The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez | 

 Death Race (ft Aleyde)

Djinn
♛ Membre du mois ♛
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Points RP : 279
Date d'inscription : 29/06/2018

Death Race
Aleyde A. Starkweather & Henrik Jorgensen

 
« This time this is my fight song Take back my life song Prove I'm alright song My powers turned on Starting right now I'll be strong I'll play my fight song And I don't really care If nobody else believes
Cause I've still got A lot of fight left in me  »
Ses doigts, lentement dérivent, sur son épaule, qui se reflète dans ce miroir délabré et fissuré qu'il fixe. Ce semblant de maison, dans lequel il traîne depuis son arrivée, n'est probablement pas aussi abîmé que pourrait l'être le reste de Dublin. Probablement parce que le génie s'amuse à restaurer lentement son habitat. Il ne fait pas partie de tous ceux là, qui se complaisent dans des ruines à peine habitable. Ce n'est pas le luxe, loin de là, les courants d'air, sont toujours aussi fréquents... mais il améliore son domaine. Petit à petit. Ce miroir, en mauvais état, n'est que l'une de ses trouvailles. Et cette fois il s'y fixe, une lueur rageuse traînant dans son regard. Sous la pulpe de ses doigts, ne réside qu'une peau nette. Pas la moindre trace de cicatrice, ni même du coup qu'il a subi. Et pourtant... Il visualise, avec une effarante précision, cette lame, plantée dans sa chair. Ce n'est rien. Rien qu'une attaque de pacotille, dont la douleur n'est que fantôme. Rien qu'une erreur commise, de se fier à cette douceur dégagée. Il n'apprend pas. Un visage, doux, n'est jamais ce qu'il semble être. Jamais. Mais lui continue de se fourvoyer. Les années passent, mais il  reste dans ses erreur les plus viles. Un visage d'ange, qui dissimule toujours ces femmes qui parviennent à lui faire du mal. Physiquement cette fois. Le dommage est risible. Pourtant assez important pour qu'il s'en soucie. Une fois encore, il parcoure la ligne imaginaire, qui aurait du rester s'il avait été humain. Un long soupir s'échappe entre ses dents et il quitte sa vision, pour enfiler un t shirt, décision en tête. Peu importe s'il doit y passer du temps. Il retrouvera cette fille. Et cette fois... Il ne laissera pas son minois le déconcentrer de sa tâche ultime. C'est stupide, ce besoin irrépressible de la faire payer, pour une attaque qu'il a lui même fomenté. Seulement il ne lui reste plus que ça. Ce désir de vengeance. Ce sentiment irréel qui le détruit de l'intérieur, chaque jour un peu plus.


Mâchoire serrée et bille en tête, il quitte son semblant d'habitation, pour rejoindre cette moto, qui traîne non loin. Modifiée, manipulée pour qu'elle ne puisse fonctionner qu'entre ses doigts habiles, il remet les quelques circuits détournés en place, pour en faire ronronner le moteur. Denrée précieuse, l'essence s'économise habituellement. Pourtant il fuit toute raison, afin de retourner sur les lieux de ce crime pourtant sans conséquences. L'engin est abandonné, un peu trop loin de cette forêt qu'il vise. L'endroit où il risque de la retrouver. L'affaire n'est pas mince, il ne sait pas exactement où la trouver, mais il sait comment trouver les gens. Alors il s'aventure, dans ces lieux piégés que sont les terres humaines. Grotesques simulacres, qui rassurent les plus faibles de l'île, mais qui n'inquiètent pas forcément le Djinn. Observation intensive des lieux, pour se rassurer et garder une concentration sur ce qui l'attend. Il ne veut pas se blesser stupidement. Ses pas sont bourrus, probablement un peu trop bruyants, mais il avance, entre ces arbres, semblant reconnaître les lieux, tout en étant pourtant en train de se perdre. Ces arbres qui sont tous les mêmes, sont en train de le rendre fous, mais il parvient, néanmoins, à trouver des traces. La certitude qu'elles soient les siennes, sont bien loin, mais il avance dans cette direction tout de même. Rien à perdre... Sauf lui peut être, dans ce dédale. La vengeance, le pousse à l'imprudence et c'est dans ces situations idiotes, qu'il se révèle le moins malin. Tête baissé il s'est avancé, négligeant de repérer son point de départ... ignorant même son point d'arrivée. Grotesque orientation, qui semble le mener pourtant tout droit à son but. Au loin il l'aperçoit. La gamine dangeureuse. Elle ne l'a pas vu. Elle ne peut le voir de cette position. Tant mieux.


Lui ne pourra pas, se dégonfler en se noyant dans ses traits trop doux. Il n'a qu'une chose à faire, déposer sa main sur sa chair et la noyer, dans ses désirs les plus fous, les plus intenses. Dans un mouvement, il se dissimule, pour réféchir au mieux à son plan d'action. Mais lorsqu'il ressort de sa cachette incongrue, sa vision se fait déçue. Plus rien en vue. Juste ce malaise, d'avoir loupé quelque chose. Son estomac se serre lentement, alors qu'il observe toujours ce point, désormais vide de toute présence. Chaque parcelle de son attention est concentrée, sur son observation et il sursaute, lorsqu'un branche craque soudain dans son dos...
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Death Race

 
Henrik Jorgensen  ϟ  Aleyde A. Starkweather

Le sourire narquois de son agresseur donna à Aleyde des envies de meurtre. Elle désirait lui arracher cette bouche moqueuse. La créature se redressa, immense, assombrissant la vue de la sorcière qui le suivit du regard. Aly aurait pu se sentir minuscule, mais elle observait déjà les points possibles où elle pourrait l'atteindre. Elle n'avait jamais senti sa petite taille comme une faiblesse face aux hommes : son point préféré restait l'entre-jambe, facilement exterminable. Pour une chasseuse, elle n'avait pas le droit d'avoir de faiblesses et contrebalançait toujours tout.

Lorsque la créature recula, s'appuyant sur un arbre, Aleyde fit un mouvement. Prête à bondir, son élan ne demandait qu'à exploser en avant, vers son ennemi. Seulement, il n'avait pas réagi comme elle l'avait prémédité : il se plaça, les bras croisés, comme s'il venait rendre visite à une collègue. Aleyde fronça les sourcils à cette vue étrange : elle ne comprenait absolument pas cet individu. C'était insupportable pour la sorcière de le regarder aller contre toutes les suppositions qu'elle se faisait. Elle se prit à penser qu'elle aurait aimé décortiquer son cerveau pour voir à l'intérieur, mais cette idée la fit frisonner. Réminiscence de noirceur familiale.


« Tu sais ce que je te veux petite dame. »


Aleyde fronça le nez, dubitative. Les mots de la bête étaient très confus pour la sorcière, ne faisant pas vraiment la différence entre familiarité et anglais normal. Le terme « Dame », l'intriguait. Elle en conclut que cela devait être de l'ironie, car le mot était flatteur pour elle, mais à côté du mot « petite », Aleyde ne voyait que la plaisanterie. Son visage se changea soudain et elle reprit un air hargneux, sur sa figure fort expressive.


« Tu es une demoiselle pleine de surprises. » lança-t-il ensuite.


Là encore, elle le trouvait étrange et fortement banal. Il ne disait rien d'intéressant, mais semblait l'être. Il jouait à un jeu frustrant, entre menace et repli. Ses mots n'allaient pas avec son visage crispait d'une moue étrange. Elle allait parler, quand l'individu s’avança : cette fois aucun mouvement n'agita Aleyde, qui ne le regarda que plus profondément.


« Écoute moi bien gamine. Va pas lancer des menaces stupides. Je n'ai rien à te dire. »


Quand l'étrange personnage eut terminé ses trois phrases, Aleyde écarquilla les yeux. Il n'avait rien de cohérent, rien de logique. Elle avait beau essayer, elle ne comprenait pas son petit jeu. Si elle l'avait compris, elle lui aurait sauté dessus immédiatement, détestant qu'on se joue d'elle aussi bêtement. Sans se détendre pour autant, la sorcière restait coi face à l'intrus. Il avait atterri dans sa vie avec violence, s'était enfui, puis revenait l'emmerder avec des banalités ahurissantes, qu'elle ne comprenait qu'à moitié. C'est pour cette raison, qu'Aleyde ne bougea pas quand la créature s'avança vers elle, douteuse et véritablement détestable. Quand son visage arriva à hauteur de dents, Aleyde se mit à sourire. Une moue qui aurait pu être prise pour une jolie expression féminine et gaie. Comme si elle venait de recevoir un cadeau. Mais en réalité, elle venait de l'avoir assez proche pour pouvoir lui bouffer sa petite bouche méprisante.


« Tu sembles perdue dans ta grande forêt petite... Tu as peut être besoin d'un guide? »


C'était la phrase de trop et à la vue de cette main qui s'avançait vulgairement vers elle, Aleyde vit rouge. Soit un de ses doigts sautait, soit elle tentait de le comprendre. Face à cela, à ce visage, à ces doigts faibles, la sorcière grimaça. Tout se passa très vite en elle. Il était venu ici pour la dévorer ou la tuer, puis la créature était repartie la queue entre les jambes. Ensuite, l'exécrable chose était revenue fourbement l'attaquer, avant de se faire surprendre de la même manière. Et maintenant, il était de nouveau dans une fuite en avant, pour finir par lui tendre la main avec le visage de Satan. Aleyde n'était pas dupe et se doutait très bien que cet air de pédophile, n'avait rien à voir avec de la bienveillance. Il voulait l'endormir et la manipuler. Il était tombé sur un os et Aleyde se mit à sourire.


« Tu me tends tes doigts pour que je les croque ou tu veux me donner bonbons pour essayer de me baiser ? » La sorcière avait sifflé cela avec un mépris irrespirable. « Les deux propositions ont l'air alléchantes. Tu devrais me dire ce que tu veux, ou partir, ou agir, mais arrêter d'être bizarre. En général, si on veut me tuer, me manger ou me baiser, on se bouge et on ne fait pas le pédophile dégueulasse. Je suis plus vieille que ce que tu crois vieux con. »


Aleyde parlait avec le regard tueur, informant ainsi l'intrus qu'elle n'était pas qu'une sotte en train de se moquer de lui ouvertement.


« Je suis ici chez moi, c'est toi qui aurait besoin d'un guide. » Tout en montrant d'un coup de tête la gauche d'Henrik, Aleyde lança « Là-bas, c'est la sortie. » Puis elle bougea sa tête, se désignant. « Ici, ce n'est rien de bon. »


Elle attendait, ne lâchant pas sa position, ni son regard sur l'animal. Elle était ici chez elle après tout. Elle le comprenait enfin : la forêt était son seul lieu d'habitat viable et elle la connaissait mieux que jamais. L'adaptation était simple, enfantine et elle n'avait pas peur. Il l'avait surprise une fois, pas deux et elle n'allait pas rester là sans rien faire. Aleyde venait de lui donner une chance de s'expliquer, mais à la moindre occasion elle n'hésiterait pas à attaquer.


Revenir en haut Aller en bas
Djinn
♛ Membre du mois ♛
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Points RP : 279
Date d'inscription : 29/06/2018

Death Race
Aleyde A. Starkweather & Henrik Jorgensen

 
« This time this is my fight song Take back my life song Prove I'm alright song My powers turned on Starting right now I'll be strong I'll play my fight song And I don't really care If nobody else believes
Cause I've still got A lot of fight left in me  »

Sur son échine ses poils se dressent, alors que l'adrénaline se répand soudain dans ses veines. Le sang afflux, agite ses tempes qui deviennent douloureuses un instant, alors que tout se fige, dans l'anticipation de ce moment qu'il n'attendait pas. Pris au dépourvu, par la vivacité de sa cible agaçante, il prend une seconde pour composer un masque d'indifférence, d'impassibilité, qui fond aussitôt lorsqu'il se tourne lentement vers elle. Incapable de conserver, ce sentiment neutre dont il se moquerait, le danois se fend d'un sourire moqueur, lorsque résonne les accents de sa voix de l'est. Oublié, le grognement dont elle s'est fendue, probablement pour l'effrayer. Rien d'autre n'intéresse, que ce visage qui n'a plus rien de poupin. Pourtant, malgré l'apparent amusement dont il se pare, le danois reste sur ses gardes, incapable de faire confiance de nouveau, à cette hargneuse qu'il sait armée d'un couteau. Le résonnement de sa lame, contre l'os de son épaule, traîne encore dans un coin de son esprit et il préfère la méfiance, à ce besoin qu'il ressent de la considérer comme faible et innocente. Ce n'est qu'un leurre. Une habile ruse dont il devrait être vacciné. Les affres de son passé résonnent encore cruellement contre son âme mais il ne parvient pas à se défaire de cette sensation. Grossière erreur, si l'on avise la position sauvage que prend la gamine. Ni faible, ni incapable, elle n'a pas besoin de protection. Lui ne désire que son sang et devrait se concentrer plus intensément sur ce but, qui s'évade lentement, jusqu'à n'être qu'une simple idée, dans un coin de son esprit.


Dans une lenteur calculée, il se redresse, jusqu'à surplomber la petite brune. Effet de domination, dans une joute qu'il n'est pourtant pas certain de remporter. Ce n'est que poudre aux yeux. Il ne cherche pas le conflit... et n'est pas certain de réussir à utiliser son don face à cette bouille qui le fixe désormais. Chaque mouvement semble s'accompagner d'un mouvement de ses yeux et il déglutit, mal à l'aise face à l'acuité de son observation. Ses questions résonnent, dans le silence des bois. Une réponse semble appropriée mais le djinn n'est pas pressé de lui donner satisfaction. Il préfère s'éloigner de quelques pas, pour s'adosser à un tronc non loin. Bras croisés, attitude nonchalante, il prétend être dans son élément, lorsque son être entier voudrait quitter cet endroit qui ne lui réussi décidemment pas. Chaque fois qu'il se décide, à prendre le sang de cette demoiselle sauvage, il perd sa superbe et se laisse malmener bien involontairement par la brune. Tu sais ce que je te veux petite dame. Il se permet, ces familiarités qui vont probablement la rendre furieuse. Il s'en moque. Se moque de tout. Se moque d'elle. Et pourtant ressent un fourmillement désagréable dans ses doigts. Cette même sensation qui l'a tant perturbé lors de sa première rencontre avec la belle sauvageonne.


Lui pourtant si sûr, de vouloir lui faire la peau et se délecter de son sang, se trouve de nouveau perdu face à l'intensité de son regard et de ses réactions. Tumulte qu'il ne maîtrise pas. Envie profonde, de lui faire du mal. Autant pour se venger de la lame enfoncée dans sa chair que pour se défaire de ces sentiments qu'il excècre. Compassion et stupidité. Besoin latent de la voir lui survivre. C'était une erreur, de revenir ici, de chercher cette fille qu'il voudrait désormais fuir, sans en avoir pourtant la moindre possibilité. Tant de hargne dans un si petit corps. Il cherche une échappatoire, une remarque pour la déstabiliser mais ne parvient qu'à sortir de simples banalités. Tu es une demoiselle pleine de surprises. Il crache ses mots, décore ses lèvres d'une moue abîmée par la déception. Son regard ne la quitte pas, cherche la menace de sa lame qu'il voudrait éviter et s'avance finalement, son regard soudain assombri. Ecoute moi bien gamine. Va pas lancer des menaces stupides. Je n'ai rien à te dire. Il se défile, cherche par tous les moyens à la déconcentrer, pour ne pas la laisser s'incruster de nouveau dans ses états d'âme. Il quitte sa place, son refuge sylvestre, pour s'avancer vers elle, et s'accroupir, ramenant son regard à hauteur. Tu sembles perdue dans ta grande forêt petite... Tu as peut être besoin d'un guide? Fourbe, il tend la main vers elle, comme pour l'inciter à la prendre. L'endormir, sans lui faire lui faire le moindre mal, sans la menacer outre mesure. Une technique volontairement pleine de malice, pour la pousser dans une confiance qu'il ne mérite pas.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Death Race

 
Henrik Jorgensen  ϟ  Aleyde A. Starkweather

Le sourire narquois de son agresseur donna à Aleyde des envies de meurtre. Elle désirait lui arracher cette bouche moqueuse. La créature se redressa, immense, assombrissant la vue de la sorcière qui le suivit du regard. Aly aurait pu se sentir minuscule, mais elle observait déjà les points possibles où elle pourrait l'atteindre. Elle n'avait jamais senti sa petite taille comme une faiblesse face aux hommes : son point préféré restait l'entre-jambe, facilement exterminable. Pour une chasseuse, elle n'avait pas le droit d'avoir de faiblesses et contrebalançait toujours tout.

Lorsque la créature recula, s'appuyant sur un arbre, Aleyde fit un mouvement. Prête à bondir, son élan ne demandait qu'à exploser en avant, vers son ennemi. Seulement, il n'avait pas réagi comme elle l'avait prémédité : il se plaça, les bras croisés, comme s'il venait rendre visite à une collègue. Aleyde fronça les sourcils à cette vue étrange : elle ne comprenait absolument pas cet individu. C'était insupportable pour la sorcière de le regarder aller contre toutes les suppositions qu'elle se faisait. Elle se prit à penser qu'elle aurait aimé décortiquer son cerveau pour voir à l'intérieur, mais cette idée la fit frisonner. Réminiscence de noirceur familiale.


« Tu sais ce que je te veux petite dame. »


Aleyde fronça le nez, dubitative. Les mots de la bête étaient très confus pour la sorcière, ne faisant pas vraiment la différence entre familiarité et anglais normal. Le terme « Dame », l'intriguait. Elle en conclut que cela devait être de l'ironie, car le mot était flatteur pour elle, mais à côté du mot « petite », Aleyde ne voyait que la plaisanterie. Son visage se changea soudain et elle reprit un air hargneux, sur sa figure fort expressive.


« Tu es une demoiselle pleine de surprises. » lança-t-il ensuite.


Là encore, elle le trouvait étrange et fortement banal. Il ne disait rien d'intéressant, mais semblait l'être. Il jouait à un jeu frustrant, entre menace et repli. Ses mots n'allaient pas avec son visage crispait d'une moue étrange. Elle allait parler, quand l'individu s’avança : cette fois aucun mouvement n'agita Aleyde, qui ne le regarda que plus profondément.


« Écoute moi bien gamine. Va pas lancer des menaces stupides. Je n'ai rien à te dire. »


Quand l'étrange personnage eut terminé ses trois phrases, Aleyde écarquilla les yeux. Il n'avait rien de cohérent, rien de logique. Elle avait beau essayer, elle ne comprenait pas son petit jeu. Si elle l'avait compris, elle lui aurait sauté dessus immédiatement, détestant qu'on se joue d'elle aussi bêtement. Sans se détendre pour autant, la sorcière restait coi face à l'intrus. Il avait atterri dans sa vie avec violence, s'était enfui, puis revenait l'emmerder avec des banalités ahurissantes, qu'elle ne comprenait qu'à moitié. C'est pour cette raison, qu'Aleyde ne bougea pas quand la créature s'avança vers elle, douteuse et véritablement détestable. Quand son visage arriva à hauteur de dents, Aleyde se mit à sourire. Une moue qui aurait pu être prise pour une jolie expression féminine et gaie. Comme si elle venait de recevoir un cadeau. Mais en réalité, elle venait de l'avoir assez proche pour pouvoir lui bouffer sa petite bouche méprisante.


« Tu sembles perdue dans ta grande forêt petite... Tu as peut être besoin d'un guide? »


C'était la phrase de trop et à la vue de cette main qui s'avançait vulgairement vers elle, Aleyde vit rouge. Soit un de ses doigts sautait, soit elle tentait de le comprendre. Face à cela, à ce visage, à ces doigts faibles, la sorcière grimaça. Tout se passa très vite en elle. Il était venu ici pour la dévorer ou la tuer, puis la créature était repartie la queue entre les jambes. Ensuite, l'exécrable chose était revenue fourbement l'attaquer, avant de se faire surprendre de la même manière. Et maintenant, il était de nouveau dans une fuite en avant, pour finir par lui tendre la main avec le visage de Satan. Aleyde n'était pas dupe et se doutait très bien que cet air de pédophile, n'avait rien à voir avec de la bienveillance. Il voulait l'endormir et la manipuler. Il était tombé sur un os et Aleyde se mit à sourire.


« Tu me tends tes doigts pour que je les croque ou tu veux me donner bonbons pour essayer de me baiser ? » La sorcière avait sifflé cela avec un mépris irrespirable. « Les deux propositions ont l'air alléchantes. Tu devrais me dire ce que tu veux, ou partir, ou agir, mais arrêter d'être bizarre. En général, si on veut me tuer, me manger ou me baiser, on se bouge et on ne fait pas le pédophile dégueulasse. Je suis plus vieille que ce que tu crois vieux con. »


Aleyde parlait avec le regard tueur, informant ainsi l'intrus qu'elle n'était pas qu'une sotte en train de se moquer de lui ouvertement.


« Je suis ici chez moi, c'est toi qui aurait besoin d'un guide. » Tout en montrant d'un coup de tête la gauche d'Henrik, Aleyde lança « Là-bas, c'est la sortie. » Puis elle bougea sa tête, se désignant. « Ici, ce n'est rien de bon. »


Elle attendait, ne lâchant pas sa position, ni son regard sur l'animal. Elle était ici chez elle après tout. Elle le comprenait enfin : la forêt était son seul lieu d'habitat viable et elle la connaissait mieux que jamais. L'adaptation était simple, enfantine et elle n'avait pas peur. Il l'avait surprise une fois, pas deux et elle n'allait pas rester là sans rien faire. Aleyde venait de lui donner une chance de s'expliquer, mais à la moindre occasion elle n'hésiterait pas à attaquer.


Revenir en haut Aller en bas
Djinn
♛ Membre du mois ♛
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Points RP : 279
Date d'inscription : 29/06/2018

Death Race
Aleyde A. Starkweather & Henrik Jorgensen

« This time this is my fight song Take back my life song Prove I'm alright song My powers turned on Starting right now I'll be strong I'll play my fight song And I don't really care If nobody else believes
Cause I've still got A lot of fight left in me »

Chaque secondes perdues, l'éloigne un peu plus de son but premier, de ce besoin de lui offrir la mort lente et magnifique qu'il lui réserve pourtant. Cette déchéance à petit feu, qu'il voudrait lui imposer, mais que son regard interdit. Faiblement vaincu, par cette vulnérabilité affichée, qui n'est pourtant que poudre aux yeux face à l'intensité qu'elle lui impose. Presque mal à l'aise, par ses prunelles qui ne le quittent plus maintenant qu'elles se sont ancrées sur lui. Cette situation le perd, il ne sait comment réagir. Alors il prend la situation de facilité, se range dans ses travers les plus amusants, pour se comporter avec elle comme il sait si bien le faire. Un con diraient certains... mais un con qui s'amuse, selon ses propres termes. Ses lippes s'élargissent alors, délaissent cette moue alors qu'elle s'affaire à éviter sa malice habilement, de ces mots probablement volontairement si agressifs. La séduction maligne échoue, pour laisser place à cette hargne dont elle l'abreuve sans discontinuer. Elle n'est pas ce qu'elle semble être et soudain il se demande même si son appartenance à la race humaine est réelle. Peut être n'est elle pas la proie, comme il semble le croire depuis le début. Peut être est-ce la chasseuse, qui habilement aurait réussi à l'amener de nouveau entre ses griffes. L'amusement est délaissé une seconde, alors qu'il prend en compte ces nouvelles élucubrations. Sourcils froncés, son visage mue lentement, pour perdre toute trace de réjouissance et se morfondre de ces idées qui ne lui plaisent pas. Ce doute est là, incrusté dans une part de son esprit, mais il se reprend bien vite, face au sourire de son interlocutrice fortuite. Il y fait écho de nouveau. Ses lèvres s'étirent de nouveau et il reprend le contrôle de ces pensées qui filent plus vite qu'il ne le voudrait. Paranoïa étouffée, par une reprise de contrôle et finalement il vient poser son menton sur le dos de sa main, coude sur le genou. Air poli sur le visage, contrarié par cette moue moqueuse qu'il esquisse finalement. Cet air insolent qu'il adore et qui semble mettre hors d'elle la petite puce qui s'offusque devant lui.


Ses yeux roulent finalement dans leurs orbites et il ramène la main, toujours tendue vers elle, le long de son corps. Ce simulacre de gentillesse échoué, il ne reste plus qu'à jouer habilement, pour ne pas se retrouver de nouveau en conflit direct avec elle. Sa fierté entachée, plus que sa peau, ne supporterait pas un nouvel échec, face à cette bouille qui n'a pourtant plus rien d'adorable. A cet instant, rien ne résonne comme faiblesse lorsqu'il observe la demoiselle. Et pourtant il ne parvient toujours pas à se défaire de cette image qu'elle ignore renvoyer. Le chaton griffe n'est ce pas? Sa langue claque, en réponse latente de ce mépris qu'elle lui envoie dans la figure, sans honte aucune. Dans un mouvement purement inutile, il entreprend d'observer l'endroit qu'elle désigne. Son sourire change, devient moqueur alors qu'une seule partie se relève. Il cherche la petite bête, qui saura l'agacer, qui saura le faire prendre l'ascendant. Echec alors qu'il se rend compte qu'il n'a rien à faire là. Chaque seconde le pousse un peu plus dans cette constatation inexorable. Je suis plus subtil, lorsque je désire mettre une personne dans mon lit. Tu n'es rien de plus qu'une sucrerie sur mon chemin gamine. Cette fois il se fait menaçant. Toute plaisanterie mise à part, ne subsiste qu'une grimace des plus sérieuses. C'est sur lui même, qu'il fait un effort afin de la considérer de nouveau comme une friandise. Chez toi... Tu n'es pas chez toi petite. De ce que j'entends tu es plutôt de l'Est. Ukraine peut être? Je connais cet accent... Je m'y perds pourtant. Il prétend s'égarer dans ses propos, quand son esprit est pourtant bien clair. Ses lèvres s'animent, parlent et titillent, mais ses yeux la fixent, prêt à réagir, au moindre effluve de danger.


Lui ne cherche pas à attaquer. Lui cherche plutôt ne échappatoire, à cette entrevue qu'il perçoit déjà néfaste pour lui. Rien ne tourne comme il l'aurait voulu et la verve de son vis à vis le perturbe beaucoup plus qu'il ne saurait l'avouer. Bien... Maintenant que l'on a défini, que ni toi, ni moi, n'étions bon l'un pour l'autre... Que comptes-tu faire? Il n'attend pas de réponse. Lui impose un calme olympien, face aux attaques qui l'auraient probablement agacées en temps normal. Peut être devient il plus faible... Peut être l'est il finalement. Rien du colosse qu'il cherche à être de temps en temps. Juste le géant dégingandé qu'il représente sans même le vouloir. Pourtant il quitte son immobilité, pour se redresser de nouveau, et observer d'un oeil pétillant la sorcière qui s'énerve doucement semble t'il. Rien de bon ici hein? Lance t'il en la pointant du doigt à son tour. J'y vois personnellement quelque chose de délicieux. Les mots sont sortis, son ambition aussi. Le doute n'est plus présent, alors qu'il annonce enfin à haute voix, ce qu'il veut de la petite dame...
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Death Race (ft Aleyde)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 4 juin : Steamroller DEATH RACE au Gamer's Vault
» Capacités et capacités de race
» autres gifs de chien de race
» Commande Death at Koten
» Cities of Death

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned ::  :: The Souvenir's box :: Archives RP-
Sauter vers: