The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez | 

 mechanical animal #valerian

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Points RP : 21
Date d'inscription : 14/10/2018


Valerian Lazarevic
feat. sergei polunin

Nom : Lazarević   - nom d'origine serbe d'une ancienne famille régnante, poussière d'un monde et d'une époque qu'il n'a pas connu mais dont il garde l'héritage, précieusement avec son frère.  
 
Prénom(s) complet(s): Valerian - venant de Valérien un empereur romain. Doux prénom pour un vampire.


Race : Vampyr, Oupyr - Il fait partie de la dynastie de la Belladona, les vampires du monde slave.


Âge : physiquement figé a vingt-huit ans & deux cent quarante sept ans

Groupe : Vampire.

Origines : Slave, bien qu’il vient d’une famille d’origine Serbe il est né dans l’Empire Russe, dans une région qui est maintenant l’Ukraine.  

Métier/Rang : Danseur de ballet, ancien danseur du Royal Ballet. Co-Propriétaire d'établissements Privés. Aime faire boom boom ( il aime les bombes. )

Désirez-vous être parrainé ? [] Oui [] Non
Apparence

ROMANCE WARRIOR -  Sur son corps sont encrées des cicatrices, elles sont l’histoire de ses batailles. Griffures et acide auxquelles il s'est frottés.  ENCRE NOIRE - des tatouages sont visibles sur sa peau. Signification personnelle qui est pour lui des secrets. Reflets des imperfections auxquelles il est attaché. CORPORIS -  Ossature élancé, un mètre quatre-vingt - visage slave qui parait découpé au couteau impassible et blanc. Il dégage une sensation nébuleuse, il a le charme menteur des siens. Cheveux couleur de cendre qu’il laisse voguer en toute liberté.  

Pouvoir
Stultitiæ laus -  Un grain de folie qui pousse dans votre crâne, c’est ce qu’il sèmera.  Il poussera vos idées les plus folles à se réaliser. Vos envies les plus cachées à éclore comme des fleurs empoisonnée.  Il vous fera lâcher votre prise à cette réalité. Vous emmènera dans les tréfonds de votre aliénation, anormalité de vos comportements les plus secrets,  vos déviances, il les sent, les ressent et les fait naître. Le vampire peut vous enveloppez de manie criarde est incessante.
Psychologie
CADAVRE DANSANT. Les cauchemars ont hantés son crâne comme une tapisserie redondante. Pattern monochrome de torpeur qui est venu décimer toutes les couleurs, il était l’enfant de l’angoisse. La Danse a été sa bénédiction, son chemin de croix vers la liberté. Sauter au lieu de ramper, courir au lieu de se courber, enchaîner tout à la fois. La discipline, l’apprentissage, l’endurance, s’oublier, exister. Mélanger, sentir ses pieds brûler sous le poids de son ossature. C’est dans la présence de son corps que ses maux se sont calmés. Son allégeance envers celle-ci est immuable.  Pour le connaître, il suffit de comprendre le langage dont son cadavre parle lorsqu’il bouge.  Poésie d’un visage parfois olympien ou complètement pris de frénésie. Il est authentique avec les décharges qu’il ressent, mais il se glace bien souvent avec une autorité meurtrière et se découpe sous les mots.  Vivant dans les cadences dont il est damné, il jouit de sa monstruosité avec une ardeur insouciante et virevoltante.  Naïve de cette sensation, il se laisse enivrer par les rythmes et s’inonde du monde et des astres.  Parfois, il chute sous la combustion, mais constamment il s’élève sous les épines empoissées. Criminel de cette fièvre qui le compose, il s’enivre de valser contre l’air des confusions arrachées à la réalité.  Il danse aussi bien pour vous que pour lui. Il danse pour donné au monde un peu de joie comme pour lui faire oublier la réalité et même si votre ressenti est négatif il vous aura fait vivre un instant une expérience différente du commun. Différent d’une marche ou d’une respiration commune.  

en construction.

psychologie, sa manière de percevoir le monde qui l'entoure en une vingtaine de lignes minimum


Avez-vous d'autres liens ? : écrire ici
Comment avez-vous découvert le forum ? écrire ici
Vos impressions : écrire ici
Votre taux de présence : écrire ici
Fiche terminée? C'est par ici
NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Points RP : 21
Date d'inscription : 14/10/2018

Histoire
en construction // brouillon //
LE FROID DANS LES VEINES - Naît d’une ancienne famille avec un nom ne lui a pas donné les richesses auxquelles ont peut penser. Lorsqu’on s’aperçoit que ses ancêtres ont été des hommes qui ont une place importante dans la formation d’un pays. On peut s'attendre à ce que ses descendant aient une vie dans l'opulence mais ce n'était pas le cas. Ces ancêtres ont fuis et se son étalé dans les pauvretés. Trop de siècles se sont écoulés. Pure, divagation de l'esprit. Il est né dans les traces de cendre et les morsures du froid. Une famille déjà bien bâtit, des frères et une grande soeur qui était déjà attelée aux travaux pour aller chercher le boivent. Un père qui use ses mains pour construire un abri. Ce sont des souvenirs qui parsèment les sentiers de son enfance. Rien d’anormal à cette époque d’avoir à peine de quoi manger, rien d’étonnant d’avoir les muscles colorés par les températures qui dégringole. Chassant pour se nourrir lorsqu’ils n’arrivaient pas à acheter de quoi manger; Valerian était celui qui posait les pièges, qu’on ne retrouvait pas lorsqu’on l’appelait. Toujours plus ou moins suivi de son petit frère Belethor qui ciselé de ses yeux de lynx la moindre arrivé de bête ou l'existence d’arbres pouvant leur donner de quoi manger. C’est dans cette atmosphère rudimentaire qu’ils ont grandi. Ses grands frères allant avec leur père. Une soeur qui leur fabriquer de quoi ce vêtir avec une mère qui sous le froid de ses iris était tout ce qu’un amour pouvait faire. Les souvenirs de la famille de revoir les dorures avaient été pourtant tentés par de nombreux cousins qui avaient disparus. Plus de nouvelles, c’est isolé dans les campagnes qu’ils vivaient tous de la simplicité de la terre. Tous les jours, cherchant a sustenter leurs estomacs.

L'’APPEL DES AIGLES DE SANG  - Accompagner ses frères, il est aller défendre la grande dame rouge, habillé d’un uniforme. Napoleon a engagé sa grande campagne russe, la guerre patriotique. Il fallait défendre les terres, les autres et l’empire. C’est la Première Guerre qu’il a vécue de son jeune âge, adolescent présent sur le bataillon, envoyé à artillerie Valerian a été imprégné du froid qui coulaient dans l’attente d’ennemie. L’attente étant bien plus rude, les affrontements et les poussières des bombardements sont nés dans ses yeux comme des feux d’artifice de sang. Il fut simplement transféré à la tâche des explosifs. La poussière noire, la transporter et la préparer pour les canons. Valerian était alors insouciant, même sous les représailles des adultes, il ne comprenait pas la dangerosité de ses poussières jusqu’a ce qu’un chargement explose sous ses pupilles gelées. Charger d’une mauvaise façon un canon était fatal, toujours accompagné au début il l’a répété à s’user les phalanges. Les poids mordaient ses muscles. C’est avec les jours et de l’alcool pour se réchauffer qu’il a vu les cauchemars l’enlacer. Le confort du bois silencieux et des arbres dans lesquelles il s’accrochait lui manquait, mais c’était ainsi. Il n'avait pas de nouvelle de ses grands frères. L’absence nourrissait l’inquiétude dans son cerveau. Les carabines françaises ont eu raison d’eux dans la prise de Moscou, mais ça, il ne le savait pas. Dans son esprit, ses frères étaient indestructibles. Douce utopie qu’il priait secrètement devant les monts de cadavres qu’ils voyaient. La maladie la frappé durant cet hiver douloureux pourtant la fièvre et la toux douloureuse c’est éclipsé. L’expérience de vie n’était pas grosse pourtant, il a survécu, grâce aux personnes qui lorsqu’il sillonnait les villages avec son infanterie lui donné le repos et avec une belle dose de chance. C'est dans cet période qu'il a découvert la camaraderie et des Russes venu de tous les horizons. Les contusions et les cicatrices avaient pourtant un nom, la liberté. Résister, ne pas laisser son pays aux mains d’autres. La politique, il ne comprenait pas encore tout ce qui se fabriquait. Les généraux et les officiers avaient un discours bien rôdé. Tout était un peu abstrait, mais pourtant, loin de suivre uniquement ce qu’on lui disait,  il savait que c’était pour protéger sa mère, sa soeur restée à la maison et que ses amis faisaient la même chose. Il avait vu les visages pillés sous les victoires françaises et ils pratiquait la politique de la terre brûlée.  Tous les détails s’imprimaient dans sa mémoire jusqu’a temps que l’ennemie à cesser. Koutouzov avait réussi ses manoeuvres et remonter leurs morales, les Français avaient battu en retraite. Faible de cet hiver meurtrier. Seuls les Russes pouvaient comprendre le froid et se fondre en lui. Après la guerre, il a fallu reconstruire.


VERTIGE  -  quelques années plus tard, les troupes dont il faisait partie sont entées à leur tour dans Paris. C’est dans la capital de la France alors âgé de seize ans qu’il peut enfin profiter de sa jeunesse sans l’ombre de la guerre incessante qui plane sur ses épaules encore frêles. En effet, c’est dans cette ville que Valerian a rencontré des visages qui sont venus lui apporter une autre connaissance du monde. Son jeune âge et ses traits ont sans doute fait pour beaucoup, mais il a réussi à ouvrir les portes vers un autre côté. Les arts se sont ouverts dans ses rétines alors qu’il s’est éloigné des puanteurs des pavés.  Ce nouveau cercle aisé lui a fait connaître la Danse et l’art lyrique. Riches en admiration devant la distraction, loin des pauvres qui chaque jour se crever à la tâche malgré la révolution. Il est arrivé dans ce climat post-siècle des Lumières, il fut nourri de toutes ses informations et ont pu saisir des opportunités qui se sont présentées à lui.  C’était étrange de rester dans ce pays qui lui avait pris un bout de sa famille, contre lequel il s’était battu, mais la personne influente qui veillait sur lui Russe était ici pour des histoires de politique et avait besoin d’y rester. On lui a demander de découvrir et de ramener en Russie ce qui avait de plus beau ici. C’est avec ambition qu’il a rejoint un groupe et qu’il s’est entraîné à leurs côtés. Au début ce qui avait été fait par pitrerie fut une des révélations les plus fortes de son existence. Mélangé, marginal, il comprenait très peu de choses aux mots qu’on utilisait, mais les mots du corps, il les comprenait. C’est en solitaire qu’il tomba amoureux de la danse, qu’il comprit que c’était son moyen à lui d’effacer ses cauchemars et de transmettre un moment de bonheur à ceux qui le regarder. Distraction, peut-être, mais une réelle émancipation pour lui qui devin son art, son moyen d’expression, son moyen de liberté aussi.    C’est alors qu’il s’est instauré une discipline de fer, pour apprendre, s’améliorer et collecter les informations dont il avait besoin.  Remarqué, il a évolué dans ses théâtres dans les ballets d'actions puis dans les ballets romantiques. Correspondant avec Belethor difficilement, il a appris le décès de sa grande soeur. Pourtant cet évènement n’a fait que le renforcer dans la conviction de la danse. Il a mis dans ses mouvements toute la tristesse qu’il pouvait ressentir à cet instant, émouvant la foule qui l’a fixé, comprenant qu’il avait non plus un simple homme, un simple russe, mais un Danseur. La métamorphose, c’est produit comme cela. Les émotions dans le ventre et son sang qui travaillaient dans son corps tel une rivière bouillonnante qui ne demandait qu’à être bousculée dans tous les sens, remuer les fragments de sa peine pour s’en défaire juste un instant. C’est ainsi qu’il a commencer a s’intégrer et a apprendre le Français. En quelques sortes aussi a se réconcilié avec l’ennemie grâce a ses connaissances Russe. Impensable pour lui il y a quelques années de cela.  Dans cette effervescence, il a engendré un fils qu'on ne lui a jamais donner l'occasion de connaitre.

AU COEUR DE L'ECCHYMOSE - Sa cicatrice la plus profonde est invisible à l’oeil et aucune de ses cicatrices existantes sur son corps ne pourra montrer celle qui l’habite. Elle est dans chaque goutte de pluie qui tombe.  Les évènements ont été à la fois difficiles à raconter et remplis d’un poison de folie. Son amour était le soleil, vivre ce sentiment et cette histoire a été sa première mort. Valerian lui a donné sa vie, a été dans les brumes d’épineuses d’une aventure malencontreuse. La société était ainsi faite. Un homme nourrit d’une magnifique âme qui l’a poussé vers la danse, pour qu’il ait dansé sans compter. Le regard pur qui agissait avec les responsabilités de son rang, de merveilleuse nuit et des journées riches de tout ce que le monde avait à offrir. Son diamant qui rayonnait sans aucune faiblesse, associé à lui le monde avait la saveur d’une ambroisie éternelle qu’il ne voulait pas laisser filer. L’ombre d’une femme a tout changé, la sienne, influente, blessée malgré les accords qu’ils avaient passés. La jalousie, la plus grande des folies. Elle lui a imposé une danse dangereuse. L’enfermé dans une démence longue et intense. Valerian s’est battu, et cela même publiquement. Valerian, c’est retrouver être l’attraction. Gladiateur en embuscade, amusant la foule et n’ayant d’autre choix que la vie ou la mort. C’est contre un fauve qu’il s’est retrouvé enfermé, lui ou la bête. C’est le premier meurtre qu’il a commis. Le premier pour laquelle il a demandé le pardon au ciel. C’est sous les yeux de son âme soeur que le jeu c’est dérouler, impuissant et fatigué au bout des années qui ne finissaient pas qu’il se soit donné la mort. Fatigué des meurtrissures de la Duchesse qui a pris le malin plaisir détruire les pépites de son plaisir, de ses lumières. C’est détruit, que Valerian est sorti de ses années.  C’est dans le chaos pourtant qu’un ange noir est venu se poser dans sa vie. La rencontre avec sa futur Sire. Elle avait assisté aux déflagrations sans pouvoir agir, sans avoir les moyens de le faire, elle avait été présente. Une femme au visage divin qui à essuyer sa rage, elle l’a pris sous son aile comme un oiseau blesser qu’on ramasse lorsqu’il est tombé de son nid. La femme entourée de son halo insaisissable de complexité aussi sombre que la mort, aussi froide que les neiges de Russie. Elle l’a accueilli chez elle.  


DANSE MACABRE  -  Si Valerian a bien eu un ange dans sa vie, il s’agit de cette vampire. Patiente et aimante dans le froid de ses regards il s’est nourri d’une intensité de force. Elle lui a chuchoté que c’était son propre reflet qu’il voyait là, qu’il était bien plus fort que tout cela. C’est le coeur en cendre qu’il a passé ses premières années en sa compagnie.  Elle n’a rien demandé en retour, sans doute qu’en lui elle a reconnu ses cicatrices enfantines, mais alors que les cauchemars le tenaient, elle a essuyé ses larmes comme le soleil assèche les rivières dans le désert. Elle lui a appris la vie au creux des silences. Cet amour profond alors qui est né. Son ange de la nuit a fait venir son petit frère à ses côtés. Ils ont vécu ensemble. Transformés par la vie et façonnés par les hivers, ils ont commencé à découvrir d’autres facettes de la vie. Mortels touchant les ombres, ils sont restés aux côtés de la vampire. C’est avec conscience et respect qu’il est devenu Calice de la belle. L’addiction de son être s’est fait ressortir dans ses veines, étouffant allègrement doucement ses peines. Son échine enneigée a été son salut. Fragment indélébile qui lui a fait accepter l’idée que la mort était inéluctable et que la colère contre le suicide de son amant n’était qu’une douce maladie. Il fallait qu’elle passe même si a ce jour encore, il ressent encore le manque de son être à l’intérieur de ses vicaires déshydratés. Cette vampire a fait évoluer son esprit d’une façon inimaginable, elle la respecter dans chaque brume de ses émotions volatile. Elle est devenue un de ses piliers encrés dans le sol même lorsque les frères ont appris le décès de leur mère. Eux aussi allaient mourir et pleurer la mort bien qu’il soit naturel ne pouvait pas triompher sur la vie.  Pourtant, ils sont restés ensemble. La vampire est devenue une amie, une membre de la famille, mais elle était embrun d’une mission bien plus profonde que celle d’exister. Elle faisait partie elle-même d’une famille avec des obligations. Un clan, auxquelles les frères furent présentés, ayant les qualités pour l’être. Renouveler le sang et les rangs de la race. C’est dans ses conditions qu’ils ont commencé leurs initiations. Devenir un damné, devenir un suceur de sang. L’idée était morbide, mais la cause du clan était noble. Des années avant de le devenir et ils avaient le choix. Devenir un damné qu’elle drôle d’idée, les frères furent hostiles d’abord a cette idée. Valerian voulait un jour mourir, voulait un jour trouver le repos dans les limbes de l’éternelle et se retrouver en poussière. Son amant croyait à la renaissance et il lui avait dit de vivre avec intensité toutes les particules de la vie qui lui été donné de vivre. Pourtant Belethor était clairement saisi, il voulait déjà devenir un vampire sans aucune réflexion, quitter son avenir d’humain et sa mortalité. Devenir un damné, vraiment ? Le clan avait besoin d’eux et leur laisser une liberté grande. Les hommes de ce monde leur avaient arraché toutes leurs familles, depuis des siècles salissant leurs noms, mais c’est lorsque Belethor délia la bouche et ses pupilles rutilantes sur les circonstances de la mort de leur soeur qu’ils furent tous deux convaincus. Un secret que l’enfant gardé, une mutilation du silence qui a pesé dans la balance le poids de leur vie.  Exister dans l’ombre plutôt qu’au soleil, être un semblable de la mort, se nourrir comme cette ange damnée, vivre avec elle, ne plus être sous l’emprise de l’addiction de son sang et vivre autre chose. Un nouveau chapitre. C’est ainsi que le vampire est né. L’étreinte fut douloureuse et complexe. Comme un nouvelle accouchement, dans le sang et la nuit.

VAMPYR -  La folie s’est attaquée a ses nerfs comme une gangrène infernale, impossible de couper, impossible de s’en séparer.  L’appel du sang, l’a transformé, l’a métamorphosé. Une soif constante s’est prise de ses lèvres. Incontrôlable, le nouveau-né a fait un carnage. Un bain de sang qu’il a engendré fut considéré par les siens comme une faute. Ils l’ont poussé au sommeil le temps qu’il canalise la douce mélodie de la vitre qui pour lui  n’était qu’un doux fléau. Ses ardeurs meurtrières, son instinct tout à coup trop aiguisé. La manie le poussant à en vouloir plus. Dans le sommeil insufflé par ses maîtres, il devenait le silence, le vide, la mort. Son identité n’était qu’un flou artistique dont il ne saisissait plus les contours. Les souvenirs des visages calcinés n’étaient rien qu’un reflet. Dans ce sommeil, il n’y avait qu’un orgue qui venait parfois troubler le silence et le noir. La même mélodie qui se jouait à l’infini dans son encéphale de façon soudaine.  Cette mélodie, lui fit comprendre qu’il n’était pas seul, qu’il y avait toujours une présence, mais qui était cette présence damnée qui l’accompagner dans ce sommeil forcé ? C’était abstrait, flou, mais la révision de ses notes lui semblait être un langage qu’il n’arrivait pas à déchiffrer. Son corps en prison, il s’arrêta de penser. C’est des années plus tard qu’il entendit le tapotement d’ongles sur le bois qui se sont fait entendre après la mélodie quotidienne. Les paupières de Valerian ce sont enfin ouverte, à cet instant les odeurs revenaient lui chatouiller les narines plus docilement que la première fois qu’il avait pris la nuit. Une chambre en compagnie de l’absence, rien n’y personne n’était a ses côtés. Avait-il rêvé cette mélodie ? Ce tapotement d’ongle sur le bois, sur de l’ébène. Le vampire était dans la brume, il ne savait pas où il était et étrangement ça lui était égal. Ce levé fut aisé, mais la conscience d’être debout fut une chose spéciale pour lui alors qu’il était habitué a ciselé l’air de ses danses, il était plus conscient et enraciné dans sur le parquet qui grinçait sous son propre poids. Il se dirigea vers la fenêtre en se demandant s’il avait rêvé son sommeil ou si celui-ci avait bien eu lieu. Encore une fois, il pensa que tout ceci n’était qu’un rêve et ses yeux se sont posés sur la lune qui brillait ce soir-là à travers des nuages vaporeux, on voyait les rayons qui venaient le chatouiller. Non, il n’était pas en train de rêver, il n’était pas mort non plus - enfin aussi mort qu'un damné - . Ses sentiments assassins étaient calfeutrés, enfouis dans les abîmes de son être momentanément. Il était désormais, un vampire.


NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Points RP : 21
Date d'inscription : 14/10/2018

Histoire

LE CHATEAU EN RUINE - Les rayons de la lune lui ont fait comprendre que la terre était encore présente, une certaine mélancolie c’est épris de lui devant une telle contemplation, sous le mutisme il était encore présent sur cette terre.  Sans doute que son aliénation lui avait joué des tours, sûrement. Il ne savait pas ou était son frère ni son Sire, mais quelque chose lui chuchoter dans ses veines qu’ils allaient bien, qu’il était quelque part dans cette immensité. Le manque de leur être pesait quelque peu sur son âme. Ce sentiment d’être abandonné avait éclot quelques seconds en lui et il aurait pu le reconnaître s’il avait vraiment su ce que c’était. Naïvement, il s’est mis à arpenter l’enceinte d’un lieu qui lui était inconnu. En ruine et en poussière, la contemplation de ce lieu d’avait rien d’horrifique, elle était vestige d’une époque qui était recouverte de secret. Des pièces vidées, sans meuble. Il n’y avait que des bouts de papier écrits dans une langue qu’il ne saisissait pas.  Le temps était totalement absent dans cette sphère, mais le sentiment d’être à l’abri le possédait. C’est les pupilles douces qu’il posait sur le sol avec en main les bouts de mots indéchiffrables qu’il est resté là. À admirer la calligraphie soignée qui s’était appliquée à faire danser les lettres sous la pression de la plume. Ce fut sa première nuit et le lendemain, le premier jour. Le temps passa comme ça et l’orgue ne venaient plus lui chatouiller les tympans, cette mélodie lui manqua dans le creux de son coeur. Il s’est nourri d’oiseau, de rat, de souris qui passaient par la, tachant secrètement ensuite de les réparer pour qu’ils puissent l’accompagné avant que la pourriture ne viennent les recouvrir.  L’hiver faisait rage dehors et les premiers flocons sont apparus . Ils se sont mis à danser du ciel vers la terre et entre-deux ils y avaient ce doux tourbillon, une danse frénétique qui ressemblait a un souffle parfois apaisant, mais parfois comme un grondement.

Un soir alors que Valerian avait fini de dîner et qu’il était en train de rapiécé son ami le corbeau fraîchement décédé, il y eut un bruit, celui d’une porte qui grince. La porte d’entrée qu’il n’avait pas encore franchie. L’odeur feutrée du vite est venue exciter ses narines avec une puissance colossale, mais il ne bougea pas. Il essayait tant bien que mal d’agrafé son ami et puis la présence d’une ombre c’est fait sentir dans la pièce, cette présence n’avait rien de lourd, elle était une présence aussi souple que la neige qui danse. Il ne se retourna pas alors qu’il l’a sentie derrière lui et puis une voix à émaner de cette présence. Une voix féminine qui a prononcé son prénom. Il ne s’est pas retourné, il est resté absorbé par les plumes entre ses doigts. La femme s’est installée près de lui, elle avait une cape et cachait son visage en dessous. Il a su qu’elle était comme lui. Elle aussi était damnée. Elle aussi était une vampire, car elle s’est mise à lui parler dans sa tête en lui disant qu’elle était revenue. Pourtant, lui ne la connaissait pas, sa silhouette qu’il n’a pas regardée, sa voix lui était inconnue.  C’est après un long moment que Valerian s’est levé pour oser la regarder, elle avait les yeux feutrés d’un blanc léger, comme un voile déposer sur les iris. Elle lui a dit qu’il était temps qu’il revienne maintenant à son tour.  Ils sont restés tous deux quelque temps dans ce château ou elle lui a appris ce qu’était le monde, en théorie malgré que leurs échanges se passaient par la pensée et que lorsqu’elle usait les mots, il l’écoutait avec attention. Dans ce château alors, il apprit que tout ce qui était différent de l’humanité connue faisait peur, il eut grès de ce qui ce passait au-delà des collines. Elle lui apprit également à lire ses bouts hiéroglyphes inscrit sur les bouts de papier. C’est au bout de quelques mois que la vampire lui annonça qu’il devait s’en aller maintenant et que la route serait longue. C’est ainsi qu’ils ont quitter le Château et ses ruines tant salvatrice pour Valérian. À ce jour elles sont encore comme un rêve qui lui est impossible à décrire.

七転び八起き - L’oupyr présente a ses côtés, il ne l’avait jamais vu, elle n’avait que le nom de l’ombre et pourtant elle le connaissait dans les sentiers qu’il ne put comprendre. C’est tous deux que leur chemin se poursuivit sur les terres du soleil levant. C’est le seul pays ou l’ombre est plus importante que la lumière sur terre, lui avait-elle dit. Le voilage de ses yeux restait un mystère pour Valerian en fait-tout était mystère chez cette Oupyr. Étrangement apaisante, familière, glacial et inconnus. Il avait bien du mal à saisir la complexité qu’elle représentait, comme une énigme qui ne pouvait être résolue. Au-delà, de sa beauté vampirique, il y avait une aura qui pesait sur elle et seule la terre connaissait son âge. Valerian à évité de lui poser des questions sur ce qu’elle était, sur les fragments de sa vie, la laissant semer les grains de son histoire entre des conversations par la pensée, à la volé. Il apprit alors qu’il était à l’origine de son réveillé et qu’elle était à l’origine de son sommeil. L’arrivé au Japon ce fit dans un silence et un sentiment apaisant été présent, bien qu’il avait quitté son nid, il se sentait curieux de ses terres qui accueillait les ombres bien plus que la lumière. 


C’est dans une maison traditionnelle qu’ils s’étaient posés et c’est entre ses murs et adoptants la culture japonaise que l’éveil de Valerian eut lieu. Un programme mit au point qui se répéter sans cesse tous les jours avec des variantes pour ne pas tomber dans l’ennui, tout commençait par le vide, ensuite par l’exploration par l’imagination, puis de la danse, de l’histoire, mais également de l’apprentissage vampirique et humain. Désormais, il se nourrissait sur des Calices en ne leur tranchant pas la trachée, arrivant à contrôler  ses pulsions les plus assassines. La damnation prit alors une autre saveur, celle d’une occasion. Des vampires venus des quatre coins du monde venaient parfois, que ça soit des vagabonds ou des membres plus importants de leur clan, la Vampire leur donnait toujours des fragments inconnus qui résolvaient les brumes de question parfois bien encombrante.  


NΞRIOИ
Revenir en haut Aller en bas
♦ Humain ♦
survivant des limbes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 150
Points RP : 30
Date d'inscription : 09/10/2018

Rebienvenue dans le coin Very Happy



Hasta la victoria siempre
abajo donde los pasos son fríos , donde la luz no existe, ahí es dónde quieres estar, te sientes molesto, encuentra tus esperanzas y tus sueños abandonados, ahí es dónde se encuentra tu propósito...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Points RP : 21
Date d'inscription : 14/10/2018

Merci toi


blabla.
Revenir en haut Aller en bas
♣ Sorcier ♣ Élémentaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Points RP : 6
Date d'inscription : 08/10/2018

Mon Olympe...comme un goût de paradis perdu.

J'ai bien hâte de découvrir le reste de ta fiche.

Puis...

Spoiler:
 



Oubli Les souvenirs sont comme des photo floutées auxquelles on s'attache pour expliquer notre réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 877
Points RP : 964
Date d'inscription : 02/05/2017

ReBienvenue par là !

Mon Chaim interne est heureux de voir apparaître un nouveau copain d'origine germanique Very Happy Bonne inspiration pour la suite de ta fiche, qui m'a l'air déjà bien entamé !


Les démons de mon passé ont fait de moi ce que je suis.© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
♦ Humain ♦
survivant des limbes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 577
Points RP : 552
Date d'inscription : 06/05/2018

Re-bienvenue par ici!



The secret side of me, I never let you see
I keep it caged but I can't control it
So stay away from me, the beast is ugly
I feel the rage and I just can't hold it
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
mechanical animal #valerian
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quizz (mon animal preferer)
» de l'homme ou de l'animal qui est le plus bete
» NOUBA CANICHE F GRISE 14 ANS ASSO REV'ANIMAL
» Après le garçon aux iris rubis, l'animal aux rubis ! - Mission rang C
» Feed the animal :: 28 fevr :: 14h28

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned :: There's so going back :: Carte d'embarquement :: Fiches en cours-
Sauter vers: