The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez | 

 Last chance, nothing more for us ◘ Ezechiel

Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 481
Points RP : 456
Date d'inscription : 22/04/2017

Last chance, nothing more for us
« I'm unstoppable. I'm a Porsche with no brakes. I'm invincible. Yeah, I win every single game. I'm so powerful. I don't need batteries to play. I'm so confident, yeah (I'm unstoppable today).Unstoppable today, unstoppable today...»

Appuyé contre l'habitacle de ma caisse, je t'attendais. Dans la cour intérieure du château. Ressuscité. Prêt à partir. Une clope à la bouche, tirant dessus et la pompant jusqu'au filtre. Habillé d'un jean et d'un sweat à capuche trop grands. Merci Kyle. Sans lui, c'est à poil que je me serais baladé. Tu vois. J'avais au moins gardé un ami.

Cheveux attachés et tirés en arrière, visage dégagé. Des boucles s'échappant de l'élastique pour venir me retomber devant les yeux. Un frisson longeant ma colonne vertébral et me secouant tout entier lorsqu'il atteignait ma nuque. Pas sûr d'être remis. Ni complètement rétabli de ma mésaventure. Celle qui m'avait valu de me retrouver confié à tes bons soins. En ayant comme remède le seul traitement que tu avais toujours su m'infliger. Ce qui expliquait en partie la gueule que je me payais ce soir. Celle d'un mec aux traits tirés, au teint brouillé. Par chance, ma peau ambré se fondant dans les ombres à la faveur de la nuit. Gommant mes cernes et rendant un peu plus immortelles ces allures que je me donnais.

Puis j'en savais rien. Mais au-delà de la fatigue qui persistait, je me sentais bien. Tout ça, le fait qu'on me rende un petit morceau de tout ce qu'on nous avait pris, une part de mon identité, ce tas de ferraille que j'aimais comme on aimait une femme, tout ça m'excitait. C'était juste inespéré. En la conduisant, je m'étais revu quelques années plus tôt. Sûr de moi. Songeant que si tu ne voulais plus de moi chéri, d'autres se battraient pour partager mon lit. Sans nul doute. Pour toi, ou à cause de toi, j'avais oublié combien je pouvais aussi être séduisant. Très différent de l'image que tu te faisais de moi. Voilà à quoi j'avais pensé. Pas longtemps. Rien que le temps de me rappeler que c'est pour toi que je me battais. Parce-que ce voyage serait le dernier. Deux ans que j'attendais. Il fallait que ça bouge. Que les choses évoluent. Donc, que tu le veuilles ou pas, c'est à plat qu'on allait mettre tout ça. Tu ne me bousillerais pas plus et de mon côté, je m'engageais à ne plus te dire que la vérité. Crue. Sans l'enjoliver. Oublie les mots doux, les niaiseries, les déclarations stériles.

De mes erreurs, j'avais appris. Retenu la leçon. Puisque contrairement à tes a priori à mon sujet : tout le monde pouvait recommencer. Non pas grâce à l'amour mais grâce à la revanche. Dans les flammes, on renaissait de nos cendres. Même si la paix rétablie par la vengeance nous menait tout droit à notre perte

Comme déjà dit, j'avais passé l'âge des amourettes platoniques . Bref. En devinant ta silhouette approcher, je relevais les yeux. Ne me pose pas de questions. Pas non plus la peine d'aller te plaindre ou de me taper un putain de scandale sur la place publique. Vois-tu, ma force de persuasion m'avait permis d'obtenir la permission de t'accompagner. Après tout, j'étais plus vieux. Plus résistant. Plus apte à te protéger en cas de problème. Laisse ton gamin à la maison et viens avec moi. Ce n'était ni le moment ni encore moins l'endroit pour en discuter. Sous le défilement du ruban de bitume que nous offrirait la route, on en aurait largement l'occasion. Tout en avalant les kilomètres.

Sur ce, je balançais mon mégot par terre, ma semelle venant l'écraser et faire craquer le gravier. Avant de te balancer les clefs. Tu allais conduire. Moi, j'avais besoin de me reposer. Non discutable. Comme tu l'auras compris, j'en avais marre de toujours m'écraser face à toi. Par crainte de te contrarier. Honnêtement, on n'avait plus rien à perdre. Soit ça passait, soit ça cassait. Auquel cas, tu me rendrais ma liberté et on tournerait définitivement la page. Fini de jouer.

Pas que tu doives choisir. Hélas, tu ne pourrais pas tout avoir. La vie était injuste que veux tu. Et moi, j'avais une humeur de merde. Shannon ne répondait toujours pas à mes messages. Silence radio. Amarok allait mal. Oui. Il était ici. Entre vos murs lui aussi. Dans un état proche du mien. Puis mon flingue avait disparu. Ton petit copain en avait fait quoi ? Ouvrant la portière côté passager, j'inspirais alors profondément. Dans ces mêmes réflexes qui me poursuivaient depuis que j'avais cessé de respirer. Soulevant les rouages d'une trop vielle machine. Le cul posé sur le siège, tandis que mon regard venait retraverser le pare-brise. Tu l'avais changé. Comme de mec en fait, une habitude sans doute. Tu vois, cet étrange sentiment de bien-être qui m'habitait ce soir, aux portes de notre avenir, ce n'est pas à toi que je le devais.

Pourtant, en ta présence, il me fallait lutter. Pour rester calme, serein, pour garder le contrôle. Maintenant en stress. Au fond, rien ne m'assurait que tu monterais dans cette bagnole. C'est vrai. Tu pouvais tout aussi bien faire demi-tour. Ce qui m'incitait à fixer la ligne d'horizon. Clairement, ce n'était pas un allé simple vers le paradis que tu t'apprêtais à prendre. Mes enfers promettaient de se déchaîner. Je le sentais.

Bon. Qu'est-ce qu'on attendait ? Par simple précaution, j'avais pris quelques affaires de rechange. Des affaires mises dans un sac et que j'avais balancé dans le coffre. Vu que je ne savais pas trop combien de temps on partirait. Si on partait. Si, toujours si. Rien que des si. Aller, monte s'il te plaît. Monte.

Et comme je l'avais fait si souvent ces derniers temps, je rabattais la capuche de mon sweat sur ma tête. Pour ensuite m'enfoncer dans le siège et fermer les yeux. Le crâne calé contre l'appui tête...

© 2981 12289 0


SOME SAY THE WORLD WILL END IN...
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Last chance, nothing more for us ◘ Ezechiel
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned ::  :: Galway :: La Ville-
Sauter vers: