The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 

 RIVER CROW ♠ avant que tout ne s'écroule

Chef de meute ♛ Fondateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 633
Points RP : 370
Date d'inscription : 22/04/2017


River Crow


Au commencement, il y avait River Crow. Une ville d'Irlande du nord où il faisait bon vivre. Au commencement oui. Avant. Bien avant que ses terres ne soient transformées en royaume vampirique et l'humanité soumise au bon vouloir d'un monstre sans foi ni loi. Brisant ainsi l'harmonie régnant entre les hommes. Effaçant de leurs lèvres toute trace de sourires. Pour ne plus laisser place qu'à des cris et pleurs. Jusqu'à les dresser les uns contre les autres. Comment ? Mais tout simplement. Par la terreur. En instaurant une zone de non-droit pour commencer, puis surtout, en les divisant. Certains se battant pour leur liberté, tandis qu'un nombre incalculable d'entre eux adhéraient au régime de leur nouveau monarque.

Faible résumé. À l'origine, en l'an de grâce 1942, au cœur de la seconde guerre mondiale, River Crow était réputée pour sa splendeur. Mais aussi pour la jovialité et le sens de l'hospitalité de ses habitants. Sans parler du paysage. Digne d'une carte postale, sur tous les plans. Pittoresque, son centre médiéval en faisant l'une des plus belles villes du pays. Avec au loin, les ruines d'un château. Vestige de son passé, fier et conquérant. Seulement, trompeuses sont les apparences. Puisque de mémoire, aucune voix ne s'éleva lorsque la ville se retrouva assiégée. Pas par les allemands. Pas par l'ennemi, ou en tout cas, pas par celui auquel on pouvait s'attendre. Ni nazis, ni humains. Ceux qui sont venus ne respiraient plus. Enfants de la nuit, ils se nourrissaient de sang. Cruels. Pervers. Sans pitié. Rien de moins que des morts qui continuaient à marcher, sans avoir besoin de respirer. Mais voilà, cette guerre déchirant le continent européen de part en part leur offrait une incroyable opportunité de commettre un véritable massacre sans pour autant attirer l'attention des autorités. À leur tête, un dénommé Léandre McGuiness. Fils de Caïn, ou le diable incarné. Tuant à l'aveugle. Femmes, enfants, vieillards. Que lui importait. Tout ce qui comptait pour lui se résumant à soumettre, avilir, réduire en esclavage les hommes.

Cachées dans les sous-sols du manoir de la famille An'Sionnach, quelques âmes tentèrent d'échapper au massacre. Dans un journal retrouvé sous une lame de planché, une femme a raconté :

« Ils approchent, le bruit de leurs pas se fait de moins en moins sourd. Ces mots que je couche sur le papier seront les derniers. Que Dieu nous prenne en pitié. Des cris résonnent dans tout le Manoir et un dénommé Callan semble donner des ordres aux hommes qui l'accompagnent. Ils vont nous retrouver, ce n'est plus qu'une question de minutes. William est blotti contre moi, il s'est endormi. Dieu merci. Je n'ai pas à affronter son regard. Mais pour combien de temps encore ? Chaque seconde s'écoulant me paraît être plus courte que la précédente. Mon cœur ne cesse plus de battre, je suis terrorisée. Mes yeux grands ouverts scrutent l'obscurité. Le moindre mouvement me fait sursauter. Par moment, il me semble voir des ombres sortir des ténèbres. Je crois qu'ils sont là, nous paniquons toutes. William s'éveille, il se met à pleurer. Adieu mes amours, nous nous retrouverons au paradis »...Extrait 1942, journal de Pamela Andrews.

Combien de familles exterminées ? Combien d'existences et de destins brisés ? Dans le silence d'une nuit sans fin, quelque part aux portes de l'éternité. Dont les jours incertains interdisaient aux rares survivants tout espoir de revoir le soleil se lever. Pas plus d'ailleurs, que d'envisager de meilleurs lendemains. Et pourtant. La vie finit toujours par reprendre ses droits. Envers et malgré tout. Même si cette nuit-là, fût l'une des pires nuits de l'histoire de l'humanité. Même si lors de cette nuit d'horreur, les sbires de Léandre McGuinness se livrèrent au plus tragique des génocides. En mettant à morts des milliers d'innocents. Les clouant sur des planches et exposant leurs dépouilles au su et au vu de tous à l'entrée de la ville. Dans ce champ qui est devenu le champ des crucifiés. Telle la terre des damnés. Même si…

◘ ◘ ◘ ◘ ◘


Même si la vie reprend toujours ses droits. Toujours. Le siècle suivant en fut le témoin. En effet, de 1942 à 2042, les hommes durent réapprendre à vivre. Dans un nouvel environnement, avec de nouvelles lois et règles auxquelles se conformer sous peine de représailles. Désormais, plus aucun humain n'était autorisé à quitter l'enceinte de la ville. Sauf mort. Léandre McGuiness, installa ses quartiers au sein du manoir. Blasphémant et réduisant l'esprit de la famille An'Sionnach à néant. Soulevant colère et indignation chez les générations suivantes. De sorte qu'un vent de rébellion commença à souffler parmi la population. Dans la rue, les murs se mirent à avoir des oreilles et les briques à parler. Mais de son trône, le monarque ne put se résoudre à y prêter garde. N'avait-il pas soumis les hommes à sa volonté ? Son royaume n'était-il pas peuplé d'esclaves terrorisés ? Voyons, il n'avait absolument rien à redouter. Maître du jeu, il lui suffisait d'un claquement de doigts pour faire taire la rumeur. Rumeur qui bientôt devint clameur. Et pour cause…

Après la tempête, souvent vient le calme. Pile à ce moment précis où la surface de l'eau cesse enfin de s'agiter, ne serait-ce que l'espace d'un instant. Cet instant durant lequel l'espoir se répandit comme une traînée de poudre prête à s'embraser. Grâce à un homme. Le frère de Léandre McGuiness en personne. Autrement dit, Wellan de Bürgstag. L'instigateur de la rébellion, fondateur et grand patron de la fondation MacGregor. Au sein de laquelle humains et vampires se réunirent afin de former une coalition. Des forces alliées, qui n'eurent d'autre choix que de cohabiter ensemble.

Parce-que non, tous les vampires n'étaient pas mauvais. Humanistes convaincus pour beaucoup, en quête de rédemption et de pardon pour d'autres, abandonner les hommes à leur sort relevait de l'impossible. Aussi nombreux furent ceux qui vinrent s'installer à River Crow après avoir pris contact avec le leader de la rébellion. Pour aider. Pour se battre. Pour mourir.

◘ ◘ ◘ ◘ ◘


2042, tout bascula. La propagande destinée à attirer toujours plus d'humains en Irlande battait son plein. Jour après jour, de nouveaux arrivant posaient leurs valises à River Crow sans se douter de ce qui les attendaient en réalité. Loin du paradis promis sur les prospectus et publicités passant à la télévision. Pas de fleurs. Pas de souveraineté économique. Ici, comme ailleurs, il n'y avait que la guerre. La souffrance. Les inégalités et la puanteur des cadavres en état de décomposition. Bienvenue. Pour entrer, il s'agissait en premier lieu de traverser le champ des crucifiés. Après ? Avec un peu de chance, on survivait. Dans le pire des cas, on finissait esclave au manoir. Enlevé. Enfermé dans un cachot. Battu. Violé. Enchaîné. Jusqu'à ce qu'un maître ne vienne réclamer sa propriété. Son nouveau jouet. Triste constat. Derrière les murs du manoir ? Des hommes et des femmes venus de tous les horizons. Rebelles tombés au combat. Simples civils, se trouvant juste au mauvais endroit au mauvais moment. Prisonniers politique. Sans distinction. Tous unis dans l'adversité. Ou presque. Puisque comme dans toute guerre, celle déchirant ce coin de l'île compta aussi son lot de traîtres. D'humains convertis à la cause vampirique. N'hésitant pas à planter un couteau dans le dos de leurs frères.

Ceux-là furent durement punis. Peu en réchappèrent pour dire vrai. Fatigué de subir le joug de Léandre, la rébellion décida de donner l'assaut. Profitant de la célébration du centenaire de la prise de River Crow. Du haut de son piédestal, McGuiness ne vit rien venir. Et pris à son propre piège, il faillit bien y laisser sa misérable vie. Dans les larmes et le sang de ceux-là même qu'il se plaisait tant à opprimer. Comme quoi. Une seule soirée peut parfois suffire à faire basculer la balance. Il avait voulu montrer au reste du monde et aux siens sa toute-puissance, sauf que. Les hommes eux, ne l'entendaient pas de cette oreille. Menés au combat par le descendant direct de la famille An'Sionnach : Aindreas, chef de la rébellion humaine, les membres de la coalition attaquèrent. Par le sud et le nord. Prenant de front et à revers l'ennemi. Sans sourciller. Au sacrifice de leurs propres vies. Le cœur battant à l'unisson. Cette nuit là marqua un tournant dans l'histoire de River Crow. Cette nuit-là, ce fut les vies de cinq cent martyres proclamés qui furent épargnées. Hélas, toute médaille possède ses revers.

Léandre McGuiness voulait célébrer sa victoire, il lui fallut essuyer une défaite cuisante. Au point de devenir la cible de toutes les moqueries. Déjà, les murs de son petit univers étriqué se fissuraient. Au matin du 26 août 2042, ce ne fut plus que des cris de joie qui raisonnèrent dans les rues de la ville. Des cris de bonheur. Certains pleurant la perte d'un proche, mais souriant à la promesse d'une liberté si proche d'être retrouvée.

◘ ◘ ◘ ◘ ◘


Victoire ou simple illusion ? Mirage éphémère…

Cinq mois s'écoulèrent. Cinq mois durant lesquels des affiches et des messages d'espoir furent placardés sur les murs. De partout dans les rues. Janvier 2043. Les rangs de la rébellion n'en terminaient plus de grossir, tandis que de son côté, McGuiness préparait sa riposte. En faisant venir des vampires de tous les royaumes vampiriques dans l'intention de lui prêter main forte. Des quatre coins du monde.  Pendant que dehors, on continuait de crier liberté. Liberté…

Sans se soucier de savoir ce qui se tramait par-delà les remparts de la ville. Au loin. De là où la douce clameur de la victoire se transforma brusquement en rugissement. Celui des bombes s'abattant sur tout ce qui vivait. Vampires et humains. Mettant fin à des guerres internes de la manière la plus violente qui puisse être. Renvoyant les hommes, au sens général du terme, à des considérations bien plus essentielles. Survivre. Enterrer les rancœurs...

Des bombes ? Mais pourquoi ? Qui...où...dans quel but ? Pour le savoir, il faudrait reprendre les choses du départ. La rébellion pensait avoir gagné. La rébellion se trompait. La défaite n'avait rendu que plus déterminé le roi des vampires à détruire l'humanité. Haineux. Assoiffé de vengeance. Machiavélique et brillant, un plan des plus tordus naquît alors dans son esprit. Un plan qui comportait plusieurs phases. La première, organiser une réunion du Conseil Mondial Vampirique. La première du genre à River Crow. Réunion au cours de laquelle tous les fils de Caïn représentant leur race à travers le monde furent conviés à se réunir. La deuxième, attirer toutes les têtes pensantes de la Fondation au manoir. Wellan de Bürgstag, son second et d'autres. Histoire de faire diversion. La troisième, donner l'assaut sur le vieux quartier. Le QG des rebelles. La seule zone hors de contrôle et dangereuse pour tout partisan qui oserait s'y aventurer. Donc, pendant que les uns s'asseyaient à la table du Conseil, soi-disant pour prendre part au procès d'un traître supposé à leur race, les autres durent faire face à une invasion partisane dans leurs rues. Vitrines brisées, voitures incendiées, grabuge et casse en tout genre. Beaucoup de blessés aussi. Particulièrement dans les rangs de la rébellion. Et oui. Gagner une bataille, ne signifie pas gagner la guerre. Le vieux quartier a été repris par les forces du régime en place. Laissant cette partie de la ville à feu et à sang, rebelles et vampires opposants dans un état second. Affligés. Désorientés…. En mars 2043.

Suite à cela, la rébellion avait dû panser ses nouvelles blessures. Tant bien que mal. Obligée d'accepter la défaite et de voir les hommes de Léandre envahir leurs rues. Leur territoire. Hélas, déjà la fin des temps frappait à leur porte. De partout, en Europe, en Orient, en Amérique et ainsi de suite, la chasse aux monstres était ouverte.

◘ ◘ ◘ ◘ ◘


Ouverte, depuis les années 2040 en réalité. Mais nul à River Crow n'avait eu vent que l'humanité connaissait ses petits secrets. River Crow, ou l'Irlande toute entière deviendrait donc une prison à ciel ouvert. Ayant pour prérogative d'accueillir toutes ces créatures qui depuis des siècles vivaient à l'abri des regards indiscrets. Vampires. Lycans. Sorciers. Ainsi les hommes en avaient décidé. Au jour un, il y eut des bombardements. Entre la fin juin et début juillet 2043. Le premier bâtiment visé fut le manoir. Le gouvernement ne se souciant guère de faire de différence entre vampires et humains. Au jour deux, vint le tour de la fondation. Les bombardements se durcissant et laissant des cratères fumant en lieu et place. Au troisième jour, ce fut l'intégralité de la ville qui se retrouva sous le feu des bombes. Chaque seconde, de nouvelles détonations se faisant entendre. Au milieu du chaos, des hurlements de détresse venant se perdre dans l'agitation générale. Des corps gisant sous les gravats et les décombres. Visages ensanglantés. Membres arrachés. Le feu ravageant ce qu'il restait des structures tenant encore debout.

De fait, il avait fallu fuir. Mais fuir pour aller où ? Chaque aurore menaçait de tuer davantage de vampires. Chaque nuit, de voir plus d'humains se faire vider de leur sang. Réveillant même chez les plus pacifiques des instincts primaires. 2043, ou la fin d'une époque. Tant de vies sacrifiées pour le bien de l'humanité. Désormais, River Crow n'était plus qu'un amas de ruines. Vivant et survivant au rythme des bombardements. Léandre McGuiness et Wellan de Bürgstag enlevés. Enfermés. Détenus à la prison de Tullamore. Sujets d'expériences. Alors qu'on abandonnait les humains sans envisager une seule seconde de les évacuer. Ils avaient vécu avec les vampires des décennies durant ? Qu'ils continuent.

Dès lors, les irlandais furent considérés comme des complices. Qu'ils sachent ou pas. Qu'ils aient aimé un vampire ou qu'ils les aient combattus de toute leur âme. L'humanité refusait de regarder son propre reflet. D'accord. L'homme était bon, le monstre mauvais. OK. Mais que chacun balaie devant sa porte avant de juger.

Finalement, ceux qui avaient survécu quittèrent ce cimetière qu'était devenu River Crow pour rejoindre le centre de l'île. Pour reconstruire. Pour tout recommencer à zéro…


5 juillet 2043
Date importante du calendrier.
Jour à fêter, un jour marquant le début de la paix
paix internationale

La paix. Mais à quel prix ? La maladie, la famine, le deuil que portaient les survivants en repensant à leurs disparus. La paix. Au prix du sang et des larmes versés. La paix. Celle que l'humanité avait réussi à conquérir, devenant à son tour le monstre. Ce monstre légitime et dont la bonne conscience avait à son tour commis le pire des crimes…


River Crow. 1942 – 2043. RIP.

Rédigé par Elijiah Jazeem.


NΞRIOИ



Irish's Alpha
I WAS BROKEN FROM A YOUNG AGE, TAKING MY SOUL INTO THE MASSES. WRITE DOWN MY POEMS FOR THE FEW, THAT LOOKED AT ME, TOOK ME, SHOOK ME, FEELING ME. SINGING FROM HEART ACHE FROM THE PAIN. TAKE UP MY MESSAGE FROM THE VEINS. SPEAKING MY LESSON FROM THE BRAIN. SEEING THE BEAUTY THROUGH THE PAIN.



♠️ LITTLE BADASS'S FATHER ♠️
Revenir en haut Aller en bas
http://the-island-of-damned.forumactif.com
RIVER CROW ♠ avant que tout ne s'écroule
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» River Crow
» RIVER CROW - RPG
» "Les études avant tout!"
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» L'intervention ratée à cité soleil, à qui la faute ?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned :: Anarchy dans la ville :: Anarchy dans la ville :: Les Annexes-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: