The Island of the damned est un forum post Apocalyptique rassemblant un grand nombre de créatures surnaturelles.
 

Partagez

 We live or die || Feat. Carsou

Vampire
Caïn's child
Mikkel Strøm
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Points RP : 139
Crédits : Me (avatar), Tumblr (gifs)
Date d'inscription : 03/06/2018
We live or die || Feat. Carsou Empty

« Ne bouge pas tu m'entends! » Chasser ou être chassé. Voilà les seules options qui semblaient se présenter à moi lorsque j'ai finalement été relâché de la maison des horreurs, livré à moi-même dans ce monde dont je ne connaissais rien. Pas l'ombre d'une ligne de conduite autre que celle qu'on m'avait dicté 'pour le bien être de tous'. Une ligne de conduite que je n'arrive pas même à respecter. Non parce que je ne le veux pas, mais plutôt parce que je n'y arrive tout simplement pas, projeté dans cet univers sans guide pour me montrer le fonctionnement de cette enveloppe assoiffée dans laquelle on m'a si égoïstement coincé. C'est ce qu'il était ce crétin qui m'a transformé, un égoïste qui ne pensait qu'à la finalité de sa misérable existence sans se soucier du fait qu'il ferait de la mienne un enfer. Forcé de boire le sang à même la source que je trouvais et charcutais sans arriver à faire autrement, le monstre plus présent que ma volonté première de ne pas tuer. Inutile de dire que le premier corps que j'ai laissé dans mon sillage n'a jamais réellement cessé de me hanter, son regard mort et sa bouche entrouverte s'imposant à mes paupières fermées dès que l'occasion se présentait. Du sang, tant de sang, tellement de sang se répandant à mes pieds à chaque nouvelle nuit où je sortais pour essayer d'apprendre par mes propres moyens à contrôler cette fougue sanguinaire qui guidait mes moindre faits et gestes sous cette attitude de petit caïd que je m'efforçais de justement feindre pour qu'on me laisse en paix. Simplement pour qu'on me laisse tranquille et ne m'approche pas avec cette saloperie de virus en affichant une mine bien davantage menaçante que je ne l'étais. Du moins, avec mes semblables. Les humains n'avaient pas cette chance, la gorge ouverte de part et d'autre de leurs si délicats cous où je m'abreuvais en une plainte de satisfaction dès la première goutte fusionnant avec ma langue. Je sais, les poches de sang, la solution miracle et tout ça, mais je n'y arrivais pas. Je n'arrivais pas à simplement me soumettre et boire du sang mort dans une poche de plastique. Cette contradiction entre ma volonté d'améliorer les choses sans tuer et l'option facile pour y arriver ne suffisant apparemment pas à ce que je me remette en question.

Deux ans. C'est le temps depuis lequel je suis dans cet état, esclave de mon besoin d'hémoglobine et tristement incapable de faire le deuil de mon état humain. C'est à quelques mois près le temps que j'ai passé à essayer si fortement de réaliser l'exploit que serait le fait de m'abreuver sans abuser de la quantité. Le temps dont j'ai eu besoin avant d'en arriver à cette soirée, cette femme assise au sol dans cette ruelle sombre où je l'ai traînée. Tremblante et gardant une main fermement appuyée contre son cou. Elle sait ce que je suis, ils le savent tous depuis qu'ils sont coincés ici. Elle voit très bien dans mon regard que la situation n'est nullement sous contrôle et qu'à tout moment je pourrais terminer ce que j'ai commencé. Inutile de sentir mon cœur pulsé ou ma respiration saccadée tous deux inexistant pour le comprendre. Il suffit de me voir tourner en rond comme une bête enragée évitant de mettre ses mains poisseuses dans son visage pour le comprendre. Une bête qui en vient finalement à se pencher à sa hauteur pour l'observer dans les yeux, posant les doigts contre sa tempe sans en détacher mon regard. « Tu... le vampire qui t'a attaqué était un grand roux bien bourré. » Elle m'observe, perplexe, et je comprends sans peine que je ne suis pas seulement nul pour boire sans tuer, mais aussi pour user de cette stupide habileté que je ne sais pas non plus comment contrôler. Je frappe du poing dans le mur, chouinant de la douleur et des os que j'ai peut-être même cassé alors que je la vois sursauter. Mes jointures ensanglantées restant enfoncées dans le mur de pierre un moment tandis que j'essaie de prendre sur moi et me calmer. Je dois réussir ça, au moins ça. Si je réussis ça... Peut-être qu'enfin j'arriverai à délaisser tous les cauchemars et visages que j'ai si stupidement soustrait à leurs existences. Peut-être.

Cette fois je place ma main entière dans ses cheveux où le sang se complait à coller allégrement à ses mèches blondes. « Un vampire roux t'a attaqué. » Pourquoi tant d'insistance sur le roux? Sans doute parce qu'ils sont un peu plus rares que les autres teintes de cheveux présentes dans les environs. Moins de potentiels attaquants à chercher et plus de chance de m'en sortir si un jour je me fais coincer, parce que je ne me fait pas d'illusions. Ce jour va arriver et je le sais trop bien, ce pourquoi je travaille si fortement à me débrouiller pour m'éviter une finalité bien pire que cette que j'expérimente en ce moment. Je ne doute pas qu'il y a pire. J'ai déjà subis bien pire. La jeune femme me fixe sans rien dire, semblant un moment perturbée puis apeurée alors que je vois ses doigts se mouvoir contre le plaie que j'ai créée. « Un... vampire... roux... » C'est tout ce qu'elle mentionne à mi-voix alors que je soupire de soulagement. « Un vampire roux. » Aller Mikk, tu peux le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Tullamore ♝ Humain mais pas trop…
Carson Brieve
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Points RP : 89
Crédits : odistole
Date d'inscription : 12/09/2018
We live or die || Feat. Carsou Empty

We live or die
@Mikkel Strøm & Carson Brieve

 
« It's my life It's now or never I ain't gonna live forever I just want to live while I'm alive It's my life)My heart is like an open highway Like Frankie said, "I did it my way." I just wanna live while I'm alive It's my life »

Adossé contre un mur, dissimulé dans les ombres, l'homme observe ce qu'il se passe. Conscient d'être en danger permanent, il exhale pourtant une sérénité qui dénote avec les alentours presque lugubres. Territoire des vampires, ennemis évidents de ce qu'il peut représenter. Pourtant il ne respire pas la peur, il sait ce qu'il fait même si dans un petit coin de son cœur, se taille une inquiétude légitime pour la petite qu'il l'attend probablement pour pouvoir aller se coucher en toute quiétude. De nouveau la culpabilité vient étreindre son cœur, alors qu'il prend conscience de son égoïsme, à traîner ici la nuit, dans le simple espoir de venir récupérer un vampire pour ses expériences. Bien sûr, il a déjà quelques réserves, mais aucun de ses vampires n'est satisfaisant pour certaines de ses expériences. Sociologiquement surtout. Un vampire sauvage. Un vrai. Voilà ce qu'il cherche en traînant dans ces rues hasardeuses. Voilà ce qu'il trouve, alors qu'il entend une voix dans une ruelle. Lui n'est pas le destinataire de ces quelques mots. Sa discrétion semble l'avoir mené sur une scène peu habituelle pour lui, qu'il observe avec intérêt alors qu'il sort légèrement de l'obscurité pour l'observer plus en détails. C'est un vampire. De ça il est certain. Et la demoiselle... Probablement sa victime. Et ce qu'il fait là... Éveille un intérêt tout particulier pour le scientifique qu'il est.


Sans se montrer, sans rien dire, il observe la scène qui se déroule sous ses yeux avides de la moindre parcelle de connaissance. Intarissable curieux, qui se perd un peu dans ce qui l'entoure. Soirée finalement productive bien qu'elle ne soit pas encore terminée. Fin sourire qui se dessine sur ses lèvres alors que le vampire, qu'il définit immédiatement comme débutant, cherche à tromper sa victime. Balbutiements qu'il regarde avec intérêt, sans savoir s'il se délecte de son incapacité à réussir du premier coup ou s'il se sent déçu de ne pas observer le pouvoir vampirique dans toute sa splendeur. Probablement un peu des deux. Son sourire s'élargit, de l'obsession du brun pour les vampires roux, de la jeune femme qui tombe lentement sous l'emprise inéluctable de l'enfant de Caïn. Pourtant, ce n'est plus le petit jeu de dupes de la créature qu'il observe maintenant. C'est cette main. D'abord pleine de sang, la blessure ouverte ne tarde pas à se refermer. Seulement il a le temps avant, d'éparpiller le liquide carmin dans la blondeur d'abord immaculée de la victime. L'écarlate flirte avec avec une dorure qui l'hypnotise plus certainement que le pouvoir du suceur de sang. Il lui faut plusieurs secondes avant de reprendre pied avec la réalité, alors qu'enfin la jeune femme semble assimiler l'ordre. J'crois que j'suis daltonien... T'm'as l'air plutôt brun! Il reste pour l'instant dissimulé, cachant son identité, ainsi que son appartenance à l'organisation de Tullamore, en exagérant son accent écossais et dissimulant les traits de son visage dans l'ombre de ses mèches rebelles.


Pour quelques secondes de plus, il reste caché encore, mais bientôt il quitte la sécurité relative de ce coin de rue, pour se montrer au petit monstre incontrôlable. Son sourire l'a quitté, alors qu'il s'approche lentement de la scène, beaucoup plus sanglante qu'il ne l'a d'abord cru. De nouveau son regard est happé, par la couleur carmine qui le rend toujours si fasciné. Attention divertie, avant qu'il ne vienne enfin planter ses prunelles dans les billes noirs du vampire. Malgré lui, il se mord l'intérieur de la joue, pour ne pas se laisser charmer par la bestiole. C'est plus fort que lui. Cette fascination qu'il éprouve à leur égard est telle, qu'il ne saurait même pas différencier le simple désir physique, avec un sentiment plus viscéral, plus intense presque. Chacun l'emporte sur l'autre alors qu'il observe le jeune homme. Pourtant son regard n'éprouve rien d'autre qu'une indifférence bien difficile à conserver face au tumulte de l'indécence qu'il ressent. Finalement, il délaisse la créature pour se pencher sur la frêle demoiselle, à qui il demande d'une voix amusée. Qui t'a attaqué? Un... vampire roux?  Il amène ses mains l'une contre l'autre, dans un simple applaudissement, qu'il lâche dans un sourire presque éclatant. T'es pas si nul gamin. Il pousse le vice, prend une confiance qu'il ne ressent pas entièrement, comme à chaque fois qu'il s'aventure avec audace dans une joue vampirique...
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
Mikkel Strøm
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Points RP : 139
Crédits : Me (avatar), Tumblr (gifs)
Date d'inscription : 03/06/2018
We live or die || Feat. Carsou Empty

La victoire est quelque chose de relatif et c'est quelque chose qui ne changera pas. On peut certes atteindre un objectif bien particulier, mais rien de nous assure que ça tiendra réellement le coup par la suite. On peut réussir à escalader une montagne et se casser le visage sur la descente sans réussir à amortir la chute. Est-ce que la chose reste une victoire dans ce cas? Est-ce qu'atteindre l'objectif est suffisant pour affirmer avoir été en mesure de faire un pas dans la bonne direction ou faut-il plutôt pousser de côté la prétendue victoire au profit du nouvel objectif? Faut-il faire fit de la première montée et plutôt croire que la véritable réussite se fera lorsque tout fonctionnera exactement de la bonne façon? On pourrait dire que c'est relatif, propre à chacun, et que je suis un défaitiste de penser que la seule véritable victoire est celle qui se calque parfaitement sur le plan initial. Dans ce cas, ma petite manigance de la soirée ne l'étais déjà pas, une victoire, lorsque j'ai entendu une voix raisonner dans la ruelle ponctuée du simple râle de la respiration de la blonde. De quoi me donner envie de terminer ce que j'ai commencé. User à bon escient de ce flot de sang pompé de tant d'ardeur dans ses veines terrorisées que je n'ai en rien tenté de calmer. Comment aurais-je pu réaliser un tel tour de force alors que je suis moi-même paniqué? C'est dire comme rien ne s'est déroulé comme je l'aurais espéré. On est bien loin du petit encas léger sans encombre ou saleté. Bien loin avec tout ce sang souillant mes mains tout autant que sa chevelure de laquelle j'ai prestement retiré mes doigts. Et pourquoi donc? Pour faire comme si ce n'était pas moi qui avait pris une petite bouchée alors que c'est l'évidence même? D'autant plus que cette voix, celle associée à ce visage que je n'ai pas encore vu, a bien entendu le détail de mon plan. Ce plan de merde bidon qui ne fonctionne qu'à moitié. Hey merde. Qu'est-ce que je fais maintenant? Qu'est-ce que je putain de fais maintenant que je me suis fait coincer comme un imbécile alors que j'essayais si fortement, pour une fois, de me sortir de ce merdier dans lequel on m'a jeté tête première? Me calmer serait sans doute une bonne option pour commencer ou au moins le temps de comprendre à qui j'ai affaire exactement. Pitié, faite que ce soit un simple humain qui tente de jouer au héros que je puisse réellement hurler victoire et rentrer sans être souillé de sang de la tête aux pieds. Pour une fois.

Je me redresse, déglutissant en posant mes mains dans mes poches et scrutant la direction de laquelle j'ai cru entendre provenir la voix. Fixant la noirceur jusqu'à ce qu'une silhouette masculine se montre finalement à mon regard froncé. Une silhouette que je ne connais pas et je serais donc bien en mal de dire s'il s'agit d'une bonne ou une mauvaise chose. Que faire? Rester... immobile, peut-être. Agir comme si je n'avais pas peur de lui? Je ne devrais pas avoir peur de lui après tout. Je suis un vampire et nous sommes en territoire vampires non? C'est bien la seule chose que j'ai retenue de cette charte de conduite que je bafoue sans même respirer. Alors pourquoi devrais-je avoir peur? Pourquoi maintenant alors que je m'efforce si fortement d'agir comme si rien de tout ceci ne m'importait depuis que je ne suis plus dans la maison des horreurs? Alors que j'essaie si fortement de jouer au gros dur pour arriver à survivre une journée de plus sur ce temps que j'ai toujours le sentiment d'être emprunté plus que mérité.

Je serre plutôt les poings, décidant de rester immobile et poser mon regard dans le sien lorsqu'il s'approche toujours de plus en plus près. Voyant quelque chose au fond de ses yeux que je peine à réellement définir lorsqu'il se stoppe enfin face à moi, me contentant de le toiser sans un mot. Une seconde, une minute, difficile à dire tant cet instant me semble passer lentement. Bien trop lentement pour mes muscles douloureusement crispés d'une appréhension qui s'avère totalement infondé dès l'instant où il reporte son intérêt sur ma moitié de victime. Questionnant la jeune femme à propos de ce que je tentais de tant d'acharnement réussir à réaliser. Surpris je l'ai été lorsqu'elle a mentionné le vampire roux fictif que j'ai essayé d'imposer à son esprit, même si c'était difficile de valider qu'il ne s'agissait pas d'un stupide réflexe humain. Celui de dire ce que l'autre veut entendre. Le doute... Celui-là même me rongeant les nerfs, ce à quoi la réaction de l'inconnu n'aide en rien. Pas plus que mon impulsivité maladive. « Pas si nul? » Je l'attrape par le cou, ce crétin, pour le plaquer contre le mur de pierre avec rage. Ne tardant à sentir le rythme de son cœur pulser sous mes doigts et en souriant sans retenue. « Je me fiche de ton avis. T'aurais pas dû venir ici. » Et sans détacher mon regard de lui, scrutant son regard avec attention, je continue de parler de ma voix faussement assuré. « Et toi, va chercher le vampire roux plus loin avant que mon humeur se détériore. DÉGAGE BLONDASSE. »
Revenir en haut Aller en bas
Tullamore ♝ Humain mais pas trop…
Carson Brieve
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Points RP : 89
Crédits : odistole
Date d'inscription : 12/09/2018
We live or die || Feat. Carsou Empty

We live or die
@Mikkel Strøm & Carson Brieve

 
« It's my life It's now or never I ain't gonna live forever I just want to live while I'm alive It's my life)My heart is like an open highway Like Frankie said, "I did it my way." I just wanna live while I'm alive It's my life »

La réaction est immédiate, presque douloureuse quand son dos vient frapper avec force le mur si proche. Sa moquerie n'est pas passée inaperçu et même s'il a conscience, d'être en présence d'un vampire peu impressionnant, il n'oublie pas que même le plus incompétent d'entre eux, reste plus dangereux que lui. Leurs capacités, qu'il envie parfois, sont meurtrières et il serait bien avisé de cesser son attitude hasardeuse. Seulement la prudence n'est guère amie avec le scientifique, d'autant plus lorsqu'il est de cette humeur sereine et pleine d'assurance. Pas une seconde, il ne se sent en danger. Arrogance bien humaine, du soldat qui se sent protégé de son appartenance à Tullamore, face à l'inexpérience criante de son vis à vis orageux. La menace fuse bientôt, son sourire s'élargit et le coeur de l'humain s'agite, face à l'afflux de sensations qui le prend. Chamade qui s'affole, avant qu'il ne reprenne contenance. Le temps écoulé est faible, pas plus de quelques secondes. Seulement le mal est fait. Oreille avisée pourra reconnaître le battement paniqué qui l'a pris. Peur éphémère, qui s'est désormais échappée, pour laisser place à une unique détermination. Celle de lui montrer que ce n'est pas lui qui tient les commandes, malgré son statut supérieur de suceur de sang. La blonde se carapate soudain, lors de l'éclat du brun et la vitesse avec laquelle elle s'enfuit attire un nouveau sourire sur les lèvres de l'ancien médecin. Quelle autorité. Je suis impressionné. L'ironie suinte chacun de ses propos, qu'il ne pense pas un seul instant. C'est dingue, ce besoin qu'il ressent de rabaisser son interlocuteur. Probablement à cause de ce sentiment d'infériorité qu'il ressent, en présence de ces bestioles sans coeur, sans souffle...


Doucement, il lève la main pour attraper son poignet, qu'il caresse doucement de la pulpe de ses doigts. Incapable de ne pas jouer de séduction, probablement plus pour le déstabiliser que par réelle attirance pour sa personne. En vérité, il ressent presque une once de mépris pour cet être, qui ne montre rien de la grandeur censée être représentée par cette race supérieure. Soupir finalement, quand il montre son ennui d'un mouvement de tête latéral. Je suis intrigué. Tu montres une assurance que tu ne ressentais pas avec la demoiselle. Pourtant... Sa voix, douce, laisse planer un ton menaçant entre eux. Bientôt ses sourcils se froncent, ses traits se durcissent même et il semble se métamorphoser sous les yeux du vampire. Les moqueries restent dans le coin, mais le sérieux se pointe à son tour, quand son regard s'assombrit. Il ne veut pas se sentir inférieur, pas à cette créature là. Pas à ce débutant, incapable d'hypnotiser une humaine faible du premier coup. Sa simple existence, résonne comme un gâchis aux yeux du scientifique, qui le voit comme une aberration. Qui ne mérite pas sa peur, de ça il est certain. Alors lentement, il sort de sa poche une seringue. Qu'il conservait, justement pour une rencontre du genre. Un vampire, suffisamment naïf pour le croire. Et assez faible pour ne se rendre compte de rien. Sans rien dire d'abord, il amène l'objet entre eux, dans leur champ de vision, alors qu'il dévoile des dents carnassières.


Tu sais ce que c'est? Il hausse les épaules, comme s'il était en train de parler de la météo, mais son attention guette les réactions de l'autre, pour être sûr de n'en louper aucune...
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
Mikkel Strøm
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Points RP : 139
Crédits : Me (avatar), Tumblr (gifs)
Date d'inscription : 03/06/2018
We live or die || Feat. Carsou Empty

Je la sens émaner de chaque parcelle de cet être que je tiens si fermement contre le mur, cette pulsation enivrante par laquelle je regrette encore aujourd'hui de ne plus me faire bercer. Cette pulsation ayant pris un tout nouveau sens en mon existence outrancièrement sanglante. Celle que j'ai pris tant de plaisir à sentir s'emporter, éveillant en moi tout ce qui forme cette monstruosité qu'on a fait de moi contre mon gré. Usant de cette poussée d'adrénaline pour faire fuir mon repas en espérant toujours que ma petite manigance m'éviterait des problèmes que je mérite pourtant depuis des mois de voir me tomber sur la tête. Une poussée d'adrénaline que j'ai dû attendre de voir se calmer avant de réaliser comme le pouls de l'homme fermement tenu de mes mains en avait fait tout autant. Calme, stable, au point de m'en faire froncer les sourcils et complètement omettre ce nouveau commentaire qu'il fait à mon égard. Comment peut-il être si calme? Si assuré alors qu'il a assurément compris ce que je suis. Ils ne sont pas stupide ces humains depuis le temps que ce stupide mur est en place. Enfin, si vraiment humain il l'est. Il pourrait bien être n'importe quoi d'autre dont le sang circule encore en ses veines. N'importe quoi que je n'ai pas encore croisé et qui pourrait bien arriver à ne faire qu'une bouchée de moi si je ne fais pas attention. Pourquoi arriver à être si calme sinon alors que je pourrais si facilement lui déchirer la carotide sans plus de cérémonie? À moins qu'il ne soit l'un d'eux. L'un de ces cinglés qui ont fait ça et ont user de leur bon temps pour nous observer comme des rats dans des cages pour obtenir ce qu'ils n'ont pas sans le maigre sacrifice de leur vie entière. Cette immortalité que tant envient et que moi je donnerais pourtant à qui la voudrait bien. Dans tous les cas, j'imagine que je ne tarderai à savoir de quoi il retourne. Si peu prudent que je suis. Ça me perdra en boucle jusqu'à la fin des temps.

Mon regard ne s'est toujours pas détaché de celui de l'inconnu lorsque je sens ses doigts enserrer mon poignet, me soutirant un froncement de nez presque dégoûté à l'idée d'être tombé sur un stupide adorateur de canines. D'autant plus en sentant cette petite caresse si douce qu'il s'applique à réaliser. Ew. Je suis moi-même étonné de ma tendance à si facilement repousser ce que je trouve encore plus contre nature que ma personne même si je n'ai pas... depuis... oh trop longtemps pour compter, mais j'imagine que ça n'a pas d'importance de toute façon vu comme le temps est devenu une notion bien plus abstraite maintenant qu'il peut être infini. Enfin, si j'apprends à faire plus attention. Ce à quoi je travaille avec acharnement, ou presque.

Toujours silencieux, j'attends. J'attends de voir ce que va faire le prétendu humain, ce qu'il va dire face à mon silence et mon regard que j'espère plus dur que désemparé. Plus menaçant qu'exprimant ce sentiment de confusion profonde m'animant presque perpétuellement. Et lorsqu'il parle, lorsqu'il se dit intrigué, je n'arrive qu'à resserrer plus fortement mon étreinte contre lui. Si aisément paranoïaque de ce qu'il pourrait faire. Alors que je sais pertinemment que je devrais être en position de force en cet instant. Pourquoi est-ce que je n'y arrive pas alors? Pourquoi je ne peux me détacher de ce sentiment que quelque chose n'est pas normal dans tout ceci. L'humain qui se jète dans les bras du vampire, qui le... caresse étrangement en usant de sa voix presque mielleuse et pourtant si... porteuse de quelque chose sur quoi je n'arrive pas à mettre le doigt. Puis, ses sourcils se froncent et ses traits adoptent une toute nouvelle expression. Celle dont je n'arriverai jamais à imprégner mes traits. Celle qui ne me fait que froncer davantage les sourcils alors que je le sens bouger sans voir ce qu'il fait. Il pourrait bien m'enfoncer un couteau dans le ventre que je n'arriverais pas à l'éviter. Oh comme j'étais loin de la réalité.

La seringue que je vois s’immiscer entre nous me fait me braquer, tendre chaque muscle de mon corps sans même savoir ce qu'elle contient. Elle me fait imaginer le pire, sans mal puisque c'est une tendance si naturelle chez moi depuis la transformation que je n'arrive à m'en détacher. Moi qui était si aventureux avant tout ce merdier. Elle me fait penser à cette saleté que j'essaie d'éviter depuis des années. Cette maladie monstrueuse que je ne veux pas voir m'approcher. Cette chose qui pourrait me libérer de tout ce qui me pèse et que je ne veux pourtant voir m'achever. Plutôt crever rapidement et proprement que soumis à cette abomination. Ça pourrait être de l'eau ou n'importe quoi d'autre, mais si c'est... Je déglutis, hésitant et me disant que ça collerait sans peine avec l'attitude de ce connard que je devrais peut-être tuer avant que le contraire ne se produise. « Joli jouet. » Que je dis finalement en déglutissant. « Qu'est-ce que tu veux exactement? Besoin de sensations fortes? Envie de crever dans un trou pourri? Parce que ça s'arrange ça tu sais, suffit de demander. Pas besoin de balancer ta petite aiguille sous mon nez pour ça. À moins que t'aies besoin d'aide pour te droguer un bon coup. Peur des petits trous? Ça s'arrange ça aussi. Je peux t'en faire deux jolis dans le cou et plus jamais t'auras peur. » Je souris brièvement avant de le relâcher et reculer d'un pas en croisant les bras. Totalement par peur, mais essayant surtout de prétendre à une discussion un minimum civilisée. « Alors? Tu veux quoi? »
Revenir en haut Aller en bas
Tullamore ♝ Humain mais pas trop…
Carson Brieve
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Points RP : 89
Crédits : odistole
Date d'inscription : 12/09/2018
We live or die || Feat. Carsou Empty

We live or die
@Mikkel Strøm & Carson Brieve

 
« It's my life It's now or never I ain't gonna live forever I just want to live while I'm alive It's my life)My heart is like an open highway Like Frankie said, "I did it my way." I just wanna live while I'm alive It's my life »

Difficile de dissimuler son sourire, quand il s'amuse autant des réactions de son interlocuteur. Il a beau être dans une situation réellement dangereuse, il ne parvient pas à être entièrement inquiet face à lui. Pourtant, sa poigne est dure, ferme et son dos devient rapidement douloureux contre le mur. Tout dans l'attitude du vampire, devrait le pousser à la méfiance. Alors malgré l'assurance dont il se pare et dont il inonde son vis à vis, il reste sur le qui vive. Chacun de ses sens sont concentrés sur la créature, même s'il reste dans son arrogante confiance. Il ne loupe pas la soudaine tension qui anime le brun. La seringue fait son effet et il pourrait s'en délecter s'il ne tenait pas à garder cette expression volontairement très agressive. En dévoilant ça, il montre au passage son appartenance pour cette organisation reconnue et crainte. Il laisse planer un doute, quand sa menace ne saurait être plus claire. Soit sage, si tu ne veux pas de piqûres. Il se tait, n'énonce pas à voix haute ces quelques mots qui lui titillent la langue. Il veut se moquer, lui montrer qu'il mène la danse. Il se contente pourtant de la menace tue. T'as trente secondes pour laisser tomber ton attitude, avant que j'devienne méchant. Juste quelques mots, qu'il lâche dans un sourire sardonique.


Soudain lâché, il cherche la provocation en pointant sa seringue comme une arme, comme une dague des temps passés. Toujours concentré sur sa personne, il observe ses réactions au fur et à mesure de ses paroles et ne manque rien. Un autre vampire pourrait aisément arriver par le côté qu'il ne le verrait pas, tant son attention est focalisée. Il ne veut pas perdre l'ascendant qu'il possède désormais. Cette défiance à l'égard de sa nature s'estompe légèrement pour faire place à une arrogance sans faille. Dans un mouvement ample, il redresse entièrement ses épaules. Sa main libre vient tâter son cou douloureux, comme pour constater une lésion quelconque, avant qu'il ne penche la tête légèrement sur le côté. Et bien vas y alors... Mets donc tes menaces à exécution. Il retient de justesse un petit surnom ridicule de ponctuer sa phrase. Ses provocations sont déjà bien assez curieuses et intenses, pour qu'il n'en rajoute encore. Que j'en fasse de même avec la mienne. Lentement il agite la seringue placebo, faisant danser le liquide transparent en son sein. Ses yeux quittent même le jeune homme, pour venir observer les mouvements lascifs dans un sourire toujours plus éclatant au fil de secondes. Il essaye de passer pour un fou, un homme capable des pires bassesses, pour arriver à ses fins. Croyant jouer un rôle, quand il est pourtant criant de vérité. Inconscient d'être le monstre qu'il prétend être à l'instant. Au nom de la science. Il se cache derrière ces quelques mots, pour laisser sa conscience tranquille, sans réellement savoir qu'il s'enfonce chaque fois un peu plus dans un abîme insurmontable.


A son tour il attaque, cherchant à surprendre son opposant en fondant sur lui d'un geste qui se veut assurer. Sa main imite la sienne, attrape le cou de la créature et vient même apposer l'aiguille contre sa carotide. Ce que je veux? Toi! C'est toi que je veux. Le doute plane encore sur ses réelles motivations. Pour être honnête, il ne sait pas lui même ce qu'il veut. Un nouveau jouet probablement. Les siens s'usent et deviennent moins amusants au fil du temps. Du nouveau ne pourrait que redonner un peu de pulsion à sa vie parfois monotone. En attendant de vraiment savoir quoi en faire, il s'amuse néanmoins de ses réactions, le menaçant activement, sans pour autant planter l'arme de fortune dans sa peau. Tu sais ce que c'est hein? S'il ne le sait pas, il éprouvera probablement un plaisir bien malsain à le lui expliquer...
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Vampire
Caïn's child
Mikkel Strøm
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Points RP : 139
Crédits : Me (avatar), Tumblr (gifs)
Date d'inscription : 03/06/2018
We live or die || Feat. Carsou Empty

Tout de cette situation est ridicule. Cet humain, ou peut importe ce qu'il est, qui tente de se la jouer intimidant avec sa petite aiguille. Moi qui meurt de trouille, mais essaie de se la jouer tout aussi intimidant lorsque je sais pertinemment que je n'y arrive pas du tout avec mes traits trop fins et ma voix d'une gravité discutable. Ridicule et stupide. J'aurais sans doute dû le tuer, lui broyer le cou à la seule force de mes doigts pour lui montrer qui est réellement le méchant de cette histoire entre ce clown complètement fou et moi. C'est ce que j'en viens à imaginer de cet être étrange qui agit comme s'il s'était échapper d'un asile psychiatrique. Qui sait, peut-être que c'est le cas. Peut-être que cet homme est une copie plus réelle de ce que le Joker est dans les bandes-dessinées. Destiné à accomplir de grandes choses en se moquant bien des autres qu'il terrifie comme il peut avant de se faire coincer par le gentil héro de l'histoire. Ce que je ne suis pas malheureusement. Je suis plutôt celui qui est perplexe face à son attitude que je vais commencer à croire suicidaire. Affichant ainsi son cou à mon regard pour exposer cette grande veine bien juteuse qui y pulse et en vient forcément à me titiller les canines. Compte tenu de ce que j'ai mangé de la demoiselle en fuite ça ne m'étonne pas réellement. Un bon point pour le contrôle, mais un très mauvais point face à cette tentation cultivant une imprévisibilité que je peine à maîtriser. Commençant à me dandiner sur mes jambes sans réellement m'en rendre compte, les bras toujours croisés et le regard bien rivé sur lui. Passant de ce cou dévoilé à cette aiguille qu'il tient dans sa main comme une menace pour me forcer à ne pas approcher. Et si ce n'était que de l'eau? Et si j'étais d'une stupidité accablante une fois de plus à ainsi me faire manipuler par des probabilités que j'ai peut-être tout faux? « Je pourrais te dire la même pour ton attitude du con. T'es pas le seul à pouvoir devenir méchant. » Que j'exprime finalement lorsqu'il commence à agiter sa seringue. Bien trop blasé pour mon bien.

Surpris je l'ai réellement été lorsqu'il a fondu sur moi, seringue à la main, pour m'attraper par le cou à son tour. Mes yeux se sont exorbités, ma bouche ouverte en une expression que je ne saurais décrire alors que je sens la pointe de son 'arme' contre ma peau. Ça va aller... ça va aller... Pas de mouvement brusque et tout va bien aller. « Moi? » Que je demande, réellement surpris, lorsqu'il me sort avec sa voix de maniaque que ce qu'il veut c'est moi. Moi. Il me veut moi? Et pourquoi ça? Le viol de vampire est à la mode et personne ne m'en a avisé ou est-ce que je suis réellement tombé sur l'un de ces clowns qui m'ont déjà coincé une fois avant que je ne puisse retrouver un semblant de liberté? Moi... Qu'il dit avant d'en ajouter avec sa seringue dont le contenu est encore inconnu pour le moment. Chose qui ne pourra que changer j'imagine si je lui réponds que non, je n'en ai pas la moindre idée. Quoi faire alors? Nourrir son regard de psychopathe et supposer que c'est cette saleté de virus? Être totalement apeurer et lui dire que je ferai tout ce qu'il veut s'il range cette chose aussi pointue que mes dents? Essayer de jouer de son cerveau même si je sens que compte tenu des circonstances et de mon efficacité mes chances de réussite sont presque nulles?

« Tu sais que si t'as envie de coucher il y a plus simple que de droguer le vampire pas vrai? Tu serais surpris à quel point on peut prendre son pied quand on se fait mordre en même temps. Le nirvana. » Ou encore répondre quelque chose de totalement stupide pour me la jouer gros dure encore un peu comme le petit crétin stupide que je suis. J'en viens à soupirer, fortement, avant de continuer. « Je ne sais pas ce qu'il y a dans ta seringue ok. Du liquide comme ça peut-être n'importe quoi. Arrête de jouer et dit-moi ce que tu veux avant que je me fâche. 'Toi' ce n'est pas la chose la plus claire je dois dire pour déchiffrer tes intentions. » Et je me retiens presque d'ajouter que je suis sans doute le vampire le plus nul de toute la ville et qu'il pourrait assurément trouver mieux ailleurs. Peu importe la raison pour laquelle il a besoin d'un vampire. « On sait tous les deux qui est le plus fort ici et moi... je n'ai pas besoin de t'enfoncer quoi que ce soit dans le cou pour te détruire le cerveau et te faire oublier tout ce que tu es, tout ce que tu aimes et tout ce que tu voulais faire de cette seringue. Pèse bien tes mots et tes actions. » Pourvu que ça le fasse et sinon... je suis vraiment dans la merde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
We live or die || Feat. Carsou Empty

Revenir en haut Aller en bas
We live or die || Feat. Carsou
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Island Of the Damned ::  :: Belfast :: les rues-
Sauter vers: