The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez | 

 Oops, I shoot you. [Sofia]

♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
♦ Lycanthrope ♦ Abel's Child
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 820
Points RP : 2193
Date d'inscription : 13/04/2018

Oops. I shoot you. Maybe you deserve it !

Merde. Quelle merde !

Il jette un regard nerveusement derrière lui. En queue de peloton, il surveille que personne ne suive leur groupe qui se déplace au petit trot.

« Vous arrêtez pas, on continue ! »

Hier soir il avait embarqué un petit groupe pour une sortie "camping". Des louveteaux, comme il les appelaient, qu'il coachait sur l'apprentissage de leur nouvelle nature, des plus anciens aussi, mais qui venaient de débarquer en Irlande et étaient étrangers à la meute et à ses coutumes, ainsi que quelques jeunes, qui n'avaient pas déclenché le gène, mais qui faisait tout de même partis de la meute et n'échappaient pas aux formations que l'ancien Béta chaperonnait. Ça avait commencé plutôt tranquillement. Hier dans la journée, ils avaient préparé le matériel, puis avait pris les voitures, direction les régions boisés de Moycullen Bogs. Arrivés sur place, ils avaient monté le campement tous ensemble, puis avaient prit le repas du soir autour d'un feu de camp en se racontant des histoires, ou partageant des anecdotes sur leurs différentes expériences. Selon Daryl, ce genre de moments étaient essentiels afin de tisser des liens entre les membres de la meute. Que chacun apprenne à se connaitre et puisse se sentir à sa place parmi les autres. C'est comme ça que naissait la confiance, et sans confiance, la meute pourrait s'effondrer à tout moment. C'était de plus en plus difficile. Avec les conditions actuelles et le risque de tomber à chaque instant sur des Tullamore, ou bien des dissidents anti-coalition, tout le monde était un peu à cran et sur ses gardes. Mais aussi avec toutes ces nouvelles têtes qui débarquaient à Galway. C'était super qu'Aindreas accueille avec autant de bienveillance les nouveaux venus - même si ça mettait Aodh en boule, Daryl était de l'avis de l'Alpha : on ne pouvait pas les laisser livrer à eux-mêmes dans un environnement hostile dont ils ne connaissaient rien. Cependant, c'était une attention de tout les instants de composer avec les individualités de chacun, les rivalités entre loups menaçaient d'éclater à la moindre friction, et garder une cohésion avec tout ce monde de plus en plus nombreux était vraiment un job à plein temps !
Daryl laissait à ses aînés le soin de s'occuper des trop grande gueule qui risquaient de mettre le foutoir au sain du clan. Lui s'occupait plutôt du problème en amont. A savoir, faire en sorte que tout le monde s'entende, ça évitait déjà pas mal de conflits. Le fait d'avoir un ennemi en commun, ça aussi ça aidait.

5 heures du matin.
Certains râlent un peu, mais tout le monde se lève. Aujourd'hui, il a prévu de leur apprendre comment se repérer au milieu des bois, quelques techniques de chasse et notamment la pose de pièges. Actuellement, plus question d'aller acheter son bifteck au supermarché du coin, pour se nourrir, il fallait soit chasser, soit cultiver. Faire du troc aussi, mais pour cela, il fallait avoir de quoi marchander. Ah ! Il y avait aussi les fameuses boites de conserve ! Mais il ne fallait pas se leurrer, cela faisait plus de deux ans que l'Irlande n'était plus réapprovisionner, il y allait bien y avoir un moment où elles deviendraient introuvables. Alors il fallait s'y mettre, et apprendre à se débrouiller par ses propres moyens. Daryl était là pour leur apprendre ça.
Le brun adorait ce rôle qu'on lui avait confié, même si parfois il pouvait avoir quelques élèves plutôt... récalcitrants. Ce n'était pas le cas pour cette sortie. Tout se passait au mieux, ils avaient même réussi à pister une proie, et à l'attraper par leurs propres moyens sans qu'il n'ait à intervenir ! Une biche de bien 90 kilos qu'il avait fallut ramener au campement. Ce n'était pas un mal avec tout ce monde à nourrir.
C'est à peu près à ce moment que c'est parti en couilles.


Maintenant ils se retrouvaient avec les Tullamore au cul.

En rentrant au campement, ils avaient découvert un groupe d'hommes autour de leurs véhicules. Vu leur équipement, il n'y avait pas de doute sur leur appartenance. Hors de question de les affronter. Ce n'était même pas à cause de l'inexpérience de ses partenaires que Daryl avait décidé de rebroussé chemin, mais s'ils les attaquaient, ils risquaient des représailles d'autant plus importantes. C'était triste à dire, mais Tullamore était maitre de l'île, jusqu'à ce que la coalition ne trouve un moyen de changer ça. Mieux valait faire profil bas et disparaitre dans la forêt.
Ça aurait pu se régler de manière aussi simple que ça, s'ils ne s'étaient pas fait repérer.
Des coups de feu qui partent, et tout le monde qui se retrouve à cavaler entre les arbres.
Ils avaient réussi à les distancer, mais les humains qui ne bénéficiaient pas de l'endurance et de la vitesse que procurait le loup commençaient à avoir du mal à suivre. Daryl ralentit la cadence, mais préféra ne pas s'arrêter. Ils étaient à plusieurs heures à pied du reste de la meute, et il craignait qu'ils ne se fassent rattrap-

Une branche qui craque. Il dégaine son arme. Une seconde pour se rendre compte que la silhouette qui se dessine dans son champ de vision n'appartient pas à la meute. Une autre pour que son doigt ne presse la détente alors que l'autre esquisse un mouvement suspect.
La balle part et touche la cible en plein dans l'épaule. Le loup n'a pas attendu de voir s'il a fait mouche pour se précipiter vers l'intrus. En quelques foulées il se retrouve à sa hauteur et le bouscule brutalement, le jetant au sol. C'est sans ménagement qu'il écrase son pied sur la cage thoracique de l'adversaire, et cette fois le canon de son arme vise directement entre les deux yeux. D'un geste, il fait signe aux autres, qui se sont tous arrêter, de faire silence. Sans lâcher des yeux l'ennemi, il écoute.

Est-ce que c'était un éclaireur ? Ou bien était-il là avant les autres ? Il risquait de les prévenir ! De toute façon, le coup de feu c'était déjà chargé de ça. Il espérait seulement qu'il n'y avait pas une seconde équipe en renfort qui trainait dans ces bois. Mais rien. Il n'entendit même pas les pas de leurs poursuivants. Peut-être avaient-ils abandonnés ? Il l'espérait, mais il préférait ne pas courir de risques.

« Continuez jusqu'au village, allez prévenir As ! »

Un peu hésitant, les autres se remirent finalement en route. Daryl attendit quelques secondes, puis s'écarta du blessé, le tenant toujours en joue. A bien y regarder, il n'avait pas la même dégaine que ceux de Tullamore. Peut-être n'était-il pas avec eux, mais ça n'en faisait pas un ami pour autant. Il était sur la terre des Lycans, tout seul, dans les bois, et Daryl n'avait pas entendu dire qu'ils attendaient de la visite !

« T'es qui bordel ?? Qu'est-ce que tu fous là ?! »

Le ton était un tantinet agressif. Pas de doute qu'il n'hésiterait pas à lui recoller une balle si l'autre se montrait hostile. Sans compter que de nos jours, les balles s'avèrent bien souvent inefficaces contre toute une gamme de prédateurs en puissance. Raison pour laquelle le lycan les enduisait en plus de poison. Il fallait ce qu'il fallait pour ralentir des ennemis potentiellement plus fort. En même temps, le loup était sur les nerfs, pas franchement tranquille que les ennuis lui tombe sur le coin du nez alors qu'il avait la garde des plus jeunes. Au moins, dans les bois, le groupe de soldats ne pouvait pas utiliser de voiture, aucuns risques qu'ils rattrapent les autres.

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Oops, I shoot you

Une simple mission de récolte qu’ils disaient. Sofia aurait dû se méfier. Rien n’était simple sur cette île maudite. La sorcière vivait pour sa communauté, tout le monde le savait à Cork. Etait-ce pour autant une raison de la solliciter aussi régulièrement pour participer aux opérations de récolte à travers toute l’Irlande ? Agacée, elle l’était sans l’ombre d’un doute et pourtant, elle n’avait su trouver le courage de dire non. Bienveillance quand tu nous tiens. Cette « promenade » lui permettrait de faire ses propres stocks de toute façon, alors ce n’était pas si mal que ça. Informée le matin même, Sofia se prépara toutefois en un rien de temps, n’oubliant pas son précieux talisman. S’il ne la rendait pas invisible, ce grigri la rendait plus difficile à pister et remarquer dans les bois. Tullamore était un danger constant, aucun détail ne pouvait être mis de côté. La jeune femme n’en tenait même plus rigueur. Une habitude comme une autre, voilà ce qu’était devenu cette protection contre les forces du mal. Montant dans une vieille Jeep avec le reste de ses petites camarades, Sofia s’offrit le luxe de s’assoupir. Le chemin était long, elle méritait bien au moins cela !

Le territoire des loups. L’équipe se dirigeait lentement mais sûrement jusqu’aux tréfonds du royaume lupin. La sorcière ne faisait pas confiance à ces créatures, sauvages et imprévisibles. Les ingrédients qu’ils recherchaient ne se trouvaient malheureusement que par chez eux. A croire que certaines plantes faisaient exprès de pousser dans de tels taudis juste pour embêter les sorciers qui ne survivaient que grâce à leurs fantastiques propriétés. S’imaginer seulement tomber sur ces bêtes poilus donnaient une véritable migraine à la demoiselle. Grâce à la coalition, les sorciers pouvaient à priori venir chercher ce dont ils avaient besoin aux alentours de Galway, mais la nature même de ce pacte était si abstraite que tout était possible. Se faire dévorer par un loup-garou n’était pas franchement la plus belle des perspectives. Les ancêtres soient loués, la voiture avançait vite et le soleil était encore haut dans le ciel lorsqu’ils arrivèrent enfin à destination. Sofia se demandait vraiment ce qui allait se passer quand il serait impossible de trouver de l’essence. Ce genre d’excursion ne serait plus possible. Les choses devaient changées, et vite. Rien que pour cela, perdre toute sa journée à aider les siens n’étaient pas si horrible que ça. Il fallait survivre, et gagner.

Formant trois duos, les sorciers pénétrèrent enfin dans les bois. Si son partenaire ne pouvait s’empêcher de déblatérer des inepties, Sofia demeurait silencieuse, cherchant de son œil de lynx les ingrédients tant désirés. La jeune femme s’engageait si souvent dans ce genre de merdier qu’elle était devenue presque l’experte en situation désagréable. De son coup de main précis et expert, elle ramassait fleurs, branches et tout ce qui serait utile pour les siens. Elle eut le plaisir de tomber à deux reprises sur des animaux sauvages, ce qui était un vrai plaisir lorsqu’on venait de Cork et ses environs. Ramener du gibier à la maison était une perspective plus qu’alléchante, mais entre les conditions du Traité entre les différentes races de l’île et ses talents plus que médiocre en chasse, cela n’était certainement pas une bonne idée. Mettre en péril la chancelante stabilité de cette prison grandeur nature juste pour un steak de biche n’en valait vraiment pas la peine. Un long soupir s’échappa des lèvres pulpeuses de la demoiselle alors que toutes ces idées virevoltaient dans son esprit. Une heure passa, peut-être même deux. Le soleil, lui, commençait déjà à descendre petit à petit. Il fallait rentrer sous peu.

Un bruit sourd vint tirer de ses rêveries la magicienne. Un coup de feu puis des hurlements. Quelqu’un venait de mourir et si Sofia ne se trompait pas, cela devait être l’un des siens. Tullamore. Tullamore était ici. Il lui suffit d’adresser un simple regard à son compagnon pour lui faire comprendre qu’ils étaient en danger. Si elle ne vit pas de ses propres yeux les miliciens du nouvel ordre mondial, il était préférable de se protéger plutôt que de partir en quête de réponse. Le duo s’enfonça plus profondément dans la forêt, espérant distancer les nombreux bruits qu’ils pouvaient entendre de plus en plus distinctivement. Ils étaient lents, beaucoup trop lents. Une heure passa ainsi, une course poursuite éreintante. Mais rien n’y faisait, ils avaient beau courir, les cris des hommes de Tullamore se faisaient de plus en plus proche. Il n’y avait plus qu’une seule solution : la magie. Analysant le contenu de son sac, Sofia dressa rapidement dans sa tête le sortilège qui viendrait les sauver. Le rituel nécessitait une concentration constante, sans quoi l’aura d’invisibilité qui les entourait se dissiperait. S’ils travaillaient à l’unisson et tenaient suffisamment longtemps, ils survivraient.

La première heure se déroula merveilleusement bien, et s’ils eurent la peur de leur vie en tombant nez à nez avec un homme de Tullamore, ce dernier passa à côté d’eux, trompé par le sortilège finement tissé du duo. Mais à mesure que le temps passait, les deux malheureux fatiguaient. Quoi de plus normal après tout ? Tenir tout ce temps en mobilisant son énergie magique était quelque chose d’extrêmement épuisant. Le problème, c’était qu’ils n’avaient pas le choix. Vint enfin la soirée. Un monstrueux vacarme les entourait encore. Les soldats auraient du abandonner leur chasse maintenant, pourquoi étaient-ils encore là ? Avaient-ils trouvé quelque chose d’autre ? Voulant obtenir l’avis de son camarade, Sofia se concentra à nouveau sur lui. Et là, à son plus grand malheur, la demoiselle put se rendre compte qu’il s’était assoupi. Elle le gifla pour le faire revenir à lui mais c'était déjà trop tard. Les miliciens les avaient trouvé. Fuir, Sofia ne pouvait penser qu’à cela. Sans réfléchir un seul instant, elle se leva d’un bond, courant comme elle le pouvait malgré la fatigue, priant que son amulette lui sauve la mise. Elle se serait bien retournée aider son ami, mais il était probablement déjà mort ou capturé, et elle serait morte elle aussi si elle avait essayé de le sauver.

Et là, ce fût le drame. Une douleur lancinante se répandit dans tout son corps. La source ? Une balle délicieusement logée dans son épaule gauche. Etait-ce la fin ? Tullamore l’avait-elle rattrapé ? Alors qu’elle relevait les yeux vers le pistolet pointé en direction de sa tête, Sofia eut tout le loisir d’observer son assaillant. Un loup. Il ne pouvait qu’être un loup. Il n’avait ni l’équipement ni la tête de monstre caractéristique des gens travaillant pour Tullamore. Etait-il absolument stupide ? Pourquoi avait-il tiré sans même regarder sur quoi il visait ? Sofia avait tout sauf l’air d’un larbin de Tullamore. La demoiselle aurait pu prendre le temps de lui expliquer la situation, mais les miliciens étaient partout autour d’eux et le temps n’était pas en leur faveur. Se mordillant nerveusement les lèvres, la Sorcière fit ce qu’elle savait le mieux faire : oser.

-Sofia. Une sorcière. Si je meurs par ta faute mon grand.. Ah.. Viens-là.


Elle espérait l’avoir convaincu malgré sa mauvaise humeur sans quoi elle risquait probablement de se prendre une balle dans la tête. Sofia se releva, essayant d’oublier comme elle le pouvait la douleur, des larmes coulant doucement le long de ses joues. Travaillant aussi vite qu’elle le pouvait, elle dessina un cercle de craie tout autour d’eux puis elle s’installa au sol, tirant dans son sillage le jeune homme. Qu’il voit cela comme une attaque ou un manque de manière, Sofia s’en fichait pas mal. Elle avait besoin de se protéger, de le protéger et s’il ne plantait pas sa frimousse contre elle, ils risquaient bien d’y passer tous les deux. La sorcière arracha de son cou le talisman qui y trônait fièrement et elle le plaça au sol, s’en servant comme base de son sort. Seule et épuisée, le sortilège serait moins puissant. Les issues n’étaient pas nombreuses, et maintenant qu’elle était blessée, elle n’avait plus la possibilité de s’enfuir. Merci louveteau.

-Si tu pouvais éponger ma blessure potentiellement fatale pendant que j’essaie de nous sauver.

Si Sofia était dure dans les mots qu’elle choisissait d’employer, la situation n’était de toute façon pas propice aux mièvreries. Si on ne s’occupait pas rapidement de sa blessure, elle serait incapable de maintenir le sort. Et si le sort ne tenait pas… Adieu Sofia ? Au final, Daryl avait la possibilité de partir. Rien ne l’obligeait à rester auprès de la sorcière. Qu’allait-il choisir de faire ?

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
♦ Lycanthrope ♦ Abel's Child
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 820
Points RP : 2193
Date d'inscription : 13/04/2018

Oops. I shoot you. Maybe you deserve it !

Une jeune femme. Il venait de tirer sur une jeune femme. Est-ce qu’il s’en sentait plus coupable pour autant ? Pas vraiment. Dans cette prison qu’était devenu l’Irlande, jamais l’adage « il ne faut pas se fier aux apparences » n’a été aussi vrai. Derrière le plus angélique des visages pouvait se cacher la pire des créatures. Vous pourriez penser avoir affaire à une fillette d’une douzaine d’années parfaitement inoffensive, qu’il s’agirait en fait d’un être multi-centenaires capable de vous briser la nuque d’une seule main sans le moindre effort. Alors, c’est vrai, il n’y était pas allé avec des pincettes. Mais, hey, qu’elle ne se plaigne pas, il aurait pu viser directement la tête !

Il put néanmoins écarter rapidement quelques possibilités, comme le fait qu’elle appartienne au groupe des vampires, le soleil se couchant seulement. La vision d’un sang parfaitement rouge éloignait également le danger d’avoir affaire à quelques créatures d’Eve. La demoiselle ne perdit pas de temps pour répondre à son interrogation. Sorcière. Il n’était pas tout à fait rassuré pour autant. Même si pour la plupart, les sorciers étaient bienveillants et avaient très volontairement rejoint la Coalition, d’autres avaient préférés prendre le parti de Tullamore. Vaudou pour la plupart. Le fait qu’elle se trouve là précisément en même temps que le groupe de soldats ne l’aidait pas vraiment à se sortir de la tête qu’elle pourrait bien être avec eux.

« »

Silencieux, et son arme toujours braqué sur elle, il l’observe se redresser péniblement. Il tourne légèrement la tête sans la quitter des yeux, afin d’écouter les mouvements que son ouïe fine percevait dans la forêt. Bon sang. S’il s’agissait vraiment d’une des sorcières qui faisait partie des expéditions de cueillette qu’organisait Lahja, il allait en entendre parler… Déjà qu’il lui avait tiré dessus, il serait malvenu de se sauver maintenant en la laissant planté là dans son état. Étouffant un grognement de frustration face à la situation, il rangea finalement son arme avant de s’avancer vers elle.

« On doit partir, maintenant. »

Mais qu’est-ce qu’elle fichait à gribouiller par terre ?! C’était vraiment pas le moment ! Daryl sourcilla quand la brune lui agrippa le bras en l’entrainant avec elle, s’asseyant par terre. Okay, il voyait bien qu’elle était en train de faire un de leur truc magique de sorciers, mais ce n’était vraiment pas son truc, il n’y comprenait rien à leur charabia. Par contre il voyait très bien le groupe d’hommes armés qui venait d’apparaitre dans son champ de vision. Merde !

Il va pour se redresser, prêt à attraper la brune et la trainer par la force s’il le faut, mais c’est une fois encore elle qui le retient par le bras pour qu’il reste en place. Le loup siffle entre ses dents, c’est qu’elle était têtue ! Mais devant l’obstination de cette dernière et son air concentré, il se fait finalement docile. Elle avait l’air de savoir ce qu’elle faisait. Même s’il n’était pas rassuré pour un sou. Il savait que les sorciers étaient capables de choses incroyables avec leurs pouvoirs. Mais en même temps, il avait bien réussi à lui tirer dessus. Alors qu’est-ce qu’elle allait bien pouvoir faire face à tout un groupe bien mieux équipé que lui ? Il pressa tout de même sa paume contre la plaie sanguinolente afin d’en arrêter le flot. Elle allait les sauver, hein ?

Le brun crispa sa mâchoire et s’arrêta de respirer pendant un moment. Ça y est. C’était foutu pour s’éclipser en mode incognito, ils allaient se faire canarder comme des lapins ! Pourtant, alors qu’ils auraient dû les voir à présent, les soldats continuaient d’avancer à la même allure, le doigt loin de la gâchette. Son regard se tourna alors vers le visage fermé de la jeune femme. C’est elle qui faisait ça. Il ne savait pas comment, mais elle les empêchait de les voir.

Daryl resta parfaitement immobile et silencieux. Il serait dommage de gâcher l'opportunité que leur offrait la sorcière. Il observa le groupe armé arriver jusqu'à eux et passer à proximité sans leur accorder un regard. Ces enfoirés suivaient les traces des plus jeunes ! Il serra les dents si fort que l'os devenu saillant de sa mâchoire trembla légèrement. Il avait une furieuse envie de bondir sur ces salopards qui osaient piétiner leur territoire et traquer les siens ! Une rage sourde tendait ses muscles, si bien que ce n'est que lorsqu'il entendit un léger gémissement qu'il se rendit compte qu'il pressait bien trop fort l'épaule de la blessée. Son regard sombre se posa alors sur elle. L'air de rien, elle l'impressionnait. Il savait qu'elle souffrait, les larmes qui avaient mouillé son visage en était la preuve, pourtant elle ne laissait s'échapper aucune plainte et restait parfaitement concentré malgré la douleur et l'effort que cela demandait. Il avait bien remarqué qu'elle était déjà essoufflée avant même de se prendre une balle. Est-ce qu'elle aussi s'était faite prendre en chasse ? Combien de temps allait-elle tenir à cette allure ? Le brun tourna de nouveau son attention vers les Tullamore qui commençait à s'éloigner. Il était navré pour la donzelle, mais il n'allait pas les laisser partir comme ça. Il y avait peu de chance qu'ils rattrapent son groupe, mais il préférait ne pas courir le risque.

« ... Désolé lady, ne m'en voulez pas trop pour ce que je vais faire. »

Il attrapa soudainement la sorcière absorbée par son sort, et la jeta par dessus son épaule comme un sac à patates.
Daryl était un loup depuis bien des années, il avait acquis depuis longtemps cette capacité à se déplacer dans la nature sans faire le moindre bruit. Surtout ici, dans son propre fief. De plus, sa force, tout comme sa vitesse, n'avait rien d'humaine, alors il pouvait porter la sorcière sans difficulté, et distancer aisément leurs poursuivants, surtout maintenant qu'il était seul et n'avait plus à s'inquiéter pour les membres humains de son groupe. Suffisamment loin pour ne pas que les soldats puissent les viser facilement, mais pas assez pour être hors de vue, c'est à cette distance que Daryl marcha volontairement sur du bois sec, comptant sur les capacités des hommes bien entrainés de Tullamore pour le repérer aussitôt. Et ça ne manqua pas. Deux secondes plus tard, deux balles avaient déjà fusées dans leur direction. Cette fois le lycan ne fit pas trainer les choses et, son paquet sur l'épaule, détala aussi vite que le vent, entrainant leurs poursuivants dans une direction opposée aux siens.

Cela faisait un moment que les soldats leur courait après, plus encore qu'il ne le pensait s'ils avaient déjà chassé les sorciers avant ça, et même bien entrainés, le terrain était à l'avantage du loup, sans parler de sa vitesse et de son endurance supérieures à celles de simples humains. S'il se fit une belle frayeur dans les premières minutes en voyant l'écorce d'un arbre exploser à quelques centimètres de lui, Daryl ne tarda pas à les semer sans grandes difficultés. Il fit alors une pause, et déposa la sorcière contre un arbre. Bon. D'accord. Cette fois, il s'en voulait un peu de lui avoir fait subir tout ça. Elle n'était franchement pas dans le meilleur des états...

« ... »

Peu loquace, mais l'air soucieux, l'irlandais défait sa ceinture. Avant que la demoiselle n'est pu s'alarmer de ses gestes, il en retourne la boucle et sort d'un petit compartiment secret une dose d'un liquide ambré. Mettant en place une petite aiguille - cachée au même endroit - au bout de la fiole, il s'approche d'elle, avant de se rendre compte que son comportement avait de quoi avoir l'air suspect.

« C'est un antidote. La.. balle dans ton épaule, elle est empoisonnée. »

Ahem. Elle allait le prendre pour un psychopathe à force. Cette fois Daryl attendit le consentement de la belle, avant de piquer et déverser l'antidote dans son sang. Il allait falloir faire quelque chose à propos de cette plaie, même si ça saignait moins que tout à l'heure, elle avait déjà perdu pas mal de sang. Sans parler de la balle toujours fichée dans son épaule. Ils n'étaient pas encore sortis d'affaire. Il faisait nuit à présent, et avec tout ça, ils s'étaient encore plus éloignés de Moycullen Bogs et de la meute.

« Comment tu te sens ? »

C'était le genre de question con. Mais le fait qu'elle soit toujours consciente était déjà en soi un fait rassurant. Ils n'allaient pas avoir d'autre choix que de passer la nuit dehors, et allumer un feu semblait risqué, même si les Tullamore devaient avoir abandonné à présent.

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Oops, I shoot you

La docilité de son désormais compagnon était vraiment surprenante. Sofia s’attendait à des grognements, du déplaisir et pourtant il ne broncha pas une seule fois. La sorcière s’était engagée dans une voie qui aurait pu s’avérer dangereuse mais visiblement, en dépit de sa fatigue, elle était toujours aussi convaincante. Etait-ce vraiment son acerbe discours qui l’avait gagné à sa cause ? Le flot continu de sang rouge écarlate ? Elle n’était sûre de rien, mais elle vivrait pour l’instant et c’était le plus important dans tout ça. Il voulait partir. Comme il était mignon. Sofia avait tout autant envie de détaler que lui mais elle en était incapable. Du courage, de la hargne, elle en avait à revendre mais toute la passion du monde ne pouvait outrepasser de si graves blessures. La jeune femme ne s’attendait pas à ce qu’il reste si longtemps, à ce qu’il obéisse et pourtant, il était encore là, si proche d’elle. Si elle était toujours agacée par son inconscience, sa colère, elle, s’était dissipée. Il ne l’abandonnait pas. Sofia se sentait presque sale d’être ainsi rassurée, mais elle ne pouvait rien y faire. La perspective de mourir sous les coups de Tullamore l’horrifiait. Si son sortilège échouait, il serait là pour elle, les ancêtres soient loués.

Un sursaut secoua tout son corps alors que la main de Daryl venait trouver sa blessure. La poigne du loup était forte, bien trop forte, mais Sofia ne laissa rien transparaitre. Au moins, son sang stopperait l’espace d’une minute de s’échapper si abondamment de son corps. Si elle se concentrait du mieux qu’elle le pouvait sur son sortilège, la sorcière ne se priva toutefois pas d’étudier le drôle de spécimen avec lequel elle était coincée. Soucieux. Il semblait terriblement inquiet. Les loups-garous trainaient presque exclusivement en meute. Avant de tomber sur la jeune femme, ils avaient du être avec les siens. Etaient-ils morts ? S’étaient-ils enfui ? Ce contraste était saisissant mais lui plaisait tout de même. Daryl semblait ferme mais ses émotions contrastaient si drastiquement avec son apparence qu’il lui offrait un spectacle plus qu’intéressant. Des miliciens s’invitèrent enfin, valsant tout autour du duo sans jamais les voir ni les sentir. Son sort fonctionnait vraiment. Avait-elle douté de ses capacités ? Comment osez-vous ! Un long soupir s’échappa de sa gorge, l’expression du soulagement qui reprenait la première place dans son esprit. Ce n’était pas la fin. Ils surviraient. La sorcière, ce maudit loup. C’était fini, le cauchemar était fini.

Fermant les yeux pour se concentrer toujours plus sur le sortilège qu’elle avait tissé tout autour d’eux, son interlocuteur fit une déclaration qui lui glaça le sang. Sans qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit, ce dernier l’attrapa avec vigueur par la taille, la fourrant sur ses épaules comme un misérable sac de patate (ou de plume dans le cas de la délicate Sofia). La sorcière essaya bien de donner un petit coup sur la tête de son ravisseur, mais rien n’y faisait. Bien trop épuisée, sa gifle avait du passer pour une caresse et rien d’autre. Tout ce qu’elle voulait, c’était se débattre, décrier cette injustice mais elle ne se sentait même plus en capacité de se défendre. Le monde allait vraiment mal si même la terrible Sofia ne trouvait plus la force d’insulter tout son entourage. Alors elle se fit transporter à travers les bois, consciente de la folie de son compagnon mais tout bonnement incapable de faire quoi que ce soit. La demoiselle avait certes perdu beaucoup de sang, mais quelque chose clochait. Comment pouvait-elle se sentir si fiévreuse ? Une balle dans l’épaule était potentiellement mortelle mais par tous les saints, il ne lui avait pas tiré dans l’estomac !

Après une course poursuite qui lui sembla interminable, dans un état second et franchement peu recommandable, Sofia put enfin sentir la douceur de la terre sous ses mains. Puisant dans ses dernières réserves pour fixer le louveteau qui la surplombait, elle lui décocha un regard d’une noirceur aussi sombre que sa chevelure.

-Tu m’expliques.. la pertinence de ce que tu viens de faire ?

Ses mots étaient hachés, sa gorge la brûlait, rien n’allait. Maintenant que le pire était passé, un nouvel accès de colère prenait possession du corps de la jeune femme. Avant même qu’elle ne puisse surenchérir, Sofia eut enfin l’explication qu’elle attendait tant. Du poison hm ? Elle aurait du s’en douter. Daryl hésitait, mais la sorcière, rien n’avait jamais été aussi clair. Avoir confiance en lui ou non ne changerait rien dans une telle situation. Elle était incapable de se défendre, alors qu’il lui injecte vraiment l’antidote ou un autre poison, elle ne pouvait rien y faire ! Elle le laissa accomplir sa besogne, restant par la suite silencieuse. Etrangement, l’antidote devait être extrêmement efficace puisque déjà les nombreux symptômes commençaient peu à peu à se dissiper. Son compagnon voulait des réponses ? Il allait attendre que Sofia soit capable d’en placer une correctement ! Gênante, cette scène l’était sans aucun doute. Un silence de mort, l’un fixait l’autre comme si c’était la première fois qu’il voyait un autre être humain. Ah…

-Mieux, enfin. Je cherche toujours à comprendre pourquoi tu ne m’as pas administré ton antidote tout à l’heure. Tu essaies vraiment de me tuer c’est ça ?

Quelque chose qui ressemblait à un rire s’échappa d’entre ses lèvres pulpeuses. Était-ce vraiment un rire ou une complainte ? Entre incrédulité et douleur, Sofia elle-même ne savait plus trop ce qu’il se passait. Fouillant dans son sac à dos, elle en ressortit une lame fine et une sorte de potion. Elle ingurgita sans tarder le contenu de la fiole, espérant que les effets de son breuvage ferait rapidement effet. De quoi paralyser ses sens, de faire disparaitre la douleur et de rendre ce qui serait peut-être ses dernières heures un peu plus confortable. Elle reporta à nouveau son attention sur le loup-garou, fronçant doucement les sourcils.

-Il faut que tu me retires la balle. Tant qu’elle reste logée dans le creux de mon épaule, je ne puis agir dessus. Attrapes ça.

Passant sa main hâtivement sur la lame, cette dernière sembla rougir un instant avant de reprendre sa couleur naturelle. Elle espérait qu’il savait y faire sans quoi ses chances de survie étaient bien maigres. Une chance qu’elle était tombée sur un loup et non pas une créature ne comprenant rien à rien à la nature si fragile des êtres humains. On pouvait reprocher ce que l’on voulait aux louveteaux, mais ils étaient sûrement les plus débrouillards de toute cette fichue prison.

-Tu ne m’as toujours pas donné ton nom. Non pas que cela soit nécessaire, mais si je suis vouée à rester avachis à t’observer toute la nuit, mettre un nom sur un visage ne serait pas plus mal.

Sofia n’essayait pas de faire la conversation. Elle tâchait de rester poli tout en essayant de comprendre un peu mieux la situation. La sorcière ne doutait pas un seul instant que s’ils devaient se terrer toute la nuit ici, Daryl ne s’arrêterait probablement pas de bavarder. Une balle dans corps, Sofia savait y faire mais les monstres de la parole, ça c’était une toute autre histoire. En attente d’une réponse qui elle l’espérait serait un peu plus agréable qu’auparavant, la demoiselle replongea à nouveau son regard sur la figure athlétique du jeune homme. Etait-il blessé ? Avait-il besoin d’aide ? Etait-il inquiet pour les siens ? Tant d’idées virevoltaient dans son esprit, mais cela demandait bien trop d’intérêt pour les poser. Et puis lui donner une raison de se transformer en pipelette n’était franchement pas une bonne idée.

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
♦ Lycanthrope ♦ Abel's Child
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 820
Points RP : 2193
Date d'inscription : 13/04/2018

Oops. I shoot you. Maybe you deserve it !

Au moins, il était sûr qu'elle n'était pas une sorcière vaudou. Avec le regard assassin qu'elle venait de lui lancer, il serait certainement déjà mort si ça avait été le cas ! Un léger sourire marqua ses lèvres fugacement à cette pensée. C'était sans conteste bien malvenu de s'amuser d'une telle chose dans un moment pareil. Daryl resta silencieux face aux interrogations de la brune, attendant d'abord de voir si l'antidote faisait correctement effet. A vrai dire, si le loup pouvait effectivement être bavard, ce n'était que dans le cadre strictement restreint de la meute, et encore. Les étrangers le mettait mal à l'aise et sur ses gardes, faisant resortir un tempérament plus réservé.
Le silence se faisant entre eux, il se laissa lentement tomber sur les fesses, assis en face d'elle en attendant qu'elle récupère un peu, un temps de repos ne pouvait pas lui faire de mal non plus après avoir arpenté la forêt toute la journée, depuis cinq heures du matin.

Il la scrute avec curiosité alors qu'elle farfouille dans son sac. Ah, les sorcières et leur potions. C'était tout de même bien pratique ces choses-là ! N'en avait-elle pas qui permettrait de refermer ses plaies ? Une sorte de régénération artificielle ? Le lycan s'était un peu tendu en la voyant sortir une lame. Il ne la craignait pas vraiment dans son état, mais la méfiance était de mise chez lui, et la confiance quelque chose de dur à gagner. C'est assez ironique de se dire qu'il se méfie d'elle plus qu'elle ne se méfie de lui, alors qu'il est celui qui vient de lui tirer dessus. En même temps, elle n'avait pas vraiment le choix.
Ce n'est qu'en attrapant la lame qu'il répondit enfin à l'une de ces questions. C'est vrai, il aurait pu lui injecter l'antidote plus tôt. Mais hormis le fait qu'il avait manqué un peu de temps, et qu'il était préoccupé par d'autres choses...

« Parce que j'aurais peut-être eu besoin que tu meurs. »

Ça avait le mérite d'être honnête. Mais pas vraiment rassurant, alors qu'il tenait un couteau en main et allait devoir lui charcuter l'épaule pour en extraire la balle qu'il y avait mise. Elle lui avait donné son nom et sa race. Il ne savait rien d'autre d'elle, et qui lui disait qu'elle n'avait pas menti ? Laissé le poison dans son sang avait été une assurance de secours au cas où elle se serait retournée contre lui. Méfiance, encore.

Son regard balaya le sol, puis il tendit le bras pour attraper un bout de bois qu'il cassa en petit morceau. Déchirant un morceau du bas de son t-shirt, il l'enroula autour du bout de bois et le tendit à la sorcière.

« Mords là-dedans. »

Il l'avait bien vu prendre la potion, mais il ne savait pas dans quelle mesure elle faisait effet, même s'il se doutait que ça avait un rapport avec la douleur. Alors dans le doute, il préférait jouer la sécurité. D'un regard, il lui fit comprendre qu'il n'y avait pas à discuter. Il ne ferait rien tant qu'elle n'aura pas obtempéré.
Une fois qu'elle eut obéi, il attrapa fermement son épaule. Pas besoin de préciser que ça allait faire mal, pas vrai ? Il espérait pour elle que sa potion soit efficace, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne quand il s'agit de supporter la douleur, alors si quelques artifices pouvaient aider, ils étaient toujours les bienvenus.

Il du s'y reprendre à trois fois avant de réussir à extraire le plomb qui s'était logé profondément dans les chairs. L'odeur du sang lui picotait les narines, et Sofia pouvait remercier le ciel qu'il ne soit pas un vampire, car bien qu'homme hors des périodes de pleine lune, cela lui donnait même à lui la curieuse envie de la mordre, lui rappelant qu'il n'avait pas mangé depuis ce matin.
Il la laissa souffler un peu, nettoyant la lame avec un mouchoir, avant de la lui présenter.

« Est-ce que tu peux... il fit un geste vague, ne sachant pas trop comment appeler ça, faire ton "truc", pour cautériser la plaie, ça arrêtera le saignement. »

Il allait encore la faire souffrir, mais c'était pour son bien. Enfin, cette fois en tout cas. La lame chauffée à blanc, il nettoya comme il put les contours de la plaie avant d'y presser le fer brûlant, maintenant Sofia fermement en place au cas où les effets de la potion n'aurait pas été suffisant pour supporter la sensation de vive brûlure prolongée.

C'était au moins ça de fait. Le problème du poison, et maintenant celui de la perte de sang étaient réglés. Il n'entendait plus les hommes de Tullamore les suivre bien une heure avant qu'il ne se décide à s'arrêter ici. Avec les branchages qui couvraient le ciel, les étoiles et la lune elle-même avaient du mal à les éclairer. On y voyait pas grand chose, mais c'était suffisant pour le lycan.

« ... Je m'appelle Daryl. Et on ne va pas rester ici. »

Aussitôt dit, et aussitôt le loup se redresse. Il étire brièvement ses membres, et observe autour de lui, laissant encore quelques secondes de répits à la jolie brune qui n'allait pas tarder à le détester à force de se faire trimballer de tout les côtés. Il avait éludé pas mal de ces questions, mais il ne lui semblait pas nécessaire qu'elle en sache davantage. Pas plus qu'il ne lui semblait nécessaire de s'excuser d'ailleurs. Pour la simple raison qu'il ne s'estimait pas en tord, c'était la période actuelle qui voulait ça. Cependant, il n'était pas non plus un monstre, maintenant qu'il ne la considérait plus comme une ennemie immédiate, il fera en sorte d'améliorer sa condition d'ici à ce qu'ils se sortent de ce merdier.
S'accroupissant près d'elle en lui tournant le dos, il tapote sa propre épaule pour l'inciter à grimper sur son dos.

« Grimpe, je vais te porter. »

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Oops, I shoot you

Il ne voulait pas parler ? Soit, Sofia ne comprenait que trop bien ce genre de réaction. Dans la même situation, elle n’aurait pas adressé un mot de trop au poids mort accroché à sa jambe. A quoi bon perdre sa salive pour déblatérer des choses inutiles ? Daryl allait droit au but et ne faisait pas dans la dentelle. La sorcière aimait les hommes comme lui. Les idiots qui s’embarrassaient encore de faux-semblants et tous les artifices qui venaient avec faisaient franchement rire la jeune femme. Dans un monde en ruine, à quoi bon se forcer ? Ce n’était pas si surprenant que ça venant d’un loup-garou de toute façon. Ils étaient sauvages et cela présentait quelques avantages… Et beaucoup d’inconvénients. Blessée comme elle l’était, Sofia se demandait bien ce qu’elle serait obligée de subir après s’être extirpée de ce merdier. Serait-elle obligée de vivre chez les loups le temps qu’elle soit en état de reprendre la route ? Elle ne savait rien de l’hospitalité lupine mais cela ne pouvait pas être si désagréable que ça, si ? Le silence de son sauveur était en tout cas apprécié. Ca lui laissait le temps de refaire le tri dans ses propres pensées.

Alors que la demoiselle tendait son poignard désinfectée vers son interlocuteur, ce dernier daigna enfin lui offrir un semblant de réponse. Sofia ne lui avait donné aucune raison de croire en tout ce qu’elle avait pu raconter. Elle ne lui reprochait en aucun cas sa réaction. Utiliser du poison comme sécurité était épouvantable mais si efficace. Une fois de plus, il ne faisait que remonter dans son estime. Brutalement honnête. Le plus agréable dans tout ça, c’était peut-être la confiance implicite qui s’était installée entre ces deux-là. Si le moindre doute avait encore effleuré l’esprit du loup-garou, Sofia ne serait jamais sortie de cette aventure en un seul morceau. Ni exécutée ni abandonnée. Daryl restait à ses côtés, lui avait probablement sauvé la vie. La sorcière plongea à nouveau son sombre regard dans celui de son sauveur alors que ce dernier se saisissait enfin de ce maudit poignard. Le remercier semblait presque une évidence désormais. Sofia était peut-être froide et distante mais elle savait s’incliner et reconnaitre l’influence positive des actions des personnes autour d’elle. Daryl le méritait plus que quiconque en cet instant-là. Plus que tous les autres sorciers qui s’étaient montrés incapables de réfléchir intelligemment face à l’ennemi.

-Merci.

Merci, merci de quoi ? Le remerciait-elle pour son honnêteté, pour son attention ? Aucune explication ne suivit cela et la demoiselle en resta là. Pour dire vrai, elle ne le savait pas elle-même. Elle était reconnaissante et c’était tout ce qui comptait. Il pouvait bien en penser ce qu’il voulait, ce n’était plus de son ressort de toute façon. Elle le laissa porter à ses lèvres son invention, plus pour lui faire plaisir que par réelle nécessité. Et le loup ne semblait pas disposé à prendre non comme réponse. Si cela lui faisait plaisir, soit. L’étrange breuvage avait anesthésié la capacité de la demoiselle à ressentir toute forme de douleur. Alors que ce dernier triturait sa blessure avec la dague, Sofia se contentait de l’observer, ressentant vaguement des picotements au niveau de son épaule. Elle sentait bien qu’un objet étranger se promenait dans sa blessure mais on finissait par s’y faire. Après trois ans passés sur cette maudite île, la jeune femme avait connu des moments si difficiles qu’elle n’était plus à une égratignure près. Après trois longues tentatives, Daryl parvint enfin à retirer la balle qui était venue se loger sournoisement dans la pauvre carcasse de notre brave sorcière. Enfin.

Truc ? La remarque du jeune homme fit finement sourire Sofia, elle qui n’offrait habituellement pas ce genre de réaction. Elle hocha simplement la tête, lui faisant signe de lui rendre le poignard. Si les réserves magiques de la demoiselle étaient presque vides, il lui restait largement de quoi rendre aussi brûlant que le feu des enfers son arme. Cautériser de cette manière sa plaie lui laisserait une vilaine cicatrice. Si elle serait incapable de la faire totalement disparaitre, une magicienne avait mille et uns sortilèges et potions dans son grimoire pour arranger l’apparence disgracieuse d’une telle erreur. Être une jolie créature avait été son gagne-pain pendant presque toute sa vie, et si elle ne pouvait plus gagner ainsi sa vie désormais, disposer d’un joli minois arrangeait souvent les choses par ici. Faire affaire avec une demoiselle gracile et agréable au regard suffisait parfois à changer complètement la donne. Alors que l’empreinte brûlante du poignard s’acharnait sur la blessure de la demoiselle, Daryl la retint, de peur que les effets de sa potion se dissipent. Et en effet, ils se dissipaient. La soudaine douleur provoqua une véritable onde de choc dans tout son corps mais bien heureusement, elle n’était qu’un dixième de ce que cela aurait du être et Daryl le prince charmant était venu à son secours, encore une fois.

-Enchantée, Daryl. Ou comptes-tu m’emmener cette fois ?

Sofia ne cherchait pas à le provoquer, elle se demandait tout simplement ou ils se rendraient cette fois-là. Il était plus qu’évident qu’elle ne s’opposerait pas à lui désormais. Jusqu’à présent il l’avait protégé et ce de toutes ses forces. La sorcière détestait donner sa confiance aussi facilement en de parfaits inconnus mais le truc, c’était que Daryl ne l’était plus tout à fait. Il lui avait montré son cœur et lui avait prouvé sa bienveillance. Elle se serait bien permise d’attendre sa réponse, mais le temps pressait, les hommes de Tullamore rodaient peut-être encore et ce jeune homme devait avoir d’autre chat à fouetter. Sans hésiter un seul instant, Sofia s’installa sur le dos de son sauveur, passant autour de son ventre ses bras fins, s’agrippant comme elle le pouvait à sa nouvelle locomotive. La jeune femme espérait sincèrement qu’elle ne s’était pas trompée sur son compte. Les manipulateurs étaient légion en Irlande désormais et il n’était pas improbable de tomber sur un monstre se faisant passer pour une pauvre brebis. Cette crainte restait au fond de son esprit mais puisqu’elle était incapable de faire quoi que ce soit d’autre, elle ne pouvait que compter sur lui.

-Bois-ça. Tu es fatigué et tu le seras encore plus après m’avoir porté à travers tous les bois. Refuses si tu le veux, mais pour notre bien à tous il serait regrettable que tu ne puisses plus bouger.

Alors qu’elle chantait son délicieux petit discours, Sofia attrapa d’une main une petite fiole de son sac à dos. Le liquide qui y était contenu était d’un rouge vif, très clairement magique. Avec tout cela, la jeune femme avait une petite idée derrière la tête. Déjà elle espérait vraiment ne pas voir son interlocuteur s’écraser sous elle, mais elle se demandait surtout s’il aurait assez confiance en elle pour accepter le breuvage. Peut-être était-il suffisamment en forme pour les tirer de la forêt sans aide extérieure, la sorcière ne connaissait pas si bien que ça les capacités de loups-garous après tout. Son plan méritait au moins d’être mis en œuvre, même s’il échouait dès le départ. Sofia doutait fortement que Daryl s’abaisserait à une telle mesure, mais elle avait été surprise de si nombreuses fois jusqu’à présent que tout était possible. Ah. Quelle horrible journée.

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
♦ Lycanthrope ♦ Abel's Child
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 820
Points RP : 2193
Date d'inscription : 13/04/2018

Oops. I shoot you. Maybe you deserve it !

Il fut quelque peu surpris d'entendre ce petit mot sortir de sa bouche. "Merci". Il pouvait comprendre ce sentiment de soulagement maintenant que toute cette pagaille était passé, mais il ne se serait pas attendu à l'entendre le prononcer. Pas pour lui. Mais sans doute valait-il mieux que cela ce soit passé ainsi ? Que ce soit lui, plutôt que l'un des miliciens humain qui ne la trouve la première. Même une balle dans l'épaule était bien peu de chose comparé à ce qu'aurait pu être l'autre scénario. Il avait entendu tellement d'histoires horribles sur ce qui se passait dans la tour de Tullamore... il les avait vu prendre trop de monde, sans qu'ils ne puissent rien faire pour les en empêcher. Aujourd'hui encore, ils cherchaient toujours certains disparus dont on avait aucunes nouvelles. Étaient-ils dans cette tour ? Que leur faisait-on subir ? Étaient-ils seulement toujours en vie ?
Il avait seulement hoché légèrement la tête, et s'était ensuite perdu dans ces pensées bien sombres, se relevant alors avec sa passagère sur le dos. Sofia tenait le choc, elle faisait même bonne figure. Est-ce qu'elle faisait de l'humour en prétendant être enchantée ? Ce serait le comble pour une sorcière.

Il glissa une main sous la cuisse de la sorcière pour la maintenir plus facilement sur son dos, et se retourna face à l'arbre contre lequel celle-ci s'était reposée quelques minutes. Durant quelques secondes, ses ongles se changèrent en griffes dures et acérées, juste le temps de marquer l'écorce de quelques griffures. Si Aodh et les autres partaient à sa recherche, ils ne manqueraient pas de suivre l'odeur du sang de Sofia jusqu'ici, et en voyant cette marque, ils sauraient qu'il allait bien. Daryl craignait qu'en apprenant l'intrusion des équipes de Tullamore sur leur domaine, et sa disparation, son aîné ne fasse des bêtises en les prenant en chasse à son tour. Il serait parfaitement capable de les décimer malgré les risques de représailles que cela représenterait pour la meute. Son frère avait toujours eu à cœur l'intérêt du clan, mais lorsqu'il s'agissait de la famille, la raison n'avait plus vraiment sa place. Il ne pouvait pas lui jeter la pierre... il n'était pas plus raisonnable que lui sur ce point.

Il fit à peine quelques pas que la brune commença légèrement à se tortiller sur son dos avant de lui tendre une fiole. Daryl plissa ses yeux en dévisageant l'objet d'un air franchement sceptique, avant de l'attraper de sa main libre.

« Qu'est-ce que c'est ? »

Il retira le bouchon avec ses dents, et en renifla le contenu avec méfiance. Ce truc n'avait pas une couleur très naturel... à écouter Sofia, ce serait une sorte de... requinquant ? Il lui semblait peu probable qu'elle cherche à l'empoisonner, mais il n'en reste pas moins qu'il n'avait pas plus envie de boire ce truc sans savoir exactement de quoi il s'agissait. Reposant le capuchon sur l'embouchure.

« J'ai passé ma vie à gambader dans des endroits comme celui-ci. Tu sous-estimes mes capacités. »

Oui, bon, "gambader" n'était pas vraiment le terme. Si à présent il pouvait se targuer qu'un parcours comme celui de cette journée était une partie de plaisir, dans son enfance ça ressemblait davantage à une véritable épreuve de survie ! Une autre chose encore sur laquelle Aodh lui en avait fait baver. Et pour laquelle il pouvait le remercier aujourd'hui.
Il renfonça le bouchon en appuyant dessus avec son pouce, avant de le rendre à la sorcière.

« Garde-le pour plus tard. On ne sait jamais, ça pourrait servir. »

Viens là. Attrapes ça. Bois ça. Il pourrait bien se sentir titiller par les quelques pointes d'autorité qui transparaissaient dans le tempérament de la jeune femme. Elle n'était pas vraiment en position d'exiger quoique soit de lui ! Qui oserait donc donner des ordres à un loup ?! Oui, c'est vrai, il faisait exactement la même chose... si on met ça sur la déformation d'ex Béta, est-ce que ça passe ? Enfin, elle faisait ça sans s'en rendre compte et avec de bonnes intentions, alors son orgueil de loup restait sauf.

« On ne va pas très loin de toute façon. »

Peut-être que s'il marchait toute la nuit, ils arriveraient dans la matinée parmi les siens. Mais la sorcière étant blessée, il serait plus sage de la laisser se reposer après toutes ces émotions et repartir au matin. Et puis... il avait beau faire le fier, il lui faudrait peut-être bien avaler la potion s'il devait effectivement marcher encore toute la nuit... Qui plus est, mieux valait économiser ces forces en cas de mauvaises rencontres.
Les mains croisées dans son dos en guise de siège pour sa passagère, Daryl avance avec précaution dans les sous-bois sombres. Même lui n'y voyait pas grand chose sans l'aide de la lune et des étoiles. Si la première avait été pleine, ça aurait été une autre histoire. Pour l'instant, il préférait éviter de tomber bêtement alors qu'il transportait une blessée.

« Je ne voulais pas qu'ils les suivent. La pertinence, de tout à l'heure. »

Cela faisait dix minutes qu'il marchait à travers les bois, lorsqu'il prononça ces quelques mots, répondant à l'une des premières questions de la brune. Pour ensuite enchainer avec un sujet plus actuel.

« Il y a des cavités un peu plus loin. On pourra y faire un feu sans craindre qu'on le repère, et se reposer. »

Les lycans avaient la particularité d'avoir une température corporelle plus élevée que la moyenne, ce qui leur permettait de supporter plus facilement les températures fraiches. Ce n'était pas le cas de la sorcière. Surtout avec tout le sang qu'elle avait perdu, Daryl craignait un peu qu'une fois l'adrénaline de la course poursuite disparue, celle-ci ne commence à souffrir durement de ce manque. Dans l'état actuel des choses, du repos était la meilleure chose qu'il pouvait lui offrir.
Demain, dès qu'ils auraient atteint la meute, elle sera tirée d'affaire. Ils pourront la ramener à Cork, parmi les siens. Ou bien faire chercher quelqu'un pour des soins plus poussés si c'était nécessaire, avant son retour à la maison.

« ... Qu'est-ce que tu faisais dans ces bois ? Vous n'êtes pas censé vous déplacer à plusieurs ? »

C'est vrai ça. Il y avait bien Lahja qui se promenait toute seule comme une inconsciente, trop absorbée par sa mission de sauver les vampires pour se rendre compte que tout le monde n'était pas aussi bien intentionné qu'elle. Les loups font partis de la coalition, mais ils n'en restent pas moins des êtres très territoriaux qui n'apprécient guère de voir des étrangers fouler leurs plate-bandes. Les autres groupes de cueilleurs - car même s'il pose la question, il supposait bien que c'était de ça dont il s'agissait - étaient censés être, par définition, plusieurs. Alors... où étaient passés les autres... ?

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Oops, I shoot you

Alors que l’une des mains du jeune homme se glissait sous ses cuisses, Sofia ne put réprimer un frisson. La demoiselle ne se rappelait même pas la dernière fois qu’elle s’était retrouvée si proche d’une autre personne. Belle comme elle était, on l’aurait pourtant imaginer faire des ravages à travers tout Cork. La vérité était si différente. Se mettre dans une telle position de faiblesse dans un univers aussi dangereux était une idée franchement stupide. La sorcière évitait avec soin de s’approcher des autres pour cette simple raison. Baisser sa garde et offrir sa confiance étaient deux choses à éviter à tout prix si l’on voulait survivre. Elle ne désirait pas Daryl, loin de là, mais le contact soudain de sa paume contre sa peau l’avait troublé l’espace d’un instant. Un long soupir s’échappa des délicieuses lèvres de la starlette. Ce qu’elle se sentait bête dans ce genre de moment. Elle espérait sincèrement que son interlocuteur n’en tiendrait pas rigueur. De toute façon, il était fort probable qu’il n’ait rien compris de tout cela. Les loups n’étaient pas les créatures les plus intelligentes à avoir fouler cette terre. Les sorciers étaient les génies du monde occulte, n’est-ce pas ?

Lorsque d’affreuses griffes vinrent remplacer les ongles sales de son sauveur, Sofia ne put s’empêcher de douter l’espace d’un instant. S’était-il enfin décidé à trancher la gorge de son poids mort préféré ? Intéressant, mais fort improbable. Plus personne n’avait la courage de perdre inutilement son temps ces jours-ci. S’il avait voulu la tuer, elle le serait d’ores et déjà. Elle le savait mieux que quiconque. Alors elle le regarda, curieuse, tandis qu’il lacérait avec vigueur l'un des arbres qui parsemait leur chemin. Un signe pour les siens, une simple envie de se défouler ? Peu importe. Le loup-garou ne lui apporterait une fois de plus aucune réponse. La confiance ne régnait après tout toujours pas. Daryl était méfiant quant à la proposition de la demoiselle. Déçue, elle l’était sans aucun doute. Elle avait espéré que ce dernier se montre un tant soi peu faible mais rien ne semblait pouvoir traverser sa carapace. Soit, il était inutile de persister. S’ouvrirait-il à elle lors de cette étrange rencontre ? Sofia en doutait fortement et elle en était en quelque sorte vexée. Se montrer sous un aussi mauvais jour auprès d’un allié et ne rien obtenir en retour était agaçant.

-Une potion de santé. Elle offre vigueur et endurance à la personne qui la consomme. Pour plus tard hm ?


La sorcière rangea comme elle le pouvait la potion dans son sac alors que son destrier préféré s’avançait d’un pas sûr dans la forêt. Sofia posa sa tête sur l’épaule de Daryl alors qu’il la trimballait de branche en branche, exténuée par toutes ces mésaventures. A deux doigts de s’assoupir sur son dos, la voix grave du jeune homme vint la tirer de sa torpeur. Se décidait-il enfin à parler ? « Ils ». Ses louveteaux, ses frères. Elle se doutait déjà qu’il disposait d’un grand cœur mais tout cela ne venait que confirmer son hypothèse.  Qu’il se porte volontaire pour ainsi sauver les autres membres de son clan ne manqua pas de piquer l’intérêt de la jeune femme. Il devait être important. Se trouvait-elle avec un membre de la famille régnant sur Galway ? Pour peu que les loups-garous fonctionnent comme cela de toute façon. Sofia n’en avait aucune idée. Elle ne manquerait pas de demander à son amie Lahja. Si quelqu’un s’y connaissant dans la géopolitique de cette fichue prison, c’était bien elle. N’ayant rien de spécial à répondre, la sorcière se contenta d’acquiescer, satisfaite qu’il s’ouvre enfin. Il était grand temps !

Se nichant toujours plus contre le corps de son sauveur, frigorifiée, Sofia le laissa déblatérer tout ce qu’il avait encore sur le cœur. Un refuge serait nécessaire s’il ne voulait pas se promener avec une carcasse congelée sur le dos. Il ne faisait pas si froid que ça, mais entre tout le sang qu’elle avait perdu, ses ressources magiques presque épuisées et le délicieux poison qu’il lui avait offert, la sorcière était dans un état pitoyable ! Pour couronner le tout, elle s’était imaginée rentrer chez elle avant que le soleil ne se couche alors sa tenue n’était pas faite pour une promenade nocturne à travers les bois les plus glauques d’Irlande ! Une fois de plus, un simple mouvement de tête de la demoiselle vint signifier son accord au loup-garou. Les nombreuses affirmations de Daryl ne permettaient aucune réponse utile alors quoi bon meubler cette conversation inutilement. Répondre à sa première question, ou du moins la première qui soit intéressante, était par contre tout autre chose…

-Si. Nous étions six, divisés en trois groupes de deux. Nous devions récolter au plus vite le maximum de ressources et repartir. Tullamore a débarqué, j’ai tenté de me dissimuler avec l’aide de mon partenaire mais ce dernier ne s’est pas montré à la hauteur. Je ne sais pas où ils sont. J’espère qu’ils sont morts.. Je n’ose pas imaginer ce qui les attend s’ils ont été capturés.

Les mots de Sofia pouvaient sembler durs, notamment pour ses pauvres partenaires. Malheureusement, dans un univers aussi monstrueux que celui de cet prison, ce qu’elle disait faisait sens. Daryl approuverait sûrement. Avec les rumeurs sur les expériences effectuées sur les créatures par Tullamore, se faire capturer était un destin probablement pire que la mort. Sofia préférait s’étouffer avec sa langue que leur donner la satisfaction d’utiliser son corps. Le simple fait de penser à ses amis sorciers fit légèrement trembler le corps de la demoiselle. Ce qu’elle détestait être aussi faible, si faible qu’elle ne pouvait plus cacher si bien que ça le cœur en or qui se cachait derrière son armure de glace. Son regard semblait infiniment triste mais le reste de son visage restait froid et distant. Son sauveur s’en rendrait-il compte ? Sofia espérait de tout son cœur qu’il ne continuerait pas à découvrir les nombreuses faiblesses de la triste demoiselle.

-Que les tiens s’en sortent suffira à apaiser mon cœur pour cette nuit. Ou du moins je l’espère. Nous sommes tous ensemble dans cet enfer.

La sorcière prit une longue inspiration, attristée et fatiguée par toute cette histoire. Tout ce qu’elle voulait, c’était rentrer chez elle. Ou du moins rentrer au dépotoir qui lui servait de maison. Elle se serait bien complu dans son silence mais maintenant que Daryl se mettait enfin à parler, il était peut-être finalement l’heure de lui tirer des informations précieuses. Non pas qu’elle mourrait d’envie à titre personnel de connaitre toute la vie de son compagnon, loin de là. Daryl cachait quelque chose, c'était venu presque comme une évidence pour la starlette. Il était bien plus important qu'un simple louveteau. Son prénom était déjà un début mais ce n’était pas assez.

-Pourquoi es-tu celui qui a distrait Tullamore pendant que les autres s’enfuyaient ? Es-tu responsable de ces gens là ou as-tu juste senti que l’heure de briller était enfin venu ?

Maintenant, il n’y avait plus qu’à attendre les réponses du louveteau. Se laisserait-il faire ? Se montrerait-il conciliant ? Rien n’était trop sûr. Jusqu’à présent il n’avait fait que surprendre la demoiselle. Il était temps de briser la glace.

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
♦ Lycanthrope ♦ Abel's Child
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 820
Points RP : 2193
Date d'inscription : 13/04/2018

Oops. I shoot you. Maybe you deserve it !

Frissons et soupirs, il mettait ça sur le compte de la fatigue, et rien d'autre. De toute façon, il avait bien d'autres préoccupations en tête pour le moment. Comme atteindre rapidement le refuge qu'il espérait sûr, et faire un feu avant que la demoiselle ne lui claque entre les doigts. Il n'était pas un foutu médecin, les rares fois où il tombait malade, son traitement principale était... d'attendre que ça passe. Pour ce qui était des blessures, il connaissait bien quelques baumes, mais en général il faisait confiance à son métabolisme lycanthrope pour assurer une régénération rapide. Et puis, ils avaient des soigneurs dans la meute, c'est eux qui s'occupait de ça. Les premiers soins, il pouvait gérer, mais ça s'arrêtait là. Si la plaie s'infectait et qu'elle lui faisait un choc septique, ils ne seraient pas dans la merde !

Il sentit bien une pointe de vexation chez la sorcière lorsqu'il refusa sa potion. L'intention était bonne, il aurait pu faire un effort et accepté, c'est vrai, qu'est-ce que ça lui aurait couté ? En plus, à l'entendre, ça lui aurait rendu service, "vigueur et endurance", c'était plutôt bien. Mais il n'allait pas se forcer, il était désolé si elle le prenait mal, mais c'était dans sa nature d'être méfiant, il n'allait pas changer juste comme ça pour ses beaux yeux.
Chemin faisant, il sentit peu à peu le poids de la tête de sa passagère peser sur son épaule. Lui jetant un regard de biais, il remarqua qu'elle commençait à s'endormir. Ça n'avait rien d'étonnant après tout ça. Si ça ne tenait qu'à lui, il la laisserait dormir tout son saoul. Mais dans les conditions actuelles, il avait peur qu'elle ne s'endorme d'un sommeil dont elle ne se réveillerait pas. Alors s'il fallait lui faire la conversation pour la tenir éveillée, soit. Il pressa un peu le pas de son côté, pour arriver plus vite. Encore quelques minutes, et ils seraient à destination.

Pourtant les mots de la sorcière eurent un écho amère à ses oreilles. Elle espérait que ses compagnons soient morts.
C'était un souhait bien terrible. Pourtant, il comprenait. Les sorciers étaient pourtant parmi toutes les créatures de l'île, ceux qui se rapprochaient le plus des humains. Humains, ils l'étaient complètement même, ils avaient seulement hérités de quelques pouvoirs, pour certains, c'était même davantage des connaissances que de réels pouvoirs mystiques. Pourtant ça n'empêchait pas Tullamore de les traquer tout autant que les autres. En même temps, ils avaient bien enfermés les irlandais tous autant qu'ils sont, sans le moindre remords, alors que pouvait-on espérer de personnes comme ça ?

« ... Je suis désolé. »

C'était quelques mots à peine soufflés. C'était trop tard pour eux à présent. Peut-être Sofia était-elle trop pessimistes et s'en étaient-ils mieux sortis qu'elle le pensait ? Il fallait l'espérer. Espérer, c'est tout ce qu'ils pouvaient faire à l'heure actuelle de toute manière.
Il ne vit pas le regard de la jeune femme, mais il sentit parfaitement son corps se tendre et trembler contre son dos, alors qu'elle songeait à ses compagnons. Daryl était bien heureux de savoir que les siens avaient pu s'enfuir à temps, il préférait ne pas penser à l'état dans lequel il serait si la situation avait été inversé. Sans doute n'aurait-il pas été aussi raisonnable que Sofia, et se serait-il jeté tête baissée dans la mêlée, se faisant abattre à son tour...

« Ils s'en sortiront. Ils sont débrouillards, j'ai confiance. »

Il sourit légèrement en disant ça. Oui, tout allait aller bien pour les siens. Bien sûr, il ne pouvait s'empêcher d'être inquiet, mais il avait réussi à éloigner Tullamore de leur chemin, et il savait que les plus âgés du groupe prendrait soin des plus jeunes. N'abandonner personne, c'était une règle pour la meute.
Ah, oui, c'était bien beau. Pourtant parfois il fallait faire des exceptions... en sacrifier quelques-uns pour le bien du plus grand nombre. C'était difficile à avaler, pourtant ils avaient été contraint de faire avec, comme pour la Demon's Race. Un épisode qui faisait toujours aussi mal, bien des mois plus tard.

Le loup rit légèrement quand Sofia le soupçonna gentiment d'être le genre de type à jouer les héros.

« Je suis responsable d'eux. S'il leur arrivait quoique ce soit... Daryl se fit muet quelques instants. Non, il préférait ne pas imaginer. J'étais le plus apte à jouer ce rôle à ce moment précis. Mais n'importe lequel d'entre nous aurait pu faire pareil, on ne laisse pas l'un des notres derrière. »

Le loup ne se rendit compte que trop tard de ce qu'il venait de dire, alors qu'un instant plus tôt, Sofia lui avouait à demi mots avoir avoir abandonné le sorcier qui l'accompagnait pour sauver sa vie. Peste soit-il, lui et sa grande bouche ! D'ordinaire il avait beaucoup plus de tacts !

« Mais parfois il faut mieux renoncer, quand il s'agit de bataille qu'on sait ne pas pouvoir gagner... tu as sauvé ta vie, et c'est déjà une victoire face à ces hommes. »

Avisant le lieu qu'il cherchait, Daryl grimpa la légère pente qui menait à une sorte de grotte. Une large ouverture sur cinq mètres de long, tout autant de profondeur, avant de se réduire en un couloir de plus en plus étroit. Seulement deux mètres de hauteur en revanche, et le plafond de la cavité s'abaissait progressivement plus on s'enfonçait à l'intérieur.
Arrivé à destination, Daryl fit descendre avec précaution Sofia de son dos, l'adossant doucement contre la paroi rocheuse. Il plaça une main sur son front à la recherche du moins signe de fièvre, et jeta un rapide regard à sa blessure. Ça n'avait pas l'air infecté, et il espérait vraiment de tout coeur que ça ne soit pas le cas.
Scrutant Sofia, il hésitait à la laisser seule. Pourtant, s'il voulait faire un feu, il devrait bien l'abandonner quelques instants pour aller chercher du bois.

« ... »

Retirant sa veste, il la dépose sur la jeune femme en guise de couverture, afin de la couvrir un minimum.

« Je vais chercher du bois, je reviens vite. Tâches de rester éveillée jusque là et de ne pas me claquer entre les doigts, ok ? »

Repositionnant la veste jusque sous son menton et de sorte à couvrir ses épaules, il lui adresse un léger sourire d'encouragement avant de se redresser et retourner dans le bois.

Se dépêchant, il ramène suffisamment de bois mort pour toute la nuit en deux voyages, après quoi il s'occupe d'allumer le feu. On était plus en stage de survie, alors il ne s'acharne pas à essayer d'allumer le feu en frottant deux bout de bois, ou chercher des silex. Vive la praticité des briquets ! Bien qu'il ne fume pas, il en avait toujours un sur lui, ça pouvait s'avérer utile. La preuve. Commençant par embraser quelques brindilles fines, il fit bientôt un feu digne de ce nom, venant alors installer Sofia près de celui-ci, l'allongeant à une proximité raisonnable.

« Est-ce que ça va comme ça ? Pas trop chaud ? ... Il me semble qu'il y a un ruisseau pas loin, tu as soif peut-être ? »

Ça y est, ils étaient posés. Ils allaient pouvoir se reposer. S'il n'y avait pas de complications pendant la nuit, ils pourraient rentrer tranquillement demain matin, et cette galère serait terminé. Jusqu'à la prochaine.

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Oops, I shoot you

Le louveteau était-il en train de s’excuser ? Amusant. Au final, Sofia ne regrettait pas de lui avoir fait confiance. Si elle avait douté tout ce temps, voir la candeur qui se dissimulait derrière certaines de ses paroles ne pouvait que signifier une seule chose : c’était un homme bon. Il essayait même de se montrer positif et rassurant, une chose que la sorcière n’avait plus l’habitude de voir depuis de nombreux mois. Il se trompait, ses amis étaient probablement morts ou d’ores et déjà décortiqués par Tullamore pour d’horribles expériences. Au moins Daryl essayait de la réconforter et elle ne pouvait qu’être reconnaissante pour cette délicate attention. Plus que ça, à se comporter ainsi, son sauveur offrait de nouvelles opportunités à la demoiselle. De très intéressantes opportunités. Si elle espérait qu’ils s’en sortiraient tous les deux, s’ils tombaient malencontreusement dans une situation ou seul un des deux pouvait survivre, Sofia ne devait pas hésiter. En se montrant aussi docile, Daryl lui laissait un petit espoir, l’espoir que si jamais les choses dégénéraient, elle pourrait s’en sortir. S’en rendait-il compte, de ce qu’il faisait ? La sorcière en doutait fortement. Elle aurait pu lui exprimer plus honnêtement sa gratitude, mais aurait-il compris cette si complexe idée ?

Responsable des louveteaux. Sofia était incapable de saisir exactement ce que cela représentait, après tout elle ne connaissait rien à la culture lupine, mais cela semblait être important. Elle n’était pas coincée avec n’importe qui et elle espérait que tout cela jouerait en sa faveur. Si une horde de soupirants pouvait soudainement surgir et venir à la rescousse de leur alpha mâle, ce serait absolument fabuleux. La sorcière ne releva même pas ce qui sembla être l’espace d’un instant un reproche. Oui, Sofia avait dû cruellement abandonner les siens pour survivre. Elle ne le regrettait pas, elle n’aurait rien pu faire même si elle l’avait voulu. Agir quand on a des chances des réussir est une chose, se lancer bêtement à l’assaut sans possibilité de vaincre est absolument stupide. Ce soit disant reproche eut au final un tout autre effet alors qu’il se transformait en une adorable démonstration de maladresse. Daryl était bien plus mignon que prévu. Si seulement le monde n’était pas devenu un véritable enfer, qui sait ce qu’il aurait pu advenir ?  Sofia retint de justesse un énième soupir. Ce qu’il était dur d’observer un jeune homme aussi bienveillant que Daryl et être tout simplement incapable de reconnaitre que c’était une bonne chose. La bienveillance était devenue un défaut. Sofia disposait de ce défaut elle aussi. Quel cruel monde. Déprimée par cette simple idée, la jeune femme vint se blottir toujours plus ardemment contre le dos de son sauveur, daignant enfin répondre après tout cela.

-Tu n’as pas à justifier ce que tu penses vraiment pour ne pas me froisser. J’ai du abandonner les miens pour survivre et ça craint. Le monde d’aujourd’hui célèbre de tel comportement et pourtant, je n’en suis pas satisfaite. Ne me sors pas des bêtises pour me faire plaisir, le temps est une denrée précieuse. Pour toi comme pour moi. Conservons notre salive.


En toute honnêteté, Sofia aurait préféré qu’il continue à parler, à lui déblatérer ses si délicieux mensonges. Même si l’on n’y croyait pas, être la cible de toute cette attention était agréable. Malheureusement, la sorcière était bien trop retournée désormais pour continuer à maintenir de telles mondanités. De toute façon, Daryl semblait désormais trop occupé pour continuer une quelconque conversation. Ils devaient être proches du refuge qu’il avait mentionné à de nombreuses reprises. Elle laissa alors son esprit s’éloigner alors que le jeune homme escaladait pentes et parois rocheuses. Il serait bientôt tant de se reposer, vraiment, pas que comme un simple sac à patate.

Une grotte, cela n’avait rien de charmant mais au moins cela avait le mérite de les protéger des regards indiscrets. Elle espérait sincèrement que Tullamore avait mis fin à la course poursuite mais cela semblait peu probable. La naïveté ne la mènerait à rien, il fallait penser à la pire des issues. Toujours. Elle laissa Daryl l’installer contre l’une des parois du refuge, ne comprenant pas vraiment l’hésitation qu’elle pouvait lire aisément son visage. Que comptait-il faire désormais ? S’enfuir ? La laisser seule quelques instants ? Que redoutait-il exactement ? Sofia ne comprenait pas. Après tout, que pouvait-il se passer de pire désormais ? Lorsqu’il trouva enfin le courage d’avouer ce qui trottait dans sa tête, la jeune femme ne put étouffer un très léger rire. Adorable, encore une fois. Était-il vraiment fait pour un monde aussi cruel ? Peut-être que oui, peut-être que non. Il donnait constamment des signaux opposés alors il était plus que difficile de le saisir vraiment.

-N’hésites pas pour ce genre de chose. Je ne compte pas mourir ici.

Alors que Daryl disparaissait en direction de la forêt, Sofia s’emmitoufla un peu plus dans la veste du jeune homme. Elle n’osait pas l’avouer mais elle crevait de froid. Entre le poison, tout le sang qu’elle avait perdu et ce fichu soleil qui avait décidé de se faire la malle, la sorcière n’était pas franchement dans la meilleure des conditions. Heureusement qu’il avait eu la présence d’esprit d’aller récolter du bois. Alors qu’il s’était absenté, Sofia en profita pour réfléchir. Cette situation était si incongrue. Elle ne savait même pas ce qu’elle ferait en retrouvant les siens. Qu’allait-elle dire à Lahja ? A tous les autres qui attendaient patiemment le retour de l’équipe. Des cœurs seraient brisés, encore une fois. La demoiselle en avait assez, assez de cette douleur et de cette peine. Sa vie d’autrefois lui manquait souvent dans ce genre de moment, quand elle était au bord du gouffre, prête à mourir. En dépit de tout, si elle caressait la mélancolie comme une vieille amie, elle ne s’y perdait jamais. Elle en avait terriblement envie mais ce n’était pas une option viable. Même si vivre sur cette île était le pire de supplice, son désir de vivre était plus fort que tout le reste.

Enfin, Daryl revint. Alors il ne l’avait pas abandonné. Sofia était contente, bien plus contente qu’elle n’aurait dû l’être mais elle ne laissa rien transparaitre. Elle le regarda en silence alors qu’il allumait un feu. Emmaillotée dans la veste du louveteau, ce dernier n’eut aucun mal à la trainer jusqu’au brasier. Mourir de froid à ce point de l’aventure aurait été franchement stupide.

-Je ne crois pas pouvoir avoir trop chaud dans ma situation. Les loups ont une température corporelle supérieure à la norme, c’est bien cela ? N’y vois rien d’étrange, mais puisque tu vas aussi avoir besoin de te reposer... Colles toi à moi s’il-te-plait.

Cette phrase aurait pu se comprendre de mille et unes façons, toutes plus tordues les unes que les autres. Pourtant, Sofia ne pensait à rien de mal et elle semblait plus que sérieuse alors qu’elle déclamait tout cela. Elle avait froid, vraiment froid et il était hors de question que des préjugés stupides sur la proximité entre un homme et une femme viennent l’empêcher de survivre. Elle espérait sincèrement que Daryl n’y verrait rien de plus. Il devait la comprendre, désormais. La sorcière n’était pas du genre à proposer quoi que ce soit d’inutile. Si elle voulait quelque chose, c’était qu’elle en avait besoin pour survivre.


NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Oops, I shoot you. [Sofia]
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oops! this is hentaï, partenariat ?
» La reine Sofia, d'Espagne, en visite en Haiti
» Oops... didn't know you were here
» oops i did it again.
» Répartition de Sofia Saint-James SD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned ::  :: Galway-
Sauter vers: