The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez | 

 Faith is unquestioning belief | Daryl

♣ Elementaire ♣ Administratrice
Lahja Vehviläinen
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1520
Points RP : 2418
Crédits : AVATAR @MORRIGAN
Date d'inscription : 22/09/2017



FAITH IS UNQUESTIONING BELIEF
My heart is paper-thien after where I've been, I need to breathe

 
Daryl An'Sionnach | Lahja Vehviläinen

Elle a le cœur serré. Comme souvent. Par les mêmes raisons et les mêmes tourments. La maladie progresse et les morts s'entassent. La culpabilité se glisse en son esprit avec autant de volonté qu'une rafale de balles. Et que peut-elle faire d'autre si ce n'est que subir, compter les cadavres et contempler la déchéance de tout un peuple sans savoir comment l'arrêter, sans même être capable de les sauver ? Autrefois créatures immortelles et increvables, les vampires semblent si fragiles à présent. Si éphémères. Sa peine n'égalait pourtant pas la leur. Et encore moins celle de Léandre, dont l'état ne faisait qu'empirer de jour en jour. Lahja avait beau s'acharner à trouver une potion suffisamment puissante pour apaiser ces patients ne fusse que quelques heures, elle venait progressivement à manquer d'idées, de ressources mais aussi d'espoirs. Lorsque faire de son mieux n'est pas assez, lorsque tous les efforts produits ne mènent finalement qu'à peu de choses... Son état d'esprit lui semblait usé. Égratigné. Mais pourtant elle s'efforçait de continuer à travailler, à se rendre utile quand bien même ce long tunnel qu'incarnait son emprisonnement lui semblait être interminable. Lahja n'avait d'autre manière de se dégourdir l'esprit qu'en se perdant dans la mission qu'elle s'était donnée. Repousser ses propres pensées pour ne se fier qu'à l'essentiel était pourtant un acte qui lui semblait de plus en plus compliqué mais elle n'avait pas d'autre choix que celui de tenir bon. Parce que beaucoup de gens comptaient sur elle et que les laisser en plan aurait été les trahir...

Il fallait pourtant qu'elle change d'air et qu'elle s'échappe de Belfast. Le château tout entier lui donnait l'impression d'être imbibé de tristesse et de dévastation. Elle avait fait trop d'adieux, elle avait vu trop de larmes vermeilles... Et son cœur s'enlisait jusqu'au creux de son estomac, le lui nouant avec excès, créant en tout son être une tension palpable que ses exercices de respiration n'étaient plus en mesure de calmer. Dans un fracas d'égoïsme, elle prit la décision de partir vers les terres lupines. Si elle était moins efficace dans l'enceinte du château, peut-être qu'elle le serait davantage ailleurs et au-delà de Cork, Moycullen était pour elle une sorte de sanctuaire serein. Terrain sécurisant au sein duquel elle s'était sentie à sa place, aux côtés de cet homme, Aindreas, qu'elle ne connaissait pas énormément mais qui lui avait redonné un peu foi en l'Humanité. C'est toujours dans un environnement naturel que la Finlandaise parvient à exorciser ses démons. En l’occurrence, ce qu'elle voulait chasser aujourd'hui n'était que cette tristesse lancinante à laquelle s'était attachée son âme depuis qu'elle était arrivée en Irlande.

Cette lumière qu'on avait l'habitude de lui attribuer du temps de sa liberté était si loin de ses pensées actuelles. Elle avait beau tenté de rester solide, certains jours étaient plus difficiles que les autres. Et celui-ci en faisait partie. Malgré ses jeux d'apparence qu'elle maintenait coûte que coûte, malgré son incapacité à ne pas sourire afin d'illuminer la vie des quelques individus qu'elle croisait sur son chemin. Elle prit quelques heures pour atteindre les côtes de Galway et cette impression d'oppression semblait s'apaiser à mesure qu'elle s'enfonçait dans l'épaisseur des bois qui parsemaient le territoire. Pourtant son muscle moteur persistait à la violenter de l'intérieur, la poussant à se raccrocher à des souvenirs qu'elle chérissait, à des visages qui la rassuraient. Lahja était venue seule. Pour la simple raison qu'elle avait besoin de solitude. Son équipe étant restée à Cork puisqu'elle l'avait assignée à une autre mission. Il lui était nécessaire qu'elle s'accorde ce temps personnel sans qu'aucune autre personne n'interfère, sans qu'elle n'ait besoin de se justifier. Elle s'apprêtait donc à signaler sa présence à Aindreas, tout en espérant que ce dernier soit bien présent. Malheureusement, ce ne fut pas le cas et c'est un autre homme, Daryl, au loin qui l'observait d'une mine sceptique et relativement méfiante. 

Lahja était déjà pourtant venue plusieurs fois. Ils apprenaient tous deux à se connaître, à s'amadouer puisque la confiance était quelque chose qui devait se mériter de nos jours. Daryl avait été présent à la réunion concernant le traité. Des trois loups qui furent présents, il était celui qui lui inspirait le plus confiance. Notamment grâce à ce calme dont il émanait mais aussi grâce à cette discrétion tranquille qui semblait le protéger... L'élémentaire gara donc son véhicule à proximité pour finalement en sortir. Munie d'un sac à dos, d'une arme accrochée à sa ceinture ainsi que d'un panier, qui lui serait utile à la cueillette des plantes qu'elle était venue chercher sur ces terres. Par respect, elle se dirigea vers le brun, ignorant cette timidité maladive dont elle apprenait peu à peu à se défaire depuis qu'elle avait été élue par les siens pour les représenter. Arrivée à quelques mètres de son vis-à-vis, elle se racla maladroitement la gorge, cherchant à se donner un peu d'assurance. « Salut Daryl, comment vas-tu ? » Quand bien même elle était relativement proche de l'alpha, Lahja avait encore ce sentiment de devoir faire preuve si elle souhaitait compter le cadet des An'Sionnach parmi ses amis. « J'aurais besoin de plantes. Nous commençons à en manquer au château... J'imagine que tu ne comptes toujours pas me laisser gambader seule dans la forêt, n'est-ce pas...? » demanda-t-elle en plongeant son regard dans le sien, laissant pour la première fois de la journée un léger rire lui échapper. Lahja savait les loups très protecteurs et c'est d'ailleurs une qualité qu'elle aimait chez eux. Pourtant elle était bien consciente qu'elle pouvait facilement être perçue comme une ennemie. Que ce soit en raison de sa proximité avec les vampires qu'au vu de sa propre nature et entre la sorcière et l'ancien bêta, le doute sur ses intentions planait encore perceptiblement.





i knock the ice from my bones, try not to feel the cold, caught in the thought of that time when everything was fine, everything was mine. all the king's horses and all the king's men couldn't put me back together again. run with my hands on my eyes, blind but i'm still alive. there's a reason i'm still standing, i never knew if i'd be landing and i will run fast, outlast everyone that said no.

Revenir en haut Aller en bas
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
Daryl An'Sionnach
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1551
Points RP : 4293
Crédits : Vocivus
Date d'inscription : 13/04/2018

Faith and Belief

A la différence des autres races qui s'étaient établies dans des villes existantes, la meute irlandaise s'était installée dans un coin plus sauvage où les quelques maisons éparses déjà présentes ne suffisaient pas à abriter les membres toujours plus nombreux qui venaient gonfler les rangs des loups - que ce soit par l'arrivage des bateaux à Cork, où les sorciers les orientaient vers eux, ou parfois après une pleine lune, où la Bête prenant le contrôle, rapprochait les pauvres ères égarés vers les siens instinctivement. Ce qui fait que Moycullen Bogs était un village toujours en constante évolution. En un an, les bâtiments avaient poussés comme des champignons, des zones réservées à la culture avaient été créées, des parcs avaient même été monté pour les quelques animaux de ferme qui avaient été récupérés, errant dans les plaines.
Aujourd'hui était une de ces journées où tout le monde mettait la main à la pâte sur un projet commun. Le vieux générateur à essence avait été lancé afin d'alimenter divers équipements électriques, et chacun découpait, sciait, ponçait, préparant le matériel nécessaire à l'édification de la future école. Sa localisation n'était pas encore décidée à cent pour cent, mais ainsi ils seraient prêt pour attaquer dès que celle-ci sera validée.
Lunettes de protection posées sur le nez, et casque anti-bruit sur les oreilles, Daryl était en train de découper des planches à la scie électrique quand un de ses camarades lui tapa sur l'épaule pour lui désigner l'arrivée de leur visiteuse.

La voiture de Lahja avait été repéré il y a un petit moment déjà alors qu'elle avait pénétré le territoire lupin. S'il ne savait pas au début de quoi et de qui il s'agissait, on lui avait rapporté ensuite qu'il s'agissait de la sorcière, celle-ci ayant été reconnue alors qu'elle se dirigeait vers chez l'Alpha. Retirant lunettes et casque, il se passa une main dans les cheveux et secoua son t-shirt pour en faire tomber les sciures de bois et être un peu plus présentable avant de se rapprocher de la route, laissant les autres continuer le chantier. Aindreas n'était pas là, il s'attendait donc à la voir débarquer, et observa la sorcière se garer, un peu inquiet.
Ils n'avaient pas été prévenu de sa venue, et il espérait que cette visite surprise n'était pas de mauvais augure. Il ne pouvait pas s'empêcher de penser au pire. Est-ce qu'il y avait un problème ? Quelque chose n'allait pas ? Mais en la voyant descendre de son auto, il sut que ce n'était rien de tout ça. Pas de trace de panique ou d'hystérie, le voilà rassuré. Il préférait largement une visite de courtoisie, plutôt que des mauvaises nouvelles. Quoique des bonnes, seraient les bienvenues aussi.

« Bonjour Lahja. Qu'est-ce qui t'amène par ici ? »

Voilà une question rhétorique, il suffisait de voir le panier à son bras, mais la sorcière le lui confirma tout de même. Les plantes, évidemment. Il y en avait de partout en Irlande, mais les lycans s'étaient installés dans la partie la plus sauvage du pays, où il était plus aisé de retrouver certains types de végétation. Et puis... ça ne faisait pas de mal d'aller voir sur place comment cela se passait sur les territoires alliés, pas vrai ? Il ne jetterait pas la pierre à l'élémentaire si tel était son but. Il était un peu moins enthousiaste en revanche lorsqu'elle parlait du château. Celui de Belfast, des vampires. Il avait vraiment eu du mal au début, en voyant la représentante des sorciers passer autant de temps avec l'ancien roi des vampires... Elle avait beaucoup œuvré pour la mise en place de la Coalition, une bonne chose pour toutes les races, mais n'était-ce pas surtout pour protéger les vampires qui étaient en plein trouble, atteint par cette maladie qui ne touchait que les leurs, répandue par Tullamore... Leurs arrangements à l'époque avait permit de retrouver une certaine stabilité sur l'île, alors il avait passé outre. Il avait toutefois gardé longtemps en tête que l'élémentaire était avant tout une alliée des nosferatus, et la leur par nécéssité seulement.
Depuis, il l'avait suffisamment côtoyer pour se rendre compte de la générosité de cette femme. Lahja essayait toujours de faire au mieux pour tout le monde, se dépensant sans compter pour aller dans ce sens. Daryl s'était rendu à l'évidence qu'elle se donnait vraiment du mal, et pas seulement pour les vampires. Pourtant il ne pouvait s'empêcher de rester sur la réserve. Une personne aussi bonne et désintéressée, c'était vraiment trop beau pour être vrai. L'irlandais n'arrivait pas à se défaire de cette sensation qu'il y avait forcément anguille sous roche.
En entendant son rire timide, il ne put que lui sourire en retour, secouant légèrement sa tête avant d'arquer un sourcil, un sourire taquin au coin des lèvres.

« Ah ça non, Aindreas m'arracherait les yeux s'il t'arrivait quelque chose, alors je préfère prendre mes précautions. »

Il affiche un sourire amusé en l'observant, ayant parfaitement conscience que son cher cousin prenait plus soin de cette femme qu'il ne l'aurait fait avec n'importe quel autre émissaire de n'importe quelle autre race. Oui, pas sûr que cette histoire de chef des sorciers ait grand chose à voir avec l'attention que ce dernier lui portait... en même temps, il pouvait comprendre l'affection que portait son Alpha à cette jeune femme. Malgré ses doutes persistants, Daryl appréciait Lahja et sa façon de voir les choses. Il aimerait sincèrement adhérer à son idéalisme comme quoi ils pourraient tous s'entendre. Il ne manqua pourtant pas de remarquer l'arme à feu à sa ceinture. Ça, c'était nouveau. Avait-elle rencontré des problèmes ? Ou quelqu'un avait-il réussi à la convaincre que les bonnes intentions ne faisaient pas tout ? Il ne fit pas de commentaire à ce sujet.

« Je te demanderais juste cinq petites minutes et je suis à toi. »

Il l'invite à le suivre, pour ne pas la laisser plantée là, la conduisant jusqu'à une construction à l'air toujours en cours de travaux.

« Tu as soif ? Il y a l'eau courante au robinet, elle est potable. Sinon... Il ouvre une petite trappe dans le sol, et tire sur une cordelette pour faire remonter une sorte de cageot dans lequel se trouvent quelques boissons. Bières ou jus de fruits maison. Sers-toi, je fais au plus vite. »

Ce n'était pas aussi frais qu'un frigo, mais en creusant sur un bon mètre au minimum, la température restait stable aux alentours des dix degrés sous terre. Ce qui était suffisant pour conserver tout un tas de trucs, sans avoir besoin d'électricité. Abandonnant Lahja un instant, il se rend dans la salle d'eau, retirant son t-shirt pour le secouer, il plisse ses yeux et manque de partir dans une crise d'éternuement devant le nuage de poussière de bois qui s'en échappe. Il se frotte la figure avant de le laisser de côté et se débarbouille rapidement afin de se débarrasser de ce qui lui collait à la peau. Qui a dit que le travail manuel était salissant ? Et bien, c'est vrai, la plupart du temps !
S'essorant sommairement les cheveux avec une serviette, il revient dans la pièce chercher un t-shirt propre, qu'il enfile sur le champ.

« Dans quel coin tu veux aller cette fois ? Si tu n'as pas besoin de plantes spécifiques, il y a un coin pas trop loin, on pourrait y aller à pied. Sinon, je t'emmène plus vers les montagnes ? »

Gardant la serviette sur ses épaules, bien que le t-shirt ait été enfilé, il décapsule l'une des bières pour en boire quelques gorgées, attendant que l'élémentaire lui en dise plus sur ce qu'elle attendait de cette sortie. Il avait d'ailleurs lui aussi des interrogations, à savoir comment cela se passait au sujet de la maladie des vampires, mais il gardait ça pour un peu plus tard, histoire de ne pas lui sauter à la gorge tout de suite en la noyant sous des questions au sujet de son travail auprès des suceurs de sang.

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
♣ Elementaire ♣ Administratrice
Lahja Vehviläinen
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1520
Points RP : 2418
Crédits : AVATAR @MORRIGAN
Date d'inscription : 22/09/2017



FAITH IS UNQUESTIONING BELIEF
My heart is paper-thien after where I've been, I need to breathe

 
Daryl An'Sionnach | Lahja Vehviläinen

Depuis deux ans, Lahja avait eu le temps d'explorer la majorité de l'Irlande. Notamment au cours de ces nombreux allers-retours constants entre le sud et le nord. Ces immenses horizons forestiers étaient devenus familiers pour elle et lui rappelaient même trop souvent les profondeurs de sa Finlande natale. Malheureusement, chaque territoire possédait sa part de problèmes. Aucune espèce n'étant véritablement épargnée par le climat chaotique que l'organisation avait abattu sur eux. Pour l'élémentaire, il était essentiel d'alimenter et de préserver les alliances qui avaient été décidées lors de la Coalition. Ainsi, elle tentait constamment d'en apprendre davantage sur chaque allié, quelque soit leur race. Elle ne faisait, pour ainsi dire, aucune distinction et ne marquait aucune différence particulières entre les peuples. À ses yeux, ils souffraient tous de la même injustice et c'est dans cette optique qu'elle cherchait à tisser des liens solides, qui ne pourraient que leur être bénéfique sur la durée. S'il s'agissait clairement d'une tactique stratégique, la Finlandaise n'en était pas moins sincère dans sa démarche. L'évidence était qu'ils avaient besoin des uns et des autres, au-delà des discordes qui pouvaient les pousser à s'éviter ou même à se haïr. Il fallait parfois être capable de faire des compromis, de percevoir les choses d'une autre manière afin de comprendre la globalité du tableau. Cependant, les rancœurs étaient tenaces et empoisonnaient davantage les tensions établies. Si la blonde parvenait à les comprendre, cela ne l'empêchait pas de persévérer à jouer les médiatrices autant qu'il était possible de le faire. C'était essentiel puisqu'il en allait de leur survie à tous.

Son rapprochement considérable avec les vampires s'était fait naturellement puisqu'il s'agissait de la race la plus touchée et la plus affectée de toutes. À force de les voir frôler l'extinction, elle craignait que Tullamore parvienne à ses fins. La logique voudrait qu'ensuite ils s'appliquent à décimer un autre peuple... Ce sont de telles pensées qui l'empêchaient de dormir convenablement, quitte à la tenir éveillée plus qu'elle ne le devrait. Cette crainte constante était aussi son moteur ; ce qui la poussait à s'acharner, à redoubler d'efforts en magie, en diplomatie et même en botanique. Lahja ne s'arrêtait jamais. Comme beaucoup de monde. Elle se sentait trop concernée par ce qu'ils leur arrivaient à tous pour s'imaginer à rester les bras croisés, attendant qu'un miracle tombe du ciel pour les libérer. Au contraire, sous ses airs naïfs se cachait une âme de plus en plus stratégique. Parce qu'au fond, elle n'avait pas le choix. Après tout, c'était un devoir qu'elle avait accepté d'endosser volontairement et elle comptait bien tenir son rôle, quitte à ce que cela change la femme qu'elle eut été autrefois. Lorsqu'elle était encore libre et aveuglée par le confort d'une vie tranquille et sans histoire. Tout avait changé et elle ne ferait pas exception à la règle. La Finlandaise avait accepté tous les jugements qu'on lui avait asséné depuis qu'elle avait choisi d'allier son peuple à celui des vampires et elle en assumait pleinement les conséquences. Mieux encore, elle ne regrettait rien.

Grâce au traité, l'ancienne ballerine avait fait la rencontre de personnes extraordinaires. Elle était heureuse de compter Wellan parmi ses amis. Vampire admirable qui s'acharnait à trouver le meilleur en chaque situation. Et des dizaines d'autres personnes qui se battaient chaque jour en compagnie d'autres races afin d'améliorer un peu leur quotidien. C'est en assistant à ce genre de situation qu'elle savait qu'elle avait fait le bon choix, qu'elle ne s'était pas trompée et c'est aussi ce qui lui donnait du courage, la volonté de simplement continuer ce qu'ils s'échinent à réaliser tous ensemble. Même si beaucoup pensent être seuls et isolés, ce n'était véritablement pas le cas. Diffuser ce genre de message au sein d'un monde qui s'effondre relève presque de la stupidité. Cela dit, l'élémentaire était incapable d'agir différemment. La première fois qu'elle a établi le contact avec Aindreas, elle avait directement exposé ses intentions et l'ambition folle qu'elle avait de voir les loups et les vampires se rapprocher. Malgré tout ce qui les séparait, elle était sûre qu'avec un peu de volonté, tout était possible. Léandre lui-même lui avait fait comprendre qu'il respectait l'alpha. De son courage et de cette capacité sincère qu'il avait de vouloir protéger les siens. Et elle ne doutait pas qu'il en était de même pour chaque loup appartenant au clan An'Sionnach.  

Pourtant, elle les trouvait isolés. Comme en retrait. Connaissant l'histoire de leur famille, la Finlandaise ne pouvait pas les blâmer mais elle espérait qu'un jour, les généralités finiraient par disparaître. Tous les caïnites n'étaient pas malveillants. De ça, elle en était sûre puisqu'elle en avait côtoyé. C'était, cela dit, une autre paire de manches d'en convaincre les loups... Lahja tentait donc de faire le lien entre les deux races tant bien que mal. Le chemin était bien sûr semer d'embûches mais elle osait croire en une finalité au moins cordiale. Elle quittait l'amalgame de ses multiples pensées lorsque le brun vint à lui adresser la parole après avoir délaissé son plan de travail. Elle s'en voulait quelque peu de le déranger dans sa tâche mais elle ne faisait que respecter leur protocole, préférant s'adapter à leurs coutumes plutôt que de les transgresser. La blonde appréciait la compagnie du cadet. Tous les deux, ils parvenaient à s'entendre et les tensions du début avaient rapidement laissé place à quelque chose de moins cordial. Parfaitement consciente qu'ils n'en étaient pas encore au stade de se considérer comme des amis, elle n'en restait pas moins heureuse de pouvoir apprendre à le connaître. Tout cela sans presser les choses. Lorsqu'il évoqua le prénom de l'alpha, elle espérait sincèrement que le rouge ne lui soit pas monté aux joues. Pour autant, les battements de son cœur s'accélérant, elle n'était pas en mesure d'avoir le moindre contrôle sur ces derniers.

« As semble quelqu'un de très attentionné, oui. Je dois aussi avouer que c'est plutôt rassurant d'avoir un loup à ses côtés... »

C'était peut-être stupide, étant donné sa nature sorcière. Mais Lahja était bien consciente que son corps restait humain avant tout. Son peuple n'étant pas doté de quelconques capacités physiques supplémentaires. Toute leur force ne demeurant qu'au sein de la magie dont ils étaient naturellement pourvus. Bien que ce ne soit pas un atout négligeable, il est évident qu'un lycan avait naturellement plus de puissance corporelle qu'un sorcier. Daryl l'entraîna ensuite jusqu'à à un autre chantier, lui proposant une boisson après lui avoir dit qu'il aurait besoin de quelques minutes avant de lui accorder son entière attention.

« Ça marche, je ne bougerais pas sans toi de toute façon. Rassure-toi et merci pour la boisson, c'est super aimable. »

Elle lui offrit un énième sourire avant de se servir l'un des jus de fruits que le brun venait de lui proposer. Buvant sa première gorgée, elle contemplait les alentours accessibles du village, plutôt impressionnée par tout le travail qu'ils avaient accompli depuis qu'ils s'étaient retrouvés enfermés. Moycullen Bogs grouillait de vie et cette constatation ne pouvait que lui mettre un peu de baume au cœur. La guerre avait beau se préparer silencieusement, il fallait pourtant continuer à vivre. Ici, la Nordique avait presque l'impression de retrouver un semblant de vie normale. Le retour de Daryl la fit sursauter et dans un élan de pudeur, elle détourna le regard brièvement après s'être rendue compte que ce dernier était torse nu. Réaction enfantine qu'elle n'a pas su retenir et qui sur l'instant la fit rougir, un peu mal à l'aise mais pas forcément dans le mauvais sens. Ce fut juste soudain et si elle rougissait, c'était principalement car le brun n'était pas désagréable à regarder. Cette pensée à elle seule suffisait à la déstabiliser ! Heureusement, cet instant fut court et Daryl enchaîna directement sur leur expédition du jour. Se focalisant sur la chose, Lahja peut canaliser ses émotions et retrouver ce calme si particulier qui lui appartenait.

« Et bien, il ne me faut rien de spécifique donc je suis prête à te suivre. Restons dans le coin si tu veux bien. J'aimerais saluer As avant de retourner à Belfast. » répondit-elle alors que le loup s'ouvrait une bière pour se désaltérer à son tour.

« J'étais en train de me rendre compte du travail énorme que vous avez accompli ici. Je voulais t'en féliciter, je sais que tu fais partie des personnes qui s'impliquent le plus dans cette communauté. »

Ce n'était pas difficile de s'en rendre compte. La Finlandaise avait pu le comprendre au cours de leurs précédentes conversations mais elle ne lui avait jamais dit ce qu'elle en pensait. Pour elle, ce sont des gens comme le cadet An'Sionnach dont l'Irlande avait besoin en ce moment même. Ces gens étaient inestimables pour elle. Elle pensait soudainement à Avery et se demandait si les choses s'étaient arrangées pour elle ou si au contraire, elle avait préféré s'isoler davantage... Chassant ses pensées pour le moment, elle se disait qu'elle essaierait d'en toucher quelques mots au brun lorsqu'ils seront sortis du village et qu'elle ait débuté sa récolte. Il devait certainement la connaître puisque Lahja avait tenté de rediriger la rousse vers les siens, vers ce peuple au sein duquel elle aurait aimé la voir s'intégrer.





i knock the ice from my bones, try not to feel the cold, caught in the thought of that time when everything was fine, everything was mine. all the king's horses and all the king's men couldn't put me back together again. run with my hands on my eyes, blind but i'm still alive. there's a reason i'm still standing, i never knew if i'd be landing and i will run fast, outlast everyone that said no.

Revenir en haut Aller en bas
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
Daryl An'Sionnach
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1551
Points RP : 4293
Crédits : Vocivus
Date d'inscription : 13/04/2018

Faith and Belief

Ses sourcils s'étaient haussés très légèrement, alors que son sourire en coin n'avait fait que s'accentuer un peu plus devant son embarras perceptible. "As". Alors comme ça, ils en étaient déjà à s'appeler par leurs diminutifs ? Tiens donc... il faudra qu'il aille tirer les vers du nez à son cher cousin. Y aurait-il quelques informations croustillantes qui lui seraient passées sous le nez, hm ? Ça tombait plutôt bien, parce que vu comme il le tannait sur sa relation avec Eireen, il aurait bien besoin de quelque chose pour lui retourner la pareille ! Il n'y a pas de raison que ce soit toujours les mêmes qui se fasse charrier ! Il épargnerait néanmoins à Lahja cette pénible épreuve.

« Très attentionné oui... »

... Même s'il était terriblement tentant de la taquiner ! Surtout en la voyant rougir si facilement, cette fois encore alors qu'il la rejoignait torse nu. Sa pudeur la rendait adorable. Pour l'avoir un peu côtoyé dans un contexte plus "privé" lors de ses diverses cueillettes sur leur territoire, Daryl avait pu découvrir une Lahja d'une nature plutôt timide et réservée, pourtant lorsqu'elle s'exprimait au nom des sorciers, elle affichait une réelle vaillance, déterminée et prête à tenir tête même aux plus grandes gueules et aux plus grands monstres que cette île puisse porter. Sûre de ses convictions et du bien fondé de la coalition, elle avait indéniablement été un pilier de la formation de cette dernière. Ce petit bout de femme au visage d'ange, cachait une volonté bien plus forte qu'elle ne laissait paraitre, faisant d'elle une voix que même le roi des vampires et l'Alpha suprême écoutaient avec attention. Daryl trouvait ça admirable, et en même temps.. c'est ce qui l'avait rendu méfiant dès le départ. Cette femme qui, l'air de rien, pouvait influencer les leaders des différentes races. Une ensorceleuse... pour être honnête, ça lui avait traversé l'esprit, mais il faudrait qu'elle et son frère aient de sacrés pouvoirs pour se mettre ainsi tout le monde dans la poche. Il avait fini par se faire à l'idée qu'il s'agissait tout bonnement de l'aura naturelle des Vehviläinen.

« As... est en vadrouille. Il est parti chasser. Il sera peut-être rentré à notre retour. Ça lui fera plaisir de te voir. »

Bon d'accord, c'était trop tentant de la taquiner, mais juste un petit peu. Buvant une nouvelle rasade de sa boisson, il pose lui aussi son regard sur le village, où chacun s'activait.
Les félicitations de Lahja le prirent de court, semblant sortir de nul-part, lui faisant reposer sur elle un regard surpris, avant de sourire finalement. C'était un peu comme recevoir un bon point de la maitresse d'école. Décidément, elle avait toujours un petit mot, ou une attention pour chacun. Parfois il se demandait comment il était possible d'entretenir une telle bienveillance dans ce qui ressemblait parfois à un véritable chaos.

« Ils sont ma famille. Je ne vois pas comment je pourrais ne pas m'impliquer. »

"Famille", c'était un terme peut-être un peu trop facilement employé chez eux, mais pour lui, c'est ce qui s'en rapprochait le plus. N'ayant pas connu sa mère, et à la mort de son père, outre son frère, c'est bien un peu eux tous qui l'avait élevé. Alors c'est sûr, depuis 2043 la composition de la meute avait énormément changé, mais si ceux d'alors avaient pu devenir sa famille, alors aujourd'hui, ils pourraient devenir celle de ceux qui avaient tout perdu.
Et s'ils avaient bien quelques tire au flanc - il en fallait bien quelques-uns ! - tous mettaient la main à la pâte pour rendre les choses plus vivables. Son ancien statut de Béta le rendait peut-être un peu plus concerné sur les différentes choses à aborder c'est vrai. Dans tout les cas, c'était en se serrant les coudes qu'ils parviendraient à surmonter les épreuves qui les attendaient. Un crédo qui lui était pourtant plus difficile à appliquer lorsqu'on sortait du cadre de la meute.

« Si on en est aux félicitations... je crois qu'en terme d'implication tu bats tout les records. Sans toi et ton frère, on aurait pas pu s'installer ici, et bâtir tout ça. Alors merci Lahja. »

Un sourire, et de nouveau il reporte son attention sur le village. Il s'en était passé des choses en deux ans. Et aujourd'hui, ils avaient encore et toujours mille et uns projets en cours. Il fallait toujours plus d'habitations pour loger les nouveaux arrivants, créer des abris et des hangars pour pouvoir stocker du matériel, commencer à préparer des champs, rassembler du bétail, de quoi nourrir tout ce monde, tellement de choses à faire. Il termine sa bière, songeur. Tout ça, c'était bien beau, mais tant que le problème Tullamore planait au-dessus de leurs têtes, rien ne garantissait une pérennité à tout ces projets. Comme ce jour-là il y a deux ans, il pourrait suffire d'un jour pour anéantir tout leurs efforts d'un claquement de doigt.
Enfin, ils n'en étaient pas là, et sans connaitre l'avenir, ils devaient faire avec et continuer d'avancer au jour le jour en espérant de meilleurs lendemain. Un bref soupir, il dépose sa bouteille vide sur le comptoir de la cuisine, et attrape un sac dans lequel il fourre une bouteille d'eau et quelques bricoles.

« Si c'est bon pour toi, on peut y aller dès maintenant. »

Laissant la serviette de côté, il enfile son sac à dos, avant d'indiquer le chemin à prendre à l'élémentaire. Ils saluèrent quelques personnes sur le chemin, avant de s'éloigner du village. Daryl l'avait déjà remarqué, mais la sorcière était appréciée de beaucoup d'entre eux. Il ne savait pas trop si c'était du fait de sa magie ou de sa personnalité, mais elle avait comme un espèce d'effet apaisant sur les loups. Il se rappelle s'être demandé quel pouvait donc bien être son secret pour avoir réussi à apprivoiser certains caractères difficiles qui maintenant ne juraient plus que par elle.
S'écartant des bruits habituels de l'activité du village, il l'interroge finalement alors qu'ils poursuivaient leur chemin vers la zone où il savait qu'ils trouveraient le plus de plantes.

« Racontes-moi, comment ça se passe au château ? »

Elle n'avait plus de plantes, c'était une chose, mais elle aurait pu envoyer n'importe qui d'autre pour faire des réserves plutôt que se taper toute la route jusqu'ici. Aindreas partait parfois chasser, plus pour se défouler et se changer les idées que pour véritablement ramener du gibier - même si c'était toujours utile pour nourrir toute une bande de loups. Mais si ces deux-là s'étaient rapprochés comme il le soupçonnait, ce n'était peut-être qu'un prétexte pour rencontrer l'Alpha. Quelque part, si c'était le cas, ça ne pourrait que leur faire du bien à tout les deux ?
Aodh était persuadé que le sang lupin serait bénéfique aux vampires, d'après quelques retours qu'il avait eu, son frère avait eu du nez encore une fois. Pourtant le problème du virus qui décimait les vampires était encore loin d'être réglé. Lahja était plus à même de le renseigner à ce sujet vu sa proximité avec ces derniers.

« Le sang de lycan a vraiment un effet sur les malades ? »

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
♣ Elementaire ♣ Administratrice
Lahja Vehviläinen
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1520
Points RP : 2418
Crédits : AVATAR @MORRIGAN
Date d'inscription : 22/09/2017



FAITH IS UNQUESTIONING BELIEF
My heart is paper-thien after where I've been, I need to breathe

 
Daryl An'Sionnach | Lahja Vehviläinen

Depuis toujours, Lahja est intéressée par les autres et ce n'était pas spécialement dû à la sincère bienveillance qu'elle éprouvait envers eux. En elle, siégeait une insatiable soif d'apprendre et de s'enrichir. Et quel meilleur enseignement pour ce faire que de contempler les gens qui nous entourent ? Ainsi, la blonde s'intéressait à toutes les choses que la vie déposait sur son chemin. En n'importe quelle situation et sous n'importe quelle condition. L'ouverture d'esprit était, en son sens, primordial pour le bien-être des communautés soutenant la Coalition. En élargissant ses connaissances sur les différents peuple de l'Île, la Finlandaise solidifiait indirectement cette envie dominante et viscérale qu'elle avait de les guider et de les protéger du mieux qu'elle le pouvait. Puisqu'elle avait été désignée et qu'elle souhaitait honorer la confiance qu'on versait aveuglément en elle. Lahja s'en était fait un devoir. Priorité sacrée à laquelle elle ne tournerait jamais le dos. Les instants de tristesse et de confusion qui pouvaient l'assaillir ne faisaient aucun poids face à la volonté qui l'animait. Et cet amour des autres lui avait permis d'être plus forte lorsqu'elle se sentait au plus bas. Ce sentiment lui a permis de tirer un trait sur la haine qui avait pu découler des traumatismes qui la hantaient. À défaut de condamner et de détruire, elle avait choisi de pardonner et de se mêler aux autres ; en les aidant au quotidien, à améliorer leur existence ou à soulager un peu leurs tourments. En tant que dirigeante des sorciers, elle refusait de rester barricadée derrière d'épais murs rassurants. Elle voulait être au cœur de l'action, vivre avec les siens autant qu'avec ceux qui espéraient changer les choses. Loin des privilèges que pouvaient accorder un quelconque titre de pouvoir. Puisqu'elle n'était qu'une femme parmi tant d'autres, une simple petite sorcière qui souhaitait changer les choses et faire partie de ce renouveau qu'elle s'était promis de ne jamais perdre de vue.

Elle était ainsi faite, enveloppée d'une naïveté palpable sur laquelle elle n'était pas encore prête de tirer un trait... Pourtant, de plus en plus, l'Élémentaire comprenait que l'idéalisme de la diplomatie n'était pas toujours suffisant et que les actes de force devenaient ainsi parfois nécessaires. Même si cette idée ne lui plaisait guère. La justice ne s'encombrait pas de sentiments. Elle se contentait simplement d'être équilibrée et ferme. Est-ce que sa sensibilité altruiste faisait d'elle quelqu'un de plus vulnérable ? C'était une interrogation à laquelle son esprit ne cessait de penser. Face aux infamies de l'organisation et aux attitudes que décidaient de prendre certains prisonniers, la Finlandaise se remettait en question, réévaluant par la même occasion les notions qu'elle pouvait avoir du bien tout comme du mal. Cela faisait partie de l'évolution, de son évolution. L'homme n'était-il pas voué à grandir ? Et elle était encore suffisamment libre pour changer, évoluer et s'améliorer. C'est ce qu'elle désirait profondément. Elle souhaitait mûrir pour être digne des siens, mûrir pour donner toutes ses chances à la femme qu'elle était destinée à devenir. Cependant, ce processus était long et très souvent inconscient. Lahja n'en était encore qu'à mi-chemin et devant elle se trouvaient plusieurs directions possibles, plusieurs routes qui menaient tous vers un destin encore extrêmement flou. Ceci ne la rendait pas différente des autres. Comme chacun, elle possédait ses incertitudes et ses craintes. Le tout était de les dépasser et de prendre les décisions qui nous paraissent les plus appropriées.

En faisant de son rôle en Irlande son unique priorité, Lahja oubliait sa vie privée ainsi que les sentiments qui pouvaient la faire vibrer. Elle effaçait sa nature féminine pour ne se focaliser que sur le combat constant que lui demandait la Coalition. Cependant, Aindreas et les aveux qu'il lui avait récemment fait l'incitaient subtilement à nager en ces eaux troubles que comportent le sentimentalisme... Et autant dire que cela la pétrifiait. L'Élémentaire n'avait, en vérité, que très peu d'expérience en la matière. De toute son existence, son cœur ne s'était emballé que pour un seul être. Et toutes les nuits chaudes dont elle avait pu profité n'avaient jamais exister qu'entre les bras de cet homme, avec lequel elle avait bien failli faire sa vie. L'intérêt soudain que pouvait lui porter l'alpha de la meute irlandaise la laissait songeuse et lui permettait d'éprouver une affection qu'elle n'a pas ressenti depuis de longues années. Avec franchise et une impétuosité qu'il disait modérer, Aindreas secouait la monotonie à laquelle elle s'était habituée pour l'emplir d'un peu plus de vie. À ses côtés, l'émoi lui était revenu. La timidité ainsi que la chaleur qu'elle infusait sur ses joues, la douceur mais aussi le tissage d'une confiance qui la dépassait pourtant. Souvent, elle se demandait si tout ceci n'était pas trop beau pour être vrai et elle s'apprêtait déjà à voir le peu de bonheur dont ils s'étaient emparés s'envoler tout aussi rapidement qu'il était apparu... Était-ce du pessimisme ou simplement du réalisme ? Le cadet An'Sionnach la sortit cependant de ces divagations pour l'informer que As était parti chasser et qu'il serait heureux de la voir. À cette supposition, la blonde ne put s'empêcher de sourire davantage et se retint d'un quelconque commentaire sur le sujet. Probablement par pudeur. En constatant à quel point les loups s'appliquaient à améliorer leur village, elle prit l'initiative de le féliciter pour tout le travail qu'il avait pu déployer en son sein. Lahja estimait énormément les gens qui donnaient du leur pour améliorer les choses et Daryl en faisaint indéniablement partie.

« Cet attrait que vous semblez avoir pour la famille est quelque chose que j'apprécie énormément aussi... L'unification, en des temps aussi difficiles, est quelque chose de précieux mais à Galway, elle semble être commune et évidente. C'est rassurant de s'en rendre compte. »

Pour elle aussi, la valeur familiale était sacrée mais probablement de manière plus restrictive. Elle considérait les loups comme un exemple à suivre lorsqu'il était question d'intégration et de loyauté. Ils ne laissaient aucun des leurs de côté. C'était un fait que personne ne pouvait véritablement nier. En lui démontrant qu'elle était admirative de ce qu'ils ont pu créer au cours de ces dernières années, l'Élémentaire ne s'était pas attendue à ce qu'il lui rende le compliment. Toutefois, l'entendre de sa bouche était selon elle un honneur. En apparences, le loup semblait si méfiant qu'elle se sentait chanceuse qu'il ne la juge pas de son alliance avec les vampires. Tous n'étaient pas du même avis et beaucoup pensaient que la Finlandaise s'était rangée du mauvais côté. La vérité, c'était qu'elle n'appartenait à aucun côté. Pour elle, tout n'était qu'une question d'ensemble. Sur cette pensée et après l'invitation de Daryl, ils quittèrent le village après quelques salutations discrètes. Étrangement, malgré les mises en garde qu'elle avait reçu quant aux loups, Lahja ne s'était jamais sentie en danger sur leurs terres. C'était plutôt le contraire d'ailleurs. Nulle doute que son rapprochement avec celui qu'ils considéraient comme leur chef devaient influencer leur attitude envers elle... Il s'éloignèrent cependant paisiblement. Daryl prenant les devants alors que la sorcière se contentait de le suivre sagement.

Alors qu'ils marchaient, le brun s'enquit de savoir comment les choses se déroulaient au château et le regard de la jeune femme s'est vu s'obscurcir perceptiblement. La maladie n'était pas quelque chose de beau à voir et assister aux pertes de plus en plus nombreuses ne l'était pas non plus... Il lui arrivait de devoir prendre l'air... Afin de revenir plus forte. Ceci lui était nécessaire pour assurer ses fonctions au sein du château.

« À vrai dire... Pas aussi bien que je le souhaiterais. Le sang lupin améliore en effet leur état pour une courte durée mais les bénéfices sont éphémères et la maladie revient les ronger tout aussi rapidement. » dit-elle, l'air soucieuse et un peu contrariée. « Pourtant, au vue des ravages de l'épidémie, ce sang peut réellement aider les malades quotidiennement avant que l'on ne trouve le véritable remède à cette horreur. » Oui, ils étaient chanceux de pouvoir compter sur le soutien des loups. Lahja ne pouvait que s'en montrer reconnaissante car oui, le sort des vampires et principalement celui de son ami lui importait grandement. « Vos dons seraient vraiment quelque chose d'inoubliable pour certains patients. Je pense sincèrement que ce geste de bonté n'est pas prêt à disparaître de leur mémoire. » Pour Lahja, tout comme beaucoup d'autres, ceci représentait le fruit de leurs alliances et en aidant son prochain, peu importe la nature de ce dernier, c'est la Coalition en elle-même qui se renforçait.

« Mais toi, dis-moi, que penses-tu de tout ceci ? Sois honnête. » Alors que ses pas étaient tranquilles, elle tourna son visage vers le sien, espérant qu'il ne lui épargne ses véritables pensées sous prétexte qu'elle était proche de quelqu'un comme Léandre McGuinness. En vérité, elle espérait qu'il lui parle comme à une amie. Sans filtres et sans chichis.





i knock the ice from my bones, try not to feel the cold, caught in the thought of that time when everything was fine, everything was mine. all the king's horses and all the king's men couldn't put me back together again. run with my hands on my eyes, blind but i'm still alive. there's a reason i'm still standing, i never knew if i'd be landing and i will run fast, outlast everyone that said no.

Revenir en haut Aller en bas
♦ Lycanthrope ♦
Abel's Child
Daryl An'Sionnach
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1551
Points RP : 4293
Crédits : Vocivus
Date d'inscription : 13/04/2018

Faith and Belief

La famille. Une unification qui semble commune et évidente. Peut-être l'était-ce parce que chez eux il ne s'agissait pas simplement d'un choix lambda que de se réunir, mais d'un véritable mode de vie, ancré dans leurs gènes depuis des générations, et indispensable à leur survie. D'un point de vue extérieur, tout cela pouvait sembler idéal, mais comme dans toute société, elle avait ses failles et ses inconvénients. Pour ceux qui ne parvenait pas à s'intégrer à cette famille par exemple, cela se terminait bien souvent mal. Se soutenir, se couvrir, s'entraider. C'est ce qui avait permis aux loups-garous de rester dans l'anonymat pendant si longtemps malgré toutes ses transformations bien peu discrètes les nuits de pleine lune. Avec le bouleversement qu'avait engendré Tullamore, qui sait ce qui adviendrait désormais de leur manière de vivre pour les générations futures ? Si tant est qu'ils aient un avenir un jour hors de ces murs. Il fallait l'espérer. Car aujourd'hui s'il devenait inutile aux lycans coincés en Irlande de cacher leurs capacités et leurs transformations, il ne pouvait imaginer ce que ça pouvait être pour les autres, ceux qui vivaient toujours hors de ces murs, dans l'angoisse constante de se faire découvrir, traquer et attraper.
Alors oui, la meute était rassurante. Ils avaient beau être plus fort, plus rapide, et doués de capacités de régénération proche de celle des vampires, il n'en restait pas moins que le nombre, leur réseau, était et avait toujours été leur plus grande force. Pourtant sous le joug de Tullamore, cette force pouvait devenir une faiblesse. Il leur suffisait d'en repérer un seul, pour pouvoir ensuite plus facilement dénicher tout les autres. C'est comme ça qu'ils débarquaient ensuite des meutes entières - ou presque - au port de Cork. Les Bartoli, les De Morangias, les Blackbird... il suffisait de l'erreur d'un seul pour que tous soit pris dans les filets. Un risque qui depuis toujours, avait valut des règles strictes dans chaque meute. Tant que tout le monde les respectait, alors oui, tout se passait bien. L'équilibre d'une meute est quelque chose de fragile, c'est pourquoi s'entendre et être unis était primordial et que le rôle de l'Alpha était important, garant de l'harmonie entre les membres de sa meute. Une harmonie toujours plus difficile à maintenir au fur et à mesure que leur nombre augmente et que les clans se diversifient, sur ces terres qui leur semblent de plus en plus minuscules. Avoir un ennemi commun et de nombreux projets en cours permettaient de maintenir une entente cordiale entre les différentes meutes, donnant cette impression de paix que pouvait ressentir Lahja en venant les rencontrer.

Chaque meute avait besoin de son propre territoire, l'Irlande de l'Ouest était trop peu vaste pour tous les accueillir, mais dès qu'ils pourraient sortir d'ici, tout s'arrangerait. Tant qu'ils gardaient en tête que la situation était temporaire, ils pouvaient cohabiter, dans l'idée de faire front face à cet ennemi commun qui s'en prenait à eux sans aucune distinction. Daryl craignait ce moment où cela ne suffirait plus et qu'une des meutes voudrait prendre le dessus.
C'était la même chose pour la coalition.

« Je vois... »

Il écoutait Lahja lui faire le point de la situation au château avec attention. S'il avait suffit d'un peu de sang pour mettre fin au virus qui se répandait parmi les vampires, cela aurait été un peu trop facile. D'un autre côté, il ne pensait pas que Tullamore ait créé ce virus dans le réel but d'exterminer les vampires. C'était peut-être bien leur but final, c'est vrai, mais là, ils étaient juste en train... d'expérimenter ? C'était leur première attaque. Leur première attaque après qu'ils les aient tous parquer ici. Ils testaient, essayaient. Alors même s'ils parvenaient à trouver un remède à ce virus, si celui-ci n'était qu'un premier essai, cela n'annonçait vraiment rien de bon pour la suite...
"Des dons. Geste de bonté. Pas prêt d'être oublié." Daryl fronce légèrement ses sourcils, un sourire amer aux lèvres.

« J'imagine. »

Oh ça, lui aussi pense bien que les vampires ne sont pas prêts d'oublier que les effets du sang lycans ont un effet particulier sur leur organisme. Cependant il est loin d'être aussi enthousiaste sur cet état de fait que ne l'est la sorcière. Il ne pouvait s'empêcher de penser aux impacts retords que cela pourrait avoir dans le futur entre leur deux races. Si aujourd'hui c'était un don, qu'est-ce qui les empêcherait d'en vouloir encore ensuite, même si le virus était vaincu ? A chaque jour son lot de problèmes et de solutions à trouver. Ils s'en occuperaient le moment venu, en espérant que celui-ci n'arrive jamais.

Lorsque Lahja l'interroge directement pour avoir son avis sur le sujet, il tourne à son tour son regard vers elle, toisant le sien un moment alors qu'elle lui demandait d'être sincère. Lahja avait bon coeur, et voulait voir le bon en chaque être, même si celui-ci était parfois terriblement bien caché, derrière des couches de monstruosité. Il était loin d'être aussi clément que l'élémentaire. Et s'il était pour le fait de donner des secondes chances, il lui était difficile de le vouloir pour tous.

« Honnêtement ? Il prend le temps de réfléchir vraiment à sa question. Ce qu'il pensait de tout ça ? Du virus, des vampires, de l'aide qu'ils peuvent apporter à ces derniers, à toute cette situation ? Il fronce légèrement ses sourcils, plongé dans ses pensées, avant de lui répondre finalement. Tu serais venue me parler du virus il y a un an, je t'aurais répondu "Et alors ?" qu'ils meurent tous. Bon débarras. »

Les paroles étaient dures, surtout adressées à cette femme qui vit au quotidien avec ces malades pour lesquels elle a certainement de l'affection et qui les voit souffrir, agoniser et finalement mourir tout les jours dans ce qu'il pouvait imaginer être d'atroces souffrances. Il en avait conscience, et pourtant, même si aujourd'hui il avait une approche différente des vampires, il ne pouvait pas s'empêcher d'avoir toujours cette même pensée pour une partie d'entre eux, dont cet "homme" dont la sorcière s'était rapprochée.

« ... Mais j'ai appris. Il inspire profondément et expire en promenant son regard sur le paysage, plus en recherche de ces moments qui lui avait fait voir les vampires sous un nouvel oeil que pour admirer le panorama. J'imaginais les vampires comme des monstres. Que leur mort et leur transformation aurait choqué et rendu inhumain, comme dans toutes ces histoires où l'ont raconte qu'ils n'ont pas d'âme. J'imaginais pas ça autrement, pour qu'ils puissent faire toutes ces choses comme à River Crow. Fugacement, il ressentait de nouveau cette rage bouillonnante qu'il ressentait à chaque fois qu'il apprenait une nouvelle disparition, un nouveau mort. Alors quoi ? Ils méritent bien ce qui leur arrive. »

Un frémissement lui parcourt l'échine, et il déglutit avant de pouvoir desserrer ses mâchoires, écartant de lui des souvenirs plus sombres de cette époque, pour se concentrer sur de plus récents et lui évoquent des sentiments bien différents d'alors.

« Ils ne sont pas tous des monstres. On a tous les notres, vampires, lycans ou humains. Mais ce virus... ils ne méritent pas tous de finir comme ça. »

De nouveau, il tourne son regard vers la finlandaise. Il la savait proche de McGuinness, et si, vraiment, de tout son coeur, il espérait qu'elle puisse avoir raison de croire en cet homme, qu'il se montre digne de cette foi qu'elle lui vouait en le pensant capable de changer de faire des choses meilleures, lui ne pardonnerait pas.

« Je ne pourrais pas pardonner à certains, mais pour les autres... Honnêtement, ça me ferait chier d'apprendre qu'il y en auraient qui ont choppé ce putain de virus. »

Parce que Nick lui avait appris qu'un siècle de vampirisme ne transformait pas tout le monde en psychopathe meurtrier, et qu'il pouvait ressortir quelque chose de bon de cette nature, parce que Eden... Eden, lui avait appris que certains avaient été plongé dans ce monde contre leur gré, et luttait chaque jour pour y trouver leur place en gardant leur humanité. Sans doute aurait-il bien plus d'exemples de vampires valant la peine d'être sauvé s'il avait pris le temps de connaitre davantage d'entre eux, comme le faisait Lahja. Les histoires d'Aindreas sur ceux de la fondation en était d'autres exemples.

« Mais je ne sais pas... On rafistole au jour le jour avec les moyens du bord pour que ça tienne jusqu'à demain. Ce qui me fait peur, ce n'est pas demain, mais la semaine prochaine. »

Il avait l'impression que leurs actions d'aujourd'hui pourraient les sauver demain. Mais qu'elles auraient des conséquences lourdes le futur.

« Je t'ai remercié pour la coalition, et je le pensais vraiment. Mais celle-ci ne fonctionne que sur la peur. Quel genre d'avenir est-ce qu'on peut espérer sur une telle base ? Il fronce son nez, se rendant compte du pessimisme de ses propos, et secoue légèrement sa tête, avant d'affiché un léger sourire désolé à la sorcière. Mais survivons d'abord à demain avant de s'inquiéter de la semaine prochaine, pas vrai ? »

Il a à peine fini sa phrase qu'il lève sa main, les faisant s'immobiliser, et coupant court à toute discussion, lui intimant de garder le silence. Tendant l'oreille, il se concentre pour percevoir la provenance de ce bruit qu'il venait de capter, en cherchant la source, tout ses sens en éveil.
Silencieusement, il fait signe à Lahja de le suivre, se déplaçant le plus discrètement possible en montant un talus. Arrivés presque en haut, il lui fait signe de s'accroupir et de continuer jusqu'en haut, la faisant passer devant pour lui laisser découvrir ce qui se cachait de l'autre côté. En bas, parmi les herbes, devant ce que l'on devinait être l'entrée d'un terrier, deux renardeaux s'amusaient en toute insouciance.
Peu importe ce qui se passait, la vie continuait. S'ils ne devaient vivre que du jour pour le lendemain, alors il leur fallait profiter de chacun de ces jours.

NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Faith is unquestioning belief | Daryl
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Walking Dead
» Don Faith reposera à Arlington
» Faith Owens aka Cymo [terminée]
» There is nothing more contagious than an idea - Faith
» (event) radioactive in the dark | faith (+ mikael)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned ::  :: Galway :: Moycullen Bogs-
Sauter vers: