The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez | 

 Eireen Mcleod ° Meilleure titre à venir

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3
Points RP : 0
Date d'inscription : 06/06/2018


Eireen McLeod
feat. célebrité

Nom : McLeod
Prénom(s) complet(s): Eireen
Race : Lycan
Âge : 23 ans de complication
Groupe : Lycan
Origines : Irlandaise
Métier/Rang : Lycan du clan Irlandais, Mère adoptive d'Abigaël, sa nièce.
Désirez-vous être parrainé ? [] Oui [] Non
Apparence

Décrire ici l'apparence du personnage, ses mimiques, son expression, ce qu'il dégage d'un point de vue extérieur
Pouvoir
décrire ici les pouvoirs de vos personnages. Attentions, ils sont limités en nombre de un, complémentaire au pouvoir naturel de mentalisme des vampires ainsi que leur capacité d'hypnose. Toutefois, tentez de ne pas en faire des pouvoirs surpuissants. Le staff se réserve le droit de le refuser en cas d'abus.
Psychologie
décrire la psychologie du personnage, son psychologie, sa manière de percevoir le monde qui l'entoure en une vingtaine de lignes minimum


Avez-vous d'autres liens ? : écrire ici
Comment avez-vous découvert le forum ? écrire ici
Vos impressions : écrire ici
Votre taux de présence : écrire ici
Fiche terminée? C'est par ici
NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3
Points RP : 0
Date d'inscription : 06/06/2018

Histoire


L’été de mes cinq ans
Ou la première part de mon être que j’ai perdue.

Aujourd’hui est un jour spéciale. Maman a décidé que c’était une journée entre elle et moi. Sans Trinité. Sans personne d’autre. Juste nous deux. J’aime bien Trinité, mais il n’y en a souvent que pour elle. J’aime avoir maman a moi toute seule. Parce que dans ces moments-là, il n’y a que moi qui compte. Je suis son centre d’attention et j’aime bien ça. Pas que je suis toujours comme ça. C’est juste que des fois j’aime que maman ne pense qu’à moi. Qu’on fasse des activités juste nous deux et qu’elle me dise combien elle m’aime. Maman est très préoccupée depuis quelques temps. Elle dit que se sont des choses de grandes personnes et que c’est pour ça qu’elle peut en parler à ma sœur. Parce que elle, elle est grande et pas moi. Il paraît que je suis encore juste une enfant et que je ne comprendrais pas. C’est vrai que je suis encore une enfant, et que j’aime encore jouer à la poupée, mais je suis une grande fille aussi et je suis sûr que si maman et Trinité prenaient la peine de m’expliquer je pourrais comprendre. J’ai l’impression de toujours être à part de leurs conversations. Eireen, va dans ta chambre, on a une conversation de grand. Eireen va jouer dans le jardin, on parle de chose importante. Eireen ce ne sont pas des histoires pour toi, tu es trop jeune. C’est toujours pareil. Alors souvent je vais dans le jardin. Et des fois quand je suis chanceuse je vois notre voisin. Il est mignon. Il est souvent occupé avec son frère, mais il vient souvent jouer avec moi. Daryl est un peu plus vieux, mais lui au moins il passe du temps avec moi. Je l’aime bien. Quand les grands sont trop occupés, j’espère souvent qu’il sera là. On rit beaucoup ensemble. Il me raconte des blagues et des fois il me fait rougir. Il me dit que j’ai des beaux cheveux et que je suis jolie. J’aime bien quand il me le dit. Ça sonne important dans sa bouche. Je sais qu’il sait plus de chose que moi. Et surtout qu’il est plus au courant des choses de grande personne qui se passe. Maman parle souvent avec son frère et Trinité aussi. J’ai l’impression d’être la seule qui ne sait rien. Mais au moins avec Daryl, il ne me fait pas sentir de trop et ça me fait du bien. J’aimerais qu’il me donne un bisou. Je sais que se sont des choses de plus vieux. Mais j’ai souvent vu Trinité le faire avec des garçons. Quand je lui ai posé la question elle a dit que ce sont des choses que font les grands pour se dire qu’ils s’aiment. J’aime bien Daryl. Alors j’aimerais ça qu’on fasse comme les grands.

Je regarde les arbres qui passent rapidement au travers de la vitre de la voiture.  On dirait des pieds de brocolis à cette vitesse. Je n’aime pas vraiment le brocoli, même si maman dit que c’est important de manger des légumes pour que je grandisse bien. Je sais que c’est important grandir, mais j’aime beaucoup plus les gâteaux et les biscuits. Surtout les biscuits aux gros morceaux de chocolat que maman fait. Ils sont tellement bons. Je pourrais manger l’assiette au complet quand elle en fait. Mais si je fais ça, c’est sûr que je me faits gronder. Elle dit qu’en plus, ce n’est pas bon pour mes dents. Si je les brosse après je ne vois pas comment ça ne pourrait pas être bon !

Je commence à trouver le trajet long. Ça fait un bon moment qu’on a quitté la maison. Je sais que maman m’a parlé d’un coin secret ou elle venait manger avec Papa quand ils se sont rencontrés. Je ne connais pas papa. Elle a toujours dit que c’était mieux pour tout le monde. Qu’il n’était pas fait pour être papa. Je ne suis pas sûr de savoir ce que ça veut dire exactement, mais maman dit que parfois c’est mieux de pas tout comprendre. Je ne sais pas si je suis d’accord avec elle ou non. Mais même quand je pose des questions elle évite de répondre. Un peu comme avec ses conversations avec Trinité.  Je commence à avoir mal aux fesses à force d’être assise. « Mamaaaaaaaan, est-ce qu’on est bientôt arrivé ? » Elle me sourit dans le rétroviseur. « Bientôt mon cœur. » Je lui souris en retour.

Après une autre éternité. Maman arrête la voiture sur le bord d’une vieille route terreuse. Nous débarquons moi avec la couverte dans les bras elle le sac avec la nourriture. On marche un bon moment sur un chemin encombré de branches. Je suis presque tombé, mais j’ai réussi à me rattraper sur une branche basse qui était là. On s’arrête dans une petite clairière. C’est joli. Il y a des fleurs et des buissons un peu partout. J’adore les couleurs. Il y a du rose, du jaune, de l’orange et du bleu. Ça fait plein de reflets avec le soleil en plus. Je comprends pourquoi maman venait ici avec papa quand ils étaient plus jeunes.

J’installe la couverture sur le sol et maman défait le panier. Elle a fait des sandwiches aux beurres d’arachides. Mes préférés. On s’assis sur le carré de tissu et on mange. Maman me raconte des blagues. Elle me demande comment va l’école et qu’est-ce qui se passe dans ma vie. Je lui parle de tout. J’adore maman. Je sais qu’elle m’aime, même si elle est très occupée. J’aime passer du temps avec elle. On est bien juste toutes les deux, sans personne d’autre.

On finit de manger notre repas, quand maman sort un plat qu’elle me tend. Je l’ouvre et à l’odeur je devine tout de suite ce que c’est. Je n’aurais même pas besoin de regarder. Ça sent les biscuits. Ses biscuits. Les plus délicieux de tout l’univers au complet. Je souris à maman avant de la remercier puis j’en croque un. Le goût du chocolat envahi ma bouche. C’est doux et sucré sur ma langue. Je le laisse fondre tranquillement avant de l’avaler. Ils sont bons. Vraiment très, très bons.  

Je suis rendue à mon quatrième biscuit quand une grosse goutte d’eau vient s’écraser sur mon nez. Elle est froide et je lève les yeux au ciel. Il y a un gros nuage tout gris qui s’approche de plus en plus. Maman me dit de me dépêcher à tout remballer pour qu’on ne soit pas trop mouillée. J’aime bien la pluie, mais pas quand je vais devoir restée dans mes vêtements tout trempés des heures. On fait le plus vite possible. Mais le nuage est plus rapide que nous et en quelques secondes il y a plein de grosse goutte qui tombe du ciel. J’ai mis la couverte sur ma tête, mais même elle est plein d’eau. Maman me prend dans ses bras et se met à courir. Elle a des plus grandes jambes que moi, alors ça va plus vite.

On arrive à la voiture toute mouillée. Mais je ris. Je ris parce que j’ai passé une belle journée avec maman. Je ris parce que les cheveux de maman sont vraiment très drôles quand ils sont plein d’eau. Et je ris parce qu’aujourd’hui, c’est une journée qui a fait du bien. Maman aussi rit quand elle voit sa tête dans le miroir.

Maman met la voiture en marche. Le bruit de la pluie sur la voiture m’endort. Je regarde dehors, mais on ne voit pas grand-chose. Il pleut vraiment beaucoup. On ne voit presque pas la route. Je finis par fermer les yeux. Je suis fatiguée après une journée comme ça. Il a fait beau et j’ai mangé plein de biscuits. J’espère que maman m’amènera plus souvent faire des activités seule avec elle.

J’ai mal. J’ai vraiment très, très mal. J’essai d’ouvrir les yeux, mais ça résonne dans ma tête. J’ai l’impression qu’un rhinocéros donne des coups dedans. J’essai de bouger, mais ça brûle. Tout brûle. Mon corps, j’ai l’impression que tout est brisé dedans. Je me mets à cri. Maman aide moi.  Il y a des drôles d’odeurs. Ça sent mauvais. Je veux vraiment ouvrir les yeux. Je veux ma ma maman. Il y a un truc chaud sur mon visage.  J’arrive à ouvrir un œil. Je vois juste le plafond de la voiture. Je veux bouger, mais ça ne marche pas. Quelque chose coince. Je fais un gros effort et je cri du plus fort que je peux. Quelque chose fait craque dans mon corps. Je cri plus fort. Ça fait encore plus mal. Maman vient me chercher s’il-te-plait. Ça fait trop mal. Tout devient rouge, puis noir. Je referme l’œil. Tout se met à tourner. Ça tourne et ça fait mal. Je ne comprends pas. Pourquoi maman ne vient pas me prendre dans ses bras ?

Je me réveille. J’ai encore mal, mais moins. Je cligne des yeux plusieurs fois. La lumière est trop forte. Tout est trop blanc. Je regarde le plafond, mais je ne sais pas c’est le plafond d’où. Je tourne la tête. Je chigne parce que ça pince et que ça fait mal. Je vois Trinité. Elle me regarde les yeux pleins de larmes. Je veux parler, mais ma voix est toute enrouée. Comme un tracteur. Ma sœur se lève pour me prendre dans ses bras. Elle me sert trop fort, et je cri un peu. J’ai mal partout. Elle s’excuse en pleurant. Pourquoi elle pleure ? Je suis où au juste ?  Après quelques secondes, j’entends des pas et une autre voix. J’essai de savoir c’est quoi, mais ça commence à tourner dans ma tête. Tout redevient noir.

Je me réveille avec le même plafond. Sauf que c’est plus sombre. J’ai un peu moins mal. Même si j’ai encore l’impression que tout est cassé à l’intérieur de moi. J’appelle ma maman, mais c’est le visage de Trinité qui apparaît. Elle a encore les yeux tout bouffie. Comme quand elle pleure. Elle se couche à côté et reste comme ça un long moment. Son corps est chaud. Ça fait du bien. J’ai froid.

Je reste longtemps à l’hôpital. J’ai eu un gros accident de voiture. Trinité n’a pas voulu tout m’expliquer, mais elle dit que quelqu’un qui avait trop bu est rentré dans notre auto. Elle dit que j’ai été très blessée et que maintenant on ne sera plus que toutes les deux. Que maman, elle ne reviendra pas. Je sais ce que ça veut dire. Ça veut dire que maman est partie au ciel. J’ai pleuré beaucoup quand je l’ai su. J’ai perdu une chose importante. J’ai perdu maman. J’ai perdu ses sourires. J’ai perdu ses biscuits. J’ai perdu ses Je t’aime. Je sais que je vais être avec Trinité. Mais elle n’est pas maman. J’ai l’impression que mon cœur s’est cassé en plein de morceaux aussi gros que les morceaux de chocolats dans les biscuits de maman. Sauf que les morceaux ils sont ni doux, ni sucrés sur ma langue. Je suis sûr que si je pouvais les goûter, ils goûteraient mauvais.  Plus encore que le brocoli, plus que la plus mauvaise des choses dans l’univers.



L'été de mes 15 ans
Ou la deuxième part de mon être que j'ai perdue.

Je suis dans un bar un peu miteux à boire des verres de fort. Rien de très extraordinaire, mais cette année j’avais besoin de faire différent. De me sentir différente aussi. Généralement, l’anniversaire de la mort de maman, je la passe avec Daryl. On mange une quantité astronomique de pizza, il fait le clown pour me changer les idées et ça se termine aux petites heures du matin avec un vieille comédie pourri qu’on a probablement dû écouter un million de fois. Mais cette année, c’est différent. Différent entre nous. Mais surtout différent dans mon cœur. J’en ai assez de me sentir comme la gamine de service. D’être celle qu’on ne voit pas. Je suis amoureuse de mon meilleur ami depuis la petite enfance. Depuis tellement longtemps que j’ai dû mal à me rappeler quand est-ce que ça a réellement commencé. Mais lui, il ne m’a jamais vu. Je ne deviendrai jamais une femme à ses yeux et j’ai besoin de me sentir comme telle.  Je serai toujours l’éternel bonne amie. En temps normal j’arrive à le supporter, mais pas ce soir. Pas avec tous les souvenirs douloureux qui m’assaillent en cette soirée. Je n’ai pas besoin que mon cœur se sert davantage aujourd’hui. J’ai besoin qu’un garçon me regarde avec du désir. Avec cette petite étincelle dans les yeux. J’ai toujours envié Trinité pour ça. Elle a toujours été la plus jolie de nous deux. Celle que tous les garçons ont toujours regardés. Je suis certaine que même Daryl a déjà au moins fantasmé une fois sur son corps de rêve. Je sais qu’elle est plus vieille que moi, mais je me souviens de comment les garçons la regardaient quand elle avait à peine quelques années de plus que moi. Je me souviens de leurs regards. À l’époque je ne comprenais pas ce que c’était, mais je savais déjà que ça avait son importance. Je sais maintenant que c’était du désir. Aujourd’hui encore, c’est l’une des plus magnifiques femmes que je connaisse. Elle a la beauté de maman.  Moi, je suis un peu comme le vilain petit canard de la famille et j’avoue que parfois je le vis assez mal. On dit souvent qu’il ne faut pas se comparer, mais c’est difficile quand on est le petit animal à la patte cassée qui traîne derrière. D’autant que parfois, j’ai l’impression qu’elle aurait préféré ne pas avoir la responsabilité de ma garde. Après la mort de notre mère, c’est elle qui a hérité de ma personne. Et je crois qu’il y a des moments où elle regrette. J’ai l’impression qu’elle me perçoit comme un fardeau et ça aussi ça pèse sur mes épaules. Je sais qu’elle ne le fait pas volontairement, mais je me sens parfois de trop dans ma propre famille.

Je commande un autre verre au barman.   Ça fait déjà quatre ou cinq que je m’enfile, mais généralement j'ai une bonne résistance à l'alcool. C’est bien quand il s’agit de pas trop être barbouillée, un peu moins quand on veut sentir les effets de ce que l’on boit sans que ça nous coûte un bras et une jambe avant d’être saoul.

J’entends le tabouret racler à ma gauche, je ne regarde pas la personne qui vient de s’installer à mes côtés. Mais à la silhouette que je sens tout prêt de moi, je suis persuadée que c’est un homme. Il a une odeur musquée. Un truc assez masculin en somme. Si c’est une femme, je prends mon verre cul sec. Ce n’est pas impossible. Mais je me trompe rarement. J’ai un bon nez. C’est de famille il parait.

« Deux shooter, un pour moi et l’autre pour la demoiselle. » Sa voix est chaude, assez basse. Je relève la tête et lui souris. Il est plutôt beau dans son genre. Pas plus de vingt-cinq ans.  Un peu rustique avec sa barbe de quelques jours, mais tout de même charismatique. Le tenancier nous apporte nos consommations. Nous levons nos verres de concert et il me fait un clin d’œil avant de caler le sien. Je fais de même puis le repose d’un coup sur le comptoir. Le liquide ambré brûle agréablement ma gorge. C’est chaud et doux en même temps. C’est un peu ce que j’aime de l’alcool fort. Ce contraste de force et de douceur dans le corps. Et parfois même dans le cœur, quand on vit des soirées plus difficiles. C’est presque aussi agréable que les biscuits aux chocolats de maman à l’époque.

Je fais un sourire en coin à mon généreux donataire « Merci. » Il se présente sous le nom de Kyle. On continue à boire ensemble quelques verres. Il est plutôt gentil. On fait des blagues, on discute de la pluie et du beau temps. Rien de très personnelle, mais je crois que ni l’un ni l’autre n’avons particulièrement envie d’entrer dans les détails de nos existences. Et pour ma part, encore moins ce soir qu’à l’accoutume alors c’est parfait. Des conversations de surfaces font mon bonheur.  Après environ une heure à discuter comme ça, un autre jeune homme tire le tabouret à ma droite. Il est plus grand que Kyle, mais beaucoup plus élancé aussi. « Bon soir mon cher, comment vas-tu ? Tu me présentes la jolie demoiselle à tes côtés ? » Mon partenaire de beuverie depuis la dernière heure salue son ami avant de me présenter. « Jules, je te présente Eireen. » Il prend ma main entre ses longs doigts et la baise délicatement. « Enchanté, belle Eireen. Je me présente, Jules, à votre service. » Je rougis sous le compliment. Mais aussi un peu de malaise. Il me gêne avec ses grands airs. D’autant que je ne suis pas du tout habituée à tant d’éloquence.  Jules se commande une coupe de vin et demande au barman de m’apporter un autre verre de ce que je suis entrain de boire.

Après encore quelques verres, je commence à avoir les idées floues. L’alcool commence à faire son effet. Je ne tiens plus le compte du nombre de consommation que j’ai ingéré, mais probablement trop pour que ce soit considéré comme raisonnable. Je sens mes joues rougies et je sais que j’ai un sourire un peu niait sur le visage, même si je ne me vois pas dans une glace. Je rigole un peu trop aux blagues surement pourries des garçons. J’ai un bon sens de l’humour habituellement, mais là il doit être horriblement décourageant. Je passe la main dans ma tignasse blonde. Je devrais vraiment partir. Ce serait la chose la plus sensé à faire. J’entends déjà la voix de Daryl me sermonner sur mon comportement. Parfois il agit vraiment comme s’il était mon père. Et quand il agit de la sorte, j’ai toujours un pincement au cœur. C’est un rappel brutal à la réalité. Je ne serai jamais plus qu’Eireen la bonne amie. La petite sœur qu’il n’a jamais eue. Celle qu’il ne verra jamais comme une femme. Celle dont il ne pourra jamais être amoureux. Celle qu’il ne désirera jamais.  Et plus les années avancent, plus j’ai du mal à vivre avec cette idée.

Jules m’offre un autre verre. J’ai la tête qui tourne, mais je le remercie tout sourire. « Merci, mais sérieusement, c’est le dernier pour ce soir. Je crois que j’ai eu ma dose. » Dis-je en riant. Mon rire sonne drôle et un peu faux à mes propres oreilles, mais honnêtement rendu où j’en suis, je m’en contre fou incroyablement. Le ridicule le tue pas, et puis je ne compte pas revoir aucun de ces deux jeunes hommes après cette soirée.

Kyle pose sa main sur mon épaule et je sursaute, sa paume est chaude au travers le tissue léger de mon haut. Cette chaleur me fait frissonner. C’est agréable. Il est vraiment beau. Plus beau que tout à l’heure je crois. Je suis probablement trop jeune pour lui, mais il est totalement mon genre. Je sens une drôle de sensation au niveau de mon entrejambe. Un espèce de picotement agréable. Je dois dire que ce garçon m’excite. Ça ou bien l’alcool le rend plus excitant. Ce qui n’est pas impossible. De toute façon, je ne pense pas que ça pourrait être pire que ma première fois. J’ai beau être folle amoureuse de mon meilleur ami. Je ne comptais pas rester vierge et mourir vieille fille. Ça s’est passé comme ça s’est passé. Rien d’extraordinaire. Pas d’étincelle. Pas de flammèche. Juste du sexe. Et encore, du sexe pas si bon que ça. On décrit l’acte comme un truc incroyable. Mais honnêtement, j’ai plus de plaisir à me faire jouir toute seule que ce que j’ai ressenti en baisant avec ce gars de l’école. Il s’appelle David. Il a deux ans de plus que moi. Il n’est pas spécialement gentil. Ni foutrement beau. Mais on rigolait bien ensemble. Un soir il m’a invité chez lui. On a regardé un film d’amour horriblement ennuyeux. Il m’a embrassé. Et les choses se sont enchaînées. Comme je disais, pas d’étoile, de papillon ou d’étincelle. Juste deux ados qui ont eu du pas-si-bon sexe que ça.

La main de Kyle quitte mon épaule et Jules me tend le verre qu’il m’avait commandé quelques minutes plus tôt. Je bois une grande rasade. Ouais, je crois qu’il est vraiment temps de partir après ce verre. Il ne se passera rien ce soir, ni avec l’un, ni avec l’autre. Les fantasmes et la désinhibition, c’est toujours mieux de rester dans l’univers de l’imaginaire. Au moins ma soirée aura eu l’effet voulu. Je me suis changée les idées et je n’ai – presque –  pas pensé à maman ou Daryl. Ce qui n’est absolument pas une mauvaise chose. Je déteste pleurer. Je me sens faible et stupide, même si je sais pertinemment que ce n’est pas le cas.

Je sens mes doigts engourdis. Le verre, même vide, me semble lourd. Je le pose doucement, très doucement sur le comptoir. Je cligne des yeux plusieurs fois. Mais rien n’y fait. Ma vision est de plus en plus trouble. Tout est floues. Autant mon esprit que ce que je vois en face de moi. Même les garçons ont l’air d’être un peu déformés. Comme lointain, alors qu’ils ne sont qu’à quelques décimètres. Je me frotte les yeux et me lève de mon tabouret. Mais je sens mes jambes tellement molles que je perds l’équilibre et me rattrape de justesse et sans aucune classe au rebord le plus proche. Je rie nerveusement. Je sens qu’un truc cloche, mais je n’arrive pas à mettre le doigt sur le truc en question. « Bon… Je… Je crois que… Que je vais y aller. Merci pour… pour euh… les verres et pour euh… la soirée. » Je glousse bizarrement. Ma voix est pâteuse. Trop lente, trop hésitante. J’ai déjà pris de bonne cuite, mais jamais ça m’a semblé si difficile. Mon élocution est horrible et je l’entends dès que j’ouvre la bouche. Je titube lentement vers la sortie. Mes membres ne semblent pas trop coopératifs. J’ai la tête qui tourne et j’ai besoin d’air. J’entends vaguement les deux tabourets derrière moi racler sur le sol.

Je sors enfin du bar, l’air est frais. Agréable. Mais sérieusement, tout tourne tellement que j’ai du mal à mettre un pied devant l’autre. Je m’accroupie près du mur. Mon cœur palpite et j’ai un peu envie de vomir. Quelque chose se pose sur mon épaule et je sursaute. Un petit cri s’échappe d’entre mes lèvres. Je me retourne et reconnais la silhouette floue de Jules. « Viens Eireen, on va te raccompagner. » Sa voix est suave. Trop basse. Il y a un drôle de ton aussi. Comme s’il ne disait pas tout. Je secoue la tête. Non merci, je ne veux pas qu’il me raccompagne. J’ai un mauvais pressentiment. « Euh… Non… Non… Merci. Je… Je vais prendre un… Un taxi. » J’ai baragouiné la fin de ma phrase. Trop de salive. Il me prend la main et m’aide à me relever.  Mon univers tangue davantage. Il m’entraîne à sa suite. Kyle sur nos talons. J’essai de retirer ma main, mais je manque de force. J’ai dit non pourtant. Je veux rentrer en taxi. Je m’enfarge à plusieurs reprises, mais j’ai tellement le cerveau dans la brume que j’ai du mal à résonner.

On marche vite, trop vite. J’ai du mal à suivre le rythme. J’essaie de tirer sur sa poigne, mais elle est trop ferme et moi trop faible. Je réalise peu à peu qu’on est dans la forêt derrière le bar. Qu’est-ce qu’on fait dans la forêt ? Je fronce les sourcils. Mon instinct est en mode panique. « Lâche-moi. » Ma bouche est toujours pâteuse, mais le ton est ferme. Enfin aussi ferme qu’il peut l’être dans ce genre de situation. « La ferme. » Me crache Jules avant de me donner une violente claque sur la joue. J’ai l’impression que ma tête vient de faire un cent-quatre-vingt. Un couinement m’échappe. Tout devient trouble. « Si tu cris ou que tu dis n’importe quoi ça va être pire, bien pire. Alors la ferme. » J’hoche la tête. Il a perdu toute sa belle prestance du début. J’ai peur. Je sens qu’il y a une trop grosse part de vérité dans ce qu’il me dit.  Que lorsqu’il dit que ça peut être pire, c’est vrai. Trop vrai. Mon souffle est saccadé et même si j’essaie d’être le plus alerte possible tous mes sens sont dans la brume.

Âme sensible s'abstenir:
 

Je ne sais pas si c’était le dernier coup ou juste le dernier avant que je perde connaissance, mais à un moment tout est devenue noir. Il n’y avait plus rien. Quand j’ai repris conscience. Tout était calme. Trop calme. Ma tête tournait. Je tente d’ouvrir les yeux mais la douleur est trop vive. J’ai l’impression que mon crâne va exploser. Un frisson me parcourt l’échine et tout redevient noir.

La lumière est vive. J’ouvre les yeux et je vois le ciel. Il est bleu. Les oiseaux chantent et l’herbe de la forêt est fraîche sous mon corps. Ce doit être le matin. Je remue un peu, et réussi de peine et de misère à me mettre à genou. Je vois mes vêtements éparpillés autour de moi. Des lambeaux de tissus. Comme mon âme en ce moment. J’ai envie de pleurer. D’éclater en sanglot et de rester en boule dans cette forêt pour l’éternité, mais mon instinct de survie est plus grand que ma douleur. Comme un automate, je ramasse se qui reste de mes habits et les enfiles du mieux que je peux. Je grimace à chaque mouvement, sentant chaque fibre de mon être qui souffre. Ma respiration est difficile. Sifflante. Mais mon seul objectif c’est de rentrer chez moi et d’aller sous la douche pour me laver. Pour essayer de retirer la crasse de sur ma peau.  Je me déplace lentement. Je suis lourde et ma démarche est tremblante. Mon cerveau est en mode auto-pilote, parce que moi toute seule je n’arriverais à rien.

J’arrive finalement à la maison. Il est encore très tôt et Trinité, par chance, dort certainement encore. Je croise Daryl qui va probablement rejoindre son frère. Il me salut avec un grand sourire, j’évite simplement son regard et rentre directement. Il va surement se poser des questions, mais je ne peux pas me permettre de lui parler. Si je m’arrête, je m’effondre. Et puis je dois avoir une mine affreuse. Je n’ai pas le courage de l’affronter.

Je rentre silencieusement dans notre vieille maison et me faufile dans la salle de bain le plus rapidement possible. J’ai le cœur et le corps en miette. Mais d’abord je veux me nettoyer. Tout nettoyer. J’allume l’eau chaude. Très chaude. Trop chaude surement. Mais j’ai besoin de ça. Je me glisse sous le jet. Je sens la chaleur brûlante sur mes membres. Je prends un savon et me mets à frotter frénétiquement. Ma peau est à vif, mais je m’en fiche. La couleur rouge se marie bien à celle des bleus sur le restes de mon corps. Je laisse finalement glisser ma carcasse jusqu’au fond de la baignoire. Des larmes finissent par s’échapper mélanger à l’eau brûlante de la douche. Je pleure en silence. Et j’ai l’impression d’avoir perdu quelque chose. Quelque chose de gros.  Un truc dans mon cœur est mort pour toujours et je ne peux rien faire d’autre que de vivre avec ce trou béant dans ma poitrine. Je me sens salle, souillée, horrible et coupable. Horriblement coupable même. J’ai été stupide. J’ai été idiote. Et j’ai mal. Mal dans ma tête et dans mon cœur. Mal pour qui je suis et ce que je suis.

Je ferme finalement le robinet et sort de la cabine. La première chose que je croise, c’est la glace qui trône maintenant comme une ennemie devant moi. Je baisse le regard. Incapable d’affronter mon propre reflet. Dégoûtée par l'image qu'il me renvoi.

- ✾✾✾ -



NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Lycanthrope ♛ Membre du mois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1032
Points RP : 2796
Date d'inscription : 13/04/2018

Heeeeeeeeeey !

Bienvenue officiellement ma belle ! Ça y est, Ririne est parmi nous !

Hâte de voir ce que tu vas nous faire de la jolie blonde !
Si t'as des questions, ou veux qu'on discute de notre lien, ma boite à mp est ouverte !

Bonne inspiration autrement !
Revenir en haut Aller en bas
♠ Vampire ♠ Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1086
Points RP : 2903
Date d'inscription : 28/06/2017

Yeaaaah Eireeeen /o/
Bienvenue chez les fous et bonne chance pour ta fiche ! J'ai très hâte de voir la petite Eireen débarquer What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 841
Points RP : 943
Date d'inscription : 02/05/2017

Bienvenue par chez nous What a Face

En tout cas tu fait des heureux avec la petite Eireen, je suis contente de voir qu'elle est prise ! Bonne inspiration pour l'écriture de ta fiche en tout cas


Les démons de mon passé ont fait de moi ce que je suis.© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
♣ Sorcier ♣ Nécromancien
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 288
Points RP : 512
Date d'inscription : 03/12/2017

Bienvenu !!
Bon courage pour ta fiche /0/
Hâte d'en découvrir plus !!!

Amuses toi bien parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
♣ Elementaire ♣ Administratrice
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1303
Points RP : 2273
Date d'inscription : 22/09/2017

Bienvenue officiellement ! I love you
Je suis ravie de te compter parmi nous, c'est génial et sous le visage de Eireen, c'est encore mieux. J'ai vraiment hâte de te lire et de découvrir ta version de cette petite louve. Bon courage à toi pour la rédaction et si tu as besoin d'aide, n'hésites surtout pas à nous faire signe. Tout le staff est à ta disposition.

Cela dit, The Island ne possède pas de CB. Nous utilisons le serveur Discord qui bug beaucoup moins que Forumactif ^^ Je t'invite à nous rejoindre, la plupart des membres y sont et c'est super convivial, on adore y discuter et délirer sur tout et n'importe quoi. Voici le lien : https://discord.gg/YT3Mnue

Il suffit que tu t'inscrives avec ton mail ainsi que ton pseudo. Je te conseille d'utiliser l'application, c'est plus pratique qu'utiliser la version Web à chaque fois. À très bientôt, j'espère.



You'll be given love, you'll be taken care of, you'll be given love, you have to trust it. Maybe not from the sources you have poured yours, maybe not from the directions you are staring at. Twist your head around, it's all around you. All is full of love, all around you, all is full of love. All is full of love.

Revenir en haut Aller en bas
Goule ☠ Administratrice
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 394
Points RP : 774
Date d'inscription : 20/08/2017



DE LA CHAIR FRAICHE ! What a Face
Bienvenue officiellement à toi ma jolie ! Hâte de voir ce que tu vas nous faire de cette demoiselle. J'ai un loup pour DC donc on va se trouver un truc, c'est O-BLI-GÉ !
Bonne rédaction et n'hésite pas à harceler le staff et les membres pour toutes questions, envies, offrandes What a Face
Revenir en haut Aller en bas
♦ Humain ♦
survivant des limbes
avatar
♦ Humain ♦  survivant des limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 176
Points RP : 196
Date d'inscription : 07/04/2018

Je te souhaite la Bienvenue, Amuse toi bien    tu en fais des heureux et c'est une bonne chose, tu as de la matière pour faire évoluer ton personnage.


Bonne rédaction de fiche


Je suis le nuage explosé allongé en mille morceaux, nue, délavée après la pluie, après le gris, après le déluge, je récolte les reflets. Où va l'azur quand vient l'averse ? Parle au futur quand le temps s'inverse.
Revenir en haut Aller en bas
♦ Humain ♦
survivant des limbes
avatar
♦ Humain ♦  survivant des limbes
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 506
Points RP : 477
Date d'inscription : 06/05/2018

Bienvenue lady et bonne inspiration pour ta fiche!



The secret side of me, I never let you see
I keep it caged but I can't control it
So stay away from me, the beast is ugly
I feel the rage and I just can't hold it
Revenir en haut Aller en bas
Djinn
Progéniture d'Ève
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Points RP : 15
Date d'inscription : 02/05/2018

Bienvenue petite Louve et bon courage pour ta fiche. Smile


Save me if I become my demons

I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need your help, I can't fight this forever. I know you're watching, I can feel you out there.
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 158
Points RP : 92
Date d'inscription : 07/02/2018

Bienvenue dans le coin Smile



Lost and insecure
And if you take my hand please pull me from the dark. And show me hope again. We'll run side by side. No secrets left to hide, sheltered from the pain...
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 66
Points RP : 35
Date d'inscription : 31/01/2018

Bienvenue parmi nous Eireen et courage pour la fiche Wink


Bound to you

I let myself take the game. I let myself embrace even though. I have no memory. I hated myself for loving this. I got lost after a while. To understand who I am and what to do with my life ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3
Points RP : 0
Date d'inscription : 06/06/2018

Merci à tous, votre accueil est génial, j'ai bien hâte de commencer à rp avec vous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Eireen Mcleod ° Meilleure titre à venir
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Titre à venir
» Aslinn ※ Titre à venir
» Réflexions Pour Une Haïti Meilleure
» Appel a une meilleure distribution des richesses naturelles
» souvenir du passé....(libre)(pas d idée de titre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned ::  :: Let's see your ID :: Fiches en cours-
Sauter vers: