The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez | 

 Before the Storm [Aindreas]

♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1465
Points RP : 4041
Date d'inscription : 13/04/2018

Before the Storm

« Mais c'est quoi ce bruit ? Qu'est-ce que vous avez enfermé là-dedans ?!

- Un porc ! T'y crois ça ? J'sais pas d'où il vient, mais il était en train de dévaster le jardin du vieux Mc Gohan.

- Ouh.. il a dut être furax...

- Tu m'étonnes ! J'ai cru qu'il allait nous le dégommer à coup de carabine juste sous le nez ! Enfin, il sera surement moins grognon quand il aura sa part de côtelette ce soir ! »

S'ils arrivaient à organiser un petit banquet, que tout le monde se retrouve ce soir autour d'un feu de camp, le cochon cuisant à la broche, ça pourrait être sympa. Ça ferait du bien au moral de se retrouver dans une ambiance un peu plus détendue après les journées bien chargées qu'ils se coltinaient, sans parler des disparitions, comme une ombre qui planait toujours au-dessus de la meute... on en parlait pas, ou peu, car même si on avait pas retrouvé de traces pour la plupart, tout le monde savait bien où ils étaient. Dans cette tour au centre de l'île, où les agents de Tullamore pratiquaient des choses qu'il était préférable de ne pas essayer d'imaginer. Avec toujours, cette épée de Damoclès, comme quoi ça pourrait se reproduire à tout moment.
Pourtant malgré ça, ils avaient réussi à se bâtir un endroit qu'ils pouvaient appeler "chez eux", ils avaient pu s'organiser afin de ne pas manquer d'eau et de nourriture et partaient régulièrement s'approvisionner par des raids ou du troc pour tout le reste. On pourrait presque dire qu'ils avaient retrouvé un rythme de vie "normal" si on oubliait le danger que représentait Tullamore. Et les dissidents de la Coalition. Le quatrième chateau d'eau avait été achevé la semaine dernière, une équipe avait ramené d'un raid de l'attirail d'attelage et Sadhbh avait réussi à habituer l'Irish cob à la charrue, facilitant grandement le travail des champs. Oui, leur petit patelin commençait à ressembler à quelque chose après ces deux dernières années de pures galères.

Demain, il avait prévu une nouvelle sortie avec les jeunes loups. Il embarquerait ceux n'ayant pas déclenché le gène également. Cette fois il avait prévu de leur concocter une petite séance malheureusement plus dans l'air du temps. Apprendre à tirer. Apprendre à couvrir ses traces. Apprendre à se cacher. Il aimerait pouvoir penser qu'ils étaient en sécurité au sein de la meute, mais ce n'était pas le cas. Et s'ils arrivaient a passer sous le radar de Tullamore et n'avaient alors même pas à se battre pour s'en sortir, ce serait encore leur meilleure chance. Il espérait que, bientôt, le système de classe pourrait être opérationnel. Pour cette partie, cela dépendait majoritairement d'Ohanzee. Mais si d'un côté ils devaient se préparer à la guerre, de l'autre, garder un pied dans ce qui pouvait se rapprocher le plus possible d'une "vie normale" avait comme un goût d'espoir que tout ne soit pas perdu.

C'est en croisant sa meilleure amie alors qu'il venait de finir de faire le tour du village qu'il se décida à aller rendre visite à Aindreas. Il faisait régulièrement des points avec son frère qui ne devait pas manquer de transmettre à l'Alpha - ses deux-là étaient comme cul et chemise ! - mais avoir une discussion en direct était quand même plus agréable, surtout pour avoir son point de vue ! L'absence des filles - Eireen avait emmené la petite Aby faire un tour dehors et elles allaient rendre visite à Gabrielle - étaient l'occasion idéale pour mettre à plat des sujets sur différents projets en cours, et potentiellement d'autres moins joyeux à aborder... Non pas qu'il ne fasse pas confiance à la jolie blonde, bien au contraire, mais si jusqu'à présent le fait de se sentir responsable de sa nièce l'avait gardé à l'abri, il n'avait pas envie de parler de projets dangereux en sa présence au risque de la voir se porter volontaire. Il savait qu'elle n'aimait pas les savoir en danger tous autant qu'ils sont, alors s'il pouvait éviter de lui faire du soucis...

Arrivé devant la petite maison qu'occupait son leader et cousin, il frappa quelques coups à la porte avant de pousser celle-ci.

« Salut As ! T'as un moment, je voulais te parler d-.... .... mais.. qu'est-ce que tu fais.... ? »

Daryl, qui était entré plein de motivation pour aborder tout un tas de sujets sérieux et faire le point avec l'Alpha Suprême de l'ensemble des meutes présentes en Irlande, fut stoppé dans son élan par la vue imprenable sur le derrière levé de son cousin, à quatre pattes par terre, le haut du corps aplati au sol à faire dieu sait quoi. C'est avec un certain scepticisme qu'il le contourne pour le voir finalement retirer le bras de sous le meuble pour en sortir un joujou d'enfant.
Un sourire amusé marqua alors le coin des lèvres du cadet de la fratrie, alors qu'il observait Aindreas se redresser avec le jouet perdu.

« Je vois qu'Aby se charge de te maintenir en forme en te confiant des missions spéciales... Elle commence à gambader de partout, ça y est ? »

Daryl eut un léger rire. De prime abord, Aindreas avait tout de l'ours bourru et mal léché, avec ce quelque chose d'animal qui lui donnait l'air sauvage. Une aura de violence et de détermination qui lui avait permis de se faire rapidement respecter par les autres meutes. Pourtant il suffisait de le connaitre un peu pour découvrir une autre facette. Un homme volontaire qui se souciait des siens. C'était d'autant plus flagrant lorsqu'on le voyait avec sa fille. L'ours guerrier devenait alors un gros nounours doué d'une douceur qu'on ne lui aurait pas soupçonné. Si la première facette était essentiel pour qu'il puisse tenir son titre d'Alpha parmi les alphas, à son sens c'était la seconde qui faisait que tous ici lui avait accordé leur confiance.
Croisant ses bras contre son torse, c'est avec un petit sourire narquois qu'il l'interroge.

« Parfois je me demande ce qui est le plus fatiguant, être Alpha, ou être papa ? »

Il s'éloignait un peu de la conversation qu'il voulait avoir à l'origine, mais parfois cela faisait du bien de se rappeler qu'ils étaient une famille, et pas seulement des soldats en train d'établir un camp et préparer une riposte.

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Chef de meute ♛ Fondateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 665
Points RP : 385
Date d'inscription : 22/04/2017

Before the Storm
- Aindreas An'Sionnach & Daryl An'Sionnach -





Avoir un enfant, c’était bien la dernière chose qu’on aurait pu imaginer de ma part. Devenir père n’avait jamais fait partie de mes prérogatives. J’avais grandi dans la guerre, j’avais évolué dans un monde où la paix n’existait pas, un monde, où il était égoïste de mettre la vie de petits êtres innocents en danger. Mais pourtant le jour ou Trinity m’a annoncé sa grossesse, je pense que je n’avais pas été aussi heureux depuis un certain temps. Aby était signe d’espoir, elle me permettait de tenir debout quand j’avais la sensation de flancher. J’avais un but. J’avais un objectif. La protéger. La voir grandir et devenir l’Alpha future qu’elle serait. Elle était ma descendance, une future reine, parce que oui, j’étais d’une grande lignée, je l’avais toujours su, mais jamais je n’avais envisagé que c’était si important que ça. Que le sang qui coulait dans mes veines avait une telle importance dans la hiérarchie. Aby avait un avenir devant elle, et j’en étais certain, elle l’affronterait avec panache ! Ca ne faisait aucun doute. J’avais confiance. Alors l’improbable s’est produit. La brute An’Sionnach est devenu père. Cet ancien chef de la rébellion à River Crow, cet homme qui avait sans doute plus de sang de vampire sur les mains que n’importe qui d’autre. Je pensais mes mains trop dures pour pouvoir tenir un enfant. J’avais tort. Parce qu’au final, je suis devenu père. Et je suis même un très bon père. A tel point que je suis lui là, à quatre pate devant le canapé, tentant de retrouver l’arme du crime. L’arme qui a produit des pleurs de panique chez mon enfant. Le brandissant devant toi alors que tu venais d’entrer chez moi.

« Elle adore ce truc je te jure. T’aurais vu la panique dans son regard quand il a glissé sous le canapé, je pouvais pas la laisser comme ça, elle m’aurait tué à coup sûre tu peux me croire. »

Machinalement j’ai ris, te souriant alors que je venais ébouriffer tes cheveux comme j’aimais si bien le faire. J’adorais te charrier p’tit cousin. C’était plus fort que moi. Mais c’était affectif tu peux me croire. J’avais trouvé bien plus qu’un peuple auprès d’Aodh et toi. J’avais trouvé une famille. Une vraie famille de sang. Ce que je n’aurais jamais pensé avoir. Persuadé que j’étais le dernier de notre lignée. J’étais persuadé que le nom des An’sionnach se serait éteint avec moi. J’ai eu tort. Parce que j’ai eu Aby, je vous ai vous. Et bien qu’Aodh n’aura sans doute jamais d’enfant le connaissant, toi, j’étais persuadé que tu en aurais. Peut-être même avec une jolie blonde qui sait, mais ça, c’était autre chose. Je voyais bien comment tu la regardé, Eireen, et j’adorais te titiller vis-à-vis de ça, mais je sais également que les sentiments ne nous affaiblissent pas. Ils nous rendent plus fort. C’est une certitude, et je sais qu’elle finira par ouvrir les yeux. C’est une tête brulée c’est tout. Crois-moi, les McLeod sont sans doute pire que nous, et tu sais combien on peut être borné. J’ai déposé le jouet sur la table, à côté d’une bouteille de whisky à moitié vide et d’un paquet de clope grand ouvert, lui aussi à moitié vide. Même plus que ça. Je m’en suis craqué une, profitant de l’absence d’Aby, sachant pertinemment que je me ferais engueuler par Eireen dès qu’elle sera rentrée pour avoir fumer dans la baraque, mais j’avais l’habitude. Coinçant le bâton à cancer que je n’attraperais jamais grâce à nos pouvoirs, j’ai ouvert le frigo, nous sortant deux bières bien fraiches, t’en tendant une.

« Crois moi p’tit cousin, la paternité c’est pas d’tout repos tu peux me croire. Eireen vient de partir y’a quoi ? Cinq minutes. C’est con tu la rate de peu. Quand est-ce que tu vas enfin prendre tes couilles en mains pour lui dire le fond d’ta pensée ? J’serais toi j’attendrais pas trop, c’est qu’elle devient canon la p’tite. »

Je t’ai lancé un clin d’œil, me laissant tomber sur le canapé, posant les pieds sur la table basse. T’invitant à prendre place sur le canapé devant moi. T’allais pas rester debout comme ça quand même. Si t’étais là c’est que t’avais envie de me parler d’un truc je me trompe ? Je te connaissais bien p’tit Cousin. Je savais qu’Aodh était parfois dure et injuste avec toi, qu’il te poussait sans doute de trop, mais je n’étais pas ton frère. Tu pouvais tout me dire sans crainte. J’avais cette habitude de t’écouter presque autant que je l’écoutais lui. Aodh avait beau être un loup d’exception, des fois il restait pulsionnel et agissait sans réfléchir. Sauf peut-être avant-hier quand il m’a empêché de buter de Rhénanie mais ça c’est une autre histoire. Fallait aussi reconnaitre qu’entre l’histoire du virus chez les vampires, la protection de la meute, Aby, et tout le reste, parfois je pouvais en oublier le reste. Me poser, boire une bière avec mon cousin et parler de tout et de rien. Vivre une vie normale. En parlant de ça j’avais entendu parler de tes projets d’école et je trouvais ça plutôt cool, tu peux me croire. Offrir la chance à ces mômes d’avoir une vie un semblant normale dans ce monde à feu et à sang. C’était vraiment chouette comme idée. Je crois que j’aurais donné n’importe quoi moi pour aller à l’école. Mais je n’ai pas eu cette chance. Mon école à moi s’étant résumé à la fondation, à la protection du sois disant An’Sionnach et à la formation qui s’en est suivi. Non pas que je m’en plaigne, mais avoir une vie un semblant normale ça restait important pour l’équilibre des enfants. C’était une évidence.

« J’ai appris que t’avais croisé un des gars des Black Bird avec qui t’avais de grands projets ? C’est cool comme plan. Les mômes ont le droit d’avoir un semblant de vie normale. J’approuve. Mais je ne voudrais pas que tu perdes de vu ta mission première. Celle de les former. Tu sais très bien qu’un jour ils devront déclencher le gène. Pour leur simple protection. Tant que le gêne dort, un loup reste vulnérable et tu le sais. Mais en tout cas si c’est mon accord que tu veux, je te le donne. Mais t’es peut-être pas venu que pour ça remarque ? »

Non t’étais peut-être pas venu que pour ça. Tu avais très certainement d’autres plans, d’autres requêtes, d’autres choses à me dire ? Je sais que j’étais dure des fois, j’avais conscience de ce que je te demandais. Déclencher le gène n’était pas quelque chose d’agréable. On devait tuer pour ça, sacrifier une vie, sans parler de la douleur lors des premières mutations. Mais on n’avait pas le choix p’tit cousin et je pense que tu en avais conscience. Même Aby devra y passer un jour. Ne serait-ce que pour prendre la relève quand je ne serais plus de ce monde. Ce qui arriverait bien tôt ou tard. On était fort, rapide, on se soignait sans peine, nous aussi on avait le pouvoir de régénération comme les vampires. Cela dit, nous n’étions pas immortels et on vivait une vie humaine. Et toi, tu te devais de préparer la relève. C’était ton rôle. Je sais que tu détestais ça, mais tu n’avais pas le choix. C’était comme ça. Pour le bien de ton peuple. Pour nous préserver. Surtout dans le monde dans lequel on vivait désormais. Et puis, c’était ce qui faisait de nous qui nous étions. Alors p’tit cousin, prend place et dis-moi tout. Je t’écoute. Et promis, je tenterais de ne pas trop te charrier. Tu savais que tu pouvais compter sur moi. T’étais de mon sang, de ma famille, mon peuple. Et ça, c’était indestructible. C’était notre plus grande force, très certainement.


©️ Fiche codée par Aindreas An'Sionnach



Irish's Alpha
I WAS BROKEN FROM A YOUNG AGE, TAKING MY SOUL INTO THE MASSES. WRITE DOWN MY POEMS FOR THE FEW, THAT LOOKED AT ME, TOOK ME, SHOOK ME, FEELING ME. SINGING FROM HEART ACHE FROM THE PAIN. TAKE UP MY MESSAGE FROM THE VEINS. SPEAKING MY LESSON FROM THE BRAIN. SEEING THE BEAUTY THROUGH THE PAIN.



♠️ LITTLE BADASS'S FATHER ♠️
Revenir en haut Aller en bas
http://the-island-of-damned.forumactif.com
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1465
Points RP : 4041
Date d'inscription : 13/04/2018

Before the Storm

C'est avec un certain amusement qu'il le regarde se redresser victorieux avant qu'il ne vienne lui ébouriffer les cheveux. Daryl râle pour la forme devant ce geste que son cousin a prit l'habitude d'avoir à son encontre et se passe une main dans les cheveux pour tenter de les discipliner un peu, le rejoignant près du frigo pour attraper la bière qu'il lui tend.

« Je note, ne pas plaisanter avec les jouets d'Aby, à nos risques et périls. »

Il ne s'était pas départi de son léger sourire, imaginant leur Alpha trembler devant sa petite terreur. Elle était bien trop adorable pour être qualifiée de telle à son avis, mais en même temps, ce n'était pas lui qu'elle réveillait en plein milieu de la nuit !
Le plus jeune plissa ses yeux quand Aindreas enchaina si promptement le sujet de la paternité avec la présence d'Eireen. Ooohh... il le voyait venir lui avec ses gros sabots ! Il n'avait même pas besoin d'entendre la suite pour savoir déjà ce qu'il allait lui dire. Il avait sans doute du se montrer un peu trop jaloux et renfrogner à l'idée que la jolie blonde vienne s'installer ici, mais As avait bien vite remarqué qu'il y avait aiguille sous roche entre lui et son amie d'enfance. Et il ne cessait de lui faire des remarques à ce sujet depuis. Le brun lève ses yeux au ciel en venant s'asseoir sur le canapé en face de lui.

« Arrêtes avec ça. Tu sais bien qu'on est juste amis. C'est ma meilleure amie. »

Mouais, bon, d'accord. As l'avait totalement rôdé, pourtant Daryl s'obstinait à nier les faits, et il remerciait son cousin de garder ses allusions aux moments où Eireen n'était pas là. Il la connaissait depuis qu'elle était à peine plus grande qu'Aby aujourd'hui et s'il l'avait pendant très longtemps considéré comme une petite soeur, cela faisait un moment maintenant qu'il ne la regardait plus de la même manière. La réciproque n'était pas forcément vrai. Et il n'avait pas envie que ça devienne bizarre entre eux à cause de sous-entendus mal placés... Surtout que depuis quelques mois, elle n'avait clairement plus d'yeux que pour Aindreas, celui-là même qui était en train de l'encourager à prendre le taureau par les cornes. La vie avait un sens de l'humour assez ironique non ?
Il fronce le nez et boit une rasade de sa bière.

« Et puis je vois même pas pourquoi on parle de ça ! »

Canon, elle l'était de plus en plus c'est vrai, à son plus grand désespoir. Mais ils se connaissaient depuis bien trop longtemps, et avaient des histoires dont même Aindreas n'était pas au courant qui rendaient à son sens tout rapprochement impossible. Théoriquement, on ne pouvait pas savoir sans essayer. Mais il fallait croire qu'il était trop lâche pour prendre le risque de briser leur belle entente. Il préférait se contenter de cette complicité fusionnelle en tant que meilleurs amis, que de plus rien du tout.

« Est-ce que je t'en pose des questions sur ta relation avec la sorcière d'eau ? »

Il arque un sourcil, et ajoute avec un petit air narquois.

« Lahja est passée l'autre jour... elle a été très peinée de ne pas t'avoir trouvé là. »

Il boit quelques gorgées de sa bière en lui jetant un regard l'air de rien. Mais oui, mais oui, changeons de sujet. Avant que les filles ne reviennent d'ailleurs, c'est justement pour profiter de leur absence qu'il était venu rapidement pour aborder les sujets qui fâchent. Aindreas évoquait le sujet de l'école, autant commencé par celui-là. Même si dans le cas présent, ce n'était pas le projet en lui-même qui était un sujet "qui fâche", mais plutôt la piqûre de rappel de son Alpha au sujet du déclenchement du gène.

« ... Je sais. Il n'y aura pas cours tout les jours, on fera surement des groupes une partie en cours, et l'autre avec moi, on est toujours en train de discuter au sujet de l'organisation. »

Suivre ceux qui avaient déclenché le gène récemment, et leur apprendre à faire avec cette part animal qui s'était éveillée en eux, c'était quelque chose qu'il aimait faire. L'idée en revanche de former ceux qui étaient toujours humain dans l'optique qu'ils le déclenchent à leur tour prochainement était une perspective qui lui plaisait bien moins. Daryl avait mal vécut le fait que son frère lui force la main pour qu'il abatte un être humain, même s'il ne lui en tenait pas rigueur. Il avait fait ce qu'il avait à faire. Comme disait tout le temps Aodh. Daryl, lui, espérait que ces gosses puissent l'éveiller le plus tard possible. Certains pourtant, avaient hâte d'avoir leurs nouvelles capacités, ils ne se rendaient pas compte, ce que c'était, d'avoir un mort sur la conscience, et la souffrance qu'engendrait les premières pleines lunes. La souffrance n'était pas un problème. C'était la perspective de devoir les pousser à passer à l'acte qui lui déplaisait. Mais il avait également conscience que sans ces capacités, ils étaient des proies plus faciles. Si Catherine avait déclenché son gène, elle aurait sans doute pu se défendre, et ne se serait pas faite enlever... Dans tout les cas, Aindreas connaissait déjà son sentiment à ce sujet, et il jouerait le rôle qu'on attendait de lui quoiqu'il en soit, alors il ne prit pas la peine d'épiloguer là-dessus. Car en effet, s'il était là, c'était pour un autre sujet, autrement plus préoccupant.

« Je voulais te dire, on a avancé sur le projet de brouilleurs. Les premiers sont en cours de fabrication, on pourra bientôt les tester. Tu avais raison, Killian est une sacrée tête dans son genre. »

Il devint plus soucieux au moment d'aborder le sujet qui le préoccupait le plus. Fronçant légèrement ses sourcils, les yeux dans le vague alors qu'il était dans ses pensées, il fini par se pencher en avant pour poser sa bière au trois quart vide sur la table basse, avant de reporter son regard sur son Alpha.

« La disparition de Catherine... elle a eu lieu dans le village... Je crois... Sa mâchoire se crispe un instant, et son regard se fait plus dur, alors qu'il a du mal à croire ce qu'il s'apprête à dire, Je crois qu'il a des traitres parmi nous. »

Il se redresse légèrement et se frotte le visage. Il n'aimait pas du tout cette idée. Pourtant après la disparition de Cathy, il ne voyait pas beaucoup d'autres explications. C'était ça, ou des sorciers qui aurait couvert leurs traces. Sinon comment se seraient-ils introduits dans le village sans se faire repérer ? C'est vrai qu'il y avait beaucoup de nouvelles têtes, Daryl ne les connaissaient pas tous aussi bien qu'il l'aurait voulu, les nouveaux arrivages de loups provenant des rafles de Tullamore dans le reste du monde avaient complètement bouleversé la composition de la meute. Cathy et son frère Mike faisaient partis de la meute originelle d'Irlande. Mike était un lycan bourru, mais sa soeur était l'une des femmes les plus douces qu'il connaissait. Et son gène était toujours en sommeil quand elle a été enlevé...

« J'ai peut-être une piste... mais je voudrais vérifier quelques trucs avant de t'en parler. Entre ça, et la Demon's Race qui approche, certains deviennent nerveux et... Il se tait un instant, se rappelant son impuissance en voyant les agents de Tullamore emmener les leurs pour participer à leur jeu sordide un an plus tôt. Son impuissance encore, à ne pas avoir réussi à retrouver Catherine à temps. Il détestait ça. Il haïssait ce sentiment. Devoir être là, simplement témoin, priver de liberté d'action. Il n'y avait rien de pire. ... Qu'est-ce qu'on va faire, As ? La réunion avec la coalition approche... Certains vont vouloir se battre, il y aura des conséquences, et je... Dis-moi que vous avez un plan. »

Il avait besoin de l'entendre. Parce qu'ils ne pouvaient pas continuer comme ça, c'est vrai. Mais il avait peur que dans leur désir de vengeance et de liberté, cela n'entraine l'anéantissement de tout leurs efforts de cette dernière année à retrouver un semblant de stabilité et qu'ils ne retombent dans la situation chaotique du début de leur enfermement.

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Chef de meute ♛ Fondateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 665
Points RP : 385
Date d'inscription : 22/04/2017

Before the Storm
- Aindreas An'Sionnach & Daryl An'Sionnach -





Je voyais bien que quelque chose te tracassait petit cousin. Les dernières disparitions t’avaient touché, comme celle d’Ophélie m’avait touché quelques temps auparavant. J’avais promis a Gaby de retrouver sa fille, mais la réalité était que tout seul je ne pourrais jamais y arriver. Tullamore tuerait très certainement pour pouvoir faire leurs essais sur un Alpha tel que moi, mais je ne voulais pas leur donner ce plaisir. Ca commençait à jazzer. Certains disaient que je me planquais au détriment des autres, mais c’était faux. Aodh avait beau calmer le jeu, les gens avaient peur, et la peur était la pire des saloperies. Et ça, je le savais depuis toujours. Je le savais depuis ce jour où j’ai été formé à River Crow pour chasser les vampires, pour protéger mon peuple, pour devenir ce leader de la rébellion que j’avais été. Tu sais, cette famille que j’avais eu avant vous. Alors j’avais appris à ne jamais la ressentir cette peur, pour ne jamais flancher, pour ne jamais prendre de décisions trop hâtives, mais l’enjeu était tellement différent. J’avais Aby maintenant, j’avais une famille, et même si ça leur semblait abstrait, à eux, ces anciens rebelles, ces types qui avaient pu un jour compter sur moi, c’est plus fort que tout. Vous êtes mon sang, et mon rôle c’est de vous protéger quitte à y laisser ma peau, mais comme ça, pas en leur facilitant la tâche, pas en leur permettant de faire des expériences sur moi pour découvrir nos capacités et pour leur donner une chance de nous détruire. Les vampires souffraient, parce que Léandre c’était fait toper. Si Léandre n’avait jamais servi de rat de laboratoire, leur situation serait peut-être différente. Et peut-être bien que les vampires n’auraient pas perdu le contrôle. Mais ça, c’était une autre histoire.

J’étais un bon alpha, j’essayais de faire les choses de façon correcte, juste, malheureusement je restais humain. Moi aussi je pouvais faire des erreurs, et ça, certains avaient du mal à le comprendre. Tirant sur ma clope j’ai écrasé le mégot dans le cendrier. Si j’avais un plan ? Très franchement non. A part réunir nos forces pour sauter dans le tas je n’avais pas d’autres idées. On avait de bons hackers, des personnes capables de détourner les systèmes de surveillances de Tullamore pour pouvoir nous permettre de rentrer sans nous faire repérer. Mais après ? Mathias avait réclamé cette réunion. Mathias voulait se battre, il en avait marre de surveiller la frontière et ça pouvait se comprendre. Lui et les siens avaient beaucoup trop de sang sur leurs mains. Il avait besoin d’aide, et c’était l’heure d’en parler. Parce qu’au-delà d’avoir le sang des Tullamore sur ses mains, il portait sur sa conscience de poids des fuites, comme avec Catherine. Alors que ce n’était pas de sa faute, qu’il faisait de son mieux pour protéger les notre. Mais là encore, on n’était à l’abri de rien. Les vampires avaient besoin de récupérer la progéniture de Léandre, nous on voulait récupérer les nôtres, et nous n’étions très certainement pas les seuls. C’était ça la vérité. On en avait tous ras le bol de voir Tullamore gagner, on voulait attaquer, leur montrer qui ont été. On nous avait enfermé, c’était déjà beaucoup, alors pourquoi on ne nous laissait pas tranquille ? On était devenu un divertissement pour la population extérieure, c’était ça le plus triste, et l’état devait se faire un paquet de fric sur notre dos. On renflouait les caisses de l’état et on aidait le monde à se reconstruire. Tu parles d’une vie de chien sérieux.

« Des traites c’est pas impossible. Les Bartoli veulent notre peau mais Antony n’est pas stupide. Y’a un truc qui joue pas. Ils ne nous attaquent pas, on n’a rien à craindre d’eux. Quant au BlackBird ils ne font pas de bruit, je ne pense pas que ça soit eux. Alors s’il y a une traite ça vient forcement des nouveaux arrivants. Mais je n’ai pas envie de lancer une chasse aux sorcières. Ce n’est pas le moment déclencher une émeute, on doit être discret. »

Accuser à tort ou à raison, c’était bien la dernière chose à faire. Je ne voulais pas créer de tentions inutiles dans nos rangs. Je ne voulais pas non plus déclencher un coup de panique inutiles. Ce n’était pas le bon moment. On avait besoin de rester unis tous ensemble, unis et soudé. Parce que les emmerdes approchaient, parce que bientôt on viendrait chercher l’un d’entre nous pour le conduire à la mort et amuser les gens de dehors. On vivait sérieusement dans un monde de fou. Ca en devenait effrayant je te jure. Vidant une gorgée de bière, je me suis installé plus confortablement dans le fond du canapé, venant me frotter les yeux, j’étais anxieux. Et très franchement, j’essayais de faire bonne figure mais moi non plus, je n’en menais pas large. J’en avais simplement marre de voir les miens mourir, disparaitre, souffrir. Je voulais juste qu’on nous laisse tranquille. S’il fallait qu’on reste enfermé d’accord, mais qu’on nous foute la paix. Mais nous réduire au stade de prisonniers ne leur suffisait pas. Ils voulaient plus. Tellement plus. On était devenu les bêtes de foires d’un freak show à la con. Suffisait de voir que tous les regards étaient tournés sur nous lors des pleines lunes, juste pour éclater les gens, et leur donner le plaisir de nous voir souffrir lors de nos mutations. Je donnerais tout pour les briser ces putains de drone à la con. Mais ça poussait tellement plus loin. Certaines images étaient satellitaires, et là, on ne pouvait rien faire. On était impuissants. C’était une certitude. Et c’est ça qui faisait chier.

« De toute manière que l’on se sorte les doigts du cul pour aller s’en farcir quelques-uns où qu’on reste là comme des toutous dociles à remuer de la queue on viendra nous faire chier Daryl. Des conséquences il y en aura. J’ignore à quelle échelle. Mais y’en a marre de les laisser nous réduire au stade de rien sans rien faire. Y’a des gosses putain ! Des gosses ! Ca me rend malade sérieux. »

Et encore, malade le mot était bien faible. J’avais passé ma vie à combattre les vampires en me disant que c’étaient des monstres. Et au final ? Au final l’homme se montre tellement pire qu’eux. Ca dépassait tous les espoirs que j’avais fondé durant toute ma vie. Cet espoir de trouver un monde meilleur loin de River Crow. Cet espoir de retrouver un semblant de liberté. Mais c’était des conneries. Dehors c’était pire qu’ici. Et au final, ça me faisait peur. Pour la première fois de ma vie moi aussi j’avais peur. J’étais largué, et je ne savais plus quoi faire. Je ne savais pas ce qui était la meilleure décision à prendre. J’avais peur d’aller trop loin et de les mettre davantage en danger. Mais est-ce que rester là et ne rien faire c’était mieux ? Je n’étais pas convaincu de ça. J’étais un combattant, j’avais été former pour me défendre, pas pour me soumettre. J’avais horreur de ça putain. Nerveusement je me suis rallumé une clope, plus par reflexe qu’autre chose. J’essayais tant bien que mal de te cacher mon anxiété, mais je savais que tu n’étais pas stupide petit cousin. On était du même sang. Tu étais un An’Shionnach, et comme tous les An’sionnach, tu étais apte à lire en moi comme dans un livre ouvert.

« Je sais que t’es pas d’accord avec mes méthodes. Que t’as pas envie de pousser ces jeunes à déclencher le gène, mais crois-moi, c’est pour leur bien p’tit cousin. Ils ont besoin de se défendre. 1ls ont besoin d’avoir toutes les capacités pour ça. C’est ce que nous sommes et au final ok, on souffre comme des cons, mais on finit tous par s’y habituer. On n’a plus le choix de prendre nos propres décisions maintenant. On n’a plus le choix que d’assumer cette part de nous. Je ne savais pas que j’étais un loup avant de tuer cet homme, mais si j’avais su je l’aurais déclenché bien plus tôt ce putain de gêne. On va se battre, c’est tout ce que je sais pour l’heure. C’est tout ce que je peux te dire. »

Parce que je n’en savais pas d’avantage. Parce que je ne savais pas ce qui allait se passer par la suite, mais j’avais simplement conscience que c’était l’heure d’agir. C’était maintenant… Ou jamais. Peu importe les répercutions, on était prêt à se battre, alors on irait au combat. Parce que nous n’avions plus le choix…



©️ Fiche codée par Aindreas An'Sionnach



Irish's Alpha
I WAS BROKEN FROM A YOUNG AGE, TAKING MY SOUL INTO THE MASSES. WRITE DOWN MY POEMS FOR THE FEW, THAT LOOKED AT ME, TOOK ME, SHOOK ME, FEELING ME. SINGING FROM HEART ACHE FROM THE PAIN. TAKE UP MY MESSAGE FROM THE VEINS. SPEAKING MY LESSON FROM THE BRAIN. SEEING THE BEAUTY THROUGH THE PAIN.



♠️ LITTLE BADASS'S FATHER ♠️
Revenir en haut Aller en bas
http://the-island-of-damned.forumactif.com
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1465
Points RP : 4041
Date d'inscription : 13/04/2018

Before the Storm

Touchés par les disparitions, ils l'étaient tous. Inquiets aussi. Parce que si partir en raid était prendre le risque de ne pas revenir, les disparus comme Ophélie ou Catherine faisaient sentir à tout le monde que personne n'était en sécurité nul-part, et que cela pourrait arriver à n'importe qui, n'importe quand. Ils n'avaient vraiment pas besoin de cette angoisse supplémentaire, en plus de tout le reste. La peur était mauvaise conseillère, rendait les gens nerveux et leur faisait faire n'importe quoi. Leur dire en plus que le danger venait peut-être de l'intérieur serait vraiment se tirer une balle dans le pied et mettre en péril l'harmonie qu'ils avaient réussi à préserver ici même à Moycullen Bogs, mais aussi avec les autres meutes. Daryl était bien d'accord là-dessus avec As, il fallait éviter coûte que coûte que de telles rumeurs commencent à se répandre parmi leurs membres.

« C'est ce que je pense aussi. Je suis sur le coup. T'en fais pas je vais faire gaffe, je gère ça. »

Oui, il avait des soupçons depuis quelques jours déjà. Mais il lui manquait des éléments, comme : pourquoi avoir fait une chose pareille ? Tant qu'il n'était pas sûr de lui, il était hors de question de semer la pagaille pour quelques suspicions. Il allait continuer de creuser la piste. Il savait être discret. Aindreas avait grandi, et avait été élevé pour faire la guerre. Se battre contre l'asservissement qu'avait fait peser les vampires sur les siens toute sa vie. Lui avait grandi dans l'optique de préserver les leurs de cette même confrontation. Garder l'existence des loups secrète, éliminer toute menace qui y attenterait, éviter à la meute d'entrer dans cette guerre qu'Aindreas ne connaissait que trop bien. Mais lorsque Tullamore avait débarqué, tout ça avait volé en éclats. Maintenant As était sans doute le mieux préparé pour une telle situation, et même s'ils n'étaient pas toujours d'accord, Daryl ne doutait pas une seconde que son cousin prendrait les décisions qui lui semblait les meilleures pour la meute. Et en cela, il avait tout son soutien et son assentiment. S'il optait pour la docilité, il courberait l'échine, s'il voulait se battre, il montrerait les crocs. La seule chose qu'il craignait, c'était de le voir agir sur un coup de sang sans avoir d'abord considéré les retombées de ses décisions. Entre le fait d'être parqués, observés, enlevés, torturés, humiliés, réduits à l'état de rien comme il le disait si justement, il y avait de quoi vouloir contre-attaquer, avec le caractère parfois sanguin de l'Alpha, il était même surpris que cette envie soit mise sur le tapis par Mathias avant lui.

« Si plier le genou nous permettait de vivre en paix, je te supplierais de ne pas faire ça, de ne pas les attaquer. Mais c'est un fait, on a beau se tenir tranquille, ils continuent à s'en prendre aux notres. Alors peut-être.. peut-être que ça finirait par s'améliorer, mais personne pourrait dire dans combien de temps, combien d'entre nous devront encore être sacrifiés avant qu'ils comprennent qu'on est pas que des monstres à enfermer ? J'peux pas blâmer Mathy, ni toi, ni personne.. moi aussi j'voudrais leur faire payer. J'ai juste... j'ai juste peur qu'on leur donne exactement l'image qu'ils présentent de nous. Si on va trop loin, le monde entier le verra, et on ne pourra pas revenir en arrière. »

Si seulement ils pouvaient voir, plutôt que les massacres, les crocs et les griffes, si seulement ils pouvaient voir l'entraide, la communion, l'attention qu'ils se portaient les uns aux autres. Les loups pouvaient se montrer violents c'est vrai, il n'y avait qu'à voir les combats à mort pour la prise de pouvoir, ou bien la manière dont ils éveillaient le gène, mais ils étaient tellement plus que ça. Les Hommes de Riverdall faisaient partis de la Coalition, et bien que la situation ne soit pas facile, ce simple traité permettait à chacune des races de vivre ensemble. Si le reste du monde pouvait voir ça, plutôt que ces massacres de la Demon's Race, ils pourraient se rendre compte qu'ils n'étaient pas si différents, et qu'ils pouvaient vivre ensemble, non ?
Mais combien de temps, combien de temps il leur faudrait ? Combien d'Ophélie, combien de Catherine, combien encore devront être perdus pour arriver à ce résultat ? Il avait cet espoir qu'ils se rendent compte, et que des voix s'élèvent de l'autre côté de ce mur. Comme par le passé, alors que les noirs n'étaient pas plus considérés comme des êtres humains qu'ils ne l'étaient actuellement, alors que les femmes n'avaient pas encore les mêmes droits que leurs homologues masculins, alors que les minorités voyaient leurs droits bafoués car moins importants. Daryl espérait sincèrement qu'une prise de conscience se fasse, mais il leur faudrait encore être abusés et écrasés combien d'années avant que ce jour n'arrive ? Ils étaient armés pour réagir, alors difficile de ne pas en faire usage pour arrêter tout ça par leurs propres moyens. Cela se compterait alors en jours, ou en semaines. Mais après ça ? Est-ce qu'une réconciliation serait possible ? Ou la cassure avec le genre humain ne serait-elle pas faite pour toujours ?

Malheureusement, As n'avait pas plus la réponse à toutes ces questions que lui. Être Alpha ne rendait pas omniscient.
Daryl n'était pas beaucoup plus avancé sur ses appréhensions face à cette réunion, et visiblement son cousin était tout aussi anxieux quant aux répercussions de cette dernière. Le brun posa ses yeux sur sa bière abandonnée sur la table basse, et se contenta d'un hochement de tête aux dernières paroles d'As avant de reprendre sa canette et la terminer d'une autre. Le cousin se mettait déjà suffisamment la pression pour qu'il lui rajoute ses propres états d'âme sur la conscience par-dessus le marché. Il émit un bref soupir, avant de reporter son regard sur lui.
Finalement, après cette conversation tendue au sujet peu agréable, c'est tout de même un fin sourire qui étire ses lèvres.

« Hey, tu t'en sors super bien pour un louveteau, tu sais ? »

D'un sourire en coin, il le taquine sur l'éveil tardif de son gène, avant d'ajouter plus sérieusement.

« T'es pas tout seul As. Beaucoup de monde compte sur toi, c'est vrai. Mais t'as pas à tout porter sur tes épaules, laisses en un peu aux autres tu veux. On va être nombreux à cette réunion, dont beaucoup avec plusieurs siècles d'expérience de vie. Avec tout ça, va bien y avoir quelques idées intéressantes qui vont sortir. »

Il tourne son visage d'un quart, tendant l'oreille, et se redresse ensuite, concluant rapidement en ramassant les cadavres de bières.

« Concentres-toi sur cette réunion et sur Aby, laisse moi gérer les jeunes et cette histoire de potentielle trahison, okay ? »

Il choppe la cigarette du cousin pour la glisser dans le goulot, ni vu, ni connu, alors qu'il avait repéré le pas qu'il reconnaitrait entre mille de la blonde qui revenait à la maison.

« Toi, tu vas te faire tirer les oreilles. »

Loin de lui la volonté de dénigrer la place d'Eireen dans ce genre de discussion. Il la savait parfaitement apte à se défendre et à avoir un avis là-dessus, cependant, il préférait la garder éloignée autant que possible des ennuis de ce genre, principalement parce qu'il savait qu'elle serait la première à vouloir défendre sa famille et ses amis. Son retour signifiait la fin des sujets houleux, afin d'éviter que ça n'arrive.
Pour ce qui est de l'odeur de cigarette... en même temps, ce serait mentir que de dire qu'il n'adorait pas la voir enguirlander leur cher Alpha !

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Before the Storm [Aindreas]
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» opération désert storm
» DOCUMENTS GUERRE DU GOLF (DESERT STORM)
» Archiviste Storm Eagle
» Ororo Munroe (Storm) [terminée]
» Des caissons Storm ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned ::  :: Galway :: Moycullen Bogs-
Sauter vers: