The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez | 

 Training with the devil ? [Ft. Angel Myers]

♦ Humain ♦
Chasseuse
avatar
♦ Humain ♦   Chasseuse
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 37
Points RP : 68
Date d'inscription : 06/07/2018

Training with the devil ?


Stubborn, all the way, she
She hates everything
Stubborn, all the way, she
She hates everyone


Le coup porté dans sa joue fut si violent qu’il lui fit perdre l’équilibre, la faisant retomber sur ses genoux avec un sourire aux lèvres. Pourtant, Dieu seul savait combien Amelia supportait la douleur, pourtant, ce coup lui fuit presque dégobiller sa bille tant sa mâchoire la faisait souffrir. Elle sentit même le goût caractéristique du sang dans sa bouche, s’étaler sur sa langue et contre son palais, et elle déglutit, grimaçant en posant une main contre l’abdomen pour guider son diaphragme. Inspire. Expire. Quand bien même cette sensation, celle de la douleur, était habituelle, elle y trouvait une sorte de plaisir étrange, un sentiment grisant qui s’emparait d’elle. L’impression d’être vivante, celui de ressentir quelque chose. La symbiose de son esprit avec son enveloppe corporelle. Un refuge si fragile, si friable, qu’il la poussait à devoir s’assurer de sa préciosité pour pouvoir le mériter. Alors elle se redressa, difficilement, parce qu’elle avait appris à ne plus avoir à ployer le genou au simple coup. Inspire. Expire.

Amelia se remit sur ses pieds, relâchant ses doigts qui finissaient par ne plus avoir d’afflux sanguin tant elle serrait son poing, enfonçant ses ongles dans la paume de sa main. Son adversaire fut suffisamment compatissant pour lui laisser une seconde de répit avant de fondre sur elle de nouveau. Habituellement, ici, les gens n’attendaient pas une seconde. Mais il était tôt, ce matin, et les combattants les plus mauvais du camp n’avaient pas encore envahit l’espace. Elle en avait profité pour demander à Jacob de l’entraîner. Elle ne le connaissait que de nom et avait laissé une seconde de trop avant de le frapper, alors il l’avait provoqué avant de l’éblouir de ce coup un peu trop bien porté. Et voilà qu’il revenait à l’attaque, la plaquant au sol en frappant dans ses côtes, dans son ventre, au visage.

Mais cette fois Amelia ne battit pas en retraite. Non. Il l'avait sous estimé, et elle comprenait tout juste comment l'individu fonctionnait. Profitant des quelques secondes de défaites qui auraient pu la ridiculisé, elle l'avait observé. Ses bras semblaient trop puissant pour qu'elle tente de les contrer, alors elle du chercher une autre alternative. Un coup assuré dans le sternum de son adversaire lui permit de reprendre l’avantage, et elle allait enfin attendre le graal, maintenant son corps robuste au sol en s’asseyant sur son abdomen lorsqu’une voix plus forte, plus prononcée et bien plus effrayante se fit entendre. En une seconde, Jacob s’était redressé et suivait un haut placé.

La brune observa autour d’elle, décidément sur sa faim. Puis son regard se posa sur un homme, non loin d’elle. Elle s'avança alors vers le brun, tendant une main assurée dans sa direction, comme une invitation.

« On danse ? »

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points RP : 15
Date d'inscription : 26/06/2018

Training with the Devil ?
Cela faisait maintenant plus de quatre long et interminable siècle qu'Angel Myers refoulé cette planète, plus communément appelé "Terre". Durant sa longue existence, il avait pu être observateur de la violence, de la peur, de la haine mais aussi de l'amour. Il avait vu la guerre sous toutes ses formes, il avait visité tous les recoins de l'Amérique, s'étant même écrit un nom en mettant en place un commerce propre à lui-même, d'objet antique ayant fasciné le monde et étant aussi vieux que lui-même. S'il pensait avoir tout expérimenté, il était bien dupe. La violence est une chose qu'il peut comprendre, la cruauté et la violence gratuite en sont une autre. L'Irlande. Un pays autrefois d'une beauté sans égale avait à présent laissé place à une zone régie par la terreur, réunissant en son sein humain comme créature, tous ayant un destin commun. La mort. Le pire n'était pas pour les monstres, mais bel et bien pour la race humaine enfermée à tort avec des bêtes sanguinaires par son propre peuple. Tout ça car ils étaient là au mauvais endroit et au mauvais moment. À se demander si l'humanité dans sa globalité n'est pas pire que n'importe quelle atrocité ayant parcouru cette terre. Enfin, à présent le destin était scellé, la mort était la seule fine possible, qu'importe la race, vivant comme mort-vivant. Vous pensez peut-être que ce bon vieux vampire qu'est Angel n'aurait rien fait d'autre qu'attendre dans son coin, tranquillement en sirotant un peu de sang humain. Eh bien détrompez-vous, ce n'est pas du tout son genre de baisser les bras, bien au contraire. Son expérience de la vie est bien plus impressionnante que pourrait l'imaginer n'importe quel idiot mortel. S'il a appris une chose au cours de son existence, c'est qu'il ne faut jamais rendre les armes, c'est la dernière erreur qu'il faut commettre car après ça, vous ne pourrez plus vous relever avec honneur, la capitulation, c'est pour les faibles. Combat où meurent, telles sont les deux choix possibles.

Angel parcourait les moindres recoins de l'île à la recherche d'élément utile pour le futur, un combattant aguerri, une information quelconque, un tullamore à torturer, tout est profitable dans un monde tant redoutable. À présent, le vampire s'était enfoncé dans les limbes, ce qu'il n'avait jamais fait jusqu'ici. Terre périlleuse pouvant mettre à bout n'importe quelle sage au point de succomber à la violence, c'est une zone qu'il a longtemps évitée, réunissant humains et créatures refusant la coalition, où la survie est un mot maître. Au cours de son périple, celui-ci eut l'occasion de rencontrer bon nombre de monstre transformé en bête assoiffé de sang, se débarrassait d'eux ne fut pas chose aisée, il faut dire que l'animosité est une habitude en ce lieu. Malgré son avancé dans ces parcelles de terrain coloré d'un rouge causé par les nombreuses effusions de sang, rien de bien intéressant n'éprit la curiosité du vétéran, un territoire ne regroupant que de simple fauve ne cherchant que fureur et révolte. Cependant, tout changea lorsqu'il aperçut au loin ce qui semblait s'apparenter à une arène de combat. Au centre se trouvait une jeune femme dont la beauté aurait pu tromper n'importe quelle combattante. Il ne faut d'ailleurs jamais sous-estimer quelqu'un en jugeant par son physique, c'est une erreur qui ne pardonne pas. En face d'elle, un jeune homme qui semblait étrangement lui laissait quelques secondes de répit après lui avoir porté un cuisant coup à la mâchoire. Chose plutôt inhabituelle dans les limbes, il faut le souligner. Malgré la puissance de la frappe qu'elle venait de se prendre, celle-ci n'hésita pas une seule seconde à se redresser, certes laborieusement mais l'effort et la motivation ne manquait pas. Les coups de l'homme ne se dérobèrent pas, ne s'éloignant pour le moins du monde de sa cible, enchaînant bastonnade les unes après les autres. Commençant par viser les côtes, suivi de près par l'abdomen et le visage qui n'y réchappèrent pas. Et puis soudainement, sans crier gare, la jeune femme donna une correction bien placée en touchant le sternum de son assaillant, ayant comme conséquence de le plaquer au sol. La suite du combat était à présent toute tracé, l'individu allait prendre une de ses plus grandes raclées et la guerrière allait en ressortir victorieuse. Décidément, elle avait réussi à piquer la curiosité du vampire, en voir plus seraient inutiles.

« Excusez-moi de vous interrompre, mais je crains devoir mettre un terme à vos ébats. »

Lança-t-il subitement, d'un ton fort et clair. S'il n'était pas sûr de ce qu'il faisait, il était convaincu que les choses allaient devenir intéressantes. Il observa sa proie en plissant légèrement des yeux, arborant un léger sourire amusé. Son comportement l'intrigua au plus au point lorsqu'elle l'invita à danser. Bien entendu ce n'était pas une danse à proprement parler, il fallait être naïf pour penser ainsi. Au départ, il hésitait à rejoindre son invitation mais au final, il enleva son pardessus noir qui depuis quelque temps volait légèrement au vent, signe qu'il acceptait sa demande car après tout, il fallait bien s'amuser de temps à autre. Tendant sa main vers elle, un sourire se dessinant sur ses lèvres.

« Comment pourrais-je refuser une si belle invitation. Je vous laisse l'honneur de mener la danse. »
© 2981 12289 0


Always and Forever
Revenir en haut Aller en bas
♦ Humain ♦
Chasseuse
avatar
♦ Humain ♦   Chasseuse
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 37
Points RP : 68
Date d'inscription : 06/07/2018

Training with the devil ?


You know personally, I think nothing instills discipline like pain.

Dompter un animal n'était pas quelque chose d'aisé. Car dans ce mot là, on retrouve une once de manipulation. Le dresser, ça, c'était plus efficace. Chaque fois que la bête réussit un tour de passe-passe, son maître lui propose une friandise, jusqu'à ce que l'animal développe un automatisme. S'il s’exécute, il est nourri. S'il ne le fait pas, on lui refuse toute récompense. C'est un mécanisme des plus utiles pour pousser des animaux domestiques à obéir, au doigt et à l’œil. Mais comme tout engrange logique, il y a un hic, un endroit où les chaînes sont mal huilées et où tout déraille. Il y a des animaux que l'on ne peut pas dresser, et c'est là que l'action intervient. Car il y a des choses que les mots n'apprendront jamais, que la perspective d'une récompense ne forcera jamais. Aussi, il apparaissait souvent que la douleur était la meilleure arme pour apprendre. On n'enseigne pas à un lion à sauter dans un anneau de feu en lui promettant seulement un steak s'il le fait. Car l'instinct de survie dépasse l'idée même d'une jolie récompense. Alors on le bat, on lui enseigne que s'il refuse, une punition lui sera infligée. N'est-ce que pas ainsi que l'on apprend aux enfants à bien se tenir ? Acceptant son invitation Amelia lui offrit un sourire. Un sourire narquois.

Il y a quelque chose, dans son air paisible, qui donne à la jeune femme d'autant plus envie de le mettre à terre. Pas qu'il y avait particulièrement quelque chose d’agaçant chez lui, il avait un visage des plus harmonieux, un équilibre des traits qui donnaient envie d'y ajouter une imperfection. Voilà ce qu’Amelia voyait chez cet homme, l'idéal du survivant qui espère et ne renonce pas. Peut-être avait-elle trouvé un adversaire satisfaisant, tout compte fait. Elle devait apprendre. Apprendre à observer son adversaire, à comprendre ses forces et à envisager ses faiblesses. Les jambes des femmes étaient généralement leurs membres les plus forts. Celles des hommes étaient parfois ridiculement faiblardes, comparés à l'énergie que certaines femmes peuvent déployer dans le bas de leur corps. Les muscles dans leurs bras, au contraire, se développent moins aisément, ainsi, Amelia savait ses coups peu efficaces. Elle avait pourtant, depuis longtemps, appris que la force ne faisait rien. L'impulsivité, la vitesse, la maîtrise de ses gestes et l'observation définissaient bien souvent l'issue d'un combat. Les gros bras du camp avaient tendance à oublier que reposer sur sa force était ridicule, presque dangereux. L'avantage d'être un petit gabarit, c'est qu'il suffit d'un combat, lamentablement échoué, pour que l'on se remette en question. Il ne faut pas beaucoup, finalement, pour progresser. De l’entraînement, de la motivation, et de bons adversaires. Ils recherchaient la même chose. L'adrénaline du combat. Posant son pied droit en avant, la brune se mit en position. Étant droitière, son poing droit se trouvait légèrement en retrait, prêt à frapper son adversaire qui se trouvait être tout aussi sérieux qu'elle ne l'était.

Le combat avait rapidement trouvé son rythme. Sans réellement prendre en compte la notion d’entraînement, aussi bien le jeune homme que elle-même avaient commencé à sérieusement encaisser. La véritable difficulté pour elle n’était clairement pas la partie où elle enchaînait les coups, ce n’était même pas celle où elle les recevait, non, c’était celle qui suivait, la partie ou elle devait garder sa personnalité sombre à la limite du contrôle. La partie ou quand elle devait sortir de l’arène elle devrait redevenir elle-même, laissant derrière elle l’acharnement que qu’elle avait invoqué pour mettre à terre chaque once de résistance de son opposant. C’était ce qui lui coûtait le plus de force, de volonté et d’énergie. Alors que ses poings venaient trouver les côtes de l’homme face à elle, elle laissa son genou s’enfoncer sur le centre de son torse lui donnant quelques difficultés respiratoires. Se reculant le temps de quelques secondes, elle prit à peine le temps de glisser une main dans ses cheveux trempés par l’eau que l’on venait de lui verser dessus et la transpiration qui s’y mêlait pour revenir à la charge. Encaissant quelques coups au passage, elle esquiva l’uppercut pour en rendre une mais celui-ci elle fut bien entendu paré et l’homme put aisément la mettre à terre d'une balayette du pied.

Les souvenirs bien trop violents commençaient à se mélanger dans son esprit. Les images se brouillèrent tandis qu’elle tomba sur le dos. Elle sentait ses yeux se fermer le temps de quelques longues secondes. Ses membres s’agitèrent alors qu’elle peinait à se ressaisir parmi les hurlements qu’elle percevait. Elle n’était plus réellement là. Elle ne se trouvait plus dans cette arène pour un combat anodin avec son opposant. Non. Elle était de nouveau à cette matinée d’hiver quand elle fut lâchement lâchée par sa mère devant un orphelinat. Complètement seule n'ayant aucun repère. Alors que qu’elle croyait devenir folle, tout ce que son esprit lui laissait penser était la destruction qu’elle devait semer autour d’elle. Dans ses moments de folie pure, elle détruisait, frappait, cognait. Amelia n’avait plus aucun pouvoir sur elle-même. À présent, c’est brûlant de rage que la jeune femme se trouvait face à lui, prête à attaquer de plus bel.

Les poings serrés, la mâchoire sévère, ses gardes hautes, elle était lancée dans une profonde colère. En étant incapable de distinguer le réel de ce que son esprit trompeur voulait lui faire croire, elle ne parvenait plus à se freiner. Plus aucune information n’était correctement acheminée à son cerveau. Ses muscles contractés, sa rage à même la peau, elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. Pour la première fois depuis quelques mois, elle avait laissé ses souvenirs prendre le contrôle sur elle. Elle ne retenait plus la violence avec laquelle elle balançait ses poings, tout comme elle ne maîtrisait plus le regard noir et vide de raison qui se posait sur lui. Tout n’était plus qu’un mauvais rêve pour la jeune Amelia. Tout n’était que douleur. Trop grande douleur. Celle-ci s’était emparé de sa peau, avait pénétré ses veines, pour venir incruster ses os jusqu’à la moelle. Elle était condamnée à présent. Et si son adversaire ne réalisait pas rapidement la situation, il se pourrait qu’il le soit aussi. Les mains toujours plus serrées en poings, la haine toujours plus visible dans son regard, la mâchoire toujours plus crispée, elle ne manquait pas une occasion. Et lorsqu'elle sentait le brun rétorquer, elle encaissait sans un signe de répercussion, rien, pas un sursaut, pas une réaction, alors que Dieu savait à qu'elle point sa puissance était admirable, son esprit était ailleurs. Lors de telles crises liées à son passée, son plus gros problème restait son incapacité à fixer son regard sur une ancre, un élément qui lui permettrait de réaliser qu’elle était hors de porter et que tout cela était à présent fini. Alors lorsqu'une femme arrêta inopinément l’entraînement, elle tomba à genoux, elle appuya ses mains contre mes oreilles réalisant que qu’elle était complètement partie pour un tour. Sans trop comprendre ce que qu’elle avait fait durant son absence totale, elle se redressa lentement présentant ainsi ses excuses.

« Merci pour ce combat. Et veuillez m’excuser pour la fin de celui-ci il n’avait rien de personnel. Quel est votre nom ? »

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points RP : 15
Date d'inscription : 26/06/2018

Training with the Devil ?
Bien souvent, on pense que l'arme la plus redoutable pour se sortir d'une situation dangereuse reste la ruse. C'est faux. Il y a un outil que toutes créatures, hommes et animaux possèdent, quelque chose qui date de la nuit des temps et qui permet de s'échapper de menace souvent in extremis. L'instinct de survie. C'est avant tout un système irréfléchi ne demandant aucune réflexion et permettant la plupart du temps de prolonger son existence à la prochaine embûche en résistant à son adversaire ou tout bonnement en fuyant. Il arrive parfois que cela nous pousse à attaquer son agresseur, nous obligeant à nous battre et de temps à autre, cela conduit à la mort de l'autre. Sur le coup, n'importe qui pourrait tuer quelqu'un sous l'effet de la survie, la rage et la peur prenant le dessus sur la raison. Est-ce mal de tuer pour survivre ? Cette question à fait couler beaucoup d'encre au cours des siècles, beaucoup d'avis partagé et au final très peu de réponse claire. À cela, Angel vous répondras sûrement qu'ôter une vie afin de garder la sienne un peu plus longtemps n'est en soi pas une mauvaise chose, qui que l'on soit, on cherche tous à prolonger notre existence, redoutant la mort tel un fléau. En même temps, quand on a vécu la guerre, cette notion est beaucoup plus facile à comprendre. Sur le champ de bataille, vous êtes seul, munis d'une arme à feu alors que vos camarades de combat tombent les uns après les autres. Vous voyez d'abord un de vos coéquipiers tombés au sol après s'être pris une balle et vous commencez à réfléchir. Un second tombe, vous relevez la tête et voyez la mort en face de vous. Au final, vous n'avez que deux choix à votre disposition. Vous battre en tuant ceux qui cherchent à verser votre sang ou bien rendre les armes et finir lâchement abattus comme un chien. Ça peut paraître horrible, mais c'est la guerre. Vous voulez revoir votre famille . Vos amis ? Eh bien commencer à prendre les armes car le sang devra couler, ça sera soit le vôtre, soit le leur.

Avec plus de quatre siècles d'existence à son actif, Angel peut vous affirmer qu'être immortel n'est pas une partie de plaisir. Au départ, vous voyez les contraintes de la vie s'effondrer peu à peu, vous vous sentez libre comme le vent et la mort ne vous effraie plus. Vous faites des choses de plus en plus folles, vous vous battez, vous tentez des choses que vous n'auriez jamais imaginé faire. Le monde s'ouvre à vous et subitement, la notion de temps perd tout son sens. Mais très vite, l'ennui vous prendra au point de rendre le quotidien sans grand intérêt. Alors vous cherchez à faire des choses encore plus folles, mais vous ne ressentez plus la jouissance que vous auriez normalement dû ressentir dans votre vie de mortel. Peu à peu, les plaisirs et les désirs de la vie ne font que s'amoindrir, chaque année qui s'écoule ne fait que ressembler à la dernière. Votre vie est monotone, sans grande valeur. Vous êtes observateur d'un monde qui ne cesse de changer alors que vous, vous restez toujours le même. Les gens meurent, d'autres naissent alors que vous, vous êtes comme bloqué dans le temps, maudit. Vous voyez votre famille mourir à petit feu, vos amis succomber les uns après les autres contrairement à vous, qui êtes éternel. Vous êtes même obligé de bouger, changer d'identité pour éviter que votre entourage ne commence à se poser des questions. Et encore, le réel problème reste encore les souvenirs qui n'ont de cesse de s'effacer, disparaître au fil du temps, le cerveau à ses propres limites, même pour un vampire. Croyez-le ou non, une vie bien remplie vaut nettement mieux que celle d'un immortel, surtout lorsque l'on est seul. Comme le disait si bien Raymond Ruyer, "L'immortalité est inutile, avoir vécu suffit".

Ce qui est incroyable chez les humains, c'est leur capacité à toujours se relever, peu importe s'ils mordent la poussière, peu importe les coups qu'ils prennent, ils finissent toujours par en redemander. Ça en est presque honorable. Cette jeune femme qui se dressait à présent devant lui n'avait cessé de l'intriguer. Une force semblait l'accompagnait, quelque chose d'assez puissant pour motiver quelqu'un à s'en donner à deux cents pourcents. Ici, ce n'était pas une question de survie, bien au contraire. C'est à se demander si elle faisait ça pour le plaisir. Quelque chose en elle avait attisé la curiosité du vampire, chose qui n'est pas aisée de faire. Malgré les coups qu'elle s'était pris jusque-là, elle continuer inlassablement à chercher le combat et ça, il faut avouer qu'Angel aimait ça. Cette force de caractère est de nos jours assez rare, bien sûr qu'il y en a toujours pour chercher la violence là où il n'y en a pas, mais chez elle, c'était une forme beaucoup plus pure, beaucoup plus sauvage. Enfin, il n'est pas psychologue, à dire vrai il n'a aucune idée de l'individu auquel il a affaire mais l'heure n'est plus à la réflexion puisque celle-ci semblait déjà se positionner pour attaquer.
Beaucoup de débutant fait l'erreur de sous-estimer les femmes tout ça à cause des préjugés, pensant qu'un homme serait beaucoup plus dangereux qu'une demoiselle en détresse, là aussi un préjugé n'ayant au final aucun sens. Dans sa vie d'immortel, Angel a eu l'occasion de voir bon nombre de jeunes garçons pétrifiait de peur alors que de simple jeune fille arrivait à mettre la raclée à des ordures sans nom. La gent féminine sait se montrer meilleure et plus redoutable. Après, tout dépend évidemment de l'entraînement et de la force de caractère qu'il y a derrière, mais le sexe n'est pas un facteur à prendre en compte. Bien entendu, les femmes ne sont pas aussi puissantes des bras que les hommes peuvent l'être, leur avantage étant plutôt attribué à leur jambe qui à elle seule pourrait mettre à mal un colosse de deux mètres. Dans une bataille, la stratégie est une chose primordiale. Dans une bagarre, c'est encore plus vrai. Foncer tête baissée en pensant donner un bon coup bourrin pour mettre à mal son adversaire et bien pitoyable. La ruse est une donnée essentielle pour gagner, couplée à ça la vitesse et l'endurance, la force n'étant que complémentaire.

Le combat fut d'une fluidité remarquable, chacun encaissant les coups de l'autre pour finalement contre-attaquer. C'était presque une synergie parfaite, dans un autre contexte et d'un autre point de vue, ça aurait pu s'apparenter à une danse. Violente, il faut l'accorder mais une danse artistique tout de même. Il faut aussi dire qu'elle était bien plus forte que les quelques créatures qu'il avait rencontrées jusque-là dans les limbes, elle savait se battre et la motivation ne manquait pas en elle. Les quelques coups bien placés réussirent à mettre à mal le vampire qui ne s'attendait sûrement pas à prendre une telle dérouillée mais forte heureusement, il n'était pas le seul à prendre des coups. S'il avait longtemps broyé du noir en laissant parler toute la rage qu'il avait accumulée à la perte de sa bien-aimée le siècle dernier, notamment durant la Seconde Guerre Mondiale qui fut un véritable massacre pour les pauvres types qui se trouvaient sur son chemin, à présent il s'était calmé, l'envie d'éviscérer des gens lui étant passé. L'envie de punir ceux responsable de son malheur s'est peu à peu estompé même si la blessure elle, reste. Celle-ci réussit à esquiver l'uppercut qu'il lui avait préparé et tenta de lui en rendre une, mais c'était sans compter sur l'agilité et la ruse du vampire qui réussit à la mettre à mal en lui faisant une balayette, finissant à terre sans grande difficulté, remettant en place son costume qui s'était légèrement poussiéreux et dont quelques taches de sang avaient empreigne le tissu.

Le coup bien placé permis au vampire de faire tomber la jeune femme au sol, lui laissant alors quelques secondes de répit pour s'en remettre alors que la lumière du lever de soleil atteignit peu à peu le corps de la guerrière, parcourant petit à petit sa peau jusqu'à finalement l'éclairer de toute part, recouvrant toutes ses formes alors qu'elle continuait à rester inerte sur la terre, seuls ses membres témoignant en bougeant de manière irrégulière, s'apparentant à une crise. Y avait-il été trop fort ? Et soudainement, sans crier gare, elle se releva, bouillonnante de colère, la rage ayant décidément pris le dessus. À présent il n'avait plus une humaine en face de lui, mais une bête sauvage dangereuse et agressive. Quelqu'un de censé aurait tout bonnement pris la fuite ou du moins aurait reculé de quelques pas, mais ce n'est pas le genre d'Angel. Fuir n'avait jamais été dans son code, il n'a jamais été lâche. Ou plutôt il l'a été, quand il était encore humain. À présent, il n'est plus le même homme. Il est honorable, fort et brisé. Les trois en même temps.

Sa posture donnait de réelle sueur froide. Son regard était bien pire. À lui seul, il aurait pu aisément faire fondre la banquise. À lui seul, il aurait pu aisément briser du seul regard l'homme le plus baraqué. À lui seul, il aurait pu aisément venir à bout du diable lui-même. À l'heure actuelle, il n'est plus le prédateur mais bel et bien la proie. Encaissant coup après coup sans jamais tombé, la violence des frappes n'eut aucun mal à briser quelques côtes du vampire qui malgré la douleur ne capitulait pas, reculant d'un pas, puis d'un autre avant de finalement riposter vainement. Malgré les coups qu'ils lui mettaient, rien n'y faisait, elle n'était plus la femme qu'il avait vue quelques instants plus tôt. Il avait maintenant affaire à un démon. Se contentant seulement d'encaisser les coups, essayant tant bien que mal d'en parer quelques-uns. Il n'avait pas peur, disons que sa curiosité n'avait jusque-là fait que grandir au point de vouloir en savoir plus sur elle. Et puis de toute façon, il commençait à se faire vieux, pas physiquement parlant mais mentalement. Plus jeune, il aurait certainement tenté de reprendre le dessus mais il n'en avait plus la force, il était détruit, n'étant plus qu'une épave depuis la mort d'Hope, perdu dans un monde si cruel. Voilà ce qu'il voyait en elle, il avait finalement réussi à trouver ce qui l'avait attiré à elle. Tous deux sont seuls et abandonnés, guidés par la violence et l'envie de mordre la poussière. Tous deux ressentent un vide à l'intérieur de leur estomac qui ne fait que grandir au fur et à mesure que le temps avance. Alors que les coups n'arrêtaient pas de tomber, une inconnue décida d'arrêter l'entraînement, voyant qu'elle avait complètement pété une durite, plaçant ses mains sur ses oreilles. En toute honnêteté, heureusement qu'elle n'était qu'une humaine car dans le cas contraire, Angel n'aurait certainement pas fait de vieux os, c'est encore s'il arrive à courir après les coups que celui-ci a reçus. Étrangement, elle présenta ses excuses. Définitivement, elle ne faisait qu'amener bon nombre de questions dans la tête du jeune homme qui ne put s'empêcher de se demander qui elle était vraiment. Non, la réelle question à se poser c'est que-ce qu'il a bien pu lui arriver pour qu'elle fasse une telle crise, sa vie n'a sûrement pas dû être facile. Rien de personnel, on n'aurait pourtant bien dit le contraire. Sans mentir, il ne savait absolument pas quoi lui répondre, il était partagé entre faire de l'humour et s'inquiéter pour elle, mais finalement il se résigna à lui avouer son nom.

« Angel. Angel Myers ... Vous êtes sûr que vous allez bien ? » Fit-il tout en reprenant son pardessus, l'enfilant difficilement à cause des quelques côtes cassées, mettant un certain temps à se remettre en place. Il lui faudrait d'ailleurs quelques heures de repos pour être de nouveau opérationnel. « Vous sembliez épris d'un sentiment de ... rage ? Sans vouloir paraître indiscret, si ça n'avait rien de personnel, qu'était-ce donc ? » Le vouvoiement est une sorte de manie chez le vampire. Après tout, il a été élevé pour être quelqu'un de respectable, sortie tout droit d'un milieu de vie plus qu'aisé. Et puis, il faut dire que la courtoisie s'est peu à peu fusionné avec sa personnalité au point d'en faire solidement partie. « Et vous, quel est votre nom ? » Dit-il avec un léger sourire en coin.
© 2981 12289 0


Always and Forever
Revenir en haut Aller en bas
♦ Humain ♦
Chasseuse
avatar
♦ Humain ♦   Chasseuse
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 37
Points RP : 68
Date d'inscription : 06/07/2018

Training with the devil ?


Elle était en réalité apeurée de la terreur qui vivait à l’intérieur de son âme qui était si bienveillante autrefois.

Elle était finalement bien loin d’être courageuse, elle se cachait derrière les murs pour ne pas croiser les ombres qui évoluaient dans sa tête, martelaient le sol de ses pensées. Elle prenait ses jambes à son cou lorsqu’un son trop fort surgissait de nulle part, se mettant à hurler dans son esprit ce que qu’elle n’était pas prête à voir en face. Elle fermait les yeux jusqu’à en perdre la raison pour ne pas observer l’univers dont elle faisait désormais partie sans jamais se sentir à sa place. Elle se bouchait les oreilles à se détruire les tympans pour ne pas entendre la voix de son subconscient pour lui répéter inlassablement que tout était de sa faute. Elle préférait tout cela au changement évident qui s’opérait dans son existence insipide. Elle favorisait l’ombre à la lumière qui, au bout du tunnel, lui tendait la main comme une tentative de rédemption qu’elle n’espérait plus. La jeune femme se sentait devenir différente, grandir vers quelqu’un d’autre. Les années passées semblaient s’éloigner pour laisser place à quelque chose de neuf, et elle sentait veuve d’une partie d’elle-même. Sa vie était chamboulée de toute part, lui donnant la douloureuse impression qu’elle lâchait quelque chose, une part de son âme peinée. Celle-ci s’envolait loin, trop loin, beaucoup trop loin. Hors de portée de ses bras qu’elle gardait tendue comme une prière vers des cieux qui elle n’entendait malheureusement plus. D’enfant, elle était devenue une jeune femme. Toutefois, elle n’avait guère changé si ce n’était physiquement. Elle restait bloquée à cette étroite agitation qui s’abattait sur elle, comme des trombes d’eau que qu’elle ne pouvait éviter bien qu’elle secoua ses chaînes comme des milliers de rubans d’acier accrochés à ses poignets. Cela dit, son horizon trop sombre se variait de nuances plus claires. Du gris anthracite venait percer son manque d’avenir. Les couleurs du destin lui formaient d’autres desseins. Essaims d’abeilles qu’elle n’osait à peine observer de peur de les voir disparaître comme des volutes de fumée. Il y avait, en elle, le monstre sous le lit. Celui qui mordait ses entrailles à chaque pas qu’il faisait. Ainsi, les douleurs physiques devenaient morales. Les plaies dans son cher cœur se répercutaient sur ses côtes apparentes. Amelia était pathétique, lyrique, onirique. Elle était la dernière ratée d’une succession d’échecs. Bien trop sensible pour vivre, trop cassée pour survivre. Elle était la grande guerrière de l’ombre se battant contre ses propres ténèbres.

La douleur était un peu comme une fresque indéchiffrable dont seul le peintre connaissait chaque coup de pinceau, chaque couleur, chaque forme qui formait un ensemble abstrait pour les autres alors qu’à ses yeux le tout lui était à un certain point compréhensible. C’est ainsi qu’elle percevait ce monstre infâme qui reposait dans l’abîme de son âme où ses sentiments se mêlaient à cette noirceur qui lui pourrissait le corps. Les expériences de vies nourrissaient cette créature haïssable qui parfois se mettait à lui lacérer les tripes si violemment qu’elle avait parfois du mal à dormir se débattant contre ses tourments qui lui torturaient violemment l’esprit. Elle pouvait au premier abord donner une image sereine d’elle-même, les traits immobiles de son visage créaient une barrière à ce qu’elle pensait réellement. Elle restait ce fantôme errant, un simple mirage qui avait perdu son âme. Sa férocité n'avait point disparu, au contraire. Mais son esprit et son cœur n'étaient plus présents. Ces dernières années, avaient définitivement changé quelque chose en elle. Aucun alcool, aucun médicament ne changerait la donne. Il fallait s'y résoudre, Elle s’était bel et bien éteinte. Jamais ô grand jamais, elle ne s'était jamais sentie aussi vide. Ce creux qui venait s'agrandir un peu plus chaque jour, rajoutait un poids assez conséquent sur ses épaules. À vrai dire, cette chose quelle qu’elle soit, n'avait aucune importance quand elle était dans l’arène. C'était tout ce qui lui reliait encore au monde des vivants. Cela faisait depuis bien longtemps qu’elle ne l’était plus. Toute once de bonheur un tant soit peu réelle, lui avait été arrachée.

Une des uniques choses qui lui faisaient encore entièrement vibrer, restait l’arène des limbes. C'était un endroit bien particulier où le concept était simple comme le jour. Frapper, frapper jusqu'à que les os se brisent, que les corps chutent dans le néant et que les clameurs s'élèvent en un même et unique chant. Cet endroit n'était pas pour les natures trop fragiles. Pourtant, il y avait toujours cette petite créature aussi frêle qu'une brindille, qui venait en quête de sensations fortes. Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle les avait envoyé à la limite dans un sac mortuaire, laissant des personnes déchirées bien loin, derrière. Dans ces moments de folie aucun remords ne venait de ce genre d'action, on pourrait blâmer leur manque de jugement en pénétrant les portes d'un tel endroit. Où simplement reconnaître le fait qu’elle possédait une expertise affolante dans ce domaine. Briser des vies entières était, dans cette arène, devenu son pain quotidien. Chaque mâchoire qui se fracassait sous ses poings était un des plus merveilleux sons qu’elle avait pu engendrer. Le sang qui venait se déverser sur son visage, peignait avec éclat la froideur de ses traits marqués. Il n'existait pas plus belle bête sur terre à cet instant précis. La rage qui venait l'enivrer, se montrait sous un autre jour, un monstre à l'état pur. Certains bruits se murmuraient sur le fait, qu’elle serait poussée par le diable en personne, sa sombre main guiderait chacun de ses gestes. Mais que voulez-vous ? Beaucoup survivants vivant dans cette prison, trouvent la foi, la sienne était simplement plus sombre. Farraway nom maudit. Elle venait toujours s’entrainer. Se tatouer de nouvelles cicatrices sur son corps déjà si meurtri. Cela lui manquait, l'adrénaline qui court le long de sa colonne, ou encore les os qui craquent telles de vieilles branches mortes sous ses coups. Accro ? Oui, clairement, elle était l'un des nombreux junkies qui venaient dans ce lieu pour un seul but, ressentir.  

« Je vais bien. » Amelia était ainsi, mystérieuse et observatrice et la majorité du temps, après une soirée elle en savait plus de vous que vous en saviez sur elle connaissant vos faiblesses, vos forces, elle jouait avec ces détails, les maniais à son plus grand avantage d’une façon aussi malicieuse qu’intelligente. « Une frustration. Une simple frustration de ne pas pouvoir sortir d’ici. » Elle mentait. Enfin à moitié. Elle était bien évidemment frustrée de ne pas pouvoir sortir de cet enfer mais la raison de sa folie n’était pas pour ça. Mais pour l’abandon de ses parents. « Amelia Farraway. Ravie de pouvoir faire votre connaissance. Permettez-moi de vous dire que vous aviez une force surhumaine. Ce fut très enrichissant de danser avec vous. »

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points RP : 15
Date d'inscription : 26/06/2018

Training with the Devil ?
Abattu, brisé et égaré. Trois mots pourtant si simples mais qui m'y bout à bout, donne tout son sens. Trois termes qui décrivent parfaitement ce que peut être Angel, comme Amelia. Tous deux ont vécu des moments insoutenables qui auraient à eux seuls anéanti n'importe quel homme. Tous deux ont enduré des douleurs qui pourraient aisément démolir n'importe quelle femme. Tous deux ont vu la mort de près. Tous deux se sont senti seuls à partir d'un moment de leur vie, sans pouvoir y faire quoi que-ce soit. Tant de point commun qui ne font que rapprocher un peu plus la bête de la belle, vampire comme humaine. Si le corps lui continuer à avancer, ce n'était pas le cas de l'esprit. Éparpillé en mille morceaux, des brides de souvenirs douloureux prenant le pas sur les bons pour finalement ne laissé qu'une âme errante dans un monde si cruel. À présent, il se retrouve seul dans un endroit où le danger règne, éloigné du seul membre de sa famille qui lui restait. Et malgré ses airs d'homme prêt à gérer n'importe quelle situation, il était dos au mur. Impuissant, abîmé et désemparé. Pouvait-il survivre une fois de plus à un tel orage ? Non, ce n'est pas la bonne question. Voulait-il survivre à ça pour continuer de mener une vie d'immortel, corrompu par le sang, inguérissable. Le poids sur ses épaules s'accentuer au fil des jours et ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'il ne craque, tente de passer le mur pour sortir de cette prison qui le détruisait un peu plus mentalement. La mort n'était-elle en fin de compte pas mieux que ce que pouvait proposait la vie ?

Se battre, il l'avait fait toute sa vie. Frapper, tuer, mordre était devenu monnaie courante chez lui. Le sang avait peu à peu repeint les murs de sa forteresse, son cœur se noircissant au fil des morts qu'il laissait derrière lui. À un moment donné, il faut arrêter de se voiler la face. Angel n'est pas un ange. Angel n'est pas un saint, bien au contraire. C'est un monstre qui avait détruit bon nombre de famille, fait couler beaucoup de larme et de sang. Il avait fait naître la terreur dans les yeux de ses victimes, avaient brisé bon nombre d'esprit, avait arraché énormément de cœur. C'est une créature sans aucun remords. Et il l'accepte. S'il devait s’éteindre un jour pour répondre à ces actes, il le ferait. Mais pour l'heure, il laisse son instinct de survie prendre le relais, après tout il n'avait pas envie de se prendre la tête, il se l'était trop prise durant ce siècle dernier, essayant de se remettre dans le droit chemin, en vain. Il sait exactement ce qu'il est. Ce n'est ni un humain, ni un vampire. Seulement un monstre. Pourquoi n'a-t-il pas combattu dans cette arène ? Eh bien la réponse est simple. L'envie. Il n'avait plus envie de donner des coups, il n'avait plus envie de blesser quelqu'un. Non pas parce qu'il était d'humeur gentille mais seulement car son âme était brisé et que chaque coup donné ne faisait que la fissurer un peu plus. Alors il subissait les coups, reculant de quelques pas sans jamais mettre un genou à terre. Son corps n'était pas un problème. Déchiqueté, broyé. Peu importe. Son esprit lui était un problème auquel il ne pouvait trouver aucun remède, aucune solution. Alors au lieu de continuer à se battre, il a jeté l'éponge. Il a fait son temps, à présent il n'a plus envie de lever les armes. Il n'est pas lâche, juste fatigué. Épuisé de cette vie. Exténué d'être un vampire. S'il aurait pu souhaiter une seule chose. Réaliser qu'un seul vœu. Ça aurait sûrement été d'être à nouveau humain. Pouvoir vieillir et mourir d'une simple balle. Il n'avait plus la force de traîner son cadavre. Mais ce n'est pas pour autant qu'il va pleurer sur l'épaule de quelqu'un, après tout à quoi bon, ça ne servirait tout bonnement à rien. Un monstre reste un monstre.

S'il ne pouvait plus se sauver lui-même, peut-être pouvait-il aider quelque âme en peine. Et ceux même s'il n'a plus vraiment lui-même d'âme, le remords n'étant qu'un banal sentiment ne voulant plus vraiment dire quelque chose à ses yeux. Il avait fait son temps, l'heure n'était plus à lui mais aux survivants qui arrivait toujours à se lever pour se battre, malgré la difficulté que cela proposait. Cependant, si l'envie de se battre n'était plus qu'un mauvais souvenir, la loyauté que c'était forgé Angel n'avait pas pour autant disparu, bien au contraire. S'il pouvait aider quelqu'un, il le ferait. Ce serait peut-être l'une de ses dernières bonnes actions, même s'il savait pertinemment que le paradis, s'il existait, n'était sûrement pas destiné à une créature comme lui. Où terminerait-il, c'est une bonne question dont il ne peut répondre mais une chose est sûre, l'heure de sa mort sera sans aucun doute pleine de curiosité, à se demander ce qu'il pourrait bien l'attendre. Un autre monde ou bien le néant ?

« J'aimerais bien vous sauver de cette frustration, mais malheureusement je crains moi aussi être dans le même bateau que le vôtre. » Il fallait bien qu'il aborde le sujet à un moment donné, après tout c'était normal de demander ça. « Si je puis me permettre, pourquoi vivez-vous dans les limbes ? Enfin, ce n'est pas un endroit sûr. » S'il n'en avait pas dit plus, il parlait bien évidemment pour une humaine. Enfin, il ne savait pas le moins du monde qu'il avait affaire à une chasseuse mais au vu de la danse qu'elle lui a procurée, il faut avouer que ça ne doit pas être très compliqué pour elle de mettre à mal un adversaire. Mais si elle était tombé sur un vampire aussi vieux que lui et qui n'aurait qu'une chose en tête, brisé des membres, elle n'aurait sûrement pas eu autant d'aise. Alors une créature encore plus vieille que lui, ça relèverait du suicide, autant pour elle que pour lui. « Enchanté Amelia, heureux de faire votre connaissance. »
© 2981 12289 0


Always and Forever
Revenir en haut Aller en bas
♦ Humain ♦
Chasseuse
avatar
♦ Humain ♦   Chasseuse
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 37
Points RP : 68
Date d'inscription : 06/07/2018

Training with the devil ?


Lorsqu'on pénétrait dans cette ville, la temporalité n’existait plus. Les journées devenaient des nuits, les jours passaient au rythme des siècles et, pourtant, les heures semblaient filer aussi rapidement que d’innombrables secondes coincées entre un passé bien trop présent, un futur bien trop absent. L’amitié était un concept qu’elle peina encore à comprendre, à vouloir mettre en œuvre dans sa vie. Elle n’avait jamais été la meilleure pour se faire des amies, surtout dans cette prison. Elle hait L’Irlande. Mais en même temps, elle la remercia. Sans elle, elle ne serait pas la femme que qu’elle fut aujourd’hui, cette femme aussi forte qu’inébranlable, plein de caractère et qui sait se faire respecter. C’est simple, soit on l’aime soit on la déteste. Il n’y a jamais aucune demi-mesure avec  la jeune femme et paraissait-il que cela faisait son charme. Elle se fichait bien ce qu’on pouvait penser d’elle, elle faisait sa vie sans rien ne devoir à personne, sans devoir se justifier à quiconque. Pourtant, Dieu savait à quel point, elle avait de la bonté à revendre. Brisée par la vie, brisée par la solitude, mais toujours debout, toujours ce maudit sourire aux lèvres, toujours cet air arrogant peint sur son visage pourtant si doux et si angélique. Ne jamais se fier aux apparences, en voilà une phrase qui la décrivait parfaitement. Pourtant, si on réussissait à creuser un peu, on pouvait apercevoir une lueur de bonté, un côté naturellement bon, sincère et protecteur envers son prochain. C’était difficile à y croire quand on la connaissait, quand on connaissait son égocentrisme, son caractère enflammé. Sa loyauté allait la perdre, mais c’était probablement l’une de ses seules qualités. Être un humain bienveillant voulait dire être un humain faible selon Amelia.

Tous ses démons venaient s'éveiller. Son succube qui hantait chacune de ses nuits. L'hydre du diable. Sombrant dans une profonde noyade, de nouveau, avec ce baptême de sang. Elle se perd. Pourtant, n’essayait-elle pas de retrouver son équilibre ? Le double de son âme venait assurer sa plénitude. Sauf que, les choses avaient bel et bien changé depuis. Elle avait perdu le double de son âme, se substituant par l'ombre de celui-ci. Encaisser et garder le tout pour soi. Signe de force. Elle ne devait jamais divulguer quoi que ce soit. Tout était embrouillé au fond d’elle. On l’avait appris à regarder, et à se taire. Même le son de ses sanglots ne devait pas se faire entendre. Sh... Tout se passait à l'intérieur. Elle bouillonnait, languissait, seule. Solitaire et isolée avec son âme peinée. Une carapace parfaitement ornée pour cacher les imperfections de son être meurtri. Le fond de son corps est horrifique. Similaire à une maison hantée. Amelia était l’étoile filante entre les comètes qui s’écrasaient sur sa vie. Encore brillante, mais d’ores et déjà morte. Elle était l’aiguille de satisfaction qui s’écrasait dans sa peau pâle, qui suçait ses derniers restes de sentiments joyeux qu’elle détestait pour trop se laisser penser, pour trop se laisser aller à l’espoir d’un monde nouveau, d’un retour à zéro. Elle était ce cadavre mouvant d’une nouvelle série télévisée, d’un mauvais film horrifique où ses plaies se rouvraient sans cesse pour répandre ce même sentiment dont elle était atteinte depuis plusieurs années - cette haine qu’elle ne voulait plus dans son épiderme. Amelia était cette ligne de cocaïne trop forte qui lui faisait perdre pied, qui lui donnait la nausée jusqu’à enjamber les barrières de la décence pour une descente aux Enfers toujours plus vertigineuse.

Le calvaire serait-il une maladie mortelle ? Immolant son état d'âme. Elle pensait que chaque soirée, serait la dernière. Qu’elle avait quand même le contrôle de tout cela. Qu’elle était courageuse et également forte. Ses cernes, son teint blême, son manque d'appétit et son esprit flottant dans les vapes. Sa tête ne cessait de tambouriner, et elle ne savait plus comment fuir ni comment se sauver. Entre son mal corporel, sa peine psychique, ses démons qui se nourrissaient de l'obscurité de son être. Elle commençait à peine à saturer.

« Qu'est- ce qui te fait le plus peur ?
- Que les autres me voient comme moi je me vois. »


Elle prit de longues bouffées d’air comme pour essayer de chasser tout ce qui pourrait remettre en cause quelque chose en elle. Elle n’avait pas envie de divulguer quoi que ce soit. Elle veut juste s'éloigner de cette prison pour mieux se retrouver. Elle avait grandement envie de recharger sa force, remettre le masque de l’insensibilité.

« Pour un simple survivant oui. Les limbes pourraient être très dangereux. Mais pour une chasseresse comme moi ça l’est moins. Et vous que faites-vous ici ? »

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points RP : 15
Date d'inscription : 26/06/2018

Training with the Devil ?
Durant sa très longue vie, Angel n'avait pas eu bon nombre d'occasions de rencontrer une personnalité aussi changeante qu'Amelia, partagé entre une colère semblant grandissante en elle comme un trou béant dans son estomac, ne faisant que grandir à chaque instant. Pour quelle raison il ne saurait dire, peut-être la perte d'un proche, une vie pleine de tristesse ou bien simplement la folie. Les coups qu'elle portait tout à l'heure dans l'arène n'étaient pas portés par le bonheur, bien au contraire, la fureur et la rage déferlait dans ses mouvements, elle aurait pu aisément mettre à terre un champion de boxe non pas parce qu'elle avait de la technique mais simplement par l'adrénaline qui l'empêchait ainsi de ressentir toute douleur, enchaînant coup après coup en frappant toujours plus fort, dans l'unique but de briser la moindre volonté de son attaquant. À ce moment-là, elle n'était plus vraiment humaine à proprement parler, plus semblable à une bête sanguinaire qui ne chercherait qu'une seule chose, la violence. C'était peut-être pour ça qu'elle sortait ce sourire amusé peu avant le combat, simplement par amusement de se battre. Était-ce mal ? Aucune réponse ne serait juste, il aime à penser que chacun se construit sa propre opinion selon son point de vue et pas uniquement sur ce que disent les autres. Pour lui, ce n'était en soi pas dérangeant. Ce qui était insoutenable pour lui, c'était les murs qu'avaient dressés les Tallumores pour les emprisonner ici.

Sans vouloir chercher à mentir ou se valoriser, il avait une brève idée de ce que pouvait ressentir Amelia en elle. Lui aussi avait vécu des années plus que sombre où le sang n'avait de cesse de couler. Ce fut à partir de la perte de sa bien-aimée qu'il laissa parler en lui la bête, le vampire sanguinaire qui n'attendait que ça depuis ces derniers siècles. Il avait combattu pendant la guerre, il avait ôté des vies sans même se soucier de qui ils pouvaient bien être car après tout, c'est la dernière chose à se demander lorsqu'on est sur le champ de bataille face à l'ennemi, un moment d'hésitation et c'est terminé. Bien entendu, ils ne risquaient pas de l'abattre de sitôt, il aurait fallu pour ça qu'ils soient équipés pour tuer les vampires, chose qu'ils n'avaient nullement conscience à l'époque mais ce n'est pas pour autant qu'il ne faisait pas attention, se fondant dans la masse de soldats. Tirant sur les soldats ennemis avec une arme à feu, arrachant des cœurs à mains nues, il se sentait enfin à sa place, il pouvait enfin laissait libre cours à sa violence sans se soucier des corps qu'il laissait derrière lui. Cette expérience fut sans aucun doute l'une des plus enrichissantes qu'il eut à vivre et si l'occasion se représentait à nouveau, il n'hésiterait pas à y prendre part. Déjà car il a vu énormément d'aspect de la vie humaine mais aussi car il commence sérieusement à s'ennuyer dans sa vie d'immortel mais peut-être que celle-ci pourrait réellement bouleverser les choses, elle lui rappelle en quelque sorte sa version instable qu'il était avant.

« Une simple chasseuse ? Dites-moi, ne ressentiez-vous pas l'envie de me trancher la tête ? Ne vous donnez pas de fausse idée, je n'essaye pas de vous provoquer, je me demande seulement ce que pourrait bien faire une humaine dans une arène où les créatures pullulent. Tout à l'heure, dans l'arène, vous sembliez prise d'un excès de rage mais aussi de souffrance, je me trompe ? »

S'il était indiscret, ce n'était pas vraiment un problème. Après tout, ils venaient tout de même d'échanger un combat et avait assisté à une scène plus que déroutante. Et puis il faut dire qu'Angel ne fait pas dans la dentelle, s'il a un reproche à vous dire eh bien il ne se gêne pas, s'il veut vous complimenter, il le fera mais ne vous attendez pas à ce qu'il vous envoie des fleurs !

« Personnellement, je suis ici pour tenter de trouver un moyen de sortir de cette prison. Je compte bien franchir ces murs peu importe le prix à payer. Ça vous tenterait une collaboration ? À court terme, bien entendu. »

Après tout, elle semblait plus que prometteuse et puis comme dis plus haut, elle lui rappelait étrangement son lui d'antan.
© 2981 12289 0


Always and Forever
Revenir en haut Aller en bas
♦ Humain ♦
Chasseuse
avatar
♦ Humain ♦   Chasseuse
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 37
Points RP : 68
Date d'inscription : 06/07/2018

Training with the devil ?


Le cœur. L'organe qui nous maintenait en vie. Rouge de sang. Mais noir de ces ténèbres qui, pas à pas, venaient le dévorer. Cendres. Son palpitant noircissant tombait peu à peu en un tas de cendres. Elle n'était plus. Celle qu'elle avait été jadis. Elle ne la voyait plus. Face au miroir, il ne lui reflétait que ses fêlures. Que ces blessures qui avaient marqué sur son visage autrefois doux. Désormais elle possédait un regard noir. Un regard où ne perlait alors plus grand sentiment. Adieu cette étincelle. Cette lumière qui aurait pu rassurer quiconque. Éteinte. Une bougie que Tullamore avait soufflé aussi aisément qu'ils pouvaient tuer. Il y avait des douleurs que l'être humain ne pouvait endurer. Des souffrances qui nous frappaient d'un seul coup, à nous en faire tomber à terre. Des détresses qui savaient se calmer, qui savaient faire semblant de disparaître pour s'enfoncer insidieusement en nous, assez longtemps pour prendre racine. Et à partir de là, elles s'en donnaient à cœur joie, nous aspirant le peu de vie qu'il pouvait nous rester.

Coquille vide abandonnée par l’océan tumultueux de sa vie, l’enfant qu’elle fut se tenait recroquevillée dans un coin de son esprit. Elle avait grandi, mais néanmoins au plus profond de son être, elle restait cette même petite fille espérant qu’un jour sa mère vienne la récupérer à la sortie de son école. Son corps avait poussé, mais une partie de son âme était restée dans cette partie d’innocence calcinée par les rires. Fondue sous l’acidité de cette prison, bougie étincelante à la flamme vacillante, elle avait été la lumière avant de se plonger dans l’obscurité morbide d’un destin sans fin, désespérément accrochée à une vie qu’elle n’aura malheureusement jamais. Bouquet de fleurs d’espoir fanées, elle ne bougeait pas de ce vase dans lequel elle sombrait jour après jour, seconde après seconde. Amélia était épuisée. Elle avait trop donné d’elle-même, égrenant des morceaux de sa personne dans des causes perdues. Elle était ce chant d’oisillon tombé du nid, celui dont les ailes brisées ne pouvaient lui donner la chance de s’envoler, d’un jour essayé de remonter la pente. L’éphémère de son passage sur cette Terre détestable ne semblait guère l’inquiéter, puisqu'elle avait l’impression que celui-ci devenait éternité. Il n’y avait rien de pire qu’un être humain ayant cette illusion d’avoir tout perdu, ne possédant plus rien et, si ce n’était sa capacité pour se combattre. La jeune femme était une égratignure sur le palais, la Marla Singer de bien des âmes en paix. Être ou ne pas être, elle, elle ne l’était plus. Elle était ce trou noir vivant, ce néant de chair et d’os. Elle était l’univers en une seule femme, la naissance des espoirs et leurs enterrements prématurés. Elle était ce corps abandonné dans une cellule isolée, la poussant à se retrancher dans ses mécanismes de défense assurés. La noirceur des environs la faisait frissonner, lui donnant ce pressentiment d’être démembrée, aveuglée par les démons de son inconscient intolérant. Ces derniers s’en donnaient à cœur joie, se répercutant sur les murs de sa propre prison. Les images de leurs visages tuméfiés dansaient devant ses yeux peinés. Ils faisaient partie d’elle, ils étaient en elle. Ils puisaient leur source à l’intérieur même de ce elle bien trop abîmée. Carcasse prête à être dévoré, elle n’avait plus rien à offrir si ce n’était un dernier souffle, un dernier mot.

Mais était-ce vraiment cette prison qui l’avait transformé? N'était-ce pas sa vie en général ? N'avait-elle pas, déjà, en son sein, cette noirceur qu'elle avait fait taire durant toute son existence? Ne possédait-elle pas déjà ces ténèbres en son cœur qui, cachés, attendaient le moment opportun pour la dévorer? Il lui paraissait impossible que seul L’Irlande ait pu la changer, aussi rapidement et facilement. Elle n'était pas une marionnette. Pas un automate où un bouton seul suffisait à orienter ses faits et gestes. Elle était humaine. Elle avait embrassé ses ténèbres. Volontairement. Pourquoi? Pour garder le contrôle. Elle ne voulait plus être la victime de Tullamore. Elle voulait être actrice. Elle voulait jouer un rôle dans cette tragédie. Elle ne voulait plus être ce pion que l'on avançait comme bon leur semblait. Elle voulait être cavalière de ces avancées, et ne jamais succomber entièrement aux ténèbres qui l'appelaient. Elle les avait acceptés, elle les dominerait et avancerait. Elle survivrait à cette prison. Elle survivrait à l'apocalypse. Et elle protégera ceux qu'elle aimera. Quel qu'en soit le prix.

« Je tue quand j’ai une raison de tuer. Et pour le moment je n’ai aucune raison particulière de vous trancher la tête. Et en effet Angel, vous avez bien raison. Mais je préfère éviter d’épiloguer l là-dessus j’espère que vous me comprenez. » Elle soupira légèrement. « Une collaboration ? Mh. Pourquoi pas. Après tout c’est impossible de trouver un moyen de sortir d’ici en étant seule. J’accepte volontiers votre demande.»

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 28
Points RP : 15
Date d'inscription : 26/06/2018

Training with the Devil ?
« Naître, s'agiter, disparaître, c'est là tout le drame éphémère de la vie humaine. » Cette citation m'a longuement fait réfléchir sur ma vie d'immortelle. Vous saviez qu'au cours de ces soixante dernières années, l'espérance de vie des hommes et des femmes a augmenté de quatorze années ? C'est sans aucun doute lié à la qualité de vie des différentes populations mais vous êtes vous déjà questionné sur celle des habitants de cette prison . Non, sûrement pas. Après tout, nous ne sommes censé être que des monstres bons pour divertir le peuple. Sauf que vous semblez oublier les nombreux humains qui sont, sans le vouloir, devenu de la viande sur patte. Ça ne vous étonne pas ? Vous ne vous êtes jamais dit que ça aurait très bien pu être vous, à leur place ? Tout d'un coup, cette décision semble vous horrifier. De mon point de vue, je vois dans cet acte l'image nazie. Vous savez, les Juifs qui étaient envoyés dans les chambres à gaz pour y être exterminé, eh bien c'est exactement la même chose. Ce n'est pas une simple prison, il faudrait être idiot pour penser ainsi. Imaginait plutôt que c'est une grande pièce où l'a déverse une fumée toxique qui n'est autre que nous. Chaque jour, on décompte des morts sur l'île, c'est un fait. Mais la plupart se sont entretués pour survivre ou bien se nourrir. Ici le gaz n'est pas à proprement parler une vapeur. C'est nous les armes de Tullamore, on en fait que s'entretuer bêtement en agissant tel que le souhaiterait ce système totalitaire car ne nous ment plus, les dirigeants ne font sûrement pas dans la démocratie. Propagande, affrontement à mort et j'en passe. Voilà la véritable nature de l'homme, nous avons tous au fond de nous des ténèbres qui émergent peu à peu au fur et à mesure que l'on avance. Nous serons tous confronté un jour à un choix qui changera probablement ce que nous sommes et ce que nous serons plus tard mais ce qui différencie les bons des mauvais. Ne vous attendez sûrement pas à ce qu'une âme charitable vous sorte pour autant de tout danger, chacun à un démon au fond de lui, certain en ont plus, tout dépend des actions que celle-ci a dû être amenée à faire dans son existence mais une fois que l'on a embrassé cette partie obscure de l'âme, il est difficile d'en revenir en un seul morceau. Après ça, vous êtes brisé, tourmenté et dépendant à la violence. Croyez-moi, je sais de quoi je parle.

Amelia semblait différente des autres, quelque chose en elle venait chatouiller mon fort intérieur et malgré mes efforts pour tenter de percer à jour ce mystère, rien n'y faisait. Elle semblait à la fois égarer et calme, s'était assez déstabilisant à observer. Dans l'arène, il n'y a absolument aucun doute qu'elle n'était pas habitée par un ange gardien, c'est même sûr et certain. Non, quelque chose de beaucoup plus sombre sévissait en elle, quoi, je ne pourrais dire mais une partie d'elle semblait envahie par le clair-obscur, un peu à la façon du Yin et du Yang. Elle avait encore une facette d'humanité en elle, je pouvais le sentir mais une chose était aussi tapi dans l'ombre et n'attendait qu'une seule chose, se déchaîner à nouveau. Certains pensent qu'il faut combattre le démon pour l'emprisonner à tout jamais dans un coffre scellé au fin fond de notre esprit ou bien encore l'éjecter de notre corps mais en réalité, ils ont tous faux. Un démon n'est pas à proprement parler quelque chose de mauvais qui ne fera que vous inciter à faire les mauvais choix. Il ne faut pas chercher à l'enfermer quelque part, l'apprivoiser tel un compagnon revient à augmenter considérablement votre force, un ange c'est bien quand tout va bien. Un démon, c'est bien mieux quand votre vie ne tient qu'à un fil. Personnellement, j'ai tenté de m'accommoder avec ma partie sombre au fil des siècles et je dois dire qu'au final, on se sent beaucoup plus libéré ainsi. À quoi bon combattre l'inévitable ? « Ne fais pas de ton ego un démon à encloîtrer, mais un compagnon à apprivoiser.

« Dites-moi Amelia. Où aviez-vous appris à vous battre ? Vous semblez maîtrisait l'art du combat comme pourrez le faire un combattant chevronné. » Si je posais des questions, ce n'était pas pour discuter histoire de faire connaissance ou du moins en partie. Son histoire m'intriguait et qui plus est, elle semblait bien jeune pour avoir des mouvements aussi fluide, étrange. « Je suis actuellement en train de récolter des informations grâce à plusieurs indics, j'espère trouver quelque chose ... d'utile. Je vous déconseille seulement d'en parler à voix haute, les murs ont des yeux et des oreilles et c'est encore plus vrai pour cette île. Avez-vous peur de vous attaquer aux Tullamore ? » Dis-je tout en plaçant une main dans l'une de mes poches, habitude d'homme d'affaires. Même si elle semblait confiante, les répercussions seraient certainement fatales si l'organisation la prenait sur le fait.
© 2981 12289 0


Always and Forever
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Training with the devil ? [Ft. Angel Myers]
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hot yet cold, a devil with angel eyes •• Lily.
» Blaue Angel
» [Musical Halloween] premier tour [Magisterockers VS Evil & Angel]
» Buffy the vampire slayer et le spin-off Angel
» Training hélécine samedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned ::  :: Les Limbes-
Sauter vers: