières années. Non, sans blague !

Ce soir, encore, je m'étais décidée à me perdre dans la forêt, seul endroit capable de chasser mes idées noires. Au moins, ici, j'étais sûre de ne croiser personne, en tout cas, c'est ce que je pensais. Pour tout, dire, j'ignore ce qui est arrivée. Je me souviens juste d'un coup suivi de plusieurs autres. J'étais devenue sans le vouloir un défouloir pour des êtres qui me portaient une haine véritable. Est-ce que cela avait avoir avec le cadavre retrouvé à Galway, il y a quelque temps plus tôt ? Ou bien une autre histoire entre meutes. Les Bartoli ? Les Huns ? J'en sais rien et mon cerveau n'est pas assez clair pour pouvoir réfléchir plus loin encore.

Je pouvais sentir sans mal l'odeur du sang et le fluide couler le long de ma tempe. Autant dire, que cette fois-ci, il m'était impossible de me contrôler. Mon regard vira d'une couleur jaune intense et des griffes me poussèrent. C'est souvent le cas, quand on vient à s'attaquer à un lycan, ce dernier ne devient plus que colère et c'est mon cas. Autant dire, que c'est l'occasion de m'extérioriser un peu. En me redressant, je frappe, sans discernement, je laisse ma louve me dicter les mouvements souhaités. Je comprends alors, que ce sont des lycans qui me font face. De mon clan ou non, je n'en ai rien à foutre, mais je doute que des An'Sionnach se risquent à attaquer l'un des leurs de la sorte, de ce fait, je penche pour un clan ennemi. Sans doute les Bartoli, qui sont venus faire la misère pour une entente. J'en sais rien en fait, je comprends seulement que dans cette bagarre, je me retrouve unie à des alliés que je n'ai jamais vu de ma vie. Autant s'en servir à bon escient. On se bat, côte à côte, le temps de nous débarrasser de nos adversaires et quand enfin tout ce termine, je me laisse tomber au sol. Mal au point, plus que ça d'ailleurs. La force me manque et j'ai dû mal à redevenir moi-même. Je grogne de ma colère restante et de cette souffrance qui prend le pas sur le reste maintenant que la confrontation est bel et bien terminé.

Essoufflée, je reste dans mon coin. Délaissée et bien que cela devrait me faire quelque chose, j'avoue que là, cela ne me fait plus ni chaud ni froid. Au bout d'un moment, je décide de me redresser en m'aidant de l'appuie d'un arbre non loin de moi. J'avance en boitant et sans véritablement entendre si l'on s'adresse à moi dans un premier. C'est comme lorsque vous avez la tête sous l'eau et que quelqu'un vous parle. Vous ne comprenez strictement rien.

« Bonsoir, tout va bien ? »

Secouant doucement la tête pour revenir à la réalité et m'éloigner du brouillard qui accapare mon esprit, la main sur ma hanche alors, que ce n'était pas le seul endroit où j'étais blessée. Lèvre inférieure fendue, l'œil droit tuméfié ainsi que l'arcade sourcilière blessé. Et ne parlons pas du sang qui coulait le long de ma nuque. Vêtements sales, déchirés par endroits, certainement des hématomes au niveau de mon bassin... Tout ceci n'est qu'une liste exhaustive.

« Ouais... » Finis-je par grogner avant de me retourner pour faire face à une miss en moto. Je l'avais jamais croisé à Galway encore. Était-elle louve ? J'avoue que les apparences sont tellement trompeuses à River Crow. Une main contre l'arbre, je la regardais, mais la voyais à peine pour dire vrai. Et honnêtement, je suis vidée de toute énergie, que sans m'en rendre compte dans un premier temps, je tombe genoux à terre. Je suis tellement épuisée par cette situation et voilà que j'ai été passé à tabac par je ne sais qui. Je sais juste que j'ai autant frappé qu'eux, peut-être que j'en ai tué un... Deux ? J'en sais foutre rien ! « Bordel de merde. » disais-je en crachant du sang et finissant par tomber au sol, je suis plus mal au point que je ne l'imaginais de prime abord. Visage tourné vers la voûte céleste, je pouvais aisément voir les étoiles scintiller comme des diamants. Parfois, j'ai l'impression qu'elles se moquent de moi. « Finalement, j'crois pas. Ils m'ont pas loupé ces connards. » J'émets un rire moqueur bref. « Bienvenue en enfer... Encore hein. » Murmurais-je plus pour moi-même pour celle qui me laissera forcément tomber comme les autres.

© 2981 12289 0




The moon, the woman and the wolf.
Justayne
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 879
Points RP : 967
Date d'inscription : 02/05/2017

Il faut sauver le soldat Avery !Avery & TamaraLa personne qui lui tournait le dos semblait mal en point, appuyé là contre un arbre, à se maintenir debout bien difficilement. Alors que la brune ne voyait encore rien, son interlocutrice avait fini par se retourner, lui dévoilant non seulement son joli minois, mais aussi les nombreuses blessures qu'elle venait de recevoir. Lèvre inférieure fendue, œil droit tuméfié, arcade sourcilière blessé... Sans vouloir trop s'avancer, l'Anglaise en déduisait qu'elle devait s'être battue. Mais contre qui et contre quoi, là était toute la question. Considérant le territoire, la probabilité qu'elle se soit confrontée à des loups était plus forte, mais sur cette île tout pouvait arriver. Elle avait très bien pu croiser des gardes de Tullamore et les avait affrontés pour s'en tirer. Ou même simplement un groupe d'autres créatures ou d'humains venus ici pour on ne sait quelle raison. Il y avait tellement de possibilités...

La brune avait laissé traîner son regard sur le reste du corps de la jolie rousse, constatant d'autres blessures, et ne pouvant en discerner d'autres qui était caché par les vêtements, ceux-ci déchirés par endroits. L'odeur du sang qui traînait sur ses vêtements lui sautait d'un coup au nez, avec une violence qui aurait eu de quoi l'affamer si elle n'avait pas pris le temps de se nourrir un minimum avant de partir. Elle ne pouvait cacher que ça lui donnait quand même l'eau à la bouche, mais elle n'était pas là pour ça. Avec son odorat plus développé que celle d'un vampire normale, c'était pire que pour ses compatriotes. Elle parvenait à différencier le sang de plusieurs personnes différentes, dont celui de la jeune femme en face d'elle, donc elle avait dut affronter plusieurs adversaires. Pour un peu, elle aurait comparé la rouquine à une victime d'agression tout droit sortit d'Esprit Criminel. En peut-être plus hardcore. Et elle disait aller bien ? Cette blague... Quoique par fierté, ou à cause de l'adrénaline, on pouvait dire beaucoup de chose.

Lâchant le guidon de la moto pour la laisser reposer sur sa béquille, elle s'était rapidement dirigé vers la demoiselle pour la retenir dans sa chute en la soutenant, et l'aider à se poser contre l'arbre. Et elle perdait du sang en plus de ça, l'odeur en devenait presque insupportable pour la vampire qui souffrait de ne plus pouvoir se nourrir autant qu'avant.

« J'ai l'impression qu'ils ne t'ont pas loupés également. Tu empestes le sang à plein nez, c'est horrible ce que tu donnes faim. N'importe quel vampire affamé qui aurait dans l'idée de passé par là risquerait de te sauter dessus pour moins que ça. Tu t'es battu contre quoi, une horde de zombies en manque de cerveau ? »

La brune faisait de l'humour pour essayer de détendre un peu l'atmosphère, bien qu'il n'y avait rien de spécialement drôle dans ce qui se passait en ce moment. Mais c'était aussi une façon de continuer à faire parler son interlocutrice, de la garder consciente pour avoir le maximum d'informations et pouvoir la soigner dans les meilleures circonstances. Elle n'avait pas l'air prête à s'évanouir dans l'immédiat, mais il valait mieux être prévoyant. Évidemment, elle ne pourrait pas faire mieux que si elle avait eu tout sous la main comme au château de Belfast, mais elle allait déjà faire le maximum pour permettre à la rousse d'aller mieux pour le moment, histoire qu'elle puisse reprendre un peu de force pour pouvoir se déplacer et aller se soigner mieux que ça autre part.

Retirant son sac à dos de ses épaules, elle l'avait ouvert pour en sortir une bouteille d'eau qu'elle tendit à la jolie rousse devant laquelle elle s'était agenouillé.

« Bois un peu, ça ira mieux. Écoutes, je suis infirmière, je peux te soigner. J'ai juste besoin de savoir ce qui s'est passé et où tu es blessé. Mis à part les blessures déjà voyantes. Question conne : tu es bien une louve ?»

Autant s'assurer de la nature de la jeune personne en face d'elle, pour ne pas lui faire n'importe quoi non plus en terme de soin a prodiguer. Bon, elle ne pourrait pas faire grand chose non plus, mais elle savait que la cicatrisation n'était pas la même pour tout le monde. Non, elle n'allait pas l’abandonner à son triste sort. Bien qu'elle n'était pas là pour elle à la base, son rôle d'infirmière lui interdisait de la laisser comme ça, blessée et affaiblit, sans force pour se battre une fois encore si de nouveau opposants arrivaient jusqu'à elle. Elle aurait pu pourtant. Mais non. Parce qu'elle était également consciente que, sur ces terres de désolation, chaque vie devenait importante. Plus ils resteraient nombreux au sein de l’île, mieux se serait pour affronter leurs bourreaux communs : les Tullamore. Certes, elle perdait du temps pour retourner à Belfast en décidant de soigner cette jeune inconnue, mais qu'importait.

« Ne t'en fais pas, je n'ai pas empoisonnée la bouteille. Ça peut paraître idiot de le préciser, mais par mesure de précaution ça vaut mieux. Par les temps qui court, on ne sait jamais sur quel malade on peut tomber. »

Après tout, la demoiselle en face d'elle de la connaissait pas, tout comme Tamara ne connaissait pas la demoiselle en face d'elle. Et la vampire n'avait pas la réputation d'être la personne la plus saine d'esprit qui puisse exister, bien que l'autre demoiselle ne devait rien en savoir. Mais au vu de la situation actuelle, la brune se sentait moins menacé par son interlocutrice que l'inverse. La rouquine était blessée, affaiblit, et n'avait pas l'air en mesure de pourvoir de nouveau se battre. Elle ne semblait pas en avoir envie non plus d'ailleurs, du moins à première vue. Tamara n'était pas vraiment là pour ça non plus de toute façon. 

Alors qu'elle commençait à sortir de son sac de quoi soigner la demoiselle auprès de qui elle était, le murmure de la jeune femme, qu'elle était parvenue à comprendre grâce à son ouïe plus développée, avait étiré un sourire sur les lèvres de la brune. À cela, une phrase lui était venue en tête, et elle n'avait pu se retenir de la dire.

« Good Morning Vietnam. »

C'était cliché comme image de l'horreur, et pas vraiment représentatif de ce qui se passait ici, mais elle avait eu envie de le dire.

« Au fait, j'aurais dû commencer par là : tu t'appelles comment ? »  
© YOU_COMPLETE_MESS


Les démons de mon passé ont fait de moi ce que je suis.© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 136
Points RP : 146
Date d'inscription : 23/09/2017

Il faut sauver le soldat Avery !Ce fut un enchaînement de haine qui s'était abattu plus tôt sur moi. Et il en résultat bien sûr une bagarre violente et sanglante. Il faut dire qu'un loup, quand il se défend, il ne prend pas des pincettes et je ne suis pas du genre à me laisser faire même si des règles me tiennent, est-on réellement censé obéir ? Je suis certes dans une meute, mais je me sens pas y appartenir pleinement, j'en avais fait le choix par obligation. Parce que faire face seule à des ennemis mieux armés et plus nombreux n'étaient pas très judicieux. En fait, c'était une véritable folie. Ma connerie du jour en tant que rebelle et grincheuse, c'est d'être partie en forêt et en pleine nuit. Jusque-là rien de bien étonnant, mais avais-je prévu pour autant de me faire attaquer par des lycans et de trouver des alliés en une seule et même soirée ? Non, pas vraiment. Je m'étais imaginé quelque chose de peinard dans un coin d'Irlande chaotique sous la dictature des Tullamore que je voulais voir brûler sur un bûcher. Autant vous dire que si j'en croise un, il ne verrait pas le jour se lever ou la nuit se coucher. Je serais aussi intraitable que je sais l'être et autant dire, qu'il ne valait mieux pas me mettre à dos. Je pouvais devenir particulièrement virulente et violente, allait savoir de qui je tiens quand je sais que ma mère est du genre douce et angélique. Moi, je me rapproche du mi-ange, mi-démon. Oui, je peux être horrible. Sans doute mon paternel, mais j'en sais rien puisque je le connais pas ou voir très peu. Aujourd'hui, je reflète plus la bâtarde qu'autre chose à son regard.

Dans le cas présent, je dirais plus une loque lycane qu'autre chose. Épuisée par l'affrontement et perdant du sang à vue d’œil, je ne m'attendais pas réellement à un déferlement de rage aussi prononcé à dire vrai. Surtout, que je suis loin d'être facile quand mon humeur n'est pas des plus amicaux. Je dois beaucoup prendre sur moi. De toute façon, sur ce point, cela a toujours été le cas.

Quand tout ceci s'est terminé, je me suis retrouvée seule comme à d'habitude, je devrais dire. Je ne m'en plains pas. Le silence, c'est reposant, mais se vider de son sang, ça l'est moins. Peut-être que je crèverais seule et avant de revoir ma mère et d'en faire baver à l'homme qui est mon père. Le frapper jusqu'à en avoir mal et lui faire comprendre quel connard il a été tout au long de sa vie et que j'ai honte d'avoir son sang en moi. En tout cas, je ne me vanterais pas en disant qu'il est mon père. Il n'a pas d'honneur. Ce n'est pas un homme bien.

« J'ai l'impression qu'ils ne t'ont pas loupés également. Tu empestes le sang à plein nez, c'est horrible ce que tu donnes faim. N'importe quel vampire affamé qui aurait dans l'idée de passé par là risquerait de te sauter dessus pour moins que ça. Tu t'es battu contre quoi, une horde de zombies en manque de cerveau ? »

J'ai dû être dans les vapes un petit instant avant de me rendre compte que la personne à qui je parlais, était bel et bien réel. Ces salauds ne m'ont pas loupés, c'est une chose sûre à présent. Je lève mon visage vers la source de cette voix. Elle est floue. L'épuisement et le sang, sans doute, qui en sont la cause. Je l'observe sans pouvoir définir réellement le moindre de ces traits.

« Bin au moins, j'peux être un buffet à volonté... » Je ris moi-même de ma connerie, même si ça me fait mal. Certes, je guérirais plus rapidement qu'un être humain normal, mais ça ne m'empêche pas d'avoir mal non plus. « Des lycans. » Grognais-je entre mes dents. Douleur et rage se mélangeaient dans ma voix. Qui ? J'en sais rien. De quel clan ? Encore l'ignorance. Et puis vu ma popularité, je doute qu'on veuille se soucier de moi.

« Bois un peu, ça ira mieux. Écoutes, je suis infirmière, je peux te soigner. J'ai juste besoin de savoir ce qui s'est passé et où tu es blessé. Mis à part les blessures déjà voyantes. Question conne : tu es bien une louve ?»

Difficilement, je prends la bouteille. Reconnaissante envers elle. Non, je ne passerais pas ma foutue colère sur elle. Cette fille était assez sympa pour perdre son temps avec moi. « J'en sais rien. J'me suis faite passer à tabac par des putains de lycans. » Je tousse un peu. De toute manière, je ne pense pas être gravement blessée. J'aurais sans doute des bleues, trophées supplémentaires qui seront ajoutés à ma liste. De toute façon, ce ne serait pas la première fois. « Ouais, j'suis bien une louve. » Fis-je en posant mon regard sur elle. Du jaune, il avait repris une teinte normale. « T'es une infirmière ? Ça doit être mon soir de chance alors. »

« Ne t'en fais pas, je n'ai pas empoisonnée la bouteille. Ça peut paraître idiot de le préciser, mais par mesure de précaution ça vaut mieux. Par les temps qui court, on ne sait jamais sur quel malade on peut tomber. »

Je regarde la bouteille. C'est vrai que j'ai encore rien bu. Sans doute pas pour la raison qu'elle mentionnait, mais parce que c'était dur de bouger pour le moment, alors, je faisais doucement pour ne pas trop éveiller la douleur qui allait et venait lancinant et brûlant mon corps. « J'te rassure, c'est pas que maintenant. Les malades, j'en ai connu. » Deux en fait, mon père et mon demi-frère qui a voulu me tuer pour réveiller son gène lycan. Je finis par boire une bonne gorgée d'eau m'étouffant presque tellement la soif me tenait. C'est comme si j'avais erré durant des jours dans un désert aride, sans eau ni nourriture.

« Good Morning Vietnam. »

Un enfer comme un autre. Je souris à ce qu'elle venait de rire tandis que je la vois sortir du matériel de son sac. C'est sympa de s'occuper de moi comme ça.

« Au fait, j'aurais dû commencer par là : tu t'appelles comment ? »

« Avery. » Me présentais-je en la regardant. « J'te serrerais bien la main, mais un peu dur de bouger là. » À nouveau, j'esquisse un sourire. « Et qui est mon infirmière du moment ? De ce que j'ai compris, t'es une vampire. » Je bois une nouvelle gorgée. « T'es la première que je rencontre. »

© 2981 12289 0




The moon, the woman and the wolf.
Justayne
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 879
Points RP : 967
Date d'inscription : 02/05/2017

Il faut sauver le soldat Avery !Avery & TamaraAu vu de l'état de la jeune femme qu'elle avait en face d'elle, l'infirmière essayait d'imaginer ce qu'elle avait bien pu endurer pour en arriver à un tel résultat. De toute évidence, elle avait dû bien en baver si on considérait les nombreuses blessures qui se présentaient sur son corps. Mais surtout, cette forte odeur de sang qui émanait d'elle. Il n'y avait pas de doute là-dessus, la bataille avait dû être violente et très éprouvante, si on considérait également l'état de fatigue avancé dont elle semblait souffrir. Pas prête de s'évanouir la brune avait elle pensée ? Elle allait peut-être reconsidérer son opinion finalement, ce n'était pas le cas, pas encore, mais la rouquine semblait dans un état de semi-conscience peut être plus avancé que ce que Tamara avait cru au premier abord. Elle lui avait répondu une première fois, mais ne semblait s'être rendu réellement compte de sa présence qu'après sa deuxième intervention.

La vampire avait eu un sourire amusé en entendant la louve parlé d'elle-même comme d'un buffet à volonté, avant de l'entendre répondre qu'elle s'était battu contre des lycans. C'est qu'ils devaient avoir une sacrée force pour l'avoir ainsi abîmé, quoique le nombre eût certainement dû les aider. Mais la brune se doutait que sa nouvelle patiente devait être plus concentrée sur le fait de se défendre que sur le fait de savoir combien ils devaient être en face d'elle, alors elle ne lui poserait pas la question. De toute façon, cette information ne lui serait pas utile pour savoir quels soins appliqués, tant qu'elle connaissait l'origine de la blessure, c'était suffisant.

Elle avait ensuite laissé la jeune femme répondre à sa deuxième question, alors qu'elle lui avait donné la bouteille d'eau. Dans le doute, elle avait préféré se renseigner sur ce qu'elle était, histoire de ne pas faire n'importe quoi non plus. On n'était jamais trop prudent, et l'infirmière ne voulait pas prendre le risque d'utiliser quelque chose qui pouvait s'avérer nocif pour sa patiente alors qu'elle cherchait au départ à la soigner. C'était comme pour elle, une vampire, qui au contraire d'un humain craignait certaines choses pouvant lui être fatales. Son interlocutrice était donc bien une louve, et Tamara n'avais donc à priori pas de contre-indication spécifique à la soigner avec les moyens qu'elle avait.

« Je vois. Ne t'en fais pas pour tes blessures, je vais regarder ça du coup. Le principal, c'est qu'il ne faudrait pas que j'en loupe une qui pourrais s'infecter. Ouais, je suis infirmière, je travaille au château de Belfast. Normalement, je ne devrais pas être là, mais par la force des choses, j'ai pas eu le choix. On va dire que tu étais au bon endroit au bon moment. »

Au bon endroit au bon moment sur une île où il ne faisait pas bon vivre en ces drôles de temps. Parfois, même les plus petits détails pouvaient sauver une vie ou la rendre plus agréable, pour peu que cela intervenait quand on en avait besoin, ce qui semblait être le cas ici de la jeune louve qui bénéficiait de l'aide de l'infirmière arrivé alors qu'elle était blessée. Observant son interlocutrice, Tamara avait remarqué qu'elle n'avait pas encore touché à la bouteille qu'elle lui avait tendue. Elle avait ainsi précisé que la bouteille n'était pas empoisonnée, histoire que la demoiselle ne s'inquiète pas de son contenu. La réponse que la rouquine avait prononcée ensuite avait fait apparaître un sourire amusé sur ses lèvres.

« Je veux bien te croire. Quand on voit ce qui se promène sur l'île, on peut s'attendre à tout. Enfin, c'est moi qui parle de malade, mais je suis pratiquement sûre que la moitié de mes collègues seraient prêts à me pointer du doigt si on leur posait la question. M'enfin, c'est subjectif après, et si on se fiait toujours aux avis des autres, on ferait plus rien. »

Valait mieux qu'elle ne commence pas à faire peur à sa nouvelle patiente alors qu'elle voulait la soigner. Encore, elle aurait été une Tullamore, elle l'aurait laissé crevée, mais elle n'était qu'une louve blessée sur son propre côté de l'île. Alors autant se serrer les coudes, et lui venir en aide en soignant ses blessures pour qu'elle puisse être un minimum en forme si quelque chose devait lui retomber sur le coin du nez. Ce que Tamara ne lui souhaitait pas vu son apparent état de faiblesse et de fatigue du moment.

Tamara avait observé la louve alors qu'elle buvait une gorgée de la bouteille d'eau qu'elle lui avait donné quelques instants auparavant. La voyant presque s’étouffer, et remarquant qu'elle semblait avoir quelques difficultés à bouger son bras, elle lui était venue en aide afin d’éviter une mauvaise surprise.

« Tu as mal au bras ? J'ai eu l'impression, en te regardant, que tu avais du mal à le lever, ou même à le bouger en général. » Avait-elle demandé à sa patiente du moment, pour pouvoir la soigner au mieux.

Elle avait ensuite commencé à sortir des affaires de soins de son sac, les mettant à sa portée pour s'en servir plus aisément. Écoutant ce que lui disait son interlocutrice, elle lui avait répondu en finissant de sortir son attirail de soin.

« Ne t'en fais pas, ne va pas te fatiguer pour moi, c'est déjà bien si tu arrives à tenir le coup. Je suis Tamara, et je suis effectivement une vampire. »

Deuxième gorgée sans fracas pour la jolie rousse, ce qui rassura un peu Tamara.

« Enchanté de te rencontrer, Avery. » Avait alors répondu l'infirmière avec un sourire amusé, en apprenant qu'elle était la première vampire que rencontrait la jeune femme.
© YOU_COMPLETE_MESS


Les démons de mon passé ont fait de moi ce que je suis.© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 136
Points RP : 146
Date d'inscription : 23/09/2017

Il faut sauver le soldat Avery !Que ce doit mon sang ou celui des autres, je ne dois pas être jolie à voir, mais cela prouve d'une certaine façon que la confrontation a été plus que lourde et que je n'ai pas eu d'autre choix que de déployer toute ma rage. Mes émotions furent hors contrôle, tout ce que je retenais jusqu'à présent s'est évadé de cette partie de moi que je tentais de maintenir pour éclater et augmentant la dangerosité de ce combat entre loups. Certes, je ne suis pas une experte, mais d'une nature trop fière et orgueilleuse, je n'ai pas pu me résoudre à déclarer forfait. J'ai fait ce que j'ai pu et si cette vampire n'était pas passé par-là, sans doute, que j'aurais crevé sur place. De toute façon, à qui je pourrais manquer dans la meute. Les gens me regardent plus de travers qu'autre chose sans oublier qu'on parle une fois que je suis passée. Ce n'est pas ce que je voulais de ma vie, ne pas appartenir à une meute, ne vivre que pour moi. Cela me semblait la plus belle des options, et même l'appel de la meute ne m'a jamais tenté jusqu'à présent. Et ce n'est toujours pas quelque chose qui m'attire spécialement, c'est par stratégie que je me suis plié aux règles et non pas par envie. Sans doute, que dans l'avenir, je prendrais plaisir à appartenir à un tout, enfin si l'on m'offrait un minimum de respect et de considération, mais c'est loin d'être le cas pour le moment. Ces gens m'énervent à expliquer qui je suis avant même de tenter de me connaître, et même mon entretien avec l'alpha ne s'est pas particulièrement bien passé. Ai-je réellement dépassé les bornes ? J'en ai rien à foutre de leur putain de guerre entre race. On est tous logé à la même enseigne à présent et au lieux de sauter au cou, il faut se soutenir et même, si cela paraît compliqué. Je suppose qu'il doit le savoir, mais que c'est pas plaisant à être entendu de la part d'une louve qui ne connaît rien à leur affaire.

« Je vois. Ne t'en fais pas pour tes blessures, je vais regarder ça du coup. Le principal, c'est qu'il ne faudrait pas que j'en loupe une qui pourrais s'infecter. Ouais, je suis infirmière, je travaille au château de Belfast. Normalement, je ne devrais pas être là, mais par la force des choses, j'ai pas eu le choix. On va dire que tu étais au bon endroit au bon moment. »

Épuisée, je pose un regard sur ma sauveuse. Une vampire. Rien que ça. Comment fait-elle pour ne pas succomber et me bouffer tout cru avec l'odeur de sang que je dégage. Je dois être un plat sanguinolent des plus succulents et pourtant, elle parvient à garder son calme. Sans doute, a-t-elle eu l'occasion de se restaurer plus tôt. Me l'a-t-elle dit d'ailleurs ? Je ne sais plus. Tout est brouillé dans ma tête, mais malgré tout, j'arrive à faire encore preuve d'ironie dans mon état. « Je dirais plutôt au mauvais endroit et au mauvais moment. » Nous n'avons pas la même notion de chance pour ce coup-là. Ma soirée idéale, c'est seule avec la nature et la brise qui caresse ma peau. L'endroit me rappelait mon Colorado, mais maintenant, il ressemblait plus à un lieu sortit tout droit d'un film d'horreur duquel on veut s'échapper.

Je me demande ce que cette soirée me réserve encore. L'optimisme n'est pas réellement une option que je veux toucher, même du bout des doigts. Même si dans mon malheur, je me retrouve chanceuse d'avoir croisé la route d'une infirmière même vampire. Elle s'évertue à amenuiser la situation et à voir les blessures qui tapissent mon corps, mais honnêtement avec le sang que j'ai, difficile de bien distinguer n'est-ce pas ? Cependant, je ne doute pas d'elle sinon elle ne s'emploierait pas à me guérir, si elle ne connaissait pas un minimum des soins à faire.

« Je veux bien te croire. Quand on voit ce qui se promène sur l'île, on peut s'attendre à tout. Enfin, c'est moi qui parle de malade, mais je suis pratiquement sûre que la moitié de mes collègues seraient prêts à me pointer du doigt si on leur posait la question. M'enfin, c'est subjectif après, et si on se fiait toujours aux avis des autres, on ferait plus rien. »

« J'ai lu quelque part, que la folie n'est jamais loin de la raison. L'un ne va pas sans l'autre. Ce qui nous paraît logique, ne l'est sûrement pas pour d'autres. » Fis-je simplement afin de faire la conversation et de ne pas m'évanouir bêtement et ce même, si j'étais fatiguée. Non pas que physiquement, mais aussi psychologiquement. Y a des moments où on a marre de se battre quand on sait que les coups portés sont semblables à tenter de blesser le vent. Je m'arrange contre ce tronc salutaire sans oublier d'esquisser une moue sous la douleur. Je vais guérir rapidement certes, mais cela ne m'empêche pas d'avoir mal cependant.

« C'est tellement simple de pointer les autres du doigt quand on n'est pas foutu de se regarder soi-même. » Étant moi-même victime de cela, je grogne souvent entre mes dents qu'ils feraient mieux de balayer devant leur porte avant de faire attention à la vie des autres. Je hais ma situation, comme la plupart de ceux qui ont été emmenés ici de force ou ceux qu'on enferme dans ce coin pourrit et infernale. Si j'avais des Tullamore, ces derniers viendraient à comprendre pourquoi un loup est deux fois plus dangereux blessé.

« Tu as mal au bras ? J'ai eu l'impression, en te regardant, que tu avais du mal à le lever, ou même à le bouger en général. »

« J'sais pas. Après un passage à tabac, tu te sentirais comment toi. » Dis-je en esquissant un léger rire. Ouais j'ai mal, mais je ne vais pas me plaindre non plus. Je ne sais pas pour les autres, mais avoir mal me conforte à l'idée que je suis encore en vie. À croire que la Faucheuse ne me veut pas avec elle ou bien suis-je trop amusante pour abattre sa faux gigantesque sur ma personne. « J'ai juste besoin de petits soins, ma nature fera le reste. » On guérit bien même si ça prend un peu de temps selon la gravité des blessures, je ne vais pas me soucier pour si peu à moins que j'amenuise un peu trop mon état, je ne sais pas.

« Ne t'en fais pas, ne va pas te fatiguer pour moi, c'est déjà bien si tu arrives à tenir le coup. Je suis Tamara, et je suis effectivement une vampire. »

« T'es la première vampire que je rencontre Tamara. » Lui dis-je alors, que je me présente à mon tour, c'est la moindre des choses et la base de la politesse. Si j'oubliais ça, papy me ferait une morale monstrueuse pour échapper à la bienséance digne des anglais. Semblerait que j'ai de leur sang dans mes veines, à ajouter sur celui français et américain. Un métissage plutôt appréciable, bien que je semble avoir goûté plus au côté sauvage que pleinement distinguer, bien que je peux déployer un vocabulaire varié. Du soutenu au plus courant. Tout dépend de la situation en vérité et de la personne qui me fait face. J'suis pas comme papy a me montrer distinguer même dans les pires situations.

« Enchanté de te rencontrer, Avery. »

Je lui souris tout en la regardant. « Alors dis-moi... Cela fait longtemps que tu joues les infirmières ? Dommage, tu serais jolie dans l'uniforme des infirmières. » Je rigole un peu avant de tousser et de jurer entre mes dents. « Bordel, j'crois bien que j'ai une ou deux côtes en mauvais états. » Heureusement que papy n'est pas là, il m'aurait sans doute grondé tout en insultant dans son vocabulaire distingué et politique ceux qui ont osé s'en prendre à moi. « Tu viens... » Je commence à m'endormir, ce qui n'est pas réellement un bon signe, mais buté comme je suis, je me réveille dans un léger sursaut. « Tu viens d'où ? » Ne pas dormir. Pas de suite.

© 2981 12289 0




The moon, the woman and the wolf.
Justayne
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 879
Points RP : 967
Date d'inscription : 02/05/2017

Il faut sauver le soldat Avery !Avery & TamaraDepuis la construction de la muraille autour de l'île, rien n'était plus pareil. Il y avait ceux qui refusaient de s'allier aux autres, soit par fierté soit à cause de vieilles rancœurs. Il y avait ceux qui acceptaient de s'allier à d'anciens rivaux pour peu qu'ils aient une bonne idée afin de s'en sortir et de bons arguments qui avantagent tout le monde. Et il y avait ceux qui, conscients que de toute façon, on était tous dans la même merde, pouvaient s'allier avec presque n'importe qui du moment que leurs idées et leurs combats actuels se rejoignaient, prêt à effacer et pardonner les anciens conflits qui pouvaient les opposer avants. Les conflits de clans et d’intérêts étaient encore malheureusement bien présents et empêchaient la bonne collaboration de plusieurs parties qui auraient très bien pu s'entendre sans ça, mais Tamara se disait que cela finirait bien par s'arranger. Dans le fond, chacun devait bien être conscient que tout les habitants de l'île étaient coincé dans le même trou pourris et subissait le même sort, mais il fallait parfois juste du temps pour accepter de capituler et de s'allier à l'ennemie d'avant pour en faire un allier de maintenant. De nature rancunière, Tamara comprenait donc que ce n'était pas spécialement chose aisée d'avouer à l'ancien ennemi qu'on avait besoin de lui, pour s'allier et se soutenir contre un nouvel ennemi commun. Mais il fallait aussi comprendre qu'il en allait de l’intérêt de tout le monde. Dans tous les cas, chacun essayait de se débrouiller comme il pouvait pour le moment.

Tamara avait souri d'amusement à la remarque de sa patiente. D'un certain point de vue, elle n'avait pas tord, si on considérait l'affrontement qu'elle avait subi avant l'intervention de la brune.

« Je suppose qu'on peut dire que dans ton malheur, tu as eu de la chance, d'une certaine façon. »

D'une certaine façon oui. Car Tamara aurait pu ne jamais passer par là, mais le hasard avait bien fait les choses, permettant à la vampire de croiser la route de la louve afin de pouvoir la soigner. Finalement, les guignols qui s'étaient aventurés dans une zone qui n'étaient pas la leur avaient eu leur utilité. Sur cette île infernale, la chance était une denrée rare qu'il valait mieux saisir que rejeter. En fonction de la vie que chacun avait mené avant, la chute était plus ou moins violente lorsqu'on atterrissait ici. Tamara n'avait jamais vraiment vécu dans le luxe ou le confort, c'était même tout le contraire, alors elle n'était pas vraiment dépaysé, ou du moins pas plus que quelqu'un d'autres. Elle avait l'habitude de se débrouiller, et puis elle n'était pas seule. C'était déjà une chance, en quelque sorte.

Le sang qui recouvrait la peau et les vêtements de la jolie rousse n'étaient pas d'une grande aide pour aider à distinguer correctement les plaies les plus fines, mais ce n'était pas ça qui allait arrêter la jeune infirmière. Pour soigner les patients de la meilleure façon, il fallait faire attention à tout, le moindre détail pouvait avoir son importance et sauver une vie.

« C'est un point de vue intéressant. Sans raison, on ne pourrait pas définir ce qui nous semble fou et ce qui ne l'est pas. Chacun possède une raison qui lui est propre, même ceux que l'on définit comme aliéné. Pourtant, je pense qu'il ne faut pas confondre la folie et l'intelligence, car l'un n'empêche pas l'autre. On disait bien de certains scientifiques qu'ils étaient des savants fous, pourtant leur intelligence et leur savoir les a rendus célèbres et a permis beaucoup d'avancées. Ils étaient juste en avance sur leur époque. »

La discussion suivait son cours entre les deux jeune femmes, et c'était peut-être mieux comme ça. Il valait mieux qu'Avery reste consciente, elle connaissait cette zone mieux que Tamara et pouvait donc peut-être plus facilement trouver un endroit où elle serait en sécurité pour se reposer et reprendre des forces. Ça ne dérangeait pas Tamara de la porter si jamais elle perdait connaissance, mais elle était moins sûr de pouvoir s'y retrouver dans la zone que la louve. La seule chose qu'elle serait en mesure de faire, dans ce genre de situations, pour éviter de perdre du temps avant le lever du jour, c'était de l’amener au château de Belfast le temps qu'elle récupère des forces et de la ramener dans sa zone ensuite. Tamara doutait que ce soit la meilleure des solutions, mais si elle n'avait vraiment pas le choix, ce serait mieux que rien. Elle refusait de laisser Avery seule sans connaissance, c'était du suicide, et si elle avait des proches et/ou une meute, ce n'était pas sûr qu'ils soient très aimable avec l'infirmière par la suite s'il arrivait quelque chose à la louve. 

Tamara avait esquissé un sourire amusé à la réponse de sa nouvelle patiente concernant sa douleur au bras.

« Vue sous cet angle, ma question était idiote, je te l'accorde. La dernière fois que je me suis retrouvé dans un état comme le tien, je crois bien que j'étais encore humaine, et je ne me souviens pas avoir spécialement apprécié l'expérience. Dans le doute que tu te sois pris une blessure grave à cet endroit je vais quand même jeter un coup d’œil, on est jamais trop prudent. Et au mieux, on pourra mettre ça sur le fait du contre coup. »

Tamara avait entendu parler de cette capacité des loups à guérir plus vite, un peu à l'image des vampires comme elle. N'empêche que ça avait son utilité de pouvoir guérir plus rapidement que la moyenne, même si cela utilisait de l'énergie en plus grande quantité. Lorsqu'Avery lui avait confessé qu'elle était la première vampire qu'elle rencontrait, Tamara avait été d'abord surprise avant de se dire que ce n'était pas si impossible que ça. Puis d'un autre côté, elle se sentait flattée de cette nouvelle.

« Je suis honoré de l'apprendre. Du peu de tes camarades que j'ai eu l'occasion de croiser, tu es sans doute la plus aimable jusqu'à maintenant. Moi qui pensais être condamné à ne pas m'entendre avec un loup, je suis contente de t'avoir rencontré pour contredire cette croyance. »

Les présentations faites, Tamara avait commencé les soins sur Avery, la prévenant au préalable que le désinfectant risquait de piquer. Après la bagarre qu'elle venait de subir, l'infirmière se disait que ça lui ferait peut être moins mal que les coups qu'elle avait pu recevoir, mais mieux valait prévenir que guérir, ne serait ce pour qu'elle ne soit pas surprise.

« Ça fait deux ans que je suis infirmière. » Avait-elle commencée pour répondre aux questions d'Avery. « Depuis l'isolement de l'Irlande en fait. Avant j'étais tatoueuse, c'est pas vraiment la même chose. Et toi, qu'est ce que tu fais ? »

Tamara avait stoppé ses mouvements lorsque la jeune femme avait toussé, avant de reprendre les soins une fois le moment passé.

« J'espère que ce n'est pas trop grave, j'ai du matériel pour les plaies et blessures profondes, mais rien pour les os cassés malheureusement. Donc à moins de parvenir à réaliser une attelle en attendant, je ne pourrais pas faire grand chose. Est ce que tu connais un endroit dans ta zone où quelqu'un pourra te guérir ce genre de blessure ? Je peux t'y conduire, c'est pas un problème, à moto ça devrait aller vite, ce sera toujours mieux que de rester comme ça. »

Si elle devait affronter de nouveaux ennemis, il valait mieux qu'elle soit au maximum de ses capacités, et ce n'était pas avec deux côtes cassés que ça allait fonctionner. La vampire remarquait que sa patiente commençait à sérieusement fatiguer, les ennemies qu'elle avait combattu l'avaient apparemment pas mal affaiblit. C'est pour ça qu'elle continuait de lui faire la conversation, pour l'aider à rester consciente jusqu'à ce qu'elle soit en sécurité.

« Je suis Anglaise, plus précisément du Sud de l'Angleterre. Je suis arrivée en Irlande il y a seulement trois ans, à peine un an avant la construction de la muraille. Depuis deux ans, je vis dans la zone de mon peuple, vers Belfast. Et toi, tu viens d'où ? » 
© YOU_COMPLETE_MESS


Les démons de mon passé ont fait de moi ce que je suis.© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 136
Points RP : 146
Date d'inscription : 23/09/2017

Il faut sauver le soldat Avery !Mes blessures me fatiguaient plus qu'elles ne me faisaient souffrir pour être honnête. J'ai envie de dormir, mais ce n'est pas une bonne idée. On essaie de garder les yeux ouverts comme on peut, même si le sang perdu m'a affaibli. Encore une fois, j'ai été une cible. Moi qui pensais que je pouvais être plus ou moins en paix, je me suis trompée. Appartenir à une meute, c'est autant être protégé qu'être une cible. Finalement, il n'y a pas un endroit où on peut espérer être tranquille. Alors, autant s'y habituer. Regardons la vérité bien en face et tentons d'améliorer les choses tout en se renforçons plus encore. J'ai déjà affronté pas mal au cour de ma vie donc ce n'est pas une petite confrontation qui me fera pleurer. Au moins, mes adversaires savent à présent à qui ils ont à affaire. J'ai été entraîné par le meilleur, de ce fait, impossible de passer pour une nulle même si je le voulais. J'observe la vampire, la première que je rencontre depuis ma naissance. Peut-être pas, si ces derniers sont passés maître dans l'art de la dissimulation. En ai-je seulement rencontré un ? J'en sais rien, je fais tout pour me tenir éveillé en parlant ou en pensant à tout ou à rien. M'endormir ne m'aiderait pas et cela en serait de même pour Tamara qui continue ces soins en se demandant sûrement si mon état est aussi pire qu'on peut le croire en me voyant. Sans doute, ai-je quelques côtes fêlées voir peut-être brisées, mais ce n'est rien. Un lycan guérit plus vite que la moyenne, mais il faut du temps pour que la douleur et le reste ne soient plus qu'un souvenir.

« Je suppose qu'on peut dire que dans ton malheur, tu as eu de la chance, d'une certaine façon. »

J'arque un sourcil. Est-ce de l'ironie ? Veut-elle me faire sourire ? Qu'importe, la phrase est bien posée dans la situation actuelle. J'esquisse un léger sourire. Tamara n'a pas tort, j'aurais pu être seule voir me faire tuer ou encore me vider de mon sang sans que personne ne se soucie de moi avant quelques jours. Pourtant, quelque chose a voulu qu'elle soit appelée et que la vampire s'arrête ici pour prendre soin de moi. Force supérieure ou bien Destin, j'en sais rien. Je ne sais même plus si je crois en ce genre de chose. Parce que si tel était réellement le cas, alors, je me suis bien fait avoir.

« On peut dire ça oui. » Finis-je par dire tout en l'observant s'occuper de moi. Être dans un état d'impuissance ne plaît à aucun loup, mais puis-je y faire quelque chose à part endurer la situation. Grognant entre mes dents, retenant un juron à la dernière seconde face à un de mes mouvements ou de ceux de la vampire qui pourtant, déploie toute la douceur du monde à ne pas faire grandir plus encore ma souffrance.

« C'est un point de vue intéressant. Sans raison, on ne pourrait pas définir ce qui nous semble fou et ce qui ne l'est pas. Chacun possède une raison qui lui est propre, même ceux que l'on définit comme aliéné. Pourtant, je pense qu'il ne faut pas confondre la folie et l'intelligence, car l'un n'empêche pas l'autre. On disait bien de certains scientifiques qu'ils étaient des savants fous, pourtant leur intelligence et leur savoir les a rendus célèbres et a permis beaucoup d'avancées. Ils étaient juste en avance sur leur époque. »

Trop de philosophie pour mon état. D'habitude, j'ai rien contre. Au contraire, j'aime partager mon avis, mais là, les mots parviennent difficilement à mon esprit. Je me concentre trop sur une chose pour devoir prêter plus d'attention à Tamara, même si je sais que cet échange reste dans le but de me faire garder les yeux ouverts. Être consciente de tout m'est encore pénible. J'ai envie de m'abandonner au sommeil, à l'infamie des souvenirs heureux qui ne sont malheureusement plus possible. Tout est arraché, brisé dans le lointain.

« Vue sous cet angle, ma question était idiote, je te l'accorde. La dernière fois que je me suis retrouvé dans un état comme le tien, je crois bien que j'étais encore humaine, et je ne me souviens pas avoir spécialement apprécié l'expérience. Dans le doute que tu te sois pris une blessure grave à cet endroit je vais quand même jeter un coup d’œil, on est jamais trop prudent. Et au mieux, on pourra mettre ça sur le fait du contre coup. »

« Qu'importe, ça passera. » Fis-je simplement. Si Tamara connaissait les loups, alors, a-t-elle appris à connaître notre capacité à guérir plus ou moins rapidement. Cependant, nous n'échappons à la souffrance que nous impose les blessures. J'ai un peu l'impression de me répéter alors, on va se calmer sur ça, mais en même temps, cela permet à mon esprit de tergiverser et de ne pas sombrer.

« Je suis honoré de l'apprendre. Du peu de tes camarades que j'ai eu l'occasion de croiser, tu es sans doute la plus aimable jusqu'à maintenant. Moi qui pensais être condamné à ne pas m'entendre avec un loup, je suis contente de t'avoir rencontré pour contredire cette croyance. »

J'esquisse un sourire sous sa révélation. « Je ne vais pas te contredire. » Commençais-je alors. J'ai rencontré moi-même des loups qui n'en valent pas la peine. La meute de mon père, certain des An'Sionnach avec qui je ne pense pas m'entendre et d'autres aussi. Des têtes qui ne me reviennent pas. « Ceci dit, j'suis quand même une sacré peste. » Je ris un peu. Je ne vais pas cacher ce fait. « Une putain de peste froide qui grogne souvent et qui mord tout autant. » Instinct de préservation parce que j'ai toujours grandi plus ou moins seule. Depuis Chris, peu ont pu se vanter d'entrer dans mon univers et de voir la jeune femme qui se cache vraiment en moi. J'ai trop peur de m'ouvrir, de perdre à nouveau. Je souffre déjà de son absence autant que de celle de ma pauvre mère coincée au Colorado sans savoir si je vais bien ou non.

« Ça fait deux ans que je suis infirmière. »

« Révélation soudaine ? »

« Depuis l'isolement de l'Irlande en fait. Avant j'étais tatoueuse, c'est pas vraiment la même chose. Et toi, qu'est ce que tu fais ? »

« Tu en fais toujours des tatouages ? » J'ai toujours eu envie de m'en faire un, mais les idées ne se sont jamais bousculées dans ma tête. Je tousse encore, j'ai un goût de fer en bouche. De sang sans doute. Le mien. Sûrement suite aux coups que j'ai reçus. Non pas, sûrement, mais très probablement. Bande de connard !

« J'espère que ce n'est pas trop grave, j'ai du matériel pour les plaies et blessures profondes, mais rien pour les os cassés malheureusement. Donc à moins de parvenir à réaliser une attelle en attendant, je ne pourrais pas faire grand chose. Est ce que tu connais un endroit dans ta zone où quelqu'un pourra te guérir ce genre de blessure ? Je peux t'y conduire, c'est pas un problème, à moto ça devrait aller vite, ce sera toujours mieux que de rester comme ça. »

Mon regard se perd dans le vide. Est-ce qu'il y a vraiment quelqu'un ? « J'en sais rien. » Fis-je dans un souffle. « On m'évite en fait. » Je ne tente rien pour qu'on s'intéresse à moi, j'suis pas la louve la plus sympathique qui soit, mais je ne suis pas la plus pire non plus. Un nom me vient en tête, mais je doute d'être la bienvenue. Daryl peut-être. J'vais pas emmerder l'alpha. « J'vais bien. C'est pas pire que ma transformation. » Rassurais-je doucement ou plutôt tentais-je de le faire.

« Je suis Anglaise, plus précisément du Sud de l'Angleterre. Je suis arrivée en Irlande il y a seulement trois ans, à peine un an avant la construction de la muraille. Depuis deux ans, je vis dans la zone de mon peuple, vers Belfast. Et toi, tu viens d'où ? »  

« Du Colorado. J'suis ici depuis... Je ne sais plus, j'ai pas commencé à compter en fait. » Je pose mon regard sur elle, esquissant un léger sourire. « J'ai encore du mal à croire qu'outre les lycans, il y ait d'autres créatures qui existent. Et toi ? Tu le savais ? »

© 2981 12289 0




The moon, the woman and the wolf.
Justayne
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 879
Points RP : 967
Date d'inscription : 02/05/2017

Il faut sauver le soldat Avery !Avery & TamaraIl n'y avait pas spécialement d'humour dans sa première phrase, surtout une réalité adaptée à la situation. Qui sait ce qui aurait bien pu se passer pour la jolie rousse si personne n'était passé dans le coin ? Si personne ne l'avait remarqué ? Des tas de choses que la brune ne pouvait pas toutes imaginer tellement les possibilités étaient infinis. Mais il se trouvait que c'était Tamara qui avait eu l'occasion de croiser sa route pour lui venir en aide. Soignant sa patiente imprévue, elle essayait de faire au mieux pour éviter de lui faire mal, même si ne fonctionnait pas à tout les coups, malheureusement. Son interlocutrice était sacrément amochée, mais la vampire était sûre qu'avec du repos et des soins, elle se remettrait vite sur pied ! Un peu d'optimisme dans ce monde de malheur ne faisait jamais de mal.

Tamara parlait, répondant aux questions et affirmations d'Avery, développant peut-être trop ses réponses et son point de vue. Mais elle le faisait pour essayer de garder la jeune femme un maximum consciente, du moins tant qu'elles étaient encore en zone non protégé. Pas que la rousse ne soit pas plus en sécurité en zone loup qu'autre part, mais plutôt qu'elle ne serait pas à son avantage dans son état et aussi loin de tout, encore moins si elle était seule. Bien qu'elle lui affirmait que la douleur et le reste passerait, Tamara savait que ça lui prendrait quand même un minimum de temps pour s'en remettre vu ce qu'elle semblait avoir subis. Mais comme on dit, il ne faut jamais juger un livre à sa couverture, et même si son rapide diagnostique pouvait lui donner une estimation, Avery se remettrait peut-être plus vite que ce qu'elle pensait. Il y avait des gens comme ça, qui à peine guérit étaient paré pour un second tour, alors que d'autres avaient besoin de plus de temps. Personne n'était fait pareil, tout dépendait de chacun.

Elle avait eut un sourire amusé quand Avery lui avait révélée avoir aussi son caractère quand il fallait. Pour peu elle avait presque l'impression de s'entendre parler.

« Je veux bien te croire, mais par les temps qui court c'est plutôt une bonne chose. Même dans la vie en générale d'ailleurs je dirais. Se faire marcher sur les pieds, par des gens qui souvent profitent de ce fait alors qu'ils n'en valent pas la peine, je trouve ça insupportable. Je veux bien qu'on s'entre-aide, tout ça tout ça, mais bon, faut pas prendre les gens pour des cons non plus. »

Et ça, des cons, il pouvait y en avoir beaucoup. Enfin, tout dépendait de la définition que l'on en avait. Comme dirait l'autre, on ne pouvait pas s'entendre avec tout le monde, ce serait trop facile. Et sans doute mortellement chiant aussi. Il en fallait pour tout les goûts.

La discussion avait ensuite tournée sur le métier actuel de l'anglaise, puis sur le métier qu'elle exerçait avant. Ah, son passé de tatoueuse... Dire qu'elle n'en était pas fière serait un gros mensonge. C'était sans doute une de ses plus belles expériences professionnelles, si ce n'était la meilleure. Ça n'avait rien à voir avec le diplôme de vétérinaire qu'elle avait obtenue à la base, mais ce n'était pas bien grave. Elle avait découvert cet art assez tard et le regrettait un peu, mais elle avait eu l'opportunité de pouvoir y contribuer alors ça pardonnait un peu les choses. Et surtout, elle avait pu avoir son propre salon de tatouage, son entreprise, son monde à elle, qu'elle avait construit à River Crow lors de son arrivée en 2042. Malheureusement cela n'avait durée qu'une année. Une bien trop courte année avant que les bombardements ne mettent fin à cette douce illusion de prospérité. Et encore, peut-être pas totalement un an, Tamara ne savait plus exactement. Dans tout les cas, cela lui avait paru bien trop court.

« Ouais, je continue encore un peu. Du moins j'essaie, avec le matériel que je trouve. C'est pas toujours évident de switcher avec ce que je fais actuellement, il y a beaucoup de quoi s'occuper à l’hôpital, mais j'y arrive quand j'ai un moment de libre. Je continue de dessiner également, ça me console de ne pas pouvoir pratiquer comme je veux. Tu voudrais avoir un tatouage un jour ?"

La décision d'un tatouage n'était pas une chose à prendre à la légère. Même si c'était un art admirable aux yeux de la vampire, il s'agissait quand même d'encre dont on imprégnait la peau en différents motifs, qui restait ensuite à vie une fois réalisé. Et autant dire que pour se le faire enlever après, c'était pas si simple que ça. C'est pour ça qu'il valait mieux y réfléchir et être sûr de soi pour ne pas le regretter après.

Voyant l'état de sa patiente alors qu'elle terminait les soins qu'elle pouvait lui accorder, Tamara avait demandé à Avery si elle connaissait quelqu'un chez qui elle pouvait aller pour mieux guérir de ses potentielles blessures internes. Malheureusement, la jolie rousse ne semblait pas avoir ce genre de contact dans son répertoire. La brune avait affichée une moue perplexe, car elle n'avait pas vraiment envie de partir comme ça en laissant la jeune femme ici, seule sans défense alors qu'elle avait visiblement besoin d'un minimum de repos pour se remettre.

« Je vais pas te mentir, ça me fait chier quand même avec ton état. Te laisser seule alors qu'il pourrait t'arriver n'importe quoi, je pense pas que ce soit une bonne idée. Même si ce n'est que pour un jour ou deux, le temps de te rétablir complètement, te savoir en sécurité serait plus rassurant. »

L'infirmière réfléchissait à toute blinde pour essayer de trouver une solution potable, à la fois pour mettre Avery en sécurité le temps qu'elle se rétablisse tout s'assurant qu'il ne lui arriverai rien durant ce laps de temps. Une idée folle s'était imposé à elle. Pas la meilleure qu'elle avait pu avoir, mais si cela pouvait mettre un terme au dilemme actuel, c'était à prendre.

« J'ai une idée. Je ne sais pas ce qu'elle vaut, mais je n'ai pas d'autre solution, et quitte à me prendre un retour de bâton je préfère ça que de te savoir en insécurité. On va trouver un endroit de la zone où tu pourras te reposer et je vais rester avec toi le temps que ça aille mieux. De toute façon, vu l'heure qu'il doit être, je n'ai pas le choix de rester ici au moins pour la journée qui va suivre, le temps que je rentre à Belfast il fera jour depuis belle lurette. Ils vont pas nous casser les couilles pour si peu. Toi ça va te permettre de te rétablir un minimum en sécurité, et comme ça en cas de problème je suis là pour t'aider. »

Parce que oui, du coup elle ne respectait pas la coalition, et blablabla. Mais c'était pour la bonne cause, et elle ne s'établirait pas longtemps. En plus elle ne dérangerait personne. Puis Tamara avait déjà fait bien pire que de ne pas respecter un traité d'entente entre des peuples. Ils prônaient l'entre-aide ? Très bien, en voilà de l'entre-aide ! Alors l'alpha suprême et dirigeant de la zone pourrait gueuler autant qu'il voudrait juste parce que l'anglaise était resté l'espace d'un moment sur son territoire, mais il ne pourrait pas lui reprocher d'avoir laisser crever une louve. Il y avait déjà eu trop de morts comme ça.

La conversation avait continué un peu son cours sur les origines de chacune, d'où elles venaient. Et Avery lui avait avouée qu'elle n'avait pas imaginée que d'autres créatures que les loups puissent exister, lui demandant son avis sur la question. Tamara lui avait retourné son sourire avant de lui répondre.

« À vrai dire j'étais un peu comme toi avant la grande révélation, mis à part les vampires comme moi j'étais loin de me douter que d'autres créatures existaient, je l'ai appris lors de la signature de la coalition qui sépare l'Irlande en plusieurs zones. Alors qu'en vérité, j'en ai côtoyé sans le savoir. Récemment j'ai retrouvé une amie qui a beaucoup compté pour moi quand j'étais jeune. Quand je l'ai connu j'étais humaine, elle m'a beaucoup aidé. Et j'ai appris sa véritable nature, une chose qu'elle n'avait pas pu me dire à l'époque. Mais je la comprend, moi-même je ne sais pas comment j'aurais réagit à ce moment. Ça faisait un peu plus de 100 ans que je ne l'avais pas revue. La revoir m'a fait beaucoup de bien, je sais qu'elle va bien, on à longuement discuté. Peut-être que toi aussi, tu as rencontré des créatures sans le savoir, qui sait !"

Oui, qui pouvait savoir ? Apprendre l'existence d'autres créatures pouvait remettre beaucoup de choses en question, des choses sur ce que l'on pense savoir des gens et ce que l'on sait vraiment. Mais au fond, quelle importance quand tout le monde se trouvait dans la même galère ? Et était-ce vraiment ce qui définissait une personne ?
© YOU_COMPLETE_MESS


Les démons de mon passé ont fait de moi ce que je suis.© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Il faut sauver le soldat Avery !
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut sauver le soldat Ryan
» Scénario Personnalisé (Surion): Il faut sauver le soldat ...
» Il faut sauver le soldat FGT!
» il faut sauver La Maison Normande.
» il-faut-sauver-auschwitz-et-birkenau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned ::  :: Galway-
Sauter vers: